Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2014

Film-enquête sur les vols de nouveau-nés dans les maternités sous le franquisme

rapt-bebe-espagne.jpgEnterrar y Callar, est un film terminé en 2014 par Anna Lopez Luna qui traite du rapt de nouveau-nés dans des hôpitaux publics. Les vols ont débuté à la fin de la guerre d’Espagne. Il s’agit au départ de soustraire des enfants à l’influence néfaste de combattantes républicaines, afin de les élever dans la “vraie foi” en les baptisant puis en les confiant à des couples catholiques.[2] Il se crée ainsi un vivier dans lequel dignitaires et familles pratiquantes en mal d’enfants vont puiser. Les guerres civiles ont cela de particulier qu’elles font s’affronter idéologiquement différentes fractions de la même population. D’un  côté il y a les tenants du pouvoir en place, de l’autre les républicains. L’autorité ecclésiastique et l’autorité séculière s’allient pour “sauver ces jeunes âmes” en perdition. Ce trafic commandé par la dictature a perduré bien après la chute de Franco. Les désastres de la guerre civile se sont poursuivis jusqu’à récemment… Si, dire que la moitié des Espagnols est en train de réaliser qu’elle a été adoptée illégalement par l’autre moitié est excessif, les familles décomposées et recomposées aux grès de cabales de notaires, médecins et religieuses sont légion.
...

Mémoire, corruption, séquelles de la dictature en Espagne : Enterrar y Callar (2014) d’Anna Lopez Luna

 

14/02/2012

Nouvelle étude: Les adoptés et le risque de suicide.

Karolinska Institutet.jpgUne nouvelle étude suggère que tant l'inné et l'acquis travaille ensemble pour augmenter le risque de suicide chez les enfants adoptés.

 

A new study from Karolinska Institutet and Johns Hopkins University in Baltimore, USA, shows that adopted children from a biological family with experience of suicide were more likely to themselves attempt suicide if their adoptive mother had also been treated for a psychiatric disorder. The results, which are presented in the scientific periodical The American Journal of Psychiatry, suggest that the genes can be affected by environmental factors, according to the researchers.
It is known from previous research that a family that has already suffered a suicide is at risk of a recurrence. Suicide appears to be more likely in those who are exposed to suicidal behaviour in the family as a child or teenager than as a young adult. Suicidal behaviour is also slightly more likely in adults if, as children, their mother - rather than their father - had attempted suicide. To ascertain whether this increased risk is genetically or environmentally determined researchers at Karolinska Institutet and Johns Hopkins studied early-adopted children with an enhanced family-related suicide risk but, as adoptees, no exposure to a suicidal act by a biological parent.
Their results show that the likelihood of an adopted child attempting suicide later in life was unaffected if there was only one biological parent who had committed or attempted suicide or if the adoptive parent had been receiving psychiatric treatment before the child turned 18; however, there was a four-fold risk if a biological parent displayed suicidal behaviour and the adoptive mother had been in psychiatric care.

"We see this as a sign of hereditary-environment interaction, whereby the biological or genetic inheritance can be influenced by environmental factors in early childhood," says investigator Professor Bo Runeson at the Department of Clinical Neuroscience, Karolinska Institutet. "Identifying and treating psychiatric disorders in parents is one possible way to prevent a predisposition for suicidal behaviour being passed down to the next generation."

Source :Adoptees at higher suicide risk if both biological and adoptive parents have psychiatric problems |  Karolinska Institutet


D'autres études sur de thème

09:17 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert, Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

22/09/2011

Tourisme d'orphelins du SIDA: une menace pour les jeunes enfants en milieu résidentiel

vulnerable-children-and-youth-studies.jpgVulnerable Children and Youth Studies. AIDS orphan tourism: A threat to young children in residential care.

Abstract

The dominant global perception that sub-Saharan Africa is experiencing an “AIDS orphan crisis”, coupled with growing trends in international voluntourism, has fostered a potentially high-risk situation for already vulnerable young children in the region. This article reviews the current discourse on what is being called a crisis of care for children, as well as literature on out-of-home/family care and its adverse impacts on child development. We also describe an emerging “AIDS orphan tourism”, and show how short-term attachments formed between children in group residential care and volunteers may worsen known impacts of institutional care. This article advocates against the exploitation of especially vulnerable young children in sub-Saharan Africa for commercial gain by tour operators in the current growth of “AIDS orphan tourism”. We instead propose that young people who wish to volunteer their time and talents to assist children less fortunate than themselves be properly informed about children's development and attachments to others, as well of the vulnerabilities and rights of young children, especially those outside of family care.


