Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2009

Au moins un enfant chinois volé adopté réside en Belgique

orphelinat de Zhenyuan.jpgAu moins cinq familles belges, dont plusieurs en Wallonie, ont adopté un enfant originaire d'un orphelinat chinois ayant pratiqué des enlèvements d'enfants.

 

Et au moins une fillette chinoise adoptée a vraisemblablement été envoyée en Belgique contre la volonté de ses parents, écrit Het Laatste Nieuws lundi après avoir mené l'enquête.



Entre 2003 et 2008, l'orphelinat de Zhenyuan a fait partir 42 enfants vers l'étranger, dont 12 au moins ont été enlevés à leurs parents de manière irrégulière. L'Autorité centrale flamande pour l'adoption, qui dépend de Kind & Gezin, ne pouvait pas encore dire samedi si certains d'entre eux sont arrivés en Belgique. "Nous le vérifions encore", selon Leen Du Bois. "Nous avons déjà pris contact avec les autorités chinoises et collaborons aussi avec les instances wallonnes et néerlandaises compétentes."



L'enquête du quotidien flamand montrerait que c'est le cas. "Car dans la période suspecte, 17 enfants au moins seraient venus de la province chinoise de Ghizhou en Belgique, dont cinq provenaient à coup sûr du Zhenyuan Social Welfare Institute."



Un des cinq fait même partie du trio pour lequel la première alerte à été donnée en Chine. L'intérêt médiatique s'est emballé quand un préjudicié s'est plaint sur un forum internet d'un cas flagrant d'enlèvement d'enfant dans le village de Jiaoxi.

 

Suite à ces révélations, la Communauté française de Belgique a commencé ce lundi des opérations de vérification auprès des associations d’adoption belges qui sont les intermédiaires avec ces orphelinats chinois. La Communauté française a également confirmé qu'un cas d'adoption illégale est jusqu'à présent avéré et que des enquêtes sont en cours tant en Belgique qu'en Chine.
Le numéro de téléphone du service adoption de la Communauté française est accessible pour les parents qui souhaitent avoir plus de renseignements : 02/413.41.35


"Des contacts ont été pris avec la Chine"

Explique le directeur du service adoption de la Communauté française Didier Dehou. "Les Chinois nous disent qu'il ne s'agit pas de vols mais bien de l'application du système de planning familial. Ça peut nous paraître choquant, mais c'est ainsi. Et les adoptions concernées se sont passées dans les règles. Que les parents se rassurent, elles sont irrévocables ». Et Didier Dehou d'insister sur le fait que depuis 2005, les dérapages en matière d'adoption sont extrêmement rares".

... ...

Mais au-delà de toute cette surveillance « administrative », il y a aussi un checking au cas par cas, histoire d'être certain qu'un enfant adoptable n'a pas été volé ou arraché de force à sa famille.

« Mais le risque zéro n'existe pas » concède enfin Didier Dehou. « Avec les pays qui ont signé la Convention de la Haye, comme la Chine, il faut faire un minimum confiance ».



Sources: Belga et Actu24.

 

- D'où viennent les enfants adoptés ? Les 180 petits adoptés l'an dernier en Belgique sont originaires de quinze pays.

Le drame des enfants d'origine chinoise enlevés pose la question de l'origine et du fonctionnement de l'adoption.

En Belgique, comme dans de nombreux pays, c'est la Convention de La Haye, rédigée en 1993, qui fait office de référence en la matière. Ce texte place l'enfant au cœur du système. Par contre, les demandeurs d'adoption devront prendre leur mal en patience, l'attente sera (très) longue.

En effet, il est désormais obligatoire de passer par des Organismes d'Adoption Autorisés (OAA). Les parents introduisent une demande auprès des OAA, ceux-ci la renvoient aux autorités centrales d'un pays, puis de l'autre, et enfin, l'autorité centrale active son réseau d'orphelinats. Ces démarches font que les demandeurs ne sont plus en relation directe avec les orphelinats, ce qui limite sensiblement les dangers d'abus et de trafic d'enfants.

Tout ceci n'est valable que pour des pays ayant tous deux ratifié la Convention. Depuis 2005, c'est le cas de la Belgique, comme de la Chine, principal "pourvoyeur" d'enfants de la Communauté française. Ci-joint, les chiffres au sein de la Communauté Française, mais compétences obligent, ils ne connaissent pas ceux de Flandre. 180 enfants ont trouvé une famille en 2008, 32 de moins qu'en 2007.


