Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2014

100 000 enfants pauvres ont été placés de force en Suisse jusqu'en 1981 : ils parlent de leur souffrance

placementdeforceensuisse.jpgLe 31 mars 2014 devant le Palais fédéral à Berne, un groupe d’anciennes victimes ou de leurs descendants ont lancé officiellement la campagne de signatures pour l’initiative populaire demandant la création d’un fonds de réparation.

Jusqu’en 1981 en Suisse, 100 000 enfants de la pauvreté ont été placés de force dans des familles ou des institutions. De plus en plus de victimes franchissent le mur de la honte pour demander reconnaissance et réparation. Rencontres avec notre partenaire swissinfo.ch.

Sources : Rue89 et Swissinfo

11:14 Écrit par collectif a & a dans Abandon, Appel, Maltraitance, Protection de l'enfance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suisse | |  del.icio.us

14/01/2014

Pour des adoptions internationales plus éthiques

Irrégularités, manque de transparence, confusion avec l’humanitaire… Des voix s’élèvent pour stopper les dérives de l’adoption internationale qui ternissent son image.


Mercy, mercy («Pitié, pitié»), l’histoire vraie d’une adoption… Tel est le titre d’un documentaire danois, projeté en France, le 20 novembre dernier, lors du festival «Enfances dans le monde» organisé par le Bureau international catholique de l’enfance (BICE) et qui pourrait bien bouleverser notre regard sur l’adoption internationale, comme il est en train de bouleverser celui des Danois.

La réalisatrice (Katrine Riis Kjaer) a en effet filmé pendant quatre ans l’adoption de deux enfants éthiopiens par un couple danois. On y voit leurs parents «biologiques», malades du sida, céder à la pression d’une agence d’adoption, leur faisant espérer un avenir meilleur («c’est une chance pour vos enfants», «remerciez simplement Dieu de ce qui vous arrive. Ne vous inquiétez pas pour eux, ils vous oublieront.») ; puis, pris de remords, aller frapper désespérément aux portes de l’orphelinat pour réclamer, comme on leur a promis, des nouvelles de leurs enfants.

On suit surtout le parcours tragique de Ruba et de Masho (4 ans), qui ne comprend pas ce qui lui arrive, réclame sa maman, s’enferme dans des crises de violence… jusqu’à ce que ses parents adoptifs, désemparés, la confient aux services sociaux.

«C’est probablement l’un des documents les plus forts et les plus dérangeants sur les abus de l’adoption internationale, mais aussi sur nos rapports aux pays pauvres», souligne Alessandra Aula, secrétaire générale du BICE. Manipulation des parents d’origine, instrumentalisation des enfants, absence de préparation des parents adoptifs aveuglés par leur désir d’enfant, irresponsabilité de l’agence et des autorités danoises. «Ce film montre tout ce qu’il faudrait bannir pour qu’une adoption soit faite dans l’intérêt de l’enfant.» Le gouvernement danois a d’ailleurs depuis suspendu les activités de son agence Danadopt en Éthiopie. «Une adoption ne doit jamais s’apparenter à une vente ou à une pseudo-vente», insiste Alessandra Aula, qui rappelle aussi l’attachement du BICE aux principes énoncés par la Convention internationale des droits de l’enfant et par la convention de La Haye, qui régit l’éthique de l’adoption : «Il faudrait autant que possible le laisser dans sa famille élargie, en favorisant le développement communautaire sur place.» 

