Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2010

Etude : l'aide psychiatrique urgente apportée aux jeunes

aide-psychiatrique-urgente-apportee-aux-jeunes.jpgLe Centre fédéral d’expertise des soins de santé a récemment mené une étude en collaboration avec l’Université d’Anvers. Celle-ci porte sur l’urgence psychiatrique pour enfants et adolescents.
Premier constat : le nombre d’enfants et d’adolescents confrontés à des problèmes psychiques urgents augmente. Par ailleurs, le secteur connaît une pénurie de pédopsychiatres, ce qui n’améliore pas la situation...


Dans leur rapport, les chercheurs déplorent également l’absence de porte d’entrée claire pour entrer dans le circuit de l’aide psychiatrique urgente. Ils préconisent par ailleurs une plus grande collaboration entre les services concernés par la problématique.

 

Source : Psytoyens.


L’urgence psychiatrique pour enfants et adolescents
Auteurs :  Deboutte Dirk, Smet Mike, Walraven Vera, Janssens Astrid, Obyn Caroline and Leys Mark
Etude n° : 2009-20
Domaine : Health Services Research (HSR)
Keywords : Emergency Services, Psychiatric ; Child ; Adolescent

Télécharger le rapport
Télécharger le supplément du rapport


Communiqué de presse du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) 

Repenser l’aide psychiatrique urgente à apporter aux jeunes

De plus en plus d’enfants et d’adolescents ont besoin d’une aide psychiatrique en urgence. La meilleure manière de fournir cette aide est d’utiliser une approche intégrée sans créer des structures séparées, estime le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), dans une étude menée en collaboration avec l’Université d’Anvers. La Belgique aurait besoin de 15 entités structurées de manière intégrée pour assurer cette aide, avec au moins une par province. Cette aide d’urgence doit être disponible à tout moment et de préférence apportée de manière aussi proche que possible du milieu de vie de l’enfant ou de l’adolescent.

Un nombre croissant de jeunes patients

On dispose de peu de données officielles, mais le nombre d’enfants et d’adolescents confrontés à des problèmes psychiques urgents, est en augmentation. Il y a pénurie de pédopsychiatres et le secteur est confronté au problème des listes d’attente. En 2007, on a dénombré 4 200 hospitalisations d’enfants et d’adolescents durant moins de 14 jours, ce qui indique qu’il s’agissait sans doute de problèmes psychiques urgents. Cela signifie 19 admissions par 150 000 jeunes. En outre, Integrale Jeugdhulp a enregistré environ 1 000 cas en 2008 en Flandre. Il s’agit d’enfants entre 6 et 18 ans, la plupart étant des adolescents entre 12 et 15 ans. Ils sont aux prises avec des problèmes de suicide ou de tentative de suicide et des problèmes comportementaux, notamment d’agressivité.

Pas de porte d’entrée claire pour l’aide de crise

Aujourd’hui les jeunes entrent dans le système d’aide urgente de différentes manières. Cette aide est fournie par les services d’urgence des hôpitaux généraux et les services (pédo)psychiatriques, les centres de santé mentale, les services d’aide, etc … A signaler aussi que certains jeunes n’entrent en contact avec ces services qu’après un passage par les services judiciaires ou la police. Les compétences en matière de santé mentale sont donc éparpillées et les services qui pratiquent de l’intervention de crise ne travaillent pas toujours ensemble. Le secteur ressent un besoin de mettre en place une porte d’entrée claire et accessible pour l’aide psychiatrique urgente ainsi qu’une approche intégrée entre tous les services concernés.

Une aide de crise ne doit jamais être refusée

Le KCE recommande d’organiser l’aide urgente en tant que fonction - c'est-à-dire un ensemble coordonné d’activités – plutôt qu’en tant que service ou section séparée. Cette collaboration fonctionnelle entre les différents types de prestataires permettra d’apporter à l’enfant l’aide la plus appropriée.