Conclusion


As Adebe and Aase (2007) argue, contradictory notions of orphans have been constructed by donor and recipient organizations with the aim to induce an immediacy to act. The consequence is that stereotypical images which are not representative of the nuanced, everyday lives of the vast majority of children affected by HIV/AIDS are both constructed and reproduced. In such constructions, the child is disconnected from context, alone and with no available support mechanisms (Ruddick, 2003). It is this discourse that permeates the landscape of “children and HIV/AIDS” for the international media, NGOs and now tourism operators. Although the HIV/AIDS epidemic is clearly having a deleterious impact on families and children in sub-Saharan Africa, we are concerned about the ever-increasing number of residential facilities being established, a vast number of which remain unregistered and operate outside of the law (Abdulla et al., 2007). On this landscape, the growing international volunteer tourism industry is placing very young, vulnerable children at increased risk.
This article draws attention to the many young vulnerable children currently living in residential care in sub-Saharan Africa. Residential care as a viable, sustainable option to the challenges of caring for children in the context of the HIV/AIDS epidemic presents enormous challenges. Further, the consensus remains that such care often causes serious problems for the short- and long-term development of children. Repeated disruptions of attachment and abandonments in the form of “AIDS orphan tourism” exacerbate these risks. For these reasons, this article makes a number of points: the first is that every resource should be utilized to support families to enable them to provide high-quality care for their children. Out-of-home residential care should not be an option when support can be given to families to take care of their children. Second, children out of parental care have a right to protection, including against experiences that are harmful for them. In particular, they have a right to be protected against repeated broken attachments as a result of rapid staff turnover in orphanages, exacerbated by care provided by short-term volunteers. Third, welfare authorities must act against voluntourism companies and residential homes that exploit misguided international sympathies to make profits from the conditions in which vulnerable young children are placed. Last, well-meaning young people should be made aware of the potential consequences of their own involvement in these care settings, be discouraged from taking part in such tourist expeditions and be given guidelines on how to manage relationships to minimize negative outcomes for young children.

Source


Repères

- Orphan Tourism
Adoption talk Malinda

- Cambodia's orphan tourism
With more than 600,000 orphans in Cambodia, we look at the booming business behind the country's orphanages.
Un documentaire de Al Jazeera

11:12 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us

17/05/2011

Familles d'accueil : l'étude tant attendue

Alter Echos.jpgL'étude de la Fondation Roi Baudouin sur les familles d'accueil est finalement sortie, après de longs mois de travail. Elle a pour titre "A la rencontres des familles d'accueil, profils, attentes, vécus."

 

Cette étude, lancée par la Fondation Roi Baudouin, avec le soutien de la ministre de l'Aide à la jeunesse, Evelyne Huytebroeck, a été réalisée par le Panel démographie familiale de l'institut des sciences humaines et sociales de l'université de Liège.

Il s'agit d'un état des lieux des familles d'accueil en Communauté française. Pour rappel, des mineurs peuvent être placés par une autorité mandante (Conseiller ou délégué de l'aide à la jeunesse ou juge de la jeunesse) dans une famille d'accueil. Il faut pour cela que l'enfant soit en danger.

On constate depuis longtemps qu'il est difficile d'attirer de nouvelles familles d'accueil et que celles-ci vivent des difficultés au quotidien (administrative, financières, organisationnelles, relationnelles, avec la famille d'origine par exemple). Alors que la ministre doit procéder à des arbitrages pour son plan d'action pour les mineurs en danger, cette étude intervient à point nommé pour l'aider à faire des choix.

Le long document de la Fondation Roi Baudouin présente quelques données chiffrées. On y découvre les points de vue des familles d'accueil (450 ont été entendues), des familles d'origine et des professionnels de la jeunesse.

Des recommandations sont émises sous forme de "pistes de réflexion" avec un volet administratif et un volet organisationnel. Enfin, une recommandation importante sur l'accompagnement est mise en évidence. "Tous les intervenants rencontrés ont souligné l'importance d'un encadrement par une équipe pluridisciplinaire", peut-on lire dans l'étude. Le non-encadrement des familles d'accueil par des services de placement familial est un problème important dont Alter s'était déjà fait l'écho dans son numéro 313.