C’est aussi la position de l’Unicef. «L’adoption internationale peut être une solution pour l’enfant, quand elle est faite dans son intérêt. Mais dans certains pays, des réseaux se sont organisés, qui ont perdu de vue cet objectif», souligne Jean-Claude Legrand, conseiller régional en protection de l’enfance à l’Unicef (à Genève). Les pays d’accueil ont dans ce domaine une part de responsabilité. «Leurs ambassadeurs se retrouvent avec le mandat d’obtenir des enfants à adopter, et sont tentés de faire du chiffre, en compétition avec les autres pays.» «Il faut qu’on mette fin à ces dérives, insiste-t-il. C’est dans l’intérêt de tous. D’autant plus qu’un nouveau phénomène émerge : le nombre grandissant d’adoptions en échec, certains enfants ayant le sentiment d’avoir été “enlevés” ou “achetés”. De plus en plus d’adolescents adoptés sont placés dans les services sociaux, même si les gouvernements ne veulent pas publier leurs chiffres. La commission d’enquête mise en place par le gouvernement danois sur les adoptions en Éthiopie a également révélé que de plus en plus de familles adoptives européennes renvoyaient leurs enfants dans leur pays.» 

Sur ces zones sombres de l’adoption, on préférait ne pas lever le voile. Mais le silence commence à se briser. En France, les associations d’adoptés commencent à être mieux écoutées. Regroupées dans le Conseil national des adoptés (CNA), elles viennent de publier une «charte éthique», où elles demandent un plus grand respect de leurs parents d’origine, une totale transparence, et un encadrement plus rigoureux des procédures. «Si les adoptions frauduleuses restent minoritaires, les dérives sont encore trop fréquentes», regrette Cécile Février, présidente du CNA. «Les incitations à l’abandon et les manipulations des parents sont encore courantes dans les pays où on ne connaît pas l’adoption plénière : on leur fait croire qu’ils garderont des liens, que leurs enfants leur enverront de l’argent… On voudrait un meilleur contrôle des OAA (organismes agréés pour l’adoption) à tous les niveaux, car ils bénéficient jusque-là d’une certaine impunité.» Mais elle espère aussi faire changer les mentalités. «L’adoption n’est pas un geste humanitaire, insiste-t-elle. Et il faudrait faire comprendre qu’un enfant peut être heureux dans sa famille même si elle est pauvre, et qu’on n’adopte pas pour lui donner un niveau de vie meilleur.»

 

Lire la suite dans La Croix.


11/09/2013

Sur internet, des parents américains échangent leur enfant adopté

The_child_exchange.JPG

Reuters révèle l'existence d'un réseau de groupes Yahoo! et Facebook dédiés à l'échange d'enfants aux Etats-Unis.
 

De plus en plus de parents américains proposent sur les réseaux sociaux des enfants qu’ils ont adoptés mais dont, quelques années après, ils ne veulent plus. Cette pratique, facilitée par la législation américaine, ouvre la porte à toutes sortes d’abus.

Le « re-homing », soit une adoption dite de « seconde mains » a fait son apparition aux États-Unis. Des parents proposent sur internet leur enfant adopté dont ils ne veulent plus. Il peut alors être à nouveau adopté par n’importe qui et sans aucun contrôle.

« Nous avons adopté une petite Chinoise de 8 ans. Malheureusement, après cinq jours à la maison, le courant ne passe pas. Cela intéresse quelqu’un ? » Cela ressemble à une annonce pour se débarrasser d’un animal devenu encombrant, et pourtant il s’agit bien d’une petite fille. Une petite fille qui quelques jours seulement après avoir été adoptée est déjà proposée au tout-venant. Aussi choquant que cela puisse paraître, cela n’a rien d’une exception comme le démontre une enquête de 18 mois de l’agence Reuters.


Enfant adopté à donner

Des annonces comme celles-là, Reuters en a découvert plus de 5000 sur le net. Elles ont été publiées sur des groupes Yahoo ou Facebook par des parents voulant se débarrasser d’enfants qu’ils avaient adoptés peu de temps auparavant. La plupart sont âgés de 6 à 14 ans et viennent de pays comme la Russie, la Chine, L’Éthiopie ou l’Ukraine.