L’objectif le plus important de cette organisation fonctionnelle est d’assurer sans délai la sécurité du patient et de son environnement immédiat. Pour cela elle doit disposer de personnel formé, de moyens de transport et de communication et parfois de lits résidentiels et sécurisés.

L’aide d’urgence doit être fournie immédiatement, être accessible en permanence (24h sur 24, 7 jours sur 7, toute l’année) et ne jamais pouvoir être refusée. L’idéal est que le jeune soit pris en charge dans son milieu de vie, en associant à la démarche les parents, l’école, etc … Une admission ne peut être réalisée que si elle est indispensable. L’aide d’urgence ne devrait pas durer plus de deux semaines, un délai suffisant pour évaluer et stabiliser la situation, et éventuellement référer le patient à un service d’aide à plus long terme.

15 fonctions pour la Belgique

Bien que l’on ne dispose pas de chiffres permettant une évaluation précise, le KCE propose une fonction d’aide urgente par 150 000 jeunes, avec au moins une fonction par province. Cela revient à environ 15 structures fonctionnelles pour la Belgique. Les chercheurs n’ont pas pu déterminer le coût d’une telle organisation car des données fiables ne sont pas disponibles. Le KCE recommande dès lors d’améliorer l’enregistrement de données fiables.

Une approche globale

La demande et les besoins en aide urgente sont influencés par le bon fonctionnement et l’accessibilité de l’ensemble des services destinés aux enfants et aux adolescents. Le KCE propose dès lors que le développement des fonctions d’aide urgente soit intégré dans une approche globale de l’organisation des soins de santé mentale pour les jeunes.


Pour plus d’information et/ou des interviews, contacter :

Gudrun Briat
Responsable de la communication
Doorbuilding, Boulevard du Jardin Botanique 55, 1000 Bruxelles
Tél: 02 287 33 54, numéro de GSM : 0475/27.41.15
e-mail : press@kce.fgov.be

Source : Centre fédéral d'expertise des soins de santé

10:40 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert, Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adolescents, enfance | |  del.icio.us

08/02/2010

Comment les jeunes errants mettent le travail social en difficulté

logo Lien Social.jpg

Mineurs en fugue, en rupture de famille ou de placement, jeunes adultes en pleine dérive, ils déstabilisent souvent les travailleurs sociaux car certains… ne leur demandent rien ! Avant d’errer dans la vie, ces jeunes ont tous commencer par errer dans leur tête, et c’est là qu’il faut les aider. Après, c’est beaucoup plus difficile. Surtout pour ceux qui, de chute en chute, s’enferment dans une véritable carrière d’errant, allant alors de la mort sociale à la mort tout court. Il revient aux acteurs sociaux la responsabilité d’inventer de nouvelles réponses, et, de faire émerger des solutions dans une dynamique d’intelligence collective où chacun ait sa place : les institutions dans leur capacité à s’adapter et à descendre de leur tour d’ivoire, les professionnels dans l’imagination de nouvelles pratiques et les jeunes dans la reconstruction de leur personne.

 

Il apparaît difficile de définir à la fois ce qu’est l’errance et qui sont les jeunes errants. Le phénomène de l’errance peut tout d’abord être compris dans son sens restrictif. Il s’agit alors d’une vie dans la rue qui s’identifie à une désinsertion grave. Mais il peut aussi être perçu au sens large de ces jeunes sans occupation ni ressort de vie, qui vont traverser à un moment de leur existence une situation d’instabilité. L’errance peut être soit immobile et se situer dans tel quartier, tel centre ville, la plupart du temps dans le secteur géographique où le jeune a grandi. Elle peut encore se faire mobile et itinérante, sans but précis ni itinéraire construit, mis à part les regroupements dans les grandes villes festivalières qui sont au contraire très recherchés.


