Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2010

Affaire de l’arche de Zoé. « Certains enfants ont pu perdre leur sécurité affective », dit Sandrine Dekens, ethnopsychologue.

ZOE-CADY.jpgPour les enfants enlevés, ce n’est pas le retour dans leur famille qui pose problème mais le fort sentiment d’abandon qu’ils ont dû éprouver.

Quelles répercussions ont pu avoir l’affaire de l’arche de Zoé sur les enfants ?

Il est difficile de faire de la psychologie clinique sans avoir vu ces enfants et avec le peu d’informations dont on dispose. Mais il est probable qu’ils aient éprouvé un fort sentiment d’abandon. Ils vivaient dans leur famille et se sont retrouvés confiés à des étrangers très étranges, car blancs (il est possible que certains n’en aient jamais côtoyé). 

Arrachés de leur milieu affectif habituel, dans un milieu inconnu, avec des inconnus. Il est probable qu’ils n’aient par ailleurs rien compris de ce qui leur arrivait. Car les familles africaines n’expliquent pas toujours aux enfants ce qu’ils vivent avec des mots. Et ils se sont retrouvés avec des adultes dont ils ne comprenaient pas la langue, qui ne leur ont sans doute pas expliqué grand-chose, voire leur ont menti.

Quels ont pu être les effets de cet « abandon » ?

Plus l’enfant est petit, plus il risque d’être dans le non-sens total, et plus la séparation peut avoir des répercussions sur son développement. Le bébé est juste centré sur la perte : il va essayer de retrouver une figure d’attachement stable et déprimer s’il n’en trouve pas une rapidement. 

Plus l’enfant est grand, plus il va essayer de se raconter une histoire sur ce qui lui arrive pour lui donner du sens. Si la séparation n’a pas été trop longue, on peut imaginer que certains ont dû attendre qu’une mère, une tante, une voisine vienne les chercher.

Les personnes qui s’occupaient de ces enfants n’étaient pas nécessairement leur « mère »…

Au Soudan et au Tchad, ce qu’on appelle chez nous « la mère » n’existe pas : il n’y a pas de figure unique qui aurait à la fois accouché de cet enfant et serait sa figure de référence. Les fonctions maternelles peuvent être réparties sur plusieurs personnes. Les enfants peuvent avoir une mère du ventre, une mère de lait, une mère d’éducation, une petite mère de la journée. 

C’est donc un argument ethnocentré de légitimer la rupture du lien en disant « ce n’était pas vraiment sa mère ». Et il est erroné de penser que si l’enfant n’avait plus sa mère biologique ou ne vivait pas avec elle, la rupture serait moins grave. Ce n’est en tout cas pas cela qui doit motiver le recours à une adoption internationale, même légale.

Il existe d’ailleurs peu de pays d’Afrique qui acceptent qu’on adopte leurs enfants, même de façon « légale »…

Ces pays veulent prendre en charge leurs enfants eux-mêmes et qu’on leur en donne les moyens. Si les familles ont du mal à les nourrir, elles ne vont absolument pas demander qu’on leur retire leurs enfants. Elles vont chercher un lieu où on délivre des soins, de la nourriture, des médicaments. 

C’est là qu’il y a eu un marché de dupes, qui consiste à présenter l’adoption comme un moyen de secourir les populations pauvres en les soulageant de leurs enfants ! Les enfants plus grands ont pu être dupés eux aussi, si on leur a fait miroiter qu’on allait les « sauver », ou que l’adoption allait leur permettre de manger, d’aller à l’école, de se construire une nouvelle vie… qui sont en réalité des enjeux de migration et non de filiation. 

L’adoption, même faite dans un cadre légal, n’est pas une opération de « sauvetage », ni un geste humanitaire, ni une migration. C’est l’établissement d’une filiation. Or ces enfants-là ne semblent pas avoir été en attente de parents.

Comment ont-ils pu vivre ensuite le retour dans leur famille ?

Ce n’est pas le retour qui pose problème, mais la séparation, le sentiment d’abandon et les perturbations qu’ils entraînent : certains enfants ont pu perdre leur sécurité affective, peuvent ne plus supporter des séparations ultérieures, avoir des problèmes de sommeil, beaucoup pleurer, être considérés comme « difficiles ». 

Les familles n’ont ainsi pas forcément retrouvé l’enfant qu’elles ont laissé. De leur côté, ces familles ont pu éprouver un fort sentiment de culpabilité. Certaines ont pu être considérées comme des victimes par leur communauté, mais d’autres être rendues responsables d’avoir abandonné leur enfant et considérées comme de « mauvais parents ». 

 

Source: La Croix. 22/10/2010

 

- Les enfants oubliés de l’Arche de Zoé

Trois ans après la révélation de l’affaire, que sont devenues les victimes ? Le 25 octobre 2007, plusieurs membres de l’Arche de Zoé étaient arrêtés au moment d’embarquer 103 enfants tchadiens vers la France. Notre reporter a retrouvé quelques-unes de ces victimes, à la frontière soudanaise.