La ministre de l'Aide à la jeunesse, Evelyne Huytebroeck, interviewée dans "La Libre Belgique" du 12 mai estime que des pistes seront tracées d'ici juin, qui seront présentées en septembre. A l'heure actuelle, elle envisage un renforcement des moyens alloués aux services de placement familiaux ainsi que le lancement d'une campagne de recrutement des familles d'accueil.

Pour lire l'étude : http://www.kbs-frb.be/publication.aspx?id=279052&Lang...

Source: Alter Echos

Faire une place à un enfant qui n’est pas le sien

En Communauté française, 3 000 enfants vivent dans une famille d’accueil. La Fondation Roi Baudouin est partie à leur rencontre : profils, vécus, attentes…

Un enfant sur cent ne vit pas dans sa famille biologique en Communauté française. Autrement dit, sur les 600 000 mineurs francophones, 6 000 grandissent hors de leur foyer d’origine, dont la moitié dans des institutions (pouponnières, institutions publiques de protection de la jeunesse, internats, homes ) et l’autre moitié dans des familles d’accueil.

Dans le cadre de l’Aide à la jeunesse, les parents d’accueil assument volontairement la garde d’un enfant dont ils ne sont ni le père ni la mère. Le mineur leur a été confié dans le cadre de l’aide consentie (à la demande des parents de naissance) ou contrainte.

Il arrive souvent que la famille d’accueil soit constituée par des membres de la famille élargie de l’enfant (une tante, des grands-parents ) ou une connaissance de la famille d’origine. Au départ, l’accueil se fait dans l’urgence, pour éviter le placement dans une institution ; l’entourage de l’enfant réagit à une situation de crise. Ces familles d’accueil non-encadrées par un service de placement familial (SPF) relèvent du Service d’aide à la jeunesse (SAJ) ou du Service de protection judiciaire (SPJ). Quand la situation s’installe dans la durée et que la famille est ensuite encadrée par un service de placement, on parle de "reprises de guidance". Depuis plus de dix ans, c’est le cas de 80 % des nouvelles situations suivies par les services de placement familial. Dans les autres cas, l’enfant est placé dans une famille "sélectionnée" et encadrée par un service de placement familial.

Mais que sait-on de ces familles qui accueillent au total 3 000 enfants ? Quels sont leurs profils, leurs vécus, leurs difficultés, leurs attentes ?

Pour objectiver cette problématique, la Fondation Roi Baudouin a lancé une étude quantitative et qualitative sur l’accueil familial qui a été confiée au panel démographie familiale de l’université de Liège, sous la direction de Marie-Thérèse Casman. Un questionnaire a été envoyé à 1 100 familles d’accueil ; 450 d’entre elles y ont répondu. Des entretiens ont aussi été menés avec des accueillants et des professionnels du placement familial.

Qu’en ressort-il ? "Selon les professionnels, il y a une forte augmentation de la charge de travail liée aux situations à encadrer, principalement due à l’état de santé physique et psychique des enfants à placer, décrits comme abîmés, expose Marie-Thérèse Casman. Ils posent des questions comme : est-on obligé d’aimer ses parents ? Pourquoi je suis né ? A quoi je sers ?"

Les familles d’accueil, tous types confondus, ont décrit une série de difficultés rencontrées au cours du placement. Qui sont parfois très pragmatiques, comme les trajets liés à l’enfant accueilli, qui doit être conduit à des consultations médicales, psychologiques, sociales Une petite aide logistique soulagerait les familles d’accueil.

Idem pour les lourdeurs administratives : pour quitter le territoire belge, les accueillants doivent obtenir la signature des parents biologiques, même pour un week-end à la Côte-d’Opale. Cela complique l’organisation de la vie quotidienne, surtout quand les parents biologiques ont disparu dans la nature ou que les relations avec eux sont tendues (lire ci-dessous).

Les parents d’accueil se plaignent aussi de devoir avancer des sommes parfois considérables pour des soins ou des services et de perdre beaucoup de temps et d’énergie à en obtenir le remboursement. Piste avancée dans l’étude : élaborer un système s’inspirant du tiers-payant.

