Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2011

Népal. Filles d'étain.

Tin Girls.jpgIl est facile de deviner, à Sindhupalchok, au Népal, quelle famille a vendu une fille ou perdu une mère, rien qu’en regardant les toits du village. Un toit en zinc, au lieu des traditionnelles tuiles, indique qu’un sacrifice a été fait, un acte d’abnégation dans l’espoir d’améliorer la situation d’une famille. On donne à ces femmes le surnom peu aimable de «filles d’étain» (Tin girls), d’ou le titre de cette série.

Le Népal est un pays majeur dans le trafic humain d’Asie du Sud et le nombre de victimes augmente sans cesse. ces femmes sont recrutées par des «agences», qui leur font miroiter une issue hors de la pauvreté à laquelle elles font face et ensuite trafiquées vers le Moyen-Orient comme esclaves domestiques et se retrouvent souvent dans des situations horribles. Quoique certaines d’entre elles soient assez chanceuse pour pouvoir renvoyer au pays un maigre salaire, la majorité de ces femmes se voit voler leurs passeports, visas et possessions dès leur arrivée. Dans la plupart des cas elles sont exploitées et ystématiquement battues, torturées ou violées. Elles retournent au Népal quand elles ne peuvent plus travailler, soit par épuisement, soit à cause de problèmes de santé; beaucoup d’entre elles contractent des MST, à cause des viols répétés.

Malgré ces conditions scandaleuses et les expériences qu’elles endurent, un grand nombre de ces femmes retournent travailler une deuxième, voire une troisième fois, convaincues de ne pas avoir le choix. Poussées par la perspective de gagner un peu d’argent, elles sont déterminées à se sacrifier afin de donner à leurs familles de meilleures chances de survie, avec l’espoir que leurs enfants n’auront pas à endurer la pauvreté et les privations qui sont le lot des népalais en général , et des femmes en particulier.

Alice Carfrae, photographe de documentaires, a voyagé jusque Sindupalchowk, dans le Népal du Nord-est, une région particulièrement touchée par le trafic humain. Ici les femmes sont plus vulnérables, pour plusieurs raisons. La région a été très touchée par la guerre civile, qui a fait s’effondrer beaucoup de cellules familiales. L’agriculture, dans cette région proche de l’Himalaya, est affectée par le réchauffement de la planète, alors que l’industrie artisanale de la bijouterie a beaucoup souffert de la montée du prix de l’or et des importations modernes et bons marché chinoises.

Durant son séjour à Sindupalchowk, Alice Carfrae a vécu avec des familles qui ont survécu au trafic humain. Elle a pris en photo et interviewé les femmes qui ont bien voulu partager leurs expériences.

Raconter ces histoires est pour ces femmes un actes très important, puisque qu’ainsi elles espèrent briser le stigma attaché au trafic humain, et éviter qu’elles n’arrivent à d’autres victimes.
Certaines d’entre elles reçoivent une formation juridique afin que justice soit faite.. Elles espèrent que cette autonomie et cette éducation pourra filtrer jusqu’aux nouvelles générations et que cela pourra empêcher que d’autres femmes et enfants deviennent des victimes.


http://alicecarfraephotographer.blogspot.com/2011/08/tin-...


 

15:55 Écrit par collectif a & a dans Reportage photos | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us

02/12/2009

Les orphelins de l'Agent Orange. Aaron Joel Santos.

Orphans of Agent Orange.jpgJe ne connaissais pas l’Agent Orange avant de visualiser les dégâts qu’il fait encore au Vietnam, plus de 30 ans après la fin de la guerre.

 

 

Certains enfants sont victimes des résidus de pesticides, encore présents dans les graisses animales et les sols des régions où il a été utilisé par l’armée US.

 

Aaron Joel Santos nous présente un orphelinat qui recueille les enfants atteints de troubles physiques dû à la présence de ce pesticide dans leur environnement. Cet orphelinat a été crée en 1998 par un vétéran américain de la guerre du Vietnam. Il accueille près de 120 enfants dans un complexe proche d’Hanoï.

 

Pour voir ce reportage photos, choisir la série “Orphans of Agent Orange” sur son portfolio. Rendez-vous aussi sur son blog “From Swerve of Shore”, qui contient plus de photos.

 


Source: Un oeil sur la photo.