Le dossier complet sur le devenir de ces enfants sur Osi Bouaké

 

18:07 Écrit par collectif a & a dans Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : arche de zoé, tchad, france, sandrine dekens | |  del.icio.us

27/01/2010

Quitter Haïti en catastrophe ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer

Via Osi Bouaké
Logo OSI bouake.jpg




Le point de vue de Bernard Golse, pédopsychiatre

Quitter Haïti... oui, mais comment ? (ou d’un tremblement de terre à l’autre)



Une fois de plus, hélas, l’amour risque de faire ses ravages, ou plutôt l’amour mal compris ! Quitter Haïti en catastrophe, ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer - dans toutes les acceptions du terme.


Quitter son pays, soudainement, quand celui-ci se trouve en plein désastre, ne va de soi – bien évidemment – pour personne. Quitter son pays en plein désastre pour être accueilli par sa future famille d’adoption, à l’autre bout du monde, pose encore davantage de problèmes, et ceci même en cas de « dossiers déjà finalisés », selon le terme que nous ressassent à l’envi les media dégoulinants de bons sentiments dont on sait à quel point ceux-ci peuvent se révéler à double tranchant !


Faire le voyage tout seul, transiter par des aéroports étranges et surtout inconnus, être empêché de s’exprimer authentiquement du fait d’une gangue de pseudo-bonté « politically correct », être accueilli entre deux portes par des parents angoissés, tout ceci ne peut que venir aggraver le fait central qui tient en ceci, que mal quitter son pays d’origine, ne prépare en rien à bien arriver dans son pays d’accueil.


Qui peut dire si ces enfants ne s’en voudront pas toute leur vie d’avoir abandonné leurs familles d’origine ou les adultes qui prenaient soin d’eux, dans des souffrances qui leur auront été, à eux évitées, mais au risque de se sentir coupables d’être rescapés et survivants ? Que l’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas, puisque, bien sûr, je me réjouis, comme tout un chacun, que ces adoptions aient pu, en dépit de tout, être menées à bien.


Je dis seulement que les circonstances exceptionnelles - et extraordinairement douloureuses - qui viennent de survenir, devraient nous amener, vis-à-vis de ces enfants en instance d’adoption, à laisser, paradoxalement ( ?), un petit peu plus de temps au temps afin qu’ils aient le temps de penser, de parler et d’écouter, urgence absolue, à mes yeux, avant même que de partir.


Tout enfant, quel que soit son âge, a le droit de comprendre ce qui arrive, ce qui lui arrive. Les mots, mais aussi les gestes de tous les jours, sont le vocabulaire d’un texte qui ne peut être compris dans l’instant, et qui a besoin de temps pour faire son chemin dans l’esprit de ces enfants gravement traumatisés.


Comment quitter son pays dévasté, comment quitter ceux qui ont veillé sur soi avant et pendant la catastrophe qui est venue redoubler la catastrophe première de l’abandon, sans savoir ce qu’il en est vraiment, et ce qu’il advient de ce pays et de ces personnes ? Les souvenirs futurs ne peuvent jamais être apaisés qu’en prenant le temps, maintenant, d’inscrire dans sa mémoire ce qui vient de se passer et à quoi on ne peut rien.


Vouloir absolument protéger les enfants de cette étape, ne traduit, à mon sens, que la peur des adultes des enfants qu’ils craignent eux-mêmes d’avoir été et dont ils se disent, souvent à tort, qu’ils n’auraient peut-être pas su vivre et supporter l’insupportable. Telle est cette peur tenace de l’enfant qu’on craint soi-même d’avoir été, qui nous empêche de renoncer à notre pouvoir sur les enfants, sous le prétexte fallacieux qu’ils n’auraient pas les ressources personnelles suffisantes pour faire face, pour faire face d’abord et toujours. Cet impossible renoncement à notre pouvoir sur les enfants ne fait, au fond, que traduire cette part d’agressivité et d’ambivalence foncière envers l’enfance qu’on prive si souvent d’actualiser ses compétences en proclamant sa vulnérabilité, et en se précipitant de vouloir toujours la protéger de tout danger externe, au risque d’intensifier, du même coup, les menaces et les insécurités internes. Il n’ y a jamais d’urgence à partir.


L’urgence est d’avoir le temps de voir, et de savoir… afin de savoir ensuite qu’on n’est pas coupable de ce qui a eu lieu, ni coupable de partir. Il me semble que si l’on parvient à envoyer plus de 15000 soldats pour maintenir un semblant d’ordre social, on aurait pu, peut-être, trouver quelques centaines de personnes aptes à parler aux enfants, à mettre des mots sur les images, et à offrir les gestes susceptibles de restaurer leur confiance dans la relation. Mais peut-être est-ce là trop demander … La précipitation, par essence, arrive toujours la première ! D’un tremblement de terre à l’autre, c’est toujours de la Terre-Mère dont il s’agit, c’est-à-dire des images parentales qu’il est, finalement, si difficile de quitter, si facile de perdre, mais aussi si délicat de construire ou d’édifier.


