Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2012

Une femme née d'un don de sperme demande à la justice des informations sur son origine.

Depuis plusieurs années, les adoptés revendiquent leur droit à l'identité. Aujourd'hui, comme il était à prévoir, les enfants conçus en cliniques de fertilité, de pères anonymes, veulent connaître leurs antécédents médicaux.
Orphelins génétiques. 

don de sperme.jpg

Les enfants nés d'un don de sperme anonyme ont échoué pour l'instant à convaincre les politiques de leur autoriser l'accès à leurs origines, ils portent désormais leur combat en justice. Pour la première fois en France, un tribunal doit se prononcer, ce jeudi 14 juin, sur la possibilité pour un enfant né d'un don de sperme de connaître l'identité du donneur. Il s'agit du tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis), qui a été saisi par Agathe [le prénom a été modifié], une jeune femme âgée d'une trentaine d'années.

Elle ne réclame pas directement l'identité du donneur, mais demande qu'il soit interrogé pour savoir s'il est d'accord ou non pour se faire connaître. 'S'il refuse, je respecterai son choix', explique-t-elle. A défaut, elle demande des informations non identifiantes sur lui (antécédents médicaux, raisons du don, nombre d'enfants conçus à partir de l'échantillon). Elle souhaite également savoir si son frère, issu lui aussi d'une insémination artificielle avec donneur (IAD), a été conçu avec les mêmes gamètes qu'elle.

"METTRE UN VISAGE AU MILIEU DE CETTE USINE PROCRÉATIVE"

'Dès qu'on se regarde dans la glace, on se demande d'où on vient, décrit la jeune femme. Nous avons tous les mêmes mots pour décrire ce vide.' Elle a appris la façon dont elle a été conçue il y a un peu plus de deux ans. Ses parents avaient attendu que sa vie soit sur des rails. Ce fut un 'choc', suivi 'd'une perte de confiance' dans le monde qui l'entourait. Depuis, elle se sent 'en suspens' et mène l'enquête. 'Au milieu de toute cette usine procréative, je veux pouvoir mettre un visage, poursuit-elle. Tout ce que je veux, c'est savoir et continuer ma vie.' Ses parents la soutiennent. 'Ils sont en souffrance parce qu'ils voient que je le suis', dit-elle.

Elle est soutenue par l'association Procréation.

Lire la suite dans Libération  et Le Monde.

13/04/2012

J’ai le sentiment que mes origines n’ont pas été respectées. Du coup, j’ai eu beaucoup de mal à me projeter dans le futur.

Marie-Therese Gasp.jpgMarie-Thérèse Gasp, aussi connue sous le nom de Dominique Foucher, fait partie des enfants réunionnais déplacés entre 1966 et 1970 dans la Creuse, dans le cadre d’un programme destiné à repeupler les campagnes. Elle raconte les démarches entreprises pour en savoir plus sur ses origines.

A 35 ans, j’ai découvert l’histoire des Réunionnais de la Creuse grâce à un article de Marc Pivois dans le journal Libération : "Adoptés contre leur gré Enfants créoles perdus dans la Creuse". Il m’apportait la réponse à la question que je me posais depuis toujours : qu’est-ce qu’une enfant réunionnaise comme moi faisait à la Ddass de la Creuse en 1966 ? Je savais que j’avais été adoptée, par la famille Foucher, en 1967. Mais je n’en savais pas plus sur mon histoire.

Après avoir lu cette enquête, j’ai consulté mon dossier d’adoption. Au début, le personnel de la Ddass ne me photocopiait que certaines pièces. Au bout de la la troisième consultation, j’ai enfin pu accéder à l’ensemble de mon dossier et procéder moi-même aux reproductions. Mais il y a des pièces manquantes, et je ne peux pas être certaine qu’elles n’ont pas été retirées du dossier. Les employés ne s’expliquent cette disparition.


Je m’appelais en réalité Marie-Thérèse Gasp

C’est dans ce dossier que j’ai découvert que je m’appelais en réalité Marie-Thérèse Gasp. Comme je connaissais mon nom d’origine, je pouvais enfin me mettre à la recherche de ma famille réunionnaise. J’ai retrouvé ma mère en 1999. Elle m’a contactée par téléphone. Au départ, j’étais méfiante. Son fils, Julius, m’a expliquée qu’elle lui avait un jour confié avoir eu un premier enfant, une fille, en 1963. Par la suite, j’ai reçu des photos d’elle. La ressemblance entre nous deux était trop frappante pour être une simple coïncidence.