Source : La Dernière Heure. 7 juillet 2009.

 

- Le scandale de l'adoption met en lumière la bataille des orphelinats en Chine.


An investigation into a child adoption scandal in a southwest China orphanage has brought to light the desperate financial plight of the country's orphanages.
Donations from overseas adopters of abandoned children have become a major source of income for orphanages, today's Southern Metropolis Daily reported.

Source: Shanghai Daily. 15 juillet 2009.

 

- Chinese children abducted for adoption abroad

Despite the fact the Hague Treaty on Inter country adoption which China ratified prohibits all forma of payment to biological parents it is clear that children are being trafficked for adoption from within the Country for huge sums of money, thus again the Hague treaty is proven not again to protect children in difficulty.

Evidence put forward by Brian H Stuy who has many years of study of adoption practices in China proves this and he can even name some 10 Chinese orphanages that flout the rules and are involved in these dubious practices that do not serve the best interest of the child.

All Children Have Rights. Brian Douglas. 9.07.2009.

- Chinese Children also ended up in Belgium


At least four countries are hit by this baby trafficking scheme. United States, The Netherlands, Belgium and Canada. But probably also Spain, France, Sweden, Norway, Denmark, Australia are related countries were these children went.

No government is willing to consider stopping adoptions from China though. Not willing to risk the relationship with the Chinese government and economic and diplomatic relationship. Adopters and Adoption Parents saying that they are shocked by this news but are not giving up to adopt from China.

But year after year new adoption scandals appear and no government is willing to take serious measures to prevent and prosecute childtrafficking or to hold and stop adoptions from high risk areas in the world like China.

 

Source : United Adoptees International Adoption World News.

 

- China babies 'sold for adoption'

Dozens of baby girls in southern China have reportedly been taken from parents who broke family-planning laws, and then sold for adoption overseas.
An investigation by the state-owned Southern Metropolis News found that about 80 girls in one county had been sold for $3,000 (£1,800).
The babies were taken when the parents could not pay the steep fines imposed for having too many children.
Local officials may have forged papers to complete the deals, the report said.

[Traduction en français par Kim Myung-Sook]

 

 


Repères


- Au pays des enfants volés
Selon des chiffres officiels, entre 10 et 20 000 enfants sont kidnappés chaque année dans ce pays, puis vendus à des trafiquants ou à des proxénètes. Le China Daily affirme dans son édition du vendredi 3 juillet que la police vient de découvrir un nouveau trafic à l’adoption dans le sud-ouest du pays. Depuis 2001, quatre-vingt bébés de sexe féminin auraient été vendus à des familles étrangères au « prix unitaire » de trois mille dollars américains. Le plus souvent, se sont les garçons qui sont des cibles de choix. Avec la complicité active ou passive des autorités, des milliers de familles chinoises sont confrontées à ces trafics d’enfants qui sont l’une des conséquences de la politique de l’enfant unique instaurée au début des années 1980.
Radio France Internationale. Nicolas Vescovacci. 3 juillet 2009.


- Chine, le pays des enfants volés
Conséquence directe de la politique de l’enfant unique et de la valorisation des garçons, le trafic d’enfants se développe. Avec la passivité complice des autorités.
Libération. 7 mai 2009.

 

- Child-Theft Racket Growing in China
Los Angeles Times. 1 janvier 2006.

03/07/2009

Bébés de la Chine vendus pour l'adoption

China babies sold for adoption.jpgDes dizaines de bébés-filles dans le sud de la Chine auraient été enlevés de leurs parents qui avaient enfreint les lois de la planification familiale et ensuite vendus pour l'adoption outre-mer.


Traduit de l'article "China babies sold for adoption" paru dans BBC News, le 2 juillet 2009.


Une enquête menée par Southern Metropolis News appartenant à l'état, a révélé que près de 80 filles dans un comté avaient été vendues pour 3.000$ ( 1.800£) à des étrangers.

Les bébés étaient pris lorsque les parents ne pouvaient pas payer les fortes amendes imposées pour avoir trop d'enfants.

Les responsables locaux auraient forgé des documents pour compléter les transactions, indique le rapport.

 

Politique impopulaire

 

Les parents dans les zones rurales ont le droit à deux enfants, à la différence des citadins qui ont droit à un.