Bernard GOLSE
Pédopsychiatre-Psychanalyste / Chef du service de Pédopsychiatrie de l’Hôpital Necker-Enfants Malades (Paris) / Professeur de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’Université René Descartes (Paris 5) / Inserm, U669, Paris, France / Université Paris-Sud et Université Paris Descartes, UMR-S0669, Paris, France / LPCP, EA 4056, Université Paris Descartes / CRPM, EA 3522, Université Paris Diderot / Membre du Conseil Supérieur de l’Adoption (CSA) / Ancien Président du Conseil National pour l’Accès aux Origines Personnelles (CNAOP) / Président de l’Association Pikler Loczy – France / Président de l’Association pour la Formation des Psychothérapeutes Psychanalytiques de l’Enfant et de l’Adolescent (AFPPEA).



Publié sur OSI Bouké 27.01.2010.

 

- Commentaires intéressants de Sandrine Dekens, psychologue spécialisée en ethnopsypsychiatrie
[“Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique” - Blog Le Monde - Haïti après le séisme - 18 janvier 2010]


"Hervé Boéchat du SSI est quelqu’un de toujours très intéressant et pertinent. Pour avoir bien suivi l’affaire de l’arche de Zoé (et pris la parole à cette occasion), j’ai l’impression qu’il y a cette fois, davantage de prises de position de la part des professionnels du champ et également de la part de parents adoptants, que nous sommes de plus en plus nombreux à exprimer nos réserves face à l’adoption comme "compulsion" au sauvetage d’enfants."

"Je reviens sur l’article du SSI particulièrement censé et intéressant [L’adoption ne doit pas être une réponse émotionnelle à la catastrophe]
Boéchat y formule une inquiétude que je partage quant à l’état psychologique dans lequel seront les enfants haïtiens adoptés à leur arrivée en France. Ce sont des enfants en état de fort stress post-traumatique lié à la catastrophe et aux conditions de survie, qui vont se trouver propulsés dans un autre monde, alors que la plupart d’entre eux n’ont jamais approché physiquement une personne blanche. En tant que psychologue, je m’interroge sur leurs capacités psychiques à surmonter cette accumulation de traumatismes, et affirme qu’il est indispensable que ces enfants soient vus par des professionnels dès leur arrivée, qui les aideront à surmonter ces épreuves. Certains parents ne tarderont pas à s’en apercevoir car l’enfant traumatisé montrera qu’il va mal (plaintes et atteintes somatiques, cauchemars et terreurs nocturnes, problèmes cognitifs et affectifs, dépression, agitation etc.). D’autres ne manifesteront pas toujours de réaction au trauma, mais le traumatisme créé une fragilité psychique susceptible d’être violemment réactivée des années plus tard, au détour d’un événement qui peut paraitre anodin. Nous savons combien la capacité à dépasser un état post-traumatique et pour grande partie liée à l’inscription dans un groupe, un collectif social (cf Cyrulnik, Moro, Feldman, etc), qui donne sens aux événements, et où l’individu partage le même destin social que ses semblables. Les enfants haitiens traumatisés vont se retrouvés isolés, éloignés de leurs semblables, et donc privés de certaines capacités de récupération. Ils auront sans conteste, besoin de soins."


Source : OSI Bouaké. 21.01.2010.

 

- Traumatisme et adoption, un regard clinique. Sandrine Dekens.
Les événements récents survenus en Haïti amènent aujourd’hui des enfants de ce pays à arriver en urgence en France pour y être adoptés. Cette succession d’épisodes bouleversants dans la vie d’un enfant conduit à un cumul de risques traumatiques, non équivalents entre eux, très fortement susceptibles de produire une importante blessure psychique, qui peut rester invisible et qui nécessite une prise en charge professionnelle sans délai. Après la publication du texte de Bernard Golse sur ce sujet (Lire son article du 25/01/10), j’ai souhaité lui emboiter le pas et revenir sur les conséquences cliniques d’un tel cumul.
La suite sur OSI Bouaké | 29 janvier 2010


Haiti Position Unicef 2010.jpg- Adoption et protection de l'enfance en Haïti : la position de l'Unicef

La protection des enfants d’Haïti est une priorité de l’Unicef. La situation à Port-au-Prince et dans les environs rend les enfants restés sans soutien parental ni familial particulièrement vulnérables.
Ce contexte favorise l’activité des trafiquants, ceux qui facilitent l’adoption illégale ou ceux qui essaient d’exploiter la situation et de contourner les standards nationaux et internationaux de façon à sortir pour leur seul profit les enfants du territoire haïtien.
Des informations sur de telles pratiques sont déjà en cours d’investigation.
Communiqué Unicef France | 28.01.2010

 

- Communiqué de SOS Villages d’Enfants quant à l’adoption internationale à la suite du tremblement de terre en Haïti
Lors d’une urgence catastrophique comme celle du tremblement de terre en Haïti, des images d’enfants blessés et vulnérables, affamés et traumatisés, éveillent de grandes émotions. Nombreux sont ceux qui réagissent et souhaitent donner instinctivement à ces enfants ce qu’ils ont perdu en apparence : la sécurité, l’amour et une famille aimante. Dans de telles circonstances, les demandes urgentes et les offres d’adoption sont nombreuses et compréhensibles.
SOS Villages d'Enfants International | 25/01/2010


- Tremblement de terre en Haïti :  Le cas de l'adoption internationale.