J’ai appris que ma mère naturelle m’avait confié à un foyer tenu par des religieuses, La Providence, à l’âge de six semaines. A 3 ans, le foyer ne pouvait plus me garder. J’ai donc été expédiée dans la Creuse. Entre 1966 et 1967, j’ai fait des allers-retours entre un foyer, dans lequel je vivais avec d’autres enfants réunionnais, et une ferme, où je tenais compagnie à une vieille dame à la retraite.

En 1967, la famille Foucher cherchait à adopter un troisième enfant, de préférence réunionnais. Ils ont donc contacté la Ddass de la Réunion, qui les a renvoyés vers celle de la Creuse, où étaient inscrits plusieurs enfants originaires de l’île. Mes parents adoptifs, qui habitaient la Sarthe, ne se sont pas trop demandé pourquoi ils étaient là, ou bien ils me l’ont caché.

Pendant ce temps-là, à La Réunion, ma mère me réclamait auprès de l’institut religieux qui gérait La Providence. Elle n’avait jamais compté m’abandonner, et m’y avait placé temporairement parce qu’elle était malade. On lui a répondu que j’étais désormais en France. Pourquoi ces instituts n’ont-ils rien dit, alors qu’ils assistaient à une hemorragie de jeunes enfants vers la métropole ? Quand je leur pose la question, ils me répondent : « On n’était pas au courant. » Je pense qu’ils ont fermé les yeux.


J’essaye actuellement de reconstituer le puzzle de ma vie. J’aimerais savoir, par exemple, si l’enquête réalisée avant que l’on me juge abandonnée a réellement été menée et, si oui, comment. Pour moi, cette histoire ne repose pas seulement sur un dysfonctionnement administratif, c’est aussi une affaire de morale.

L’Etat n’a pas cherché à comprendre les familles réunionnaises. A cette époque, les habitants de l’île, qui ne savaient souvent ni lire ni écrire, faisaient ce que les autorités leur disaient de faire. Il signaient d’une croix des papiers administratifs stipulant qu’ils abandonnaient leurs enfants.

Je suis fatiguée de cette histoire. Souvent, au moment où on pense atteindre la vérité, tout s’écroule et on doit recommencer à recouper les dates. Les documents sont mal dactylographiés, les dates approximatives. Du coup, je privilégie le terrain : les gens acceptent de me parler, surtout à La Réunion.

Ma mère adoptive, elle, ne veut plus me voir. Elle n’accepte pas que je me fasse appeler Marie-Thérèse Gasp. Elle n’a jamais compris pourquoi j’étais retournée à La Réunion. Elle a merdé.


J’attends que l’Etat reconnaisse ses torts

J’ai le sentiment que mes origines n’ont pas été respectées. Du coup, j’ai eu beaucoup de mal à me projeter dans le futur. Je ne parvenais pas à aller au bout de mes projets, qui m’éloignaient de ma quête, celle de la vérité sur mes origines.

Je voudrais comprendre qui je suis. C’est pourquoi j’ai écrit un roman qui raconte l’histoire d’une petite fille dans un orphelinat. Je cherche actuellement un co-éditeur pour pouvoir le publier non seulement à la Réunion, mais aussi en France.

En attendant, j’intente un procès à des représentants de l’Etat. Les autres Réunionnais de la Creuse ont essayé le tribunal administratif. Depuis dix ans, leur affaire n’est toujours pas réglée. C’est pourquoi je me suis tournée vers un tribunal pénal. J’attends avant tout que l’Etat reconnaisse ses torts.

Source: Rue89 | 2 avril 2012

 

- Les «enfances perdues» de l’Australie et de la Réunion.
Entretien avec Ivan Jablonka, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine, chercheur associé au Collège de France.

Source: L'Observatoire des questions sexuelles et raciales | 17.11.2009

02/12/2011

Tinan, auteur du récit "Magnitude 7.3" sur l'adoption en Haïti

Magnitude 7-3 Tinan.jpgMon livre Magnitude 7.3, publié chez Alma Editeur (http://www.alma-editeur.fr), est sorti depuis le 6 octobre. Il est disponible dans toutes les libraires au prix de 18€. Je vous invite à le découvrir, pas seulement parce que c'est moi qui l'ai écrit mais parce que je pense qu'il apporte un regard profondément utile sur la réalité de l'adoption, le déracinement, le multiculturalisme.


