Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2011

L'Académie de médecine veut faciliter l'adoption nationale en France

Dans un rapport, qui doit être adopté mardi 22 févier en séance plénière, l’institution dénonce les failles du dispositif français qui laisse des enfants en souffrance, délaissés par leurs parents sans pour autant être adoptables



Le constat est sévère. Dans un rapport voté mardi 22 février en séance plénière, l’Académie de médecine lance un appel à réformer l’adoption nationale en France, qui concerne aujourd’hui quelque 800 enfants par an, soit une adoption pour cinq adoptions internationales.

Complexité du dispositif, dilution des responsabilités, lenteur des procédures : pour son rapporteur, le professeur Jean-Marie Mantz, qui a présenté les conclusions de ses travaux la semaine dernière, les conséquences sont graves.

Même lorsque le délaissement parental est avéré ou que des maltraitances sont constatées, les enfants ne sont pas pour autant adoptables. Un grand nombre, estime-t-il, passe donc de famille d’accueil en famille d’accueil sans pouvoir établir un lien affectif stable et construire leur avenir (30 % des sans-abri ont été placés dans leur enfance, rappelle le rapporteur).

Dans sa présentation, ce professeur émérite de réanimation médicale a notamment mis en exergue deux chiffres éloquents : alors que 20 000 enfants maltraités sont signalés chaque année, seuls 132 enfants « en danger » ont été adoptés en 2008.

Certaines associations invitent cependant à la prudence


La question du délaissement parental n’est pas nouvelle et pas simple à évaluer. Il y a trois ans, Jean-Marie Colombani, l’ancien directeur du quotidien Le Monde, déplorait déjà dans un rapport le faible usage de l’article 350 du code civil qui permet d’engager une « demande en déclaration judiciaire d’abandon », lorsque les parents d’un enfant placé s’en « sont manifestement désintéressés » l’année précédente.

En 2009, Nadine Morano, alors secrétaire d’État à la famille, présentait en conseil des ministres un projet de loi comportant deux dispositions importantes : il prévoit d’une part que les travailleurs sociaux évaluent, dès la première année de placement, puis une fois par an, s’il y a ou non désintérêt « manifeste » des parents ; d’autre part, que le parquet puisse saisir le tribunal d’une demande de déclaration d’abandon, préalable à l’adoption de l’enfant.

Cependant, remaniement oblige, Nadine Morano n’a jamais défendu son texte au Parlement, qui reste à ce jour dans les cartons.

Certaines associations invitent cependant à la prudence. C’est le cas d’ATD Quart Monde, qui rappelle combien il peut être difficile d’évaluer le délaissement parental.

«Nous suivons des familles dans des situations de détresse telles qu’il leur est parfois difficile de maintenir le lien avec leur enfant placé, explique Maryvonne Caillaux, l’une des permanentes de l’association. Je connais des mères qui aiment leurs enfants mais ne savent pas faire, se sentent dévalorisées ; certaines ont des troubles psychiatriques avec lesquelles elles se débattent. Hier encore, l’une d’elles, qui disait qu’elle ne voulait plus voir ses adolescents car les relations étaient très difficiles, m’a confié : “Ce n’est pas que je ne veux plus les voir, mais je souffre trop” », raconte la responsable associative, sans nier la nécessité, dans des cas extrêmes, de couper le lien.

"L’enfant se construit s’il comprend son histoire"

Maryvonne Caillaux est toutefois convaincue que les cas de délaissement avéré sont « extrêmement rares » et ont donc peu d’incidences sur l’adoption nationale, contrairement à l’analyse de l’Académie de médecine. En revanche, le rapporteur et la militante se retrouvent sur un point : l’intérêt, dans un grand nombre de cas, de passer par l’adoption simple, permettant de maintenir un lien avec le parent biologique.

« L’enfant se construit s’il comprend son histoire, note ainsi Maryvonne Caillaux. S’il n’a que des bribes, si on efface délibérément ses parents biologiques, il risque d’en souffrir. » Afin de ménager la place de chacun, tout en sécurisant l’adoption simple, Jean-Marie Mantz suggère donc de rendre cette dernière irrévocable, tout comme l’adoption plénière, une proposition que la permanente d’ATD Quart Monde  juge intéressante.