Cela peut autant être un parcours chaotique qu’un simple passage sans qu’il y ait d’ordre logique de transition de l’un à l’autre. Ce peut encore être un choix de vie délibéré marqué par une volonté de rupture, mais aussi un destin subi.
L’errance constitue en fait cet espace entre le pôle d’une insertion suffisamment stable, car basée sur des revenus et un logement, et le pôle de la désaffiliation extrême.


Aussi compliqué est le repérage exact du profil de la population concernée par l’errance. Il est délicat de dresser un portrait-type de ces jeunes tant leurs situations sont diverses et complexes. On identifie malgré tout quelques constantes. L’errance ne menace pas dans les mêmes proportions tout un chacun. Ce qui joue beaucoup ce sont les fragilités de certaines personnalités qui s’exposent bien plus que d’autres à cette dérive. Souvent, cela commence par un éclatement familial, un traumatisme ou une rupture. À partir d’un tel évènement, on assiste à une succession de décrochages progressifs : désinvestissement scolaire, conflit avec les proches, prise de produits psychotropes. Les difficultés apparues dès la petite enfance se traduisent à l’adolescence par une impulsivité et une faible tolérance à la frustration, qu’aucun cadre ne vient contenir. Le monde de la rue et sa liberté apparente jouent comme un puissant attractif : faire ce que l’on veut quand on le veut, quoi de plus attirant ? Mais, c’est là surtout un support à une véritable fuite en avant : s’enfuir toujours, ne jamais se retourner de peur d’être rattrapé par ses angoisses. Bien sûr, il y a ces voyages initiatiques popularisés dans les années 60 avec des destinations tel Katmandou. Mais cela ne recouvre pas la réalité du phénomène contemporain vécu par les jeunes dont il est question ici. Ceux-ci sont le plus souvent « errants » dans leur tête avant de l’être dans leur vie ! Le mode d’existence auquel ils sont soumis n’est pas vraiment fait pour les aider. Les supposées solidarité et fraternité que cet univers offrirait se traduisent en réalité en une simple somme de misères individuelles, de souffrances additionnées et de dérives confrontées. Comme le dit le sociologue François Chobeaux [Dans les Nomades du vide] « l’errance se résume très vite, une fois passées les premières sensations de toute-puissance et d’affranchissement à un vide stérile et angoissant ». C’est alors ce parcours vain qui s’apparente à un tragique jeu de l’oie où l’on passe inlassablement d’une case à une autre : hébergement chez des ami (e) s, puis dans les institutions sociales, puis dans la famille, une hospitalisation, la prison, un hôtel, une cave, une chaufferie, puis à nouveau chez des ami (e) s, dans une logique infernale de circuit fermé.


À ce stade, le jeune peut arriver à s’en sortir. Les solutions existent qui lui sont proposées par des relais institutionnels (mission locale, Fonds d’aide aux jeunes…). Mais il n’est pas rare qu’il échoue dans ses efforts. Ce qui le guette alors, c’est bien l’enfermement dans une carrière d’errant avec à la clé deux types de comportements autodestructeurs : éviter ou mettre en échec toutes les solutions qui sont proposées, et se ” suradapter ” aux dispositifs permettant la survie au jour le jour sans jamais arriver à se stabiliser. Perte des repères communs, dégradation relationnelle, déchéances physique et psychique, problèmes d’alcool ou de toxicomanie, difficulté de santé, confrontation à la violence et aux dangers de la rue… peuvent aboutir à une véritable mort sociale et une durée de vie écourtée.