Voici le texte de la quatrième de couverture :

Tinan a quatre ans et demi lorsqu’il découvre le sol français. Il vient d’être adopté. Dix-huit ans plus tard, il part pour Haïti rencontrer sa famille. À la joie immense de retrouver sa mère et toute sa parentèle s’ajoute la découverte d’un pays, d’une culture et d’une langue qu’il tente de se réapproprier. Mais comment vivre en étant de deux mondes ? Comment admettre que si l’amour des siens en France lui semble corrompu, en Haïti il apparaît souvent dénaturé par l’égoïsme ou l’intérêt ? Avec beaucoup de pudeur et une grande lucidité, Tinan raconte ce voyage, cet apprentissage, le mélange d’enthousiasme et de doutes au terme duquel il affirme son identité : plus qu’à un pays, il s’appartient à lui-même et son avenir il le construira loin des mensonges, quel qu’en soit le prix.

Magnitude 7.3 est le récit d’un séisme intérieur : comment appartenir à deux cultures, deux terres, deux mondes ?
Voici un extrait du livre.

Tinan Leroy, 32 ans, grandit en France. Après avoir enseigné la physique-chimie, il est aujourd’hui musicien, chorégraphe et professeur de salsa.


Quelques liens :

http://www.salsatango.fr/2011/10/02/magnitude-7-3-lhistoire-haitienne-de-tinan-leroy/
http://www.liberation.fr/monde/01012328119-haiti-adoptions-a-but-lucratif
http://www.unicef.fr/contenu/actualite-humanitaire-unicef/tinan-temoignage-d-un-enfant-deracine-2010-02-18
http://www.alma-editeur.fr/


Au nom de tous les siens


Tinan

 

Vous avez interviewé Tinan Leroy, auteur du livre «Magnitude 7.3»
20 Minutes.fr  


28/11/2011

Grande-Bretagne. Retour sur les enlèvements d'enfants par les services sociaux britanniques.

Via le blog de Jean-Pierre Rosenczveig, président du Tribunal pour enfant de Bobigny "Le scandale des « enfants volés » de Grande Bretagne"

... ...

A en croire deux émissions « Transversales » diffusées sur la RTBF – l’une il y a un an, l’autre ce samedi 26 – il en irait tout autrement à quelques encablures de chez nous, en Grande Bretagne.

On sait que jusqu’à la fin des années 90, le dispositif anglais était très préoccupant. Un service social pouvait proprio motu retirer ses enfant à une famille. Un scandale à Manchester où une psychologie faisait en permanence le diagnostic d’enfant maltraités sexuellement, notamment sodomisés, au point d’avoir enlever plus d’une s d’enfants à leurs parents, avait conduit au Children’s Act qui introduisait un processus judicaire dans le retrait d’enfant. On pouvait penser que la Grande Bretagne était rentrée dans le rang.

A en croire le reportage de Florence Bellone, récompensée pour son premier reportage du Prix européen Lorenzo Natali attribué chaque année à des journalistes de presse écrite, de radio et de télévision engagés pour le développement, la démocratie et les droits de l’homme il n’en serait rien. Il y aurait même matière à forte interpellation d’un pays qui lui aussi se targue d’être la patrie des droits de l’homme.

Je n’ai pas vu le reportage, mais j’ai pu accéder à sa présentation part RTBF en visitant son site.

Je le reproduis volontiers pour inciter au débat et à une comparaison avec ce qui se passe en France. Je ne doute pas que des témoignages viendront confirmer, nuancer, infirmer, mettre en perspective.

En tous cas l’accusation est grave. Il faudra la tirer au clair dans les meilleurs délais. Qu’on en juge :

« En novembre 2010, la diffusion du reportage de Florence Bellone sur la problématique de l’adoption forcée en Grande-Bretagne avait suscité l’émoi. Les mots "adoption forcée" évoquent des scandales comme celui de "l'Arche de Zoé" dans lequel des Occidentaux embarquent des enfants étrangers sous prétexte de les extraire à leur misère, et sans vérifier s'ils sont vraiment abandonnés, pour les placer sur le marché de l'adoption internationale.

Mais le fait qu'un pays européen tel que le Royaume-Uni enlève sciemment les enfants de ses propres familles et les fasse adopter sans le consentement des parents de naissance demeure un phénomène peu connu, car les familles touchées n'ont pas le droit d'évoquer leur cas en dehors de la cour de justice familiale, encore moins d'en parler à un journaliste, sous peine d'emprisonnement.

