Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2009

L'adoption internationale est un "trafic d'enfants légalisé", disent Roelie Post et Arun Dolhe

Het draai om geld geld geld.jpgEnsemble, ils ont fondé Against Child Trafficking. Si cela ne tenait qu'à eux, dans cinq ans, l'adoption internationale a disparu.

Au mur de leur petit bureau à Bruxelles pend une grande carte du monde avec des points verts, rouges et bleus. Le vert indique les pays où l'adoption est "ouverte", le rouge les pays qui ferment leurs portes. Et le bleu représente les régions que Roelie Post (49) et Arun Dohle (36) ont examiné jusqu'à présent: le Malawi, l'Ethiopie, la Chine, le Pérou et l'Inde.


L'article complet a été traduit en français par Kim Myung-Sook sur son blog "Fabriquée en Corée".

 

[Via  Pound Pup Legacy - Niels]


Adoption is legalized child trafficking, say Roelie Post and Arun Dohle. Together they founded Against Child Trafficking. If it is up to them, inter-country adoption disappears in five years time.

 

On the wall of their office in Brussels is a large world map with green, red and blue dots. Green for the 'open' adoption countries, red for the countries that closed the doors. And blue ones representing the regions which Roelie Post (49) and Arun Dohle (36) have so far examined: Malawi, Ethiopia, China, Peru and India.

 

Their goal is a "red world": five years from now inter-country adoptions should have been stopped. According to them, it is "legalized trade of children”, where vulnerable children are exchanged for large sums of money. Their description of adoption has, John Le Carré-like features: stolen babies, unscrupulous traders, cheating orphanage directors and forged adoption procedures. This is, as they say, the rule.

 

To make this "commerce" visible and to frustrate it, Post and Dohle, together founded Against Child Trafficking (ACT). In their office, located in Post's basement, the two make long days: "And often the phone rings here at three at night”.

 

The researchers collected information about bad or dubious adoption cases, partially through the Internet. Their database is growing day by day: "We talk to adoptive parents, adoptees, lawyers and professors from around the world." When they stumble upon a case of kidnapped children or other doubtful cases, they inform the adoption agencies and ministries.

 

That hasn't made them popular in the inner circles of adoption. Bertie Treur, Director of Stichting Kind en Toekomst, heaves a sigh at the sound of the names 'Post' and 'Dohle'. "We are very committed to ethical adoptions," she says. "These people are looking for evil. I think it troubling that they assume that adoption agencies act randomly."

In turn, Post and Dohle hold little regard of the agencies, which cooperate in a system they have experienced as sick and corrupt. They see most governments in a negative light too, because time and again, they succumb to the powerful lobby of (prospective) adoptive parents. Their desire to have children is leading, say the two, not the interests of the child.

 

Against those powerful forces, they conduct their guerrilla fight. Post devotes her time to policy and children's rights, while Dohle is the researcher in the field. With a suitcase full of dossiers, he regularly gets on a plain, for example to Ethiopia or India to check the background of adoptees. It is not like the "Spoorloos Method”, says Post. "That TV program brings biological and adoptive parents children back together and that's that. While we think justice must prevail."

Dohle was closely involved in some of the recent high-profile adoption incidents. He worked on the Netwerk broadcast on 'Rahul', the boy who was stolen from his Indian parents at eighteen month, and who is possibly adoption by a Dutch family. Dohle brought the biological parents in contact with a lawyer, whom has for years requested the Dutch adoptive parents for a DNA test, so far unsuccessfully.

 

Dohle and Post, in collaboration with a local human rights organization, also managed to thwart Madonna. The Court of Malawi first refused her adoption of Chifundo 'Mercy' James, because she is not a resident of Malawi, as the law demands. The Judge based his decision on knowledge provided by Dohle, he says. In second instance the U.S. megastar could eventually got the girl. Post laments: "That´s how adoption works. It's all about money, money, money."

Then there was the recent revelation of adoption agency Wereldkinderen that Ethiopian 'orphans', adopted by Dutch parents, appear to have Ethiopian parents that are very much alive. The agency based its conclusions upon a study done by ACT. As a result Wereldkinderen temporarily stopped adoptions from Ethiopia.

 

Dohle and Post's indignation is great, their position clear: Inter-country adoption is not a "last resort" for children in the need, but a lucrative market that serves involuntarily childless couples. Adoption has little to do with 'child protection', they say. Those really wanting to help, should invest in a local child protection, and provide care to poor parents, to prevent relinquishment of children.