Mais s'ils ont plus que cela, ils font face à une amende d'environ 3.000$ - plusieurs fois supérieure au revenu annuel de beaucoup de fermiers.

La politique est très impopulaire chez les habitants des zones rurales, précise Quentin Somerville de BBC à Beijing.

Près de 80 bébés-filles dans un comté de la province du Guizhou, dans le sud du pays, ont été confisqués de leur famille lorsque leurs parents ne pouvaient pas ou ne voulait pas payer l'amende, dit Southern Metropolis News.

Les filles étaient placées dans des orphelinats et vendues à des couples des États-Unis et d'un certain nombre de pays européens.

Les frais d'adoption étaient partagés entre les orphelinats et les fonctionnaires locaux, dit le journal.

La traite des enfants est très répandue. Un resserrement des règles d'adoption pour les étrangers en 2006 s'est révélé inefficace face à la corruption locale.

 

Enfants pris dans les adoptions frauduleuses

 

Traduit de l'article "Kids taken in adoption scam" paru dans Shangai Daily, le 2 juillet 2009.

Un orphelinat au sud-ouest de la Chine a été accusé de retirer des enfants de leurs parents qui ne peuvent payer les amendes pour violation de la politique de planification familiale et de les envoyer à l'étranger pour l'adoption.

L'orphelinat aurait gagné 3.000$US pour chaque enfant placé dans une famille étrangère.

Les allégations impliquent des responsables de la planification familiale dans le comté de Zhenyuan, la province du Guizhou. Ils ont exigé que les parents qui ont violé les règles de contrôle de naissance paient 10.000 yuans (1.460$US) pour chacun des enfants supplémentaires, selon Nanfang Metropolis Daily.

Ceux qui ne pouvaient pas se permettre de payer l'amende ont été ordonnés de donner leur enfant à un orphelinat local, dit le document.

Lu Xiande, un agriculteur de Zhenyuan, s'est fait enlever sa quatrième fille par l'orphelinat en juin 2004, selon le rapport.

La fille de Lu est née en février 2003. Un fonctionnaire de la planification familiale, nommé Shi Guangying, a approché la femme de Lu, Yang Shuiying, et lui a dit que le gouvernement prendrait sa fille parce qu'elle ne pouvait pas payer l'amende, dit le papier.

Shi a dit à la presse que l'enlèvement de l'enfant était en accord avec les politiques de comté. Plusieurs autres résidents ont rapporté des expériences similaires, a dit le journal.

L'orphelinat acheminait les enfants dans le système de la Chine pour les adoptions étrangères, signale le document.

Les familles d'outre-mer envoyaient les applications par le biais des agences d'adoption dans leur pays à un centre d'adoption soutenu par l'état en Chine. Le centre recueillait des informations sur les enfants abandonnés etorphelins du pays, y compris l'orphelinat Zhenyuan, et les envoyaient aux familles adoptives.

Si un enfant était choisie, l'orphelinat recevait 3000$US de la famille adoptive.

L'orphelinat Zhenyuan prétendait que tous ses enfants étaient abandonnés ou orphelins, a indiqué le journal.

Les preuves ont révélé que de nombreux "orphelins" de l'orphelinat Zhenyuan avaient en fait été enlevés de leurs parents par les cadres locaux, selon Tang Jian du bureau de la planification familiale de Zhenyuan.


Via le blog de Kim Myung-Sook, Fabriquée en Corée.

 

Shanghai Children s Home.jpgWeer adoptieschandaal in China.

 

De Chinese overheid heeft ouders gedwongen hun kinderen af te staan en boden hen ter adoptie aan. Een aantal kinderen is via adoptie ook in Nederlandse gezinnen terecht gekomen. Dat melden Chinese media volgens dagblad "Trouw".

Volgens deze media gaat het om een tehuis in het district Zhenyuan in de provincie Guizhou. Sinds 2001 zouden ongeveer tachtig kinderen zijn weggehaald van hun ouders, in dit tehuis zijn ondergebracht en ter adoptie zijn aangeboden. In China staat een boete op het krijgen van meer dan één of twee kinderen. Wanneer de ouders de boete niet konden opbrengen, werd het ‘illegale’ kind weggenomen.

Dit adoptieschandaal staat niet op zichzelf. Al eerder berichtte Netwerk over verdachte adopties uit China, nadat een groot adoptieschandaal in het district Shaoyang in de provincie Hunan werd onthuld in 2006. Families dienden daar een petitie in waarin ze hun afgenomen kinderen terugeisten.