 Après avoir été informé de l’existence de ces groupes de don d’enfant sur son site, Yahoo les a immédiatement supprimés. Facebook lui a refusé. La porte-parole du réseau social s’est justifiée en expliquant qu’« Internet est le reflet de notre société. Les gens utilisent toutes sortes de moyens de communication pour aborder toutes sortes de problèmes, y compris les plus compliqués comme c’est le cas ici ». Ce groupe, appelé « Way stations of Love » est toujours actif, mais est désormais privé. Il est donc impossible d’y accéder sans y être invité par un membre.

Des enfants à maltraiter ?

L’enquête de Reuters montre que, souvent, ces enfants « à donner » sont maltraités dans leur nouvelle famille. « Ils n’ont pas été élevés par leurs parents biologiques et ont été envoyés dans un pays qu’ils ne connaissent pas, parfois sans même parler l’anglais » explique Michael Seto, un Canadien expert dans les cas d’abus sexuel sur les enfants. « Ils sont une proie facile particulièrement susceptible d’être exploitée».

C’est notamment le cas de Quita, une adolescente de 16 ans originaire du Liberia. Elle a été adoptée par une famille américaine avant d’être refourguée par petite annonce dans la famille Eason. Problème : Nicole Eason a perdu la garde de son propre bébé à cause de « problèmes psychiatriques sévères et de tendances à la violence ». Quelque temps auparavant elle avait également été accusée d’abus sexuels sur des enfants dont elle s’occupait comme baby-sitter. Pas vraiment le profil de rêve pour une nouvelle maman.
Se débarrasser d’un enfant est très facile aux USA

Selon les lois américaines, une simple procuration permet aux parents de confier la garde de leur enfant à un autre adulte. Si à l’origine cette procédure a été mise en place pour des situations temporaires - comme c’est le cas quand un enfant est confié à un proche en cas d’absence des parents - elle est désormais aussi utilisée pour transférer des enfants adoptés chez de parfaits inconnus. Personne ne vérifie chez qui va l’enfant et les autorités de protection de l’enfance n’enquêtent pas sur le nouveau foyer à moins que ce dernier change d’État. Mais là aussi, rien dans la loi n’oblige les parents à le signaler.

Selon une estimation du gouvernement entre 10 à 25 % des adoptions internes au pays échouent. « Si l’on applique ce pourcentage aux adoptions d’enfant étranger, 24 000 enfants ne seraient plus élevés par les parents qui les ont adoptés initialement ». Les experts ajoutent que ce pourcentage pourrait se révéler plus important encore à cause du manque de soutien accordé aux parents adoptifs.

Sources : RTBF - Le Vif




28/05/2013

La Convention de La Haye est impuissante à prévenir les abus dans le domaine de l'adoption internationale

20 ans de la Convention de La Haye - La Fédération Internationale de Terre des Hommes dresse le bilan

 

bilan_CLH.jpg

 

La Fédération Internationale de Terre des Hommes (FITDH) dresse le bilan des 20 ans de la ratification de la Convention de La Haye (CLH). Dans un communiqué publié le 28 mai 2013, la FITDH estime que la CLH est, en elle-même, impuissante pour prévenir les pratiques abusives dans le domaine de l’adoption internationale. La faute au manque de volonté politique des Etats parties qui rechignent à changer leurs législations et à mettre en place des procédures adéquates pour renforcer les contrôles.

 

 

Lire l'article complet.

 

 

 

02/12/2012

Arche de Zoé : quelques leçons apprises…

arche-de-zoe.jpgA l’occasion du procès qui s’ouvre, en France, cette semaine (03.12.12), l’affaire de l’Arche de Zoé (en 2007) revient dans l’actualité et permet de rappeler quelques leçons apprises, à la lumière de cette pitoyable saga.

 

 

Y avait-il « exercice sans autorisation de l’activité d’intermédiaire en adoption d’enfants » ?

L’Arche de Zoé ne s’est jamais présentée aux familles comme ayant le statut légal d’intermédiaire en adoption. Mais, tant par écrit (dans les documents d’informations aux familles) qu’oralement (dans les conférences publiques) la possibilité de l’adoption est toujours mentionnée comme l’étape suivant l’accueil des enfants, mais sous la seule responsabilité des familles, celle de l’Arche de Zoé « s’arrêtant » à la remise des enfants aux familles dès l’arrivée sur sol français.