 

Recent cases of child trafficking for adoption are not incidents, the two claim. But can they prove that?

 

Yes, say Post and Dohle: they have so far investigated over one hundred adoption cases and found irregularities in all of them, ranging form abduction of children to wrong files, based on which local judges approved an adoption. "It is a crime to dis-inform the court."

And sometimes the paper work is correct, but mothers didn't know what they signed for. Dohle: "They do not understand what it means to waive their parental rights. They think they can take their child back in their arms, when it reaches age 18"

But: over one hundred acts of wrong-doing, does not show that the approximately 36,000 inter-country adoptions per year are not done well. They do not provide evidence of large-scale corruption and crime. Post sighs deeply at this conclusion: "How much more evidence do you need?" She calls it turning the world upside down: "The adoption agencies should provide evidence that their adoptions are ethical. But that they can and will not do. These agencies stay inactive, they don't investigate anything. Their records are often so vague, you wouldn't buy a second hand car based upon them."

But a messy file does not yet indicate child trafficking or unethical adoption? Post: "The biggest problem is that parents who consider relinquishing their child, for example because they have no money for food, usually don't receive any alternative help. No coaching, no loan, no other recourse but relinquishment and adoption. Adoption Agencies have all sorts of aid projects, but those are intended for other families, not for parents that potentially relinquish. "

 

Doesn't the evil Dohle and Post are convinced of, not color their perception? "If only that were true," says Post. "We are not against adoption, but against child trafficking. Unfortunately those two can not be distinguished from one another."

 

Who are the adoption fighters?


Roelie Post acquired her knowledge about adoption in Romania, where she worked on behalf of the European Commission, for many years. She saw crowded orphanages and aggressive foreign adoption agencies running their "Legalized child trafficking". "The supply was made to match the high demand," Post says. In her book "Romania. For export only. The untold story of the Romanian orphans" (2007) she reports about her experiences.

 

Together with the Romanian authorities, the European Commission, closed the major children's homes and established a system of child protection, that takes care of Romanian children in their own country. But an active lobby kept pressing for the 'export' of Romanian children, which Post strongly opposes.

 

That lobby made her work for the European Commission impossible Post said. She was finally seconded to Against Child Trafficking (ACT), an organization she founded herself. "I've seen children get sucked into the system, instead of helping them," she says. "I must share my knowledge about adoption, that is my social responsibility. Nobody else comes up for these children."

 

Post found a supporter: Arun Dohle, an Indian who was adopted by German parents. Dohle has been doing research into his own roots from India, for years. He suspects that he is an illegitimate child of a member of the famous Pawar family. Before the court of Bombay, Dohle demanded the identity of his mother to be revealed, but the case so far is hindered by "the power of the family". His quest became a true Indian media hype. "Son of Pawar wants to know who his mother is," the newspapers headlined.

 

"I discovered my adoption is complete shit, the paperwork is nothing but a bunch of lies," says Dohle. "Nowhere in my file is a waiver of parental rights, signed by my mother. I think they took me away from her under duress." Dohle also examined some hundred adoption files from other adoptees, which according to him, all contain irregularities.

 

Repère

 

- Australia. Overseas adoptions halted.
The Attorney-General's Department halted Australia's largest international adoption program.
Australia has an average 300 international adoptions a year, the largest number, about 40, from Ethiopia. But the program has been suspended amid fears a request for payments to help needy children left behind breaks international laws on child trafficking.
A spokesman for the Attorney-General's Department said: "The apparent link between the provision of financial assistance and the referral of children for adoption is inconsistent with our understanding of our obligations under the Hague Convention.
"Given these concerns, the Attorney-General considered it was not possible for the program to continue accepting new referrals of children until the review of the program was completed."
Sydney Morning Herald | 27.12.2009

 

- Prévention des abus dans les procédures d'adoption. Suggestions et bonnes pratiques.
Discours de Marlène Hofstetter, Terre des hommes – aide à l'enfance lors Hofstetter, lors d'une conférence au Conseil de l'Europe à Strasbourg. 01.12.2009


- «Les parents adoptifs sont un lobby puissant»
Une analyse de Marlène Hofstetter, responsable des adoptions pour la Fondation Terre des hommes.
Dans le journal suisse "Le Temps" | 16.11.2007

 

- Trafic d’enfants et adoption internationale.
Des informations plus précises sur ce sujet dans l’article de Brigitte TRILLAT et Sylvia NABINGER, Adoption internationale et trafic d’enfants : mythes et réalités, Revue Internationale de Police Criminelle (INTERPOL), janvier-février 1991.
France. Diplomatie. Ministère des affaires étrangères et européennes. 2008.