Position du Centre international de référence pour les droits de l’enfant privé de famille (SSI/CIR). 18 janvier 2010.

 

- Adoption is a last resort. L’adoption ne doit être que la dernière chance, le dernier recours.
Marlène Hofstetter, Terre des hommes
La priorité est la protection des enfants.

 

- Amnesty International sur Haïti : Les droits humains doivent être au coeur des efforts de reconstruction
...
Amnesty International a dressé une liste de points sur lesquels tous les acteurs concernés devront être particulièrement vigilants au cours de la phase de distribution de l'aide d'urgence et des premiers stades de la reconstruction :

Protection des enfants contre les violences, l'exploitation et la traite
Les enfants sont parmi les membres les plus vulnérables de la société et, lors d'une crise humanitaire, leur vulnérabilité augmente de façon significative en raison de la violence, des exactions, de la séparation des familles ou du handicap. La séparation des familles et la destruction des écoles et des villages ont laissé des milliers d'enfants privés de leur environnement protecteur. Sans lui, ils risquent de devenir la proie de réseaux de trafiquants et d'exploiteurs qui opéraient déjà en Haïti avant le tremblement de terre.
Des enfants séparés de leurs familles pourraient être considérés à tort comme orphelins et faire l'objet de procédures irrégulières d'adoption. Selon la Convention de La Haye sur les adoptions internationales, l'adoption internationale ne doit être envisagée qu'en dernier ressort, lorsque toutes les alternatives à l'intérieur du pays ont été épuisées et seulement après constat par les autorités compétentes de l'absence de parent ou de tuteur pour s'occuper des enfants. Le risque existait déjà avant le tremblement de terre mais il pourrait être amplifié maintenant, étant donné l'intérêt manifesté par les familles d'autres pays qui souhaitent répondre à la détresse des enfants orphelins d'Haïti en les adoptant. Les institutions haïtiennes n'étant pas en mesure dans la plupart des cas de déterminer si l'adoption est la solution la mieux adaptée et de veiller au respect des droits des enfants, des réseaux d'adoption illégaux pourraient se développer. Les autorités haïtiennes, avec le soutien de la MINUSTAH (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), doivent s'assurer que des mécanismes et des garanties appropriés sont mis en place pour empêcher que des enfants ne soient emmenés hors de leur pays sans passer par une procédure légale complète d'adoption internationale.
News Press | 28.01.2010

 

- Le Conseil des droits de l'homme débat de l'importance d'une approche fondée sur les droits de l'homme après le séisme en Haïti
...
M. DERMOT CARTY (Fonds des Nations Unies pour l'enfance - UNICEF) a fait remarquer que l'ampleur du séisme à Haïti a eu un impact extrêmement important sur les enfants haïtiens, dans un contexte où la réalisation des droits de l'enfant était déjà compliquée. Ces enfants font aujourd'hui face à des risques accrus de malnutrition et de maladie, ils sont vulnérables à la traite et à l'exploitation sexuelle. Le représentant de l'UNICEF a attiré l'attention sur la situation particulière d'enfants qui se retrouvent aujourd'hui sans parents, sans famille, des enfants qui sont plus que jamais vulnérables au trafic ou à l'adoption illégale. Avant le séisme, un nombre alarmant d'enfants étaient orphelins ou abandonnés, surtout pour des raisons économiques, a-t-il rappelé. Les enfants des rues, ainsi que ceux travaillant comme domestiques, étaient également nombreux. La vente et le trafic d'enfants faisaient malheureusement partie de la réalité. Avec le séisme, les préoccupations d'UNICEF pour tous ces enfants se sont accrues.

Le représentant de l'UNICEF a souligné l'importance de répondre rapidement à cette situation. Il faut enregistrer ces enfants et promouvoir la réunification avec leur famille. Il est impératif d'interdire que des enfants haïtiens soient sortis illégalement du pays. Cette préoccupation, déjà soulevée par l'UNICEF avant la catastrophe, est aujourd'hui plus forte que jamais. Il faut empêcher les séparations non nécessaires avec les familles. Il faut nourrir les enfants, les loger et leur offrir un soutien émotionnel. L'UNICEF s'engage dans ces efforts.
Source: United Nations Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR)
ReliefWeb | 27 Jan 2010


- L'adoption n'est pas de l'aide humanitaire. Opération "Baby Lift" à Haiti.
Via United Adoptees International - News.