Les institutions au défi de l’errance

L’errance a le don de venir percuter la société et plus particulièrement le travail social, tant dans ses habitudes de fonctionnement que dans ses dysfonctionnements.
Ainsi, de nos professions habituées à répondre à une demande des usagers et qui sont confrontées à des jeunes errants qui ne sont pas toujours demandeurs ! Mais ce n’est pas parce qu’ils ne formulent pas de désir qu’on ne peut rien leur proposer. Qui plus est, si leur désir se trouve en pleine contradiction avec nos logiques traditionnelles : accueillir sans n’avoir à offrir qu’une présence n’est pas une pratique à laquelle nous sommes très habitués. Ce sont là pourtant les modalités choisies par les structures dites de ” bas seuil d’exigence ” qui proposent une aide au jour le jour, sans contrepartie. Pour y être admis, nul besoin de parler de son passé. L’anonymat y est la règle. L’inconditionnalité du séjour ne trouve ses limites que dans la seule violence jugée inacceptable. Se mettre à l’abri, se poser quelques heures, pouvoir entreposer ses paquets et ses sacs, se doucher, se raser, laver et sécher ses affaires, se domicilier : ici pas d’exigences en matière d’insertion ultérieure, pas d’obligation en matière de sacro-saint « projet ». Cela ne signifie nullement que rien de plus élaboré ne peut se construire. Simplement, ce n’est pas un préalable à l’accueil. Face à des personnes ayant perdu les principaux repères de la vie, il faut aux intervenants la patience et la tolérance d’accepter leurs échecs. Alors même qu’un travail de longue haleine serait nécessaire, ce qui prévaut c’est leur instabilité et la discontinuité de leur existence. Obligation est faite alors aux intervenants de faire avec, de travailler sur l’existant : constituer un lieu de passage, un abri où le jeune saura trouver un accueil chaleureux, tel est le premier maillon qui débouchera peut-être sur une réinsertion, qui constituera peut-être la base d’un nouveau départ. Mais, ce n’est qu’une possibilité offerte, jamais une condition.


L’errance pointe aussi les limites des institutions, chacune ayant une nette tendance à se replier sur le champ de ses compétences face à des jeunes errants qui s’instillent justement dans les interstices. L’accueil, la protection de l’enfance, l’ordre public, la santé, la formation, le logement… se trouvent ainsi interpellés au travers d’un nombre considérable d’acteurs qui rendent la réponse à la problématique de l’errance particulièrement compliquée à mettre en œuvre. Comme le dit avec beaucoup d’humour Laurent Barbe, consultant du COPAS : « les jeunes en errance n’ont pas la décence de respecter le subtil ordonnancement des champs de compétence issus de la décentralisation et de s’adresser à la bonne porte ». C’est alors le jeu de la « patate chaude », chaque structure renvoyant le problème à son voisin. L’expérience montre pourtant qu’avec ce public, plus qu’avec tout autre, il est fondamental de rentrer dans une logique de réseau. S’il ne s’agit pas de limiter l’offre de service à un guichet unique qui contraindrait ces jeunes à une seule réponse possible, il est nécessaire néanmoins que les partenaires entrent en relation les uns avec les autres, articulent leur intervention et proposent un dispositif qui soit complémentaire et non concurrent, cohérent et non contradictoire. Cela signifie un décloisonnement entre les différentes institutions d’abord, mais aussi entre le social, l’économique et le politique, ainsi qu’entre les différents territoires. Imaginer aujourd’hui des liaisons souples et opérationnelles entre les différents intervenants issus des diverses institutions implique une large part laissée à leur autonomie et une moindre prégnance des hiérarchies respectives des uns et des autres qui renonceraient à tout vouloir contrôler, vérifier, valider.
Décidément, ces jeunes errants nous confrontent à bien des questionnements sur notre société et sur notre mode de fonctionnement professionnel.


Est-il légitime de vivre sans travailler, ni avoir un logement ? Face à une image familiale en pleine mutation qui a vu disparaître le modèle unique père + mère, comment mieux prendre en compte les difficultés d’identification qui se traduisent par une plus grande fragilisation à l’adolescence et au début de l’âge adulte ? La précarisation grandissante qui rend de plus en plus compliquée l’autonomisation des jeunes majeurs par l’accès au travail et au logement ne démontre-t-elle pas le facteur essentiel joué par la crise d’accès à l’âge adulte ?
Mais, il faudra pour relever le défi de l’errance de certains jeunes, ne pas hésiter à remettre en cause nos schémas traditionnels d’intervention et d’organisation pour les faire correspondre à cette problématique originale. Doit-on intervenir auprès des personnes qui refusent les règles sociales ordinaires ? Jusqu’où ? Comment renouer un contact avec eux ? Ne nous sommes-nous pas fourvoyés en proposant de nous occuper des enfants à la place des parents ? Ne vaut-il pas mieux aider les parents à faire face à leur fonction ?