 

- Le contexte global de l'adoption internationale.
Un déséquilibre flagranr entre les besoins des enfants et le désir des candidats adoptants.
Quelle relation entre la situation prévalant dans les pays d'origine et le nombre d'adoptions internationale s'y déroulant au même moment?
Des standards internationaux pour tenter de diminuer la pression de la demande sur les pays d'origine.
ISS/SSI. Mars 2007.

 

26/11/2009

Au moins quatre enfants sur cinq dans les orphelinats à travers le monde ont un parent en vie, affirme Save the Children, une importante organisation caritative.

Most orphans have a living parent, says charity.jpgMost 'orphans' have a living parent, says charity.

At least four out of five children in orphanages around the world have a living parent, a leading charity says.

In a report, Save the Children says some institutions coerce or trick poor parents to give up their children.
As a result, the report says, millions of children are put at risk through living in an institution, and face rape, trafficking and beatings. Poverty, not the death of a parent, is filling orphanages, the report says

Save the Children says resources should go into projects which support families so they can look after their children.
It also wants stricter monitoring of children's institutions.

The findings have been dismissed by officials who run orphanages.



'Unscrupulous'


Save the Children says about eight million children are known to be living in orphanages and similar institutions around the world, but the actual number could be much higher as many are not registered.

It says orphanages in some countries have become big business, with those who run them often receiving financial incentives from governments or well-meaning donors.

Report author Corinna Csaky writes: "It is a myth that children in orphanages have no parents. Most are there because their parents simply can't afford to feed, clothe and educate them."

It says parents who hand over their children may hope to give them a better education or believe they will be returned to them when they are older.

But few are aware they are giving up all legal rights to their child, the charity says, and often adoptive parents do not know the true background of the youngster.

The report says children have become "commodities" in a growing industry and that "unscrupulous institutions are known to recruit children in order to profit from international adoption and child trafficking," the report says.


Findings rejected


Spokeswoman Sarah Jacobs says the problem is a global one, but cases are especially high in parts of Africa and Eastern Europe.

Most recently, she says she has seen children living in "atrocious" conditions in Liberia, where the number of orphanages has multiplied tenfold in the past 10 years.

She cites cases of numerous children sharing a single bed, of 30 children sleeping in a flooded dormitory, and still others being forced to work in the orphanage instead of going to school.

But the head of an orphanage in the Liberian capital Monrovia has dismissed the group's findings.

"Save the Children have their own motives," Albert Wreh, president of the Love a Child Orphanage, told the BBC's Network Africa programme.

"We have a focus - we are Liberians, and we are taking care of Liberian children," he said.


'Inhumane treatment'

 

Mr Wreh strongly dismissed claims of child trafficking.

"We are totally, totally, against that," he said. "Most people come here from abroad and want to adopt, and we say no... It is better for our kids to be here and to know where they come from and to know where there will be going tomorrow."

In Kenya, the BBC's Will Ross says several institutions have sprung up to take in children who have been forced on to the streets by poverty, the effects of HIV/Aids, and last year's inter-tribal violence.

Our correspondent says there have been some complaints of inhumane treatment and the government admits the homes are not always well run.

 


Source: BBC.


L'article a été traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur son blog Fabriquée en Corée.
Voir aussi Le Figaro.


Repères


- Le problème en sauvant les "orphelins" du monde.
The problem with saving the world's 'orphans'. By E.J. Graff.

 

- Le mensonge que nous aimons.
The Lie We Love. By E. J. Graff.

22/06/2009

Placer les enfants en institution au lieu de les confier aux soins d’une famille doit toujours être le dernier recours.

Children at an orhanage outside Lonrovia.jpg[Via IRIN news et Better Care Network Netherlands.]

 

West Africa: Protecting children from orphan-dealers.
West Afrika: kinderen moeten beschermd worden: Kinderhuizen zouden een laatste optie moeten zijn.



The recent rape of an eight-month-old boy in an orphanage in the Ghanaian capital Accra revealed conditions that child rights advocates say are rampant across West African orphanages. When the authorities investigated the incident they discovered 27 of the 32 children living in the home were not orphans.



The article from Irin 27-05-2009 concludes:

“The problem stems from…systemic failure, which encourages the proliferation of unlicensed and unmonitored orphanage,” Apiah said. “These problems will be there as long as we continue to lack a firm social safety net to support poor parents to raise their children.”