Un des critères de sélection des familles étant la capacité de prise en charge des enfants à vie, attestée si possible par un agrément de l’Aide Sociale à l’Enfance, des familles ont « naturellement » vu ainsi, de bonne foi, la possibilité de réaliser leur désir d’adoption, plus rapidement et pour moins cher que dans les procédures habituelles.

 

Les fondateurs de l’Arche de Zoé ont sciemment surfé sur l’appel d’air créé par la conjonction d’une situation d’urgence et d’une « demande » d’adoption, en proposant une procédure « accélérée » d’arrivée d’enfants présentés – qui plus est – comme orphelins et en danger de mort. Or l’adoption n’est pas une action d’urgence et seuls sont adoptables les enfants déclarés tels par les autorités de leurs pays.

La suite sur le blog de Bernard Boeton "Chronique de l'Abrincate"

Arche de Zoé : "Ma mère m'a dit que les Blancs nous auraient mangés"
Le Monde

Arche de Zoé: l'absence d'Eric Breteau, une "grande lâcheté"
RTL


Historique de l'affaire "Arche de Zoé" au Tchad

 

05/05/2012

La Cour suprême indienne demande de suspendre les adoptions internationales.

Via FirstPost.India, sous le titre, Baby Business?


The Supreme Court has issued notice to the union government and the Central Adoption Resource Agency (CARA)- an autonomous body under the ambit of the Ministry of Women and Child Development- based on a writ petition demanding suspension of inter-country adoption in the absence of a law monitoring such adoptions.

Pune based NGOs ‘Sakhi’ and ‘Advait Foundation’ had moved the apex court saying that inter- country adoption has turned into a lucrative business, as adoption agencies are giving undue preference to prospective adoptive parents in foreign countries over Indian couples in need of children.

The petition has sought a detailed investigation into the procurement of children through extortion, blackmail, threats and through bribery of government officials. It also asks the court to look into what it is calling the inhuman condition of children in various agencies.

“At present there are 5000 Indian families on the waiting list for adopting a child, whereas 600- 800 children are annually sent abroad by way of inter- country adoption from India. It is significant to note that though we have a population of 110 crore, we send these children abroad keeping our families without babies to nurture,” said Anjali Pawar of Sakhi.

The petition also alleges that many “missing” children reach adoption agencies from where they are shipped out to foreign destinations. “The CBI should probe the link between missing children and children going in inter- country adoption”, they said.

At present there is no enactment governing inter- country adoptions in India. The adoption of children bill, introduced in the Rajya Sabha in 1972, aimed at making a uniform country wide law for adoption. But it was dropped due to strong opposition from the Muslim community.

The Guardians and Wards Act, 1980, provides for the appointment of guardians, but does not regulate the adoption of children by Indians or foreigners.

A foreigner wanting to adopt an Indian child makes an application before the district court asking it to appoint him/her the guardian of the child. With the court’s permission, he/she can then take the child to another country. Hindu NRIs take recourse in the Hindu Adoption and Maintenance Act which is a much less stringent legal process governing the adoption of children by a Hindu adult.

The NGOs have demanded enactment of further legislation so that there is a shift from the current scenario where adoptions are supervised by courts on a cases to cases basis.

13/02/2012

Haïti - Social : 154 000 euros pour lutter contre l’abandon des enfants haïtiens

enfant haiti abandon.jpgA l’initiative de l’Ambassade de France en Haïti, le Service de l’Adoption Internationale (SAI), en partenariat avec l’Unicef, le Secours Islamique Français (SAI) et l’organisation IRN, a cofinancé à hauteur de 154 000 euros, un projet de lutte contre l’abandon des enfants de la commune de Tabarre.