Le rapporteur émet d’autres recommandations, dont il a fait part la semaine dernière, en présentant des dessins d’enfants poignants. Il propose de rendre obligatoire le signalement de maltraitance par le médecin, qui se retranche parfois derrière le secret médical pour ne pas le faire.

Il suggère aussi la création d’une filière de familles d’accueil bénévoles, choisies parmi les candidates à l’adoption, en parallèle avec les familles d’accueil rémunérées, et de simplifier les processus administratifs et judiciaires de prise en charge des enfants en danger. Quant au désintérêt parental, il estime qu’il pourrait être évalué en six mois et non un an comme le prévoit actuellement le code civil.

Selon Geneviève Miral, présidente de l'association Enfance et Famille d'adoption, favorable à cette évolution, «il faut faire très attention à la manière dont on avance sur ce sujet douloureux et complexe». Pour cela, elle préconise de modifier les pratiques. «Notamment, les services sociaux disposent de très peu d'outils pour évaluer le délaissement parental.»


Source: La Croix, Le Figaro | 22.02.2011.

 

"Responsabilisation des médecins à signaler les sévices avérés sur les enfants"

Traduction: les médecins deviennent des flics obligés de signaler les "mauvais parents". A qui? à la Justice ?  Ce faisant, ils sortent donc clairement de leur rôle de soignant. De surcroît, cette recommandation est préconisée par la Haute Académie française de Médecine! Appel à la délation?
Manque pas de culot cette académie.

Petit débat sur le blog de Jean-Vital de Montléon, pédiatre, à propos de l'enfance maltraitée, hors sujet sur l'adoption.

04/02/2011

Description du Syndrome Adoptif Génétique (SAG)

Logo Angry Adoptive Mom Adoption Gene.jpgThe adoption gene

 

I don’t know about you all, but I’m reaching a point of complete and utter frustration with certain segments of the adoptive parent community.

I mean, how many times do you have to explain the pain that thousands of living, breathing people have experienced because of adoption to get that it isn’t all about you? How many times do your stereotypes about “birth mothers” and “angry adoptees” have to be dismantled before you get that adoption stereotyping is wrong?

And how many times do you have to be told that the very real love you feel for your child isn’t proof that adoption is all good?

Maybe I’ve just lived too long or something, but I getting to a point at which I think it’s fruitless to even try to influence some APs out there. Between the religious zealots and the organized extremists, we - especially the adoptees - who are calling for something as unimpeachably logical and legally just as an adopted person’s right to access their original birth certificate are simply lost in the cacophony of pro-adoption rhetoric, or as Joy called called it, the “Hollywood informercials on adoption.”

Read more

15:06 Écrit par collectif a & a dans Opinion, Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us

02/11/2008

Le Guatemala lance une campagne pour recruter des parents d'accueil et des parents adoptifs dans leur propre pays.

 

adoption-Guatemala.jpg[Un article publié par Kim Myung-Sook sur son blog Fabriquée en Corée]

 

L'article Guatemala seeks domestic fix to troubled overseas adoptions publié dans Chicago Tribune le 26 octobre 2008, annonce que le Guatemala lance une campagne pour recruter des parents d'accueil et des parents adoptifs dans leur propre pays.

 

Le Guatemala a passé une nouvelle loi qui a retiré les adoptions des mains d'avocats et des autres acteurs privés. Les adoptions font désormais partie d'un système du gouvernement. En travaillant sur son nouveau système, le nouveau Conseil national de l'adoption du Guatemala a dit en septembre qu'il n'acceptera pas de nouveaux cas.

 

Le Guatemala recrute des parents d'accueil et des parents adoptifs dans leur propre pays.

 

Pendant que le Guatemala travaille pour trouver une meilleure solution, d'autres l'examinent scrupuleusement.

 

From the United Nations to potential adoptive parents in the U.S., Guatemala's experiment is getting scrutiny because many of the children who can't find temporary or permanent families will end up in deficient institutions.

 

Cet examen approfondi de l'expérience du Guatemala, est-ce pour aider ce pays ou pour pouvoir leur dire "votre système ne fonctionne pas, continuez donc à nous donner vos enfants"?

 

Les défenseurs de l'adoption internationale critiquent la nouvelle loi. Ils disent que cette loi crée une barrière qui empêche les enfants d'avoir des parents aimants. Et ils doutent que le Guatemala puisse avoir les ressources pour bien prendre soin de ces enfants.