Supporting such safety nets – giving vulnerable families cash transfers, paying for children’s education or healthcare – can influence a family’s decision as to whether or not to keep their child, said UNICEF’s Theis.



“A range of solutions, from safety nets to foster care to community care, have been shown to work, and are much cheaper than putting children in orphanages,” he said. “Putting children into institutionalised care instead of a family setting must always be a last resort. “


Afrique de l’Ouest : Protéger les enfants des marchands d’orphelins.

[Traduit en français et publié sur OSI Bouaké.]


Accra, 28 mai 2009 (IRIN) - Le viol récent d’un petit garçon de huit mois dans un orphelinat d’Accra, capitale ghanéenne, a mis au jour les conditions de vie alarmantes qui prévalent à l’état endémique, selon les défenseurs des droits de l’enfant, dans les orphelinats d’Afrique de l’Ouest. Lorsque les autorités ont enquêté sur l’incident, elles ont découvert que 27 des 32 enfants du foyer n’étaient pas orphelins.



Selon une étude menée en janvier 2009 par le ministère de la Protection sociale (responsable du bien-être des enfants et de la supervision des orphelinats), pas moins de 90 pour cent des quelque 4 500 enfants des orphelinats du Ghana ne sont pas orphelins et 140 des 148 orphelinats du pays opèrent sans permis, selon Helena Obeng Asamoah, directrice adjointe du ministère.



« Nous sommes alarmés de voir à quel point les orphelinats ont violé les lois nationales sur la protection de l’enfance », a-t-elle expliqué à IRIN.



« Les orphelinats du Ghana sont devenus de véritables commerces, des entreprises extrêmement lucratives et rentables », a indiqué à IRIN Eric Okrah, spécialiste de la protection de l’enfance, qui exerce à Accra pour le compte du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).



« Dans ces orphelinats, l’appât du gain a fait passer au second plan le bien-être des enfants », a-t-il ajouté.



Au Ghana, le budget annuel d’un petit orphelinat peut s’élever à pas moins de 70 000 dollars, en fonction de sa taille ; la majeure partie de ces fonds est versée par des bailleurs internationaux et des organisations non-gouvernementales (ONG), et complétée par de modestes contributions de la part des sociétés locales, selon les recherches de Child Rights International (CRI), un organisme ghanéen à but non-lucratif.



Les bailleurs sont attirés par les orphelinats car ils semblent être une solution simple, selon Joachim Theis, directeur du service de protection de l’enfance en Afrique de l’Ouest, à l’UNICEF. « Vous avez un bâtiment, vous hébergez des enfants dedans, c’est facile de les compter. Et c’est facile de récolter des fonds pour eux. C’est un modèle utilisé depuis longtemps. Mais c’est un modèle qui ne va pas ».



Après avoir mené des recherches sur les financements accordés à plusieurs orphelinats ghanéens, Bright Apiah de CRI a émis l’hypothèse qu’à peine 30 pour cent des subventions versées étaient effectivement consacrées à la garde des enfants.



Grace Amaboe, propriétaire de l’orphelinat Peace and Love, a néanmoins expliqué à IRIN que le profit n’était pas son but. « Je vais chercher ces enfants pour des raisons purement humanitaires. Il est absolument faux de suggérer que j’exploite ces pauvres enfants . J’aide simplement les parents de ces enfants et ne me suis jamais servie des enfants confiés à mes soins à des fins financières ».



Un problème régional



En Afrique de l’Ouest, selon M. Theis de l’UNICEF, des milliers d’enfants sont considérés à tort comme orphelins, mais les statistiques manquent à ce sujet et de nouvelles recherches doivent être menées pour cerner ce problème.



Sur les quelque 1 821 enfants placés en orphelinat, en Sierra Leone, seuls 256 ont perdu leurs deux parents, selon les conclusions de l’UNICEF et des organismes de protection de l’enfance.



L’on estime qu’un Libérien sur huit est un enfant ayant perdu un ou ses deux parents. Mais bon nombre des quelque 5 800 enfants placés en orphelinat ne seraient pas orphelins, selon les défenseurs des droits de l’enfant de la région.



Une question de pauvreté



Dans l’ensemble de la région, certains employés d’orphelinat ciblent les communautés rurales défavorisées et « exploitent la pauvreté et l’ignorance des parents » en leur promettant de l’argent et en proposant de financer l’éducation de leurs enfants, a expliqué M. Apiah de CRI.