Il nous revient la responsabilité d’inventer de nouvelles réponses et de faire émerger des solutions dans une dynamique d’intelligence collective où chacun aura sa place : les institutions dans leur capacité à s’adapter et à descendre de leur tour d’ivoire, les professionnels dans l’imagination de nouvelles pratiques et les jeunes dans la reconstruction de leur personne.

 

Par Jacques Trémintin.

 

Source: Lien Social.

 

10:24 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfance, adolescents, errance, france | |  del.icio.us

07/02/2008

Des ados à adoptés aux Etat-Unis. Qui veut ?

5828a940c843e5bcc0f7f2ce30aaf817.jpgPour favoriser l'adoption d'adolescents, plus difficiles à "caser" que des bébés, des Etats américains ont adopté des méthodes de marketing éprouvées. Quitte, explique USA Today, à donner l'impression qu'il s'agit de biens de consommation.


 
Michael, 15 ans, est un garçon tranquille qui aime les jeux de société. Il aimerait idéalement trouver une famille avec un père, une mère et des frères et sœurs.

Cera, 13 ans, aime chanter et jouer au basket-ball. Un père ou une mère célibataire ou un couple ferait une famille parfaite pour elle.

 

Des photos accompagnées de ce type de description se multiplient sur les sites internet, dans les magazines et les kiosques des centres commerciaux. Les organismes publics de protection des orphelins utilisent de plus en plus les techniques de marketing pour trouver une famille permanente pour des milliers d'enfants sans parents.

 

Ces campagnes de marketing – qui permettent à certaines familles de choisir un enfant comme on choisit un produit – ont une importance capitale pour les adolescents orphelins. Il est en effet beaucoup plus difficile de trouver un foyer pour des adolescents que pour des nouveau-nés, explique Erica Zielewski, membre de l'Urban Institute, un groupe de recherche sur les politiques économiques et sociales.

 

Mme Zielewski estime que, depuis 2000, aux Etats-Unis, 50 000 enfants venant d'orphelinats publics sont adoptés chaque année. Les statistiques sont stables, mais elles signifient que 50 000 enfants doivent rester chaque année dans les foyers familiaux ou de groupe. Selon Mme Zielewski, un enfant demeure en moyenne trois à quatre ans dans un foyer avant de trouver une famille.

 

Des mesures mises en place au niveau fédéral et destinées à encourager l'augmentation du nombre d'adoptions obligent les Etats à faire preuve de créativité. La loi sur l'adoption et la famille de 1997 (Adoption and Safe Families Act)  prévoit en effet le versement de centaines de milliers de dollars aux Etats qui réussissent à améliorer leurs chiffres d'une année sur l'autre.

 

Dans l'Etat de l'Indiana, le département des services à l'enfance prévoit de consacrer 4 millions de dollars à la recherche de foyers pour des enfants comme Michael et Cera. Ils sont nombreux à figurer sur le site internet – où ne sont listés que leurs prénoms – et dans la publication mensuelle des services publics d'adoption.

 

Dans l'Illinois, une exposition itinérante de photos d'enfants adoptables a été organisée dans le cadre du programme Heart Gallery [Galerie du cœur]. L'exposition est présentée par des spécialistes de l'adoption dans les centres commerciaux, les festivals et les lieux de travail.