 

U.S. groups that advocate for international adoption have criticized the new law, saying it is creating barriers that keep children away from loving parents. And they have expressed doubts that Guatemala has the resources to properly care for those children.

 

Une barrière qui empêche les enfants d'avoir des parents AIMANTS? Est-ce à dire que seuls les gens des pays riches qui peuvent être des parents aimants? Les parents guatémaltèques ou les parents "biologiques" ne pourraient-ils pas aussi être des parents aimants? Ces enfants ont certainement déjà des parents aimants. (D'ailleurs, ne dit-on pas aux enfants adoptés que leur mères (biologiques) les ont abandonnées par amour?)

 

Si vous êtes réellement préoccupés par le bien-être de ces enfants, vous pouvez aider à la préservation des familles autrement que par l'adoption internationale qui ne fait qu'alimenter les trafics d'enfants et déchirer des familles naturelles au profit des gens des pays plus riches.

 

Si vous avez des doutes quant aux ressources du Guatemala de bien prendre soin de ses enfants, il y a d'autres solutions. Aidez le Guatemala à préserver ses familles. Très souvent, des familles sont déchirées par l'adoption internationale pour des situations temporaires. J'ai fait une liste de quelques fondations à la fin de mon message blog intitulé "Adopt villages, not pet children"

 

- Inside Story-Guatemala adoption scandal-13 Aug 07- Part 1
Youtube.

- Inside Story-Guatemala adoption scandal-13 Aug 07- Part 2
Youtube.

 

17/08/2008

Le Dr. Richard Boas se lève pour les mères célibataires coréennes.

RichardBoas.jpg[Thanks to Romania - For Export Only. Roelie Post]


Dr. Boas stands up for Korean unwed mothers.


A number of adult adoptees, adopted from South Korea, has organised themselves in order to call for "Urgent Need for Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea".
Their website is worth visiting and a participation form can be downloaded.


Dr. Richard Boas, founder and director of Korean Unwed Mothers Support Network, gave an excellent talk at the Korean Women's Development Institute on Thursday, August 14 in Seoul.

See the video.

Download Richard Boas speech.


->  Dr. Richard Boas speaks on Korean unwed moms

En remerciant Kim Myung-Sook [Fabriquée en Corée] pour la traduction en français.

"Dr Boas est un parent adoptif d'une jeune fille de la Corée. Il avait l'habitude de promouvoir les adoptions internationales, mais après son premier voyage en Corée, il a soudainement fait un virage de 180 degré et il a investi beaucoup de temps, d'argent et d'énergie dans le soutien des mamans coréennes célibataires au cours des deux dernières années. Il a créé un réseau de support pour les mères célibataires en Corée (Korean Unwed Mothers Support Network). Il a également été un merveilleux auditeur à l'adulte a adoptées et mon plus grand respect." J. J. Trenka (du site YouTube)


Traduction du discours du Dr Richard Boas


Bonjour. Je suis honoré de prendre la parole au forum de KWDI d'aujourd'hui. Je suis fondateur et directeur de The Korean Unwed Mothers Support Network (Le réseau de support des mères célibataires coréennes) qui prône et élève la visibilité de la question de la difficile situation des mères célibataires coréennes et de leurs enfants. De plus, j'ai créé à l'hôpital de Norwalk, au Connecticut, ainsi qu'à l'hospice de Connecticut, les fonds qui aident les patients atteints de cancer et leurs familles. Je suis un membre du conseil d'administration de la Charte Challenge Oak Foundation, qui aborde les problèmes de la pauvreté et le manque d'une éducation de qualité à Bridgeport dans le Connecticut, une des villes les plus pauvres aux États-Unis.


En 1987, ma femme et moi avions déjà eu deux merveilleux enfants, et nous souhaitions avoir un troisième enfant. Nous avons décidé d'adopter de la Corée, car nous avions compris que les enfants nés de mères célibataires faisaient face à un avenir difficile, en particulier les filles. En adoptant, nous espérions donner à un enfant une vie meilleure aux États-Unis. De plus, nous avions compris que la Corée et les États-Unis avaient développé les meilleurs systèmes d'adoption internationale au monde. Esther est née à Pusan en Octobre 1987 et est venue à nous trois mois et demi plus tard.