Le Royaume-Uni a pourtant une histoire douteuse en matière de "protection de l'enfance" depuis le 19ème siècle. L'un des épisodes les plus dramatiques a duré 70 ans : les enfants volés aux familles pauvres étaient envoyés en Australie dans le cadre du programme d'état "Migrant Children" pour y créer "une bonne souche blanche" ! 40 ans après la fin du programme, au début de l'année 2010, Gordon Brown, David Cameron et Nick Clegg ont produit des excuses publiques à la Chambre des  Communes pour ce désastre historique.

La reconnaissance en elle-même de cet exil forcé, malgré plusieurs décennies de campagne par les familles de victimes, n'a pratiquement fait l'objet d'aucune couverture médiatique et ses responsables n'ont jamais été punis. Aujourd'hui, le "gagging order" (ordre de bâillonnement) protège l'état, non seulement de la liberté de la presse, mais aussi de la liberté d'expression. Les parents en sont venus à utiliser les médias alternatifs pour décrire leur calvaire et surtout, retrouver leurs enfants.

Ces dernières années, ce n'est plus la misère matérielle mais les accusations de maltraitance qui préludent au retrait des enfants par les services sociaux. Dans un premier temps, Florence Bellone a écouté les explications de députés désireux d'abolir l'adoption forcée, celles des associations de défense des familles et les témoignages de parents. Il lui est vite apparu que des parents réellement maltraitant ne passeraient pas 10 ou 15 ans à rechercher leurs enfants et à faire tous les tribunaux y compris la Cour Européenne de Justice pour obtenir leur retour… Et surtout, il y a ces milliers de femmes accusées de "future négligence" ou "futur dommage émotionnel" de leur enfant, dès les premiers jours de la grossesse… On leur enlève le nourrisson à la naissance et on leur enlèvera ainsi chaque nouveau bébé, sur la seule foi d'un psychiatre payé par les services sociaux. Leur crime : avoir été victime de violence domestique, soit par leurs parents, soit par leur partenaire, et très souvent par la famille d'accueil ou l'orphelinat ou elles-mêmes avaient été placées. Plusieurs centaines de ces mères, seules ou en couple, ont fui à l'étranger afin de pouvoir garder leur bébé.

Les histoires et dossiers légaux de ces familles lui ont fait connaître l'étendue et la variété des tactiques utilisées par les services sociaux pour piéger les parents. Par la suite, en devenant "MacKenzie friend" (soutien légal auxquels les parents ont droit lorsqu'ils n'ont plus d'avocat), Florence Bellone a pu assister à des audiences dans les tribunaux ainsi qu'aux interrogatoires des parents par les services sociaux. Très souvent, ce qui apparaît d'abord comme des fausses preuves ne sont que des affirmations non vérifiées à la Cour et acceptées par le juge comme faits incontournables. Il en est de même pour les "gardiens" légaux des enfants enlevés, qui représentent l'enfant à la Cour !

L’enquête continue…

Dans un second reportage – celui diffusé le 26 novembre 2011 - sur les « Enfants Volés », Florence Bellone ne donne plus la parole aux parents qui ont perdu leurs enfants mais aux enfants qui ont été eux-mêmes adoptés de force ou du moins, arrachés de force à leur famille. Certains sont aujourd’hui adultes, d'autres n'ont que 11 ou 13 ans. Un raid de la police pour prendre un nourrisson et un entretien d'une femme enceinte avec une assistante sociale donneront aussi une idée des situations cauchemardesques générées par "l'aide sociale à l'enfance". Enfin nous aborderons la question des enfants étrangers dont les familles, se trouvant sur le territoire Britannique, sont tombées dans le piège : Matilde, une fillette française de 11 ans enlevée avec sa petite sœur Louison en juin, a réussi à téléphoner à son père, fin août - trompant la surveillance de sa famille d'accueil - puis à nous-même. Elle raconte "leur vie comme en prison", et surtout demande de l'aide pour retrouver leur père et quitter l'Angleterre…

Shoking à coup sur !