Autre sujet sensible : la révision annuelle de la décision de placement, qui génère beaucoup de stress, tant pour l’enfant placé que pour les familles. Pourquoi ne pas envisager que cette révision corresponde mieux aux étapes de vie de l’enfant (rentrée à l’école primaire, passage en secondaire ) ? - ce que suggèrent plusieurs acteurs.

Le fait que l’accueil soit administrativement terminé à 18 ans pose aussi douloureusement problème aux familles d’accueil qui ont parfois suivi l’enfant depuis ses premiers mois. A la majorité, tous les subsides et tous les encadrements s’arrêtent, alors que le jeune a rarement fini sa scolarité.

Voilà donc le rapport sur le bureau de la ministre en charge de l’Aide à la Jeunesse, Evelyne Huytebroeck (Ecolo), qui a soutenu l’étude. "D’ici la fin juin, on va tracer des pistes, qui seront présentées en septembre, réagit, à chaud, la ministre. Je vois au moins deux choses sur lesquelles on peut avancer. Un : une partie du budget prévu pour le plan d’action pour les mineurs en danger et en difficultés sera attribuée aux services de placement familial. Deux : prévoir une campagne de recrutement de familles d’accueil."

Parce que les services de placement familial galèrent pour trouver des familles candidates. Il y a régulièrement pénurie et des dizaines d’enfants en bas âge sont coincés dans les pouponnières en attendant une famille d’accueil. "La mission des parents d’accueil est peu visible, mal connue et donc mal reconnue", relève Mme Casman. L’étude montre pourtant que l’expérience est enrichissante pour les familles d’accueil : 61 % de celles qui ont réalisé un projet d’accueil conseilleraient cet investissement.


Source: La Libre Belgique


Familles d'accueil et adoption : les liaisons dangereuses

Adopter un enfant et en accueillir un sont deux choses bien différentes. Pourtant, chaque année, des familles d'accueil adoptent l'enfant dont ils ont la garde quotidienne. Ces parents sont-ils tous bien informés de leur rôle ? Les relations avec les parents d'origine sont-elles toujours bien respectées ? Plongée dans un univers où les réactions émotionnelles sont prégnantes.

Source: Alter Echo

10:05 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert, Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us

05/04/2011

Conclusion d'une recherche sur l'adoption d'enfants brésiliens par des familles européennes entre 1980 et 1985

sylvia nabinger.jpgQuelle que soit la pression exercée sur les pays d'origine des enfants par la demande émanant des postulants dans les pays d'accueil, l'adoption internationale ne peut, en aucun cas, être considérée comme la solution au problème de l'enfance démunie et abandonnée au Brésil ou dans tout autre pays qui souffre d'une inadéquation entre les ressources disponibles et l'ampleur des problèmes liés à l'enfance. En effet, la seule considération qui doit fonder le prononcé d'un jugement de filiation adoptive et de la sortie d'un mineur vers une autre région du monde, c'est intérêt de enfant.

 

La procédure d'adoption internationale, dont ont bénéficié les enfants brésiliens, objets de cette recherche, conformément à la loi brésilienne du 13 juillet 1990 relative au statut de l'enfant et de l'adolescent (art. 31), à l'article 21 (b) de la Convention internationale des droits de l'enfant, de 1989, et à la Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale signée à La Haye le 31 mai 1993 (Préambule alinéa 3 et art. 4-b) avait le caractère de subsidiarité exigé par le droit interne et les grands instruments internation aux réglementant cette matière.


En définitive, il apparaît clairement que l'adoption internationale ne peut représenter qu'une solution individuelle pour certains enfants de même qu'une réponse à la demande de certains parents adoptants. L'adoptabilité ne doit pas uniquement se concevoir d'un point de vue juridique, mais c'est un concept beaucoup plus large qui intègre un ensemble complexe d'éléments psychologiques dont la capacité affective à affronter le bouleversement le plus profond qui soit: un changement d'état lié àun déplacement transculturel. L'ensemble du processus adoptif doit impérativement être encadré par des services de professionnels, seuls garants avec l'intervenant ultime, le juge, de l'intérêt supérieur de l'enfant, comme le préconise la Convention de La Haye de 1993 en ses articles 10 et 11. Le rôle de ces « tiers obligés » est essentiel. La médiation de la démarche par des équipes pluridisciplinaires de professionnelscompétents et spécialisés, tant dans le pays d'origine de l'enfant que dans le pays d'accueil, apparaît comme la seule méthode pour que l'adoption d'un enfant venant de l'étranger ne soit pas une «aventure» - [dé]marche sans savoir où l'on va - mais une décision à laquelle le risque est inhérent, comme pour tout acte humain qui doit être mesuré autant que faire se peut. Cette fonction centrale des intermédiaires a, semble-t-il, peu retenu l'attention des chercheurs. En analysant les facteurs de réussite ou d'échecs en matière d'adoption internationale, les chercheurs se sont attachés de façon quasi exclusive soit au profil de l'enfant, soit aux caractéristiques présentées par les adoptants. Au terme de cette étude, il nous semble que les chances de réussite de toute démarche adoptive qui s'inscrit de plus dans un cadre transculturel reposent essentiellement sur les capacités d'élaboration psychique des différents intervenants professionnels.