Uit dat schandaal bleek dat Nederlandse adoptieorganisaties ook kinderen adopteerden uit kindertehuizen die bij het schandaal betrokken waren. Maar na de geruststellende woorden van China aan het Ministerie van Justitie bleef en blijft Nederland kinderen uit China adopteren.

Vanavond in Netwerk antwoord op de vraag hoeveel verhandelde Chinese kinderen via adoptie in Nederland terecht zijn gekomen.

Source: Netwerk.

 

Repères

- Adoptions en Chine. Les autorités enlèveraient les enfants de leurs parents.

- China. Guizhou Family Planning case.

- A propos de la politique de l'enfant unique en Chine.

15/05/2009

Le commerce d'orphelins. Un regard sur les familles touchées par la corruption des adoptions internationales.

Orphan Trade.jpgThe Orphan Trade. A look at families affected by corrupt international adoptions.

By E.J. Graff


[Via Pound Pup Legacy - Kerry ]



Who wants to buy a baby? Certainly not most people who are trying to adopt internationally. And yet too often—without their knowledge—that's what happens with their dollars and euros.



Westerners have been sold a myth that poor countries have millions of healthy abandoned infants and toddlers who need homes. But it's not so. In poor countries, as in rich ones, healthy babies are rarely orphaned or given up—except in China, where girls have been abandoned as a result of its draconian one-child policy.



Yes, tens of thousands of needy children around the world—many languishing in horrible institutions—do need families. But most children who need new homes are older than 5, sick, disabled, or somehow traumatized. Quite reasonably, most prospective Western parents don't feel prepared to take on those more challenging kids, preferring to wait in line for healthy infants or toddlers.



The result is a gap between supply and demand—a gap that's closed by Western money. Adoption agencies spend sums in-country that are enormous compared with local per-capita incomes. In poor countries without effective regulation or protections for the poor, that can induce locals to buy, coerce, defraud, and kidnap healthy children away from their birth families for sale into international adoption.



To use the language of globalization, orphans are sometimes "manufactured": Children with families are stripped of their identities so that Westerners can fill their homes. No one knows how many or how few are "manufactured." Whatever the proportion, the Western adoption agencies can plausibly deny knowing what their local contractors are doing wrong—and yet continue to send tens of thousands of U.S. dollars in per-child commissions to local "facilitators" who supply children. Once an illicit orphan-manufacturing chain gets going, "facilitators" may even solicit older and unhealthy children to order. When one country's adoptions are closed down to regulate or stop the trafficking, the adoption industry moves to the next "hot" and under-regulated country. (For Americans, these are currently Ethiopia and, to a lesser degree, Nepal.)



Sometimes these people don't seem real; their names are strange, and they live far away, in unimaginably different circumstances. To help imagine their lives, we present some pictures of families affected by corrupt adoptions.



Click here to read a slide-show essay about international adoption.

17:35 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us

14/05/2009

Enfants adoptés en provenance de l'Inde souvent volés

Adoptiekinderen uit India vaak gestolen.jpgDes centaines d'enfants adoptés de l'Inde n'ont jamais été volontairement abandonnés par leurs parents, mais ont été volés ou vendus par des trafiquants, souvent avec l'aide de l'orphelinat.
Dans l'émission néerlandaise "Een Vandaag", le récit d'une mère australienne qui découvre que son enfant a été adopté contre le souhait de la mère biologique indienne et qu'il a été vendu.


Adoptiekinderen uit India vaak gestolen

Honderden adoptie-kinderen uit India zijn nooit vrijwillig door hun ouders afgestaan, maar blijken te zijn gestolen of verkocht door mensenhandelaren, vaak met medewerking van weeshuizen. In EénVandaag het verhaal van een Australische moeder die ontdekt dat haar geadopteerde kinderen tegen de zin van hun biologische Indiase moeder zijn verkocht.

 

Source : Eén Vandaag.

 

"Enfants adoptés en provenance de l'Inde souvent volés" est la traduction du titre de l'émission néerlandaise : "Adoptiekinderen uit India vaak gestolen".


Certes, il ne faut pas généraliser. Mais quand même ..., il y a de sérieuses dérives dans l'adoption internationale!
Et pas uniquement en Inde bien sûr.

17/04/2009

Trafic d'enfants au Libéria. Une ONG poursuit en justice les autorités.