La cour européenne des droits de l’homme CEDH est compétente à plus d’un titre, une fois épuisé les recours nationaux en l'espèce semble-t-il inexistants,  si l'on se réfère à la convention européenne des droits de l’homme:

- art. 3 : traitement inhumain ou dégradant... à l'égard des souffrances imposées aux enfants et à leurs parents;

- art. 5 : droit à la liberté : en l’espèce, des enfants sont enfermés, avec interdiction de communiquer;

- art. 6 : droit à un procès équitable. Ici, des procédures se déroulent en l'absence des intéressés. Les parents ne sont pas appelés dans la procédure d'adoption et ne sont pas tenus informés;

- art 8 : respect de la vie privée : on change le nom et le prénom des enfants adoptés); de la vie familiale (et pour cause....)

- art. 9 et 10 : libertés de conscience et d'expression : les "bagging order" interdisent de manifester son opposition et à quiconque, y compris la presse d'évoquer les cas de familles;

- art. 13 : droit à un recours effectif;

- art. 1er du Protocole n°4 : liberté d'aller et venir; les enfants sont empêchés de circuler;

La Cour européenne des droits de l’Homme a déjà eu l’occasion de se prononcer sur ces « adoptions », reconnaissant une violation des articles 6 et 8 (droit au procès équitable, droit au respect de la vie familiale : Affaire P., C. ET S. c. Royaume-Uni, 16/07/2002 (Requête no 56547/00).

Des avocats anglais ont décidé de soutenir les familles et de saisir la CEDH, mais un journaliste du Daily Telegraph a fait l'objet de poursuites parce qu'il avait diffusé une information, laquelle était susceptible de permettre de reconnaître une famille soumise au "bagging order"...

Le Comité des droits de l'enfant, instance plus politique que judiciaire, pourrait aussi être saisi.

Certains penseront à ce qui a pu se passer dans l’histoire française – comme des enfants « déportés » de métropole à la Réunion – ou tenteront des comparaisons avec le droit français sur la déchéance devenue retrait d’enfant qui peut porter sur les enfants nés, mais aussi à naître. Ayons encorei en mémoire le (récent) projet Morano consistant à rendre rapidement adoptables les enfants confiés à l'ASE par les juges des enfants .... pour résoudre le problèmpe posé par des demandes d'adoption supérieures en nombre aux enfants adoptables : 15 à 20 000 demandes pour 2 235 pupilles del'Etat (pour 150 000 en 1900) !

On peut réagir à ce qui se passe en Grande-Bretagne; on doit rester vigilents sur ce qui se joue ici..


Source : Droit des enfants - Analyser la société à travers le prisme des droits de l'enfant

25/10/2011

Abandon Adoption. Quand la mère se retire. Par Edwige Planchin

Quand la mere se retire Edwige Planchin.jpgAbanDONNER son enfant, c'est lui donner de meilleures chances dans la vie en lui offrant la possibilité d' être adopté par des parents désirants et en capacité de le faire. Or la démarche de confier son enfant en vue de son adoption est non seulement méconnue mais très réprouvée socialement, condamnant les mères à la honte et au secret. Ce livre est le premier dans lequel une mère abanDONNANTE témoigne à visage découvert.

 

J’ai la joie de vous annoncer la sortie de mon témoignage pour adultes : AbanDON Adoption Quand la mère se retire. En effet, j’y retrace l’histoire de mon fils Ulysse, ou plus exactement l’histoire de notre rencontre. Pour ceux qui ne la connaissent pas, Ulysse est né le 22 août 2007 avec une maladie génétique rare : le syndrome de Noonan. Avant la naissance d’Orfée, Patrick et moi avons traversé une longue période d’infertilité qui nous a amenés à beaucoup réfléchir à la famille que nous étions prêts à construire. Nous nous sentions tout à fait capables d’adopter un enfant de moins de trois ans quel que soit son sexe ou sa couleur de peau. Mais nous avions bien compris que nous ne pouvions pas élever correctement un enfant gravement malade ou handicapé. D’autant plus que nous savions que des parents souhaitaient réellement adopter un enfant présentant ce type de particularité. Qu’ils souhaitaient sincèrement devenir ses parents et lui offrir une éducation adaptée. Lorsqu’Ulysse est né, force était de constater que nos limites n’avaient pas changé. En plus, Orfée n’avait que seize mois et l’état de santé d’Ulysse nécessitait des soins très lourds. Et c’est dans le déchirement le plus complet que nous avons du nous résoudre à confier notre fils en vue de son adoption. Le 26 septembre 2007, soit cinq semaines exactement après sa naissance, Ulysse est décédé. Cela a été réellement tragique pour nous et nous a fait vivre énormément de culpabilité. Quatre ans après le drame, nous avons retrouvé paix, confiance et optimisme. Dans mon livre, le premier dans lequel une mère témoigne à visage découvert sur l’abanDON d’enfant, je raconte la manière dont je m’y suis prise pour accepter l’ensemble de ces événements, dépasser la culpabilité et surmonter la douleur. L’histoire d’Ulysse est la plus grande déchirure de toute ma vie. Néanmoins, elle m’a donné la force de témoigner, espérant ainsi pouvoir aider d’autres personnes à avancer et à vaincre leurs difficultés.