Pendant de nombreuses années, j'ai été un ophtalmologiste spécialisé dans le glaucome, une maladie qui peut rendre potentiellement aveugle. C'était le gratifiant pourtant je souhaitais aider les gens d'une manière différente.


En 2005, j'ai appris que de nombreuses familles locales ne pouvaient adopter en raison d'une hausse exorbitante des coûts. J'ai été particulièrement ému par leur désir d'adopter des frères et sœurs des enfants déjà adoptés, également des enfants avec des besoins spéciaux. J'étais vraiment reconnaissante envers Family and Children's Agency (FCA)dans le Connecticut et à Social Welfare Society dans Séoul (SWS)de nous amener nos enfants et je voulais être en mesure d'aider d'autres familles à adopter, comme nous l'avons fait.


J'ai commencé des rencontres avec d'autres familles adoptives dans ma région. Ensemble, nous avons commencé l'Adopted Fondation à FCA. Alors que j'étais avec la Fondation, nous avons aidé une quinzaine de familles. C'était vraiment gratifiant d'examiner les demandes des familles, et donner des subventions qui les aidaient à adopter.


Je croyais en notre travail, et je voulais faire tout mon possible pour le promouvoir, alors j'ai demandé de me joindre aux travailleurs sociaux de FCA pour leur voyage en Corée, en Octobre 2006, à mes frais.


Le voyage m'a complètement changé.


Je n'étais pas prêt à ma réaction à tenir des enfants (certains âgés d'à peine quatre jours), à rencontré des enfants avec des besoins spéciaux, de visiter des enfants malades à l'hôpital, et de voir un garçon âgé de trois mois et sa mère d'accueil. Ces enfants avaient été abandonnés par leurs mères célibataires, et donc étaient rendus orphelins. Toutefois, j'ai été profondément ému par une douzaine de jeunes femmes dans le service de SWS à Daegu. Elles toutes âgées d'environ 18-24 ans, toutes étaient enceintes et non mariées, et chacune de ces mères avait déjà accepté de renoncer à son enfant. Tout à coup, je me suis rendu compte que 20 ans plus tôt, la mère d'Esther était l'une de ces femmes, et Esther était l'une de ces orphelins. Et j'ai eu la réponse à une question qui m'avait toujours tracassé depuis l'adoption d'Esther; je n'avais pas reconnu ou validé la femme qui a donné naissance à mon enfant, ni la relation entre elles.


J'avais fortement appuyé l'adoption de la Corée. Toutefois, je me suis rendu compte que j'avais été aveugle aux circonstances des mères célibataires coréennes, leurs enfants et les familles, et les éventuels effets négatifs de l'adoption, en particulier l'adoption internationale, sur la mère et l'enfant. Soixante-dix pour cent des mères célibataires coréennes abandonnent leurs enfants. Les États-Unis chiffrent à 2%. Pourquoi cette disparité? Est-ce vraiment nécessaire? Plus important encore, n'est-ce pas le droit de toute mère aimante et capable d'élever son enfant, si elle choisit, non seulement en Corée, mais partout dans le monde? Les femmes que j'ai rencontrées à Daegu, et Young Ja, la mère d'Esther avant elles, ont douloureusement renoncé à leurs enfants, en particulier sans alternative de la société.


Avec ma pensée brusquement changé, je suis retourné la maison, posant la question suivante: Comment puis-je, en tant que parent adoptif américain, aider afin que les meilleurs intérêts des mères célibataires et de leurs enfants soient rencontrés? Existe-t-il un rôle que je devrais jouer, faudrait-il faire une différence, et serait-il accepté et adopté par la société coréenne? Si une femme choisit de garder et d'élever son enfant, comment puis-je aider à augmenter la probabilité qu'elle sera en mesure de le faire? Si elle devait choisir de placer son enfant pour l'adoption, comment pourrais-je l'aider? Si Esther était née la semaine dernière, quelle aurait été la bonne chose à faire pour elle et sa mère?


L'adoption de la Corée a augmenté de plus de 50 ans comme une réponse valable aux besoins des orphelins de guerre et des enfants engendrés par les militaires américains. L'adoption continue pour des raisons complètement différentes. Certaines adoptions internationales pourraient toujours être nécessaires. Toutefois, pourquoi la Corée, un pays démocratique parmi les 12 plus grande économie au monde, n'aide-t-elle pas ses propres citoyens? Pourquoi ne fait-elle pas tout ce qu'elle peut pour aider les femmes célibataires à garder et élever leurs enfants, si elles le souhaitent? Ces femmes courageuses méritent toute l'aide qu'elles peuvent obtenir!