24/05/2008

Adoption internationale, solidarité humanitaire, fondation d'une famille : quand les enjeux de sauvetage augmentent les risques psychologiques. Sandrine Dekens.

351487850.jpgAprès la publication « à chaud » d’un point de vue sur l’affaire de l’Arche de Zoé (novembre 2007, "Le complexe occidental du sauvetage d'enfants"), l’équipe de Chantiers Politiques a proposé à Sandrine Dekens, ethnopsychologue clinicienne et psychothérapeute, de préciser son propos clinique et politique sur l'adoption internationale. Dans cet article qui vient de paraître, elle revient sur les enjeux de sauvetage présents dans l’ensemble du dispositif organisant l’adoption internationale, et la manière dont ils se retrouvent dans les manifestations psychopathologiques des enfants adoptés à l'étranger dans des pays pauvres.



Chantiers Politiques est une revue annuelle réalisée par des étudiants en sciences humaines (philosophie, anthropologie, sociologie, etc.) de l’Ecole nationale supérieure. Le numéro 6 est titré « Enfances », il est possible de le commander en ligne sur le tout nouveau site de Chantiers Politiques pour seulement 5€.



Article complet de Sandrine Dekens, sur le site de OSI Bouaké 

06/02/2008

Le complexe occidental du sauvetage d’enfants. De l’affaire de l’Arche de Zoé à la mise en cause du système de l’adoption internationale. Sandrine Dekens.

c1ef7eb58043ac39b39af2c0b68d8b00.jpgUn "point de vue" clinique et politique.


A croire que c’est un syndrome culturel, une compulsion occidentale ! Celle qui consiste à aller aux quatre coins du monde pour « sauver des enfants en danger de mort ». Je cite l’entête du site internet de l’Arche de Zoé : « Il faut sauver les enfants du Darfour pendant qu’il est encore temps. Dans quelques mois, ils seront morts ! ». Cette association n’est pas la seule à s’appuyer simultanément sur l’urgence et sur la nécessité du sauvetage d’enfants, ce sont des arguments publicitaires auxquels nous sommes habitués au fil des campagnes des grands organismes humanitaires internationaux. « Un enfant meurt (de la faim, de la lèpre, de la tuberculose, etc.) toutes les X secondes »... Sur le site de l’Arche de Zoé, vous verrez les mêmes photos d’enfants mourants et pitoyables que sur les brochures officielles d’organismes très honorables comme l’Unicef, Handicap International ou Action contre la faim.

 

Ce complexe est l’héritier à la fois de notre culture judéo-chrétienne (le sauvetage des âmes), et de notre culpabilité à l’égard des populations qui subissent les conséquences dramatiques de l’impérialisme et du cynisme des gouvernants de nos pays... L’espace dans lequel s’exprime le plus aisément ce complexe est légal : il s’agit de l’adoption internationale. Les parents adoptants que j’ai rencontrés dans le cadre d’une recherche en psychologie clinique en 2006 en témoignent : ils veulent « partager leur bonheur » avec un enfant pauvre, un enfant déshérité auquel ils souhaitent « donner une chance ». Certains rêvent ainsi, à la suite de Joséphine Baker, de s’entourer de toute une collection d’enfants venus des quatre coins du monde, pour faire des familles « smarties » ou « bénéthon ». Ils disent que cette vocation leur est venue de très loin, souvent de leur enfance... Ils affirment qu’ils ont toujours su qu’ils adopteraient un jour. Le recueil d’enfants répondrait chez eux à une vocation.

 

Face à de telles motivations, difficile d’évacuer la question de la culpabilité des nantis face à cette misère qui remonte du Sud au Nord. Auparavant, cette misère s’étalait en quatre mètres sur trois, sur les murs de nos villes. Depuis quelques années, ce sont les corps morts des candidats à l’exil qui se fracassent sur nos frontières méditerranéennes... La pression monte.

 

A travers le système légal et organisé de l’adoption internationale, nous nous sommes habitués à l’idée que la transplantation d’enfants des pays du Sud dans des familles du Nord pouvait constituer une réponse acceptable à toutes les situations de détresse : guerres, famines, maladies, etc. Quelque soit le problème, un enfant risque de mourir, une seule réponse : « tu gardes ton problème, je prends ton enfant ». Marché de dupes contre lequel un jour, les populations du Sud ne manqueront pas de se dresser. Arrivera un jour où les gouvernants des pays pourvoyeurs n’accepteront plus le pillage humain... Et l’affaire de l’Arche de Zoé a pour effet réjouissant d’accélérer ce processus.