Edwige Planchin


Edition L'Harmattan
 

15:43 Écrit par collectif a & a dans Livre - Revue, Témoignage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

21/04/2011

Le double abandon d'Addis, petite Ethiopienne

RUE89.jpgAddis a débarqué en France un matin de printemps. Dans l'après-midi, elle est arrivée dans l'un des chefs-lieux du Berry. Elle a dû s'interroger sur le pourquoi de sa présence dans ce pays inconnu. Addis avait 9 ans. J'ai fait sa connaissance car je parle sa langue natale et que les services sociaux m'ont demandé de servir d'interprète.
 
Les odeurs, les épices de Bahar Dar, la deuxième ville du pays, des « visages brûlées » lui manquent, les couleurs des vêtements des religieux éthiopiens se sont envolés. Les pélicans et ce lac, un des plus grands d'Afrique, riche en îles avec ses monastères à l'architecture circulaire, ces barques en papyrus qui ne tiennent que quinze jours ne seront plus là pour distraire son regard.
 
Le Lac Tana au bord duquel elle a grandi est à plus de 5 000 kilomètres. Addis le verra-t-elle à nouveau ?
 

Ces nouveaux parents avaient-ils la force de l'accueillir ?
 
Quand quelques mois auparavant, elle a vu cette femme et cet homme à la couleur blanche dans l'orphelinat, elle a eu un mouvement de retrait, voire de peur alors que ces Européens venaient de faire la longue démarche de l'adoption internationale.
 
Malgré ce qu'elle avait vécu de drames familiaux – orpheline, elle avait été recueillie par une tante dont le mari violent la rejetait –, elle n'était pas sûre que son avenir était loin de là, de chez elle.
 
Ces « ferendji » (étrangers blancs) se voulaient ses nouveaux parents, mais avaient-ils la capacité d'accueillir Addis avec son vécu, ses fragilités, que possède tout être humain déraciné ?
 
Etranges parents qui, quinze jours après l'accueil joyeux, dépose la pré-pubère dans une maison de l'aide sociale à l'enfance. L'administration départementale désemparée ne sait plus que faire.
 
L'un des « parents », médecin dans un centre hospitalier, est proche du petit monde politique local. Une affaire d'abandon d'enfants éthiopiens a défrayé la chronique à Nantes, on veut éviter aux notables le scandale. Addis ne sera pas déclarée abandonnée, on lui bricole un statut bancal d'enfant trouvée. L'autre avantage de cette déclaration, artifice juridique, était de pouvoir accomplir une nouvelle démarche d'adoption.
 

Etrangère et apatride
 
Addis, paquet de la lointaine Afrique, a perdu de sa valeur affective. Addis tente à plusieurs reprises de se jeter sous les voitures ou de fuir vers l'aéroport le plus proche pour partir « vers le sud-est ».
 
Sa destinée serait à présent d'être en famille d'accueil, à moins que l'administration locale ne décide qu'elle passe sa vie en hôpital psychiatrique.
 
Devenue étrangère pour le pays des origines, l'Abyssinie, Addis est apatride dans son pays d'accueil. Le préfet, tuteur légal de l'enfant, nouvellement nommé, avait l'intention d'essayer de clarifier cette affaire et notamment qu'elle soit déclarée véritablement abandonnée.
 
Nous avons su que la jeune fille est aujourd'hui sous médicaments… En langue amharique, Addis signifie « nouvelle ».
 

Source: Rue89 | Luc Bonnal | Père adoptif | 21/04/2011 
 
 

 

 

 

28/03/2011

Carnet de Voyage. Témoignage de Mee Yung.