Liberia.jpgMonrovia - Une organisation libérienne de défense des droits de l’Homme a annoncé jeudi qu’elle avait porté plainte pour trafic d’enfants contre le gouvernement et un organisme d’adoption après la disparition le mois dernier de 35 petits Libériens.

 

Selon le Centre indépendant des droits civils et humains (CHRC) les enfants, âgés de un à douze ans, ont disparu alors qu’ils étaient en passe d’être adoptés par le biais du Réseau ouest-africain d’aide aux enfants (WACSN), organisme enregistré auprès du gouvernement pour faciliter l’adoption d’enfants Libériens par des familles américaines. "Nous avons porté plainte contre le gouvernement et l’organisme d’adoption" pour trafic d’enfants, a indiqué à l’Afp Mervin Page, dirigeant du CHRC.

 

L’affaire sera examinée vendredi par un juge de Monrovia, a-t-il ajouté. Selon le Chrc, les enfants ont été interceptés par les autorités alors qu’ils s’apprêtaient à s’envoler vers les Etats-Unis avec leurs familles adoptives. "D’après nos informations, ces enfants étaient prêts à partir avec leurs parents adoptifs quand le ministère de la Santé, avec le soutien du ministère de la Justice, les ont interceptés à l’aéroport."

 

Source : Le Soleil - Sénégal.

06/04/2009

Grand ménage sur le marché de l’adoption au Guatemala.

 

Guatemala-Grand-Menage-sur-le-Marche-de-l-Adoption.jpgDevant l’ampleur du trafic d’enfants qui sévit dans le pays, le gouvernement a choisi de mettre de l’ordre. Un changement d’attitude qui complique la vie de milliers de familles américaines en quête d’un bébé.

 

Le gouvernement du Guatemala a reconnu, le 23 mars 2009, qu'il détenait des preuves indiquant que des orphelins de la guerre civile avaient été proposés à des familles étrangères - en majorité américaines - en vue d'une adoption, plutôt qu'on s'efforce de retrouver leurs proches. 

Une enquête est en cours, dont les conclusions devraient être publiées en avril.

 

Source : Courrier International n° 961.

 

Repères

 

- Guatemala: 46 enfants découverts dans un orphelinat clandestin
Quarante-six enfants destinés à une adoption illégale ont été découverts dans un orphelinat clandestin du Guatemala. [...] Les adoptions d'enfants par des étrangers, notamment des Américains, se multiplient au Guatemala.
Lire la suite


- Un médecin arrêté au Guatemala pour adoptions frauduleuses
Un médecin a été emprisonné ce jeudi 3 juillet au Guatemala sur décision d'un tribunal qui le soupçonne d'être [...] Des intermédiaires véreux tentent d’exploiter le désir de couples du Nord d’adopter un enfant abandonné au Sud.
Lire la suite


- Le Guatemala suspend les adoptions d'enfants par des étrangers
Le Guatemala suspend, sauf exception, les adoptions d'enfants par des ressortissants étrangers, mettant fin à une pratique qui [...] Jusqu'à la création du CNA, les vols d'enfants aux fins d'adoption illégale étaient [...]
Lire la suite

- Pour satisfaire la demande d'adoption, le Guatemala exporte ses enfants
Au Tchad, l'Arche de Zoé a tenté d'enlever une centaine d'enfants. Le Guatemala, lui, en exporte des milliers chaque année, un commerce lucratif. Deux exemples extrêmes. 
Lire la suite

 

23/03/2009

Des éthiopiens condamnent la vente d'enfants pour l'adoption

Ethiopians condemn the sale of children for adoption


[Via le blog de Roelie Post, Romania-for export only]

 

La semaine dernière la CBC canadienne a donné la parole à des parents adoptifs canadiens au sujet de leurs enfants éthiopiens. Contrairement à ce qui est mentionné dans les documents d'adoption, l'investigation de la CBC indique que les enfants ne sont pas orphelins.

- L'article complet : Ethiopian adoption. Canadian parents raise concerns.
- Une vidéo en langue française peut être visonnée sur Radio-Canada


Le Comité de solidarité pour les prisonniers politiques éthiopiens est venu à la rescousse des enfants d'Ethiopie.

Aujourd'hui, la déclaration suivante a été publiée en ligne : 
"Il faut condamner la vente d'enfants sous couvert de l'adoption".

 

Repères

- Adoption de l'Ethiopie. Des pratiques douteuses.