 

L’adoption d’un enfant à l’étranger n’est pourtant pas sans risque, il ne s’agit pas d’un « coup de baguette magique » qui illuminerait brusquement la vie d’un enfant, grâce à l’amour inconditionnel et au bonheur en kit. La recherche en psychologie qui a été menée en 2006 à l’université Paris 8, a permis de rencontrer des enfants adoptés qui présentaient une psychopathologie très caractéristique. Le plus grand risque est bien sûr la souffrance identitaire, qui dans ses formes extrêmes, s’exprime sous des formes psychotiques ou dépressives (problèmes cognitifs, tentatives de suicide, grande violence, etc.). Arrachés à leur pays et à leurs attachements d’origine, il arrive que les enfants ramenés en France aient des difficultés à se sentir chez eux, à endosser leur nouvelle identité, à se glisser dans la « fiction juridique » qu’est l’adoption. Le risque pour ces enfants déracinés est de rester « suspendus » entre deux identités, comme le décrit Christian Dumortier dans son livre-témoignage « Adopté dans le vide ».. Ces difficultés sont exacerbées lorsque les enfants ont un vécu traumatique dans leur pays d’origine, ce qui est souvent le cas pour cause de guerre, troubles politiques, déplacements de populations, mais aussi maltraitances, absence de soins médicaux, famine... [1]

 

Si je parle de pillage, c’est que l’argument justificatif du système légal (Adoption Internationale) et des diverses formes illégales de « sauvetage » (Arche de Zoé et consoeurs), est le même : ce sont des enfants sans famille, des orphelins. Je me suis amusée cette semaine, d’entendre un ministre tchadien rappeler que cet état, ce statut d’orphelin, n’existe pas au Tchad, en ce qu’il relève d’une conception occidentale de la famille. Je me réjouis d’entendre enfin de tels propos clairement énoncés, car en effet, les anthropologues ne cessent de nous rappeler que les systèmes culturels de parenté africains ont prévu des modalités locales de prise en charge des enfants dont les parents sont morts : le rôle de la famille élargie (oncles, tantes, etc.) est fondamental dans l’accueil des orphelins. D’ailleurs, dans de nombreuses cultures, un enfant qui est accueilli chez sa tante ou son oncle n’est pas considéré comme un orphelin ! Doit-on rappeler qu’actuellement, le principal obstacle au fonctionnement de cette solidarité familiale est la misère économique dans laquelle se trouvent les familles africaines.

 

Au nom de l’urgence, il n’est pas étonnant que nous passions d’un système légal à des mesures illégales. D’ailleurs, les deux systèmes ne sont pas étanches, et la zone qui les sépare est on ne peut plus floue. Où s’arrête la légalité lorsqu’il s’agit de recueillir un « consentement éclairé » de la part de personnes dans des situations de survie [4] ? Je soutiens par conséquent qu’ il existe un continuum entre les deux systèmes, et qu’il est hypocrite de traiter les dérives de l’Arche de Zoé sans interroger les fondements du système de l’Adoption Internationale. D’ailleurs, les pays du Sud ne s’y sont pas trompés : après le tsunami de décembre 2004, l’Indonésie a fermé son pays à l’adoption afin de se prémunir du pillage d’enfants, et cette semaine, c’est le Congo Brazzaville qui annonce qu’il se ferme à l’adoption internationale suite à l’affaire de l’Arche de Zoé... Arrivés à ce point, nous ne nous étonnerons pas en constatant que la mobilisation fondatrice des « sauveteurs de l’Arche de Zoé » est un projet destiné à venir en aide aux enfants et aux familles victimes du Tsunami.

 

Arrivée à ce point, il me semble également important de souligner la vaste hypocrisie de nos dirigeants français dans cette histoire. Car nous pouvons nous interroger sur ce qui déclenche le passage à l’illégalité totale et revendiquée [3] de la part des membres de l’Arche de Zoé ? Au nom de quoi des personnes s’autorisent à « passer aux actes » ? Cette expression citée par l’association française sur son site internet est intéressante du point de vue psychologique... Le passage à l’acte étant le fruit d’une impulsion produite par l’incapacité à élaborer une émotion.

 

C’est bien le sentiment d’urgence qui autorise ces passages à l’acte. Et ce sentiment d’urgence a été alimenté très récemment concernant le Darfour par les politiciens français, qui souhaitent donner à leurs électeurs l’impression qu’ils sont mobilisés pour faire face à la situation dramatique du Darfour, pour donner l’illusion qu’ils sont en train d’agir. Il faut se rappeler qu’au lendemain de l’élection présidentielle, Bernard Kouchner, lui-même ancien french-doctor spécialiste de l’intervention d’urgence, a organisé un sommet appelé « Urgence Darfour »... ce que Rony Brauman dénonçait cette semaine comme « l’installation par les politiques de l’idée que le sauvetage immédiat était un impératif au nom duquel la transgression juridique était possible ». Il ne faut donc pas s’étonner que certaines personnes qui avaient une vocation au sauvetage (comme un ancien pompier Président d’une association) soient passées aux actes. La réaction médiatique et politique de grande ampleur aux dérives mises en actes par l’Arche de Zoé vise certainement à détourner l’attention de la responsabilité morale de ceux qui ont utilisé l’urgence (du Darfour et d’ailleurs) comme « caisse de résonance » à leurs propres intérêts. Une vaste hypocrisie...