Cette initiative comprend trois volets principaux :

- Appui technique et financier pour 166 familles identifiées
- Sensibilisation et communication autour de la question de l’abandon des enfants
- Formations pour le personnel des orphelinats de la commune.

Ce projet conçu et mené en partenariat avec l’Unicef, le Secours Islamique Français et la VAI ("Peace Corps à la française" créé par Rama Yade) en poste à l’Ambassade, chargée des questions de protection de l’enfance, permettra la prise en charge de plus de 300 enfants, sur une période de 9 mois. Le budget total de ce projet s’élève à 329 500 euros.

Source : HaïtiLibre 

Haïti met de l’ordre dans ses règles d’adoption

. Haïti, qui compte ratifier la convention de La Haye, entend interdire les adoptions individuelles.
. D’autres pays ont également durci leurs règles dans ce domaine, entraînant une baisse des adoptions internationales en France.

En 2011, seuls 34 petits Haïtiens ont été adoptés par des Français. L’île est pourtant un des pays favoris des adoptants. Il y a eu 653 adoptions en 2009, et environ 1 000 en 2010, à la suite du séisme.

Cette baisse s’explique en partie par la suspension des procédures d’adoption dans le courant de l’année 2010. Dans le chaos post-séisme, certaines de ces adoptions étaient en effet au centre d’un business lucratif qui échappait aux autorités.

Près de deux ans après la catastrophe, les dossiers d’adoption ont été rouverts le 23 décembre dernier. Avec un changement majeur : Haïti souhaite désormais durcir ses règles en la matière.

 « Ce qui s’est passé après le séisme a entraîné une prise de conscience. Les Haïtiens se sont rendu compte qu’il fallait que les procédures d’adoption soient plus transparentes »,  explique Thierry Frayssé, ambassadeur chargé de l’adoption internationale.

En mars 2011, Haïti a donc signé la convention de La Haye de 1993 sur la protection des enfants. Sa ratification par le Parlement de l’île devrait avoir lieu prochainement et une modernisation de la législation est en cours.

 « Cela permettra une meilleure sûreté juridique des adoptions, car tous les candidats adoptants devront passer par une agence officielle » , résume Thierry Frayssé. Les adoptions individuelles (les adoptants contactent directement les crèches et les autorités), majoritaires jusqu’à présent, seront notamment interdites. « Elles encouragent une logique contraire à l’intérêt des enfants, puisque la demande est à l’origine de l’offre »,  explique Didier Le Bret, ambassadeur de France en Haïti.

VÉRIFIER LE CONSENTEMENT DES PARENTS

Les autorités souhaitent également mieux vérifier le consentement des parents ayant placé leur enfant à l’adoption. « Ils ne réalisent souvent pas la portée de leur décision ou agissent pour des raisons économiques »,  rapporte Didier Le Bret.

L’adoption internationale ne sera par ailleurs envisagée qu’en dernier recours.  Mécaniquement, si Haïti se dote des moyens de ses ambitions, il devrait donc y avoir moins d’enfants adoptables.

Le même phénomène est constaté dans d’autres pays. Depuis quelques années, plusieurs États ont ratifié la convention de La Haye et interdisent l’adoption individuelle, la plus courante.

Parmi eux, le Guatemala (2003), la Chine (2006), le Mali (2006), le Vietnam (2011), qui font partie des dix pays où les Français adoptent le plus. Avec le durcissement des règles, les possibilités d’adoption ont diminué dans certains pays et, par report, les procédures se sont rallongées dans d’autres.

Résultat : depuis 2005, année record avec 4 136 enfants adoptés, le nombre d’adoptions internationales a été divisé par deux en France. L’année dernière, 1 995 enfants étrangers y ont été accueillis, contre 3 500 en 2010 et environ 3 000 en 2009. « À long terme, seule l’amélioration des  conditions de vie de la population aura une incidence réelle sur le nombre des enfants adoptables »,  rappelle Didier Le Bret.

Source: La Croix

09:44 Écrit par collectif a & a dans Abandon, Protection de l'enfance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us