Étourdi, j'ai quitté la fondation de pro-adoption internationale que j'avais aidé à démarrer. Au lieu de cela, j'ai commencé à mettre l'accent sur les mères célibataires coréennes et de leurs enfants. Mon espoir est que je pouvais faire quelque chose pour aider les Coréens à faire positivement face à ce problème.


Une femme coréenne célibataire et son enfant subissent la stigmatisation sociale, l'hostilité, l'aliénation de sa famille, l'insuffisance des ressources pour élever son enfant, et le manque de soutien gouvernemental. Même s'il y a un père, la mère se fait dire que puisqu'elle a créé le problème, elle doit le résoudre, à elle seule. Si la mère abandonne son enfant pour adoption - c'est ce qu'elle fait habituellement, elle est confrontée à la culpabilité et la honte pour le reste de sa vie. J'aime ma fille, et aussi reconnaissant que je sois que Esther soit devenue ma fille, ça me fait souffrir de voir une femme abandonner son enfant parce que la famille, la société et le gouvernement ne la supportera pas - tout comme Esther a été abandonnée par sa mère. J'ai rencontré beaucoup de Coréens qui se sentent coupables à ce sujet, mais qui semblent ne pas vouloir ou ne pas pouvoir le changer.


Je respecte et comprends que les Coréens ont une durée d'histoire de cinq mille ans, avec des traditions patriarcales soulignent la lignée de sang et une stigmatisation à l'encontre des mères célibataires et de leurs enfants. Cette stigmatisation de longue date est largement soutenue par les politiques publiques actuelles.


Il est important pour moi de contribuer à rendre plus visible la situation difficile des mères célibataires et leurs enfants, et d'éduquer, d'informer, de promouvoir des discussions, même débat, et de servir de ressources dans l'espoir que les Coréens traiteront positivement le problème, à leur manière. Les Coréens ont une merveilleuse occasion d'entourer ces mères et ces enfants.


C'est mon cinquième voyage en Corée en moins de deux ans. J'ai entrepris un certain nombre d'activités qui comprennent (mais ne sont pas limités à): le soutien de Ae Ran Won, qui aide les mères célibataires et leurs enfants, le soutien de Korean Women's Worker's Association, Korean Women's Associations United, ainsi que Hanbumo -qui tous fournissent soutien aux mères célibataires âgées. J'ai également le plaisir de soutenir la recherche qui sera entreprise par KWDI, sur un éventail de questions concernant les mères célibataires.


Je suis venu en Corée cette fois-ci pour poursuivre mes travaux en cours, l'avenir contiendra des voyages de retour, j'espère, pour travailler avec mes amis et collègues dans ce merveilleux pays. Merci.





->  Richard Boas speaks in support of Korean mothers.


A couple of years ago I met Rick Boas at the KAAN Conference in Boston. Rick is a physician and the adoptive father of a daughter from Korea. He attended the session Claudia and I did that year, which we called Universal Motherhood, Universal Loss (in which Claudia rocked, by the way). In conversation after the session, Rick shared that he had had a revelation on a trip to Korea some years ago. Edited, with thanks to Rick for the additional information, to add: On a visit to a Korean agency-sponsored home for unmarried mothers, the fact that many mothers were surrendering their children for reasons of poverty, hit him hard. Korea, after all, is the 13th largest economy in the world. That trip was on behalf of a foundation he had founded to assist adoptive families. It opened his eyes, and his focus changed from adoptive families to mothers and children.
Third Mom.


->  American adoptive father launches campaign to help unwed Korean moms

Just one year ago, Dr. Richard Boas, the American father of an adopted Korean girl named Esther, was financially helping other Americans so they could adopt children from overseas.

However, Boas' perspective radically changed after visiting Korea late last year. Now, he is an activist for the rights of single and unwed mothers and their children. Moreover, he has become a staunch supporter of domestic adoption within Korea. "Isn't it in the best interest of a developed society -- any society that loves its children -- to support them in whatever way possible?" Boas asked in an interview with Yonhap News Agency earlier this week.
Korea.net