Certains parents signent sans le savoir des documents stipulant qu’ils renoncent à leur droit de garde de l’enfant, selon Mme Asamoah, du ministère ghanéen de la Protection sociale ; un grand nombre de signataires sont illettrés.



Maame Serwah, 40 ans, a envoyé son fils de 10 ans à l’orphelinat Peace and Love car elle n’avait pas les moyens de l’élever. « J’avais même peine à me nourrir moi-même. Cela me faisait trop souffrir de le voir pleurer presque tout le temps. Je pense que l’orphelinat était un moyen de m’en sortir ».



Mais depuis qu’elle a eu connaissance des maltraitances subies par les orphelins, elle a fait appel au ministère de la Protection sociale pour retirer son fils de l’orphelinat. « Maintenant, j’ai besoin de mon fils. Je ferai tout ce qu’il faudra pour l’élever moi-même », a-t-elle déclaré à IRIN.



Dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, les familles confient traditionnellement leurs enfants aux bons soins de parents ou d’autres tuteurs, si cela peut leur permettre d’être mieux instruits ou d’avoir du travail, mais certains orphelinats exploitent cette tradition, selon M. Theis.
« Quand des parents signent le formulaire d’un orphelinat, ils n’ont pas dans l’idée de renoncer pour toujours à leurs enfants . L’idée de ne plus jamais revoir leur enfant est inconcevable ».



Une défaillance du système



Face à une prise de conscience croissante de ce problème, les gouvernements et les organismes de protection de l’enfance de certains pays s’efforcent d’améliorer la réglementation dans ce domaine.



La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a notamment formé un comité spécial sur l’adoption des enfants libériens, dont une des tâches consistera à se pencher sur les pratiques observées dans les orphelinats.



Avec l’aide d’organismes de protection de l’enfance tels que l’UNICEF, le ministère ghanéen de la Protection sociale élabore actuellement des directives sur les critères de désignation des orphelins et les conditions de vie dans les orphelinats, et promeut les programmes alternatifs d’aide aux orphelins.



Le ministère sierra-léonais de la Protection sociale, des Sexospécificités et de l’Enfance renforce également les normes relatives aux orphelinats et audite ces derniers à l’échelle nationale, une opération qui a abouti à la fermeture d’un grand nombre d’entre eux, selon l’UNICEF.



Mais les gouvernements doivent également faire respecter la législation existante, a estimé M. Apiah. Notamment, en vertu de la loi ghanéenne sur les enfants de 1998, les orphelinats doivent présenter des rapports d’audit annuels au ministère de la Protection sociale pour pouvoir renouveler leurs permis, or la plupart des orphelinats ne se conforment pas à la règle, a-t-il expliqué.



« Le problème vient d’une défaillance du système, qui encourage la prolifération des orphelinats sans permis et non supervisés », a expliqué M. Apiah. « Ces problèmes subsisteront tant que nous n’aurons pas un filet de sécurité social solide pour aider les parents pauvres à élever leurs enfants ».



Soutenir ces filets de sécurité (en accordant des subventions aux familles vulnérables et en couvrant les frais de santé ou de scolarité des enfants) peut permettre d’inciter les familles à garder leur enfant plutôt qu’à s’en séparer, selon M. Theis de l’UNICEF.


« Il a été prouvé que tout un éventail de solutions fonctionnaient, des filets de sécurité à la garde communautaire, en passant par le placement en foyer d’accueil ; des solutions qui sont en outre beaucoup moins chères que le placement en orphelinat », a-t-il indiqué. « Placer les enfants en institution au lieu de les confier aux soins d’une famille doit toujours être le dernier recours ».

 

Repères

- Les orphelins et l'adoption internationale

13/12/2006

Prévention de l'abandon d'enfant


medium_TDH.jpgEn Roumanie, Terre des hommes (Tdh) mène des projets de protection sociale et de défense des droits de l’enfant. Ils sont tous menés par des partenaires locaux, soutenus de manière institutionnelle, technique et financière. Une profonde refonte de nos activités en Roumanie prendra effet en 2007.