 

Pour être très claire et pour conclure, j’affirme donc que les occidentaux abusent de leur position dominante, au mieux pour recueillir des consentements à l’adoption de la part des familles et des Etats, au pire pour organiser du pillage humain, en présentant comme seule solution l’exportation d’enfants devenus marchandises. Et nous soutenons pourtant qu’il en existerait une autre : donner les moyens à ces familles élargies de prendre en charge et d’accueillir leurs orphelins. Il me semble que la réponse d’Orphelins Sida International est clairement engagée à cet égard : les personnes qui parrainent des enfants par notre intermédiaire soutiennent que la meilleure solution est de donner des moyens aux familles pour continuer d’élever leurs enfants au sein de leurs communautés.

 

Il se trouve que notre association existe depuis 7 ans et que nous peinons à nous développer. Malgré les 250 enfants parrainés à l’heure actuelle, nous ne parvenons toujours pas à financer un salarié, et le refus de subventionner notre action fait l’unanimité auprès des pouvoirs publics et des financeurs privés, tant du côté de la lutte contre le sida que de l’aide à l’enfance... Le parrainage d’enfants dont les parents sont morts du sida n’est, en effet, pas une action spectaculaire, difficile à valoriser auprès de l’opinion publique, il s’agit d’un travail peu visible puis qu’il permet simplement à un enfant de vire et d’être scolarisé dans sa communauté. Nous avons toujours refusé l’imagerie du catastrophisme en Afrique [4], et malgré nos diffcultés d’existence, notre action existe ! Ce faisant, c’est sur une note positive que je souhaite terminer cet éditorial, en rappelant que, bien que confrontées à des obstacles, les initiatives de prise en charge des orphelins et des enfants vulnérables sont possibles, et que toutes les actions en leur faveur ne sont pas forcément condamnées au fatalisme.

 


Sandrine Dekens, psychologue clinicienne, experte de la prise en charge des orphelins et enfants vulnérables

 

-----------------------------------------------------------------------


[1] Pour aller plus loin sur la psychopathologie des enfants adoptés à l’étranger : Dekens S., (2006), Exposés et sauvés. Le singulier destin des enfanst adoptés à l’étranger, Saint-Denis : Université Paris 8,
Romana V., Dekens S., (2006), « Enfants adoptés en difficulté : pour une prise en charge psychologique spécifique », Le Journal des Professionnels de l’Enfance, Dossier Adoption coordonné par Sellenet C., N°39, Mars-Avril 2006, pp 60-64

[2] voir à ce sujet les malentendus culturels dans les recueils de consentements : Exposés et sauvés, pp 11-12 et p76

[3] Site Internet : « L’Arche de Zoé s’exposera certainement aux foudres de Khartoum, de certains politiciens, de quelques philosophes ou autres « grands penseurs » qui vont crier au scandale en parlant d’éthique, d’illégalité ou de traumatisme psychologique des enfants déracinés (...) pendant que (...) d’autres essuieront les critiques mais agiront »

[4] Agréable visite sur le site de l’association "Orphelins du sida international"

 

Source : OSI BOUAKE, le blog des parrains de Bouaké

 

24/10/2006

Exposés et sauvés. Le destin singulier des enfants adoptés à l'étranger.


Mémoire de recherche en psychologie clinique et psychopathologique

Sandrine DEKENS 


Ce mémoire de recherche en psychologie clinique et psychopathologie est consacré aux troubles psychologiques présentés par les enfants ayant été adoptés à l’étranger par des familles françaises. Il a été mené sous la direction de Françoise Sironi, et présenté en juin 2006 à l’université de Paris 8 à Saint-Denis (France).

 

Bien qu’il ne soit pas directement lié aux sujets habituellement traités sur ce blog, j’ai souhaité le rendre disponible aux personnes concernées, en espérant susciter des échanges.

 

Dans une première partie, je me suis tout d’abord attachée à mener une revue de littérature sur la question des troubles présentés par ces enfants : à savoir est-ce qu’ils présentent davantage de manifestions psychopathologiques et psychiatriques que les enfants non-adoptés, quelles sont les caractéristiques du tableau clinique, quelles sont les théories étiopathogéniques mobilisées et comment ces enfants sont-ils pris en charge du point de vue thérapeutique.

 

A l’issue de cette revue de questions, il paraît difficile d’affirmer que les enfants adoptés présenteraient plus de difficultés psychologiques que les autres ; les études étant peu nombreuses et présentant des diversités méthodologiques et des biais rendant les résultats peu généralisables.