Mee Yung adoptee.jpgVoici le début de mon témoignage sur l'adoption internationale ...
Certains se doutent que j'ai été adoptée ; à d'autres, je le leur ai clairement dit.
Mais voilà que savez vous de l'adoption internationale ? Plus exactement ce que peut penser un adopté qui a atteint l'age adulte ?

Pourquoi ai-je décidé d'appeler ce second (?) livre « Carnet de Voyage » ?
ce n'est point pour faire peur par rapport au titre que j'avais en tête au début ... C'est simplement que mon témoignage est le récit de mes voyages en Corée, le premier effectué en 2004, le second en 2005.

Introduction - Préface

Imaginez que vous regardiez un film dont vous avez raté le début. N'avez-vous pas envie de le regarder depuis le départ pour comprendre pleinement l'instant où vous avez commencé le visionner ?
Et si pour votre vie, c'était pareil ?
Comment expliquer le fait que l'on soit arrivé par la « cigogne de fer», que l'on soit en occident entouré de « long-nez » ?

L’adoption est un sujet que tout un chacun a pu aborder. En littérature, les rares livres traitant de ce sujet sont pour la plupart des avis d’adoptants. Mais il est vrai qu’à l’heure où j’écris ces lignes, on commence à peine à voir paraître l’avis de certains adoptés, et enfin, de plus en plus d'adoptés se manifestent !

Pour une bonne partie, les personnes ont pris le recul nécessaire pour faire le point. Qui suis-je ? D’où je viens ? Qu’en est-il de mon pays d'origine ?
Questions pour le moins difficiles, auxquelles il faudra répondre un jour ou l'autre tant du côté des parents que des enfants : du côté adoptant, comme du côté de l’enfant, les attentes sont importantes voire écrasantes. Bien des familles se sont heurtées à l’incompréhension et ont fini par s'enfoncer dans le dialogue de sourds.

Par ailleurs, tout se passe comme si on plaçait l’enfant dans un contexte adulte : on ne semble pas lui laisser le choix : il doit faire table rase de son passé. Mais est-ce pour autant qu’il doit se taire une fois devenu adulte ?

Des discussions que j’ai eues avec des non adoptés, il en est ressorti que je « crachais dans la soupe », que je « méprisais cette fameuse chance d’avoir été élevée en France ».
Cela ressemble, par moment, à des propos d’éleveurs de bétails. Oui, l’adoption est soumise à un marché : il y a une demande forte des pays riches, notamment occidentaux, et une offre « proposée » par des pays plus pauvres...
La chance me dit-on … Parce que j’ai joué au loto et j’ai gagné le gros lot ?

De tels propos ne sont, à mon avis, que le reflet d’une vision erronée de l’adoption. L’adoption n’est, en aucun cas, un chemin semé de roses, bien au contraire… : apprendre à se connaître et se reconnaître, tenter de panser des blessures (manque d’enfants d’un côté, manque d’amour de l’autre.)

Tant que la plupart des personnes abordant le sujet ont / auront une vision judéo-chrétienne, une image d'Épinal, les adoptés adultes auront du mal à s’y retrouver en tant que citoyens de leur pays d’adoption, et de manière plus globale, comme citoyens du monde.

J'ai souhaité que ce récit s'inscrive dans un témoignage sur l'adoption. Cette fois-ci, pour une fois, cela se passe du côté de l'adopté : Ses ressentis, ses expériences.
Non pas que je veuille parler au nom de tous les adoptés, loin de là. Il ne s'agit que d'un témoignage parmi tant d'autres car il y a autant d'histoires que d'adoptions.


Par ailleurs, cet ouvrage fait suite à la demande d’adoptants ou de futurs adoptants. Ils souhaitent connaître l’avis voire mêmes les conseils d’adoptés majeurs. Il est temps pour nous, adoptés majeurs, de dire notre point de vue sur la question. Aussi douloureux soit il pour certains d’entre nous. Foin de nous victimiser ! Bien au contraire, il s’agit avant tout de donner des informations, voire des conseils, mais aussi d’échanger des avis.

Les récits suivants sont le fruit d’une réflexion, assez douloureuse parfois : C’est une partie de ma vie que j’expose aux yeux des lecteurs - raconter sa propre vie est un exercice en soi très difficile et parfois déroutant - et c’est pourtant ce que je vais faire.
Au cours de mes deux premiers séjours, j’ai tenu des carnets de voyage. Ce sont ces carnets que je vais vous présenter maintenant.


La suite sur le forum The Royal IdP Essploring Fundation