Protection sociale – Le premier projet à avoir été mis en œuvre par Terre des hommes s’attache à prévenir l'abandon maternel . Pour des raisons socio-économiques, de nombreuses jeunes mères abandonnent leur enfant et sont rejetées par leur famille, sans structure d’accueil. Avec notre partenaire ACSIS, nous les accueillons et leur prodiguons un soutien social. Avec un autre partenaire, FOC, nous menons dans les écoles et auprès des familles un programme de prévention contre la déscolarisation, pour endiguer le phénomène des enfants en situation de rue. Toujours en milieu scolaire, nous effectuons avec l’Association Jean Valjean une prévention à la délinquance juvénile. Enfin, un projet plus récent dans le Sud du pays, à Craiova, effectue une prévention contre les flux migratoires et les trafics d’enfants.


Droits de l’enfant – Avec l’Association Jean Valjean et le cabinet d’avocats Ana Vadan, Tdh accompagne les enfants confrontés au système judiciaire  et qui n’ont pas les moyens de se défendre. En s’appuyant sur la Convention des Droits de l’Enfant, Tdh travaille d’une part à une défense adéquate et à éviter leur placement systématique en institution, et d’autre part propose des formations à tous les acteurs du système judiciaire. Enfin, avec la Fédération UNOPA, nous travaillons au respect, par les autorités nationales, des droits des enfants affectés par le sida.


Tdh hier…

 

Terre des hommes a commencé à intervenir en Roumanie en 1992, 3 ans après la chute du régime Ceaucescu, et concentré ses efforts prioritaires contre la marginalisation des enfants les plus vulnérables, notamment par un premier projet de prévention de l’abandon maternel , puis un autre auprès des enfants en situation de rue. En 1997, Tdh ouvre un programme pour les mineurs en conflit avec la loi, leur offrant assistance juridique et sociale, et formant les professionnels du système judiciaire. En 2000, Tdh ouvre un projet dont le but est de faire respecter les droits des enfants séropositifs. En 2005 nous avons proposé à des institutions étatiques des formations aux meilleures pratiques dans le domaine de la protection de l’enfance.  Quant au dernier programme que nous avons ouvert, il intègre la Roumanie dans un projet régional en Europe de l’Est de prévention et protection contre les trafics d’enfants  et les risques migratoires, et déploie des démarches de plaidoyer pour renforcer la protection de l’enfance.


… et demain

Terre des hommes a planifié de se désengager, dès 2007, de ses partenaires actuels pour se concentrer sur un soutien technique et un transfert de compétences à leurs côtés, et sur des activités de plaidoyer auprès des autorités locales et nationales. Notre intervention directe se prolongera dans le cadre du nouveau projet de prévention des trafics d’enfants, et dans celui du projet régional de protection de l’enfance. Un appui plus conséquent pourrait toutefois être donné à notre partenaire dans le projet de prévention de l’abandon maternel.



Vécu


Je m’appelle Gabriel et j’ai 24 ans. Si j’ai pu m’accomplir sur le plan professionnel, c’est grâce à l’aide de la structure de la Fondation FOC dans le Secteur 5, l’un des quartiers les plus défavorisés de Bucarest.

Mon premier contact avec eux remonte à 1998, alors que j’étais en dernière année au lycée et que je vivais une période assez tourmentée de ma vie. Je ne savais pas trop bien ce que je voulais pour ma vie, j’étais en plein doute existentiel, un malaise courant ici... Cette organisation, soutenue par Terre des hommes, m’a aidé du point de vue affectif, social, professionnel, par leurs programmes éducatifs, créatifs et instructifs, et aussi grâce aux nombreuses discussions qu’ils m’ont accordées. Après quelque temps, j’ai tenu à contribuer à ces activités en y adhérant comme bénévole.


Dès la fin du lycée j’y ai travaillé comme éducateur et cela m’a aidé à mieux me comprendre moi, et les autres autour de moi. Mes collègues m’ont encouragé à développer mes capacités, et à tenter ma chance à l’université. J’ai réussi l’examen d’entrée et ai pu obtenir une bourse à l’Université Technique de Construction de Bucarest.


La première année a été difficile, du fait de ma situation financière précaire. Mais j’ai pu compter, en complément, sur une donation individuelle. Je touche désormais un montant régulier qui m’aidera à terminer mes études, à couvrir les dépenses scolaires et une partie de mes dépenses personnelles.


Depuis ma rencontre avec les gens de FOC et de Tdh, tous les changements dans ma vie, du point de vue social, éducatif, professionnel ou affectif, ont été positifs et salutaires. Cet appui m’a permis de dessiner une trajectoire droite vers un avenir meilleur et plus sécurisant.



Source : Terre des Hommes

09:40 Écrit par collectif a & a dans Protection de l'enfance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Roumanie, Terre des Hommes | |  del.icio.us