 

Lorsqu’ils sont en difficulté, ces enfants présentent un tableau clinique considéré comme non spécifique, bien qu’il soit impressionnant au regard de l’accumulation des symptômes qui peuvent être externalisés (décrochage scolaire, agressions, fugues, vols, addictions etc.) et/ou internalisés (repli, dépression, tentatives de suicide). La confusion mentale et les troubles schizoïdes sont fréquemment repérés à l’adolescence.

 

Il est également apparu que le champ de l’adoption internationale est traversé par des controverses (entre professionnels, parents et enfants), en particulier en ce qui concerne la causalité des troubles. Du point de vue des étiologies, il ressort que les causes des perturbations sont à aller chercher :
- soit dans le vécu de l’enfant antérieur à son adoption ;
- soit dans les traits psychopathologiques présentées par les parents adoptants ;
- soit encore dans l’apparentement (assemblage parents-enfants, la « greffe » disait Dolto).

 

Les effets de l’adoption en tant qu’événement de vie étant apparus comme peu documentés et peu mobilisés du point de vue étiologique, j’ai donc choisi de les explorer dans cette recherche. Mon hypothèse principale était que l’événement adoption présenterait des caractéristiques susceptibles d’expliquer la survenue de troubles psychologiques chez ces enfants. L’adoption étant rendue possible par un système administratif et juridique mobilisant les Etats, il nous paraissait pertinent d’interroger ce système, puisqu’il organise la rencontre des groupes familiaux et culturels pourvoyeurs d’enfants (issus des pays pauvres) et des groupes bénéficiaires (issus des pays riches et en difficulté pour faire famille). Ainsi, une première hypothèse spécifique posait la question des effets potentiellement psychopathogènes de la rencontre entre les intentionnalités des différents acteurs du système. La seconde hypothèse spécifique supposait que de nouvelles ressources thérapeutiques pourraient émerger si l’on pensait la situation adoptive à partir de ses spécificités, plutôt que selon le modèle de la famille biologique, sur lequel est fondé le système de l’adoption internationale, en particulier l’adoption plénière.

 

Du point de vue méthodologique, nous avons mené des entretiens cliniques avec 11 familles adoptantes suivies dans le cadre d’un dispositif de recherche-action au Centre Georges Devereux. Nous avons longuement interrogé chacun des membres du couple sur leurs motivations à l’adoption, leur projet parental initial, leur parcours pré-adoption, le choix du pays, les modalités pratiques de leur adoption, etc. Nous avons également questionné les enfants sur les souvenirs antérieurs à leur adoption, sur leur passage en institution, sur leur motivation à être adopté et le projet affiliatif ; et chacun des membres de la famille sur les souvenirs de la première rencontre entre parents et enfants.

 

A l’issue de ce travail exploratoire, un récit-type de cette expérience collective inédite qu’est l’adoption a commencé d’émerger, présentant des caractéristiques communes pour ses acteurs :
- des enfants aux carences et aux traumatismes multiples ayant séjourné dans des institutions ;
- une adoption qui les soustrait à une mort probable ;
- une exceptionnelle intensité affective de la première rencontre entre parents et enfants ;
- le passage sans transition dans une famille française et le monde ‘moderne’ ;
- des parents qui accueillent d’emblée ‘leur enfant’, et qui pensent ‘réparer’ cet enfant blessé grâce à l’amour ;
- des enfants qui s’inscrivent dans un projet de famille basé sur le modèle de la famille biologique, mais qui se heurtent à des différences qu’ils peinent à réduire (couleur de peau, niveau scolaire, racisme...) ;
- une pression à la réussite de l’adoption exercée sur l’ensemble des acteurs et sur l’enfant, qui se trouve porteur d’un ‘devoir de réussite’.
Quelques années après leur adoption, pris dans des tensions et contradictions dans lesquelles le système les placent et qu’ils ne parviennent pas à résoudre, les enfants adoptés à l’étranger entrent dans une crise aigüe de désenchantement qui démarre à bas bruit et va s’amplifier rapidement. Ils sont profondément déçus (par l’adoption, par leur famille, par la société d’accueil) et manifestent cette déception sur un versant positif (colère, révolte) et/ou sur un versant négatif (dépression).

 

Le travail de recherche amorcé ici nous encourage à penser un dispositif de prise en charge psychothérapeutique qui prenne en compte les spécificités de ces familles ayant adopté et leur vécu de l’événement. Par ailleurs, sans prétendre à la réforme, nous interrogeons le système actuel de l’AI, et spécialement le recours généralisé à l’adoption plénière d’enfants déjà grands, car il rend possible des mises en actes d’intentionalités parfois très contradictoires, entre filiation selon le modèle biologique, et ‘sauvetage’ d’enfants des pays pauvres. Plongé dans cet univers de contradictions, l’enfant les donne à voir par ses troubles psychologiques et ses comportements. Nous concluons provisoirement cette recherche sur la proposition d’un travail préventif visant à accompagner les futurs parents adoptants dans l’élaboration d’un projet parental spécifique.

 


Le mémoire de maîtrise de psychologie clinique et psychopathologique.