A l'heure où, au Brésil, une frange de l'opinion publique et des milieux professionnels concernés s'interrogent sur la véracité des rumeurs et de certaines investigations journalistiques concernant des trafics d'organes sur la personne d'enfants sortis de leur pays d'origine sous le couvert de procédures d'adoption internationale, il apparaît particulièrement pertinent de multiplier des recherches de cet ordre. C'est par ce biais que l'on pourra rendre à l'adoption internationale son vrai rôle de mesure de protection de l'enfant et sa faculté d'interpeller l'opinion collective et les gouvernements sur la richesse et l'espoir de l'humanité qu'incarnent ses enfants.

 

Source : Thèse pour le doctorat de droit privé soutenue publiquement par Sylvia BALDINO NABINGER le 14 Décembre 1994

08:15 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brésil, adoption internationale | |  del.icio.us

13/02/2011

Fruits de l'Ethiopie - Une étude sur l'adoption internationale en Ethiopie

En 2009, l'agence d'adoption hollandaise Wereldkinderen a passé un contrat avec Against Child Trafficking pour conduire une recherche sur l'exactitude des dossiers d'adoption d'enfants adoptés en Ethiopie.
Un rapport a été finalisé en octobre 2009. Il résume les enquêtes dans 25 dossiers d'adoption sélectionné aléatoirement d'enfants adoptés en Ethiopie entre 2004 et 2009. 19 de ces 25 cas, qui sont analysés dans le rapport, présentent au moins des irrégularités.


Fruits of Ethiopia - A study on intercountry adoption in Ethiopia

In 2009, Dutch adoption agency Wereldkinderen contracted  to conduct research into the correctness of adoption files of children adopted from Ethiopia. In October 2009, a report was finished, which summarized investigations into 25 randomly selected adoption files of children adopted from Ethiopia between 2004 and 2009. 19 of these 25 cases contained at least some irregularities, which are analyzed in the report.

Le rapport complet

Read more  Pound Pup Legacy

 

26/01/2011

1ère mondiale à Bruxelles. Un bébé naît d'une greffe d'ovaire.

Logo UCL Clinique St Buc Bruxelles.jpgNaissance. Une greffe entre soeurs non jumelles: première mondiale à'UCL
"Une chance de plus pour les couples infertiles", Jacques Donnez, service de gynécologie des cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles.


En 1992, cette technique n'existait pas encore et aucun «matériel» de la mère de l'enfant n'a pu être conservé à l'époque.

Un bébé est né mercredi du transfert de matériel ovarien entre soeurs non jumelles aux cliniques Saint-Luc, rapporte Le Soir. Il s'agit d'une première mondiale. A la suite d'une maladie génétique, la mère de l'enfant avait dû subir, en 1992, une chimio et une radiothérapie, ce qui avait provoqué une ménopause prématurée de la jeune femme."Depuis quelques années, la médecine a mis au point une technique de conservation, à l'abri dans le froid, de portions d'ovaires, voire d'ovocytes qui permettent d'envisager le projet de naissance après guérison de la patiente", souligne encore Le Soir.

La Belgique est pionnière en la matière. Ainsi, le premier enfant conçu par le biais de cette technique est né à Saint-Luc et, sur les 15 enfants nés dans le monde de cette technique, 4 l'ont été en Belgique.

Mais en 1992, cette technique n'existait pas encore et aucun «matériel» de la mère de l'enfant n'a pu être conservé à l'époque.


Communiqué de presse

Source: La Libre Belgique | 26.01.2011