 

Au Texas, une campagne médiatique utilisant télévision, radio et panneaux d'affichage a permis d'augmenter de 20 % en 2007 le nombre d'adoptions. Le Texas compte poursuivre ses efforts en 2008. Selon Darrell Azar, porte-parole du département des services à l'enfance et à la famille de cet Etat, l'augmentation du nombre d'adoptions en 2005 au Texas a valu à celui-ci une subvention de 300 000 dollars du gouvernement fédéral. Cet argent a été consacré à la réalisation et à la diffusion de spots publicitaires télévisés et radiodiffusés sur l'adoption d'adolescents, sur le thème "Pourquoi pas moi ?"

 

L'Etat de l'Oklahoma a également mis en place une exposition itinérante analogue à la Heart Gallery, posté des listes d'enfants sur son site internet et organisé des réunions FutureWare. Ce concept s'inspire des réunions Tupperware : les parents adoptifs invitent leurs amis et leurs collègues à la maison, explique Audrey Banks, représentante pour l'adoption au département des services sociaux de l'Oklahoma. "C'est une sortie agréable, affirme-t-elle. Et ça permet de faire prendre conscience aux gens du manque de familles adoptives."

 

Le fait de placer sur Internet des photos d'enfants qui ont déjà des difficultés soulève toutefois un débat éthique, reconnaît Erica Zielewski. Pour Dawn Robertson, porte-parole de Honk for Kids , une organisation basée en Indiana, "choisir un enfant comme si on feuilletait un catalogue Sears semble plutôt inapproprié, du moins ça en a tout l'air". "Certaines personnes estiment que c'est de l'exploitation", admet Mme Zielewski. "Mais d'autres soutiennent que ça marche. Au final, c'est ce qui importe le plus."

 

Selon Susan Tielking, porte-parole du département des services à l'enfance de l'Indiana, une campagne de promotion d'une durée de deux ans a permis à l'Etat d'augmenter ses statistiques d'adoption de 15 % en 2006 et de 39 % en 2007 par rapport à 2005.

+ + +


Wanted: Good homes for older kids


State agencies turn to Internet listings, TV, radio spots to find adoptive parents

Michael, 15, is a quiet boy who enjoys board games. He says ideally he would like a mother, father and siblings.
Cera, 13, loves to sing and play basketball. She would do well with a single-parent or two-parent family.

Photos with descriptions like these of children looking for a home are showing up on websites, in magazines and at shopping center kiosks, as state child welfare agencies increasingly use marketing techniques to try to find permanent homes for thousands of children in foster or group homes.

These marketing campaigns, which in many cases allow people to essentially shop for children, are crucial because older children are often harder to find homes for than newborns, says Erica Zielewski of the Urban Institute, an economic and social policy research group.

Many of them also have siblings and need to stay together, while others have emotional or physical problems.

According to Zielewski, adoptions from state child welfare systems have remained steady at about 50,000 a year since 2000 ? leaving another 50,000 each year in foster or group homes. The average stay in foster care before a child is adopted is between three and four years, she says.

Federal incentives to move children out of foster care are also pushing states to get creative. Under the Adoption and Safe Families Act of 1997, states could receive hundreds of thousands of dollars for increasing the number of adoptions over previous years.

In Indiana, the Department of Child Services is preparing to spend $4 million to find homes for children like Michael and Cera. The two are among scores of children featured on the state's adoption website, which lists only their first names, and in its monthly magazine.

Child welfare agencies across the USA are ramping up efforts to find permanent homes for children, Zielewski says.

• Oregon. The state has a partnership with Portland KOIN-TV, producing a weekly feature about a child waiting to be adopted.

"The reporter does a really good job talking to the children," says Greg Parker, a state Department of Human Services spokesman. "When you see and are able to hear the children's voices, it makes a real emotional connection."

• Illinois. The Adoption Information Center of Illinois website, the state site established to promote foster care adoptions, gets the most inquiries, says DeAudrey Davis, director of the state agency.

The state also has a Heart Gallery program ? a traveling photo exhibit of adoptable children. The displays and adoption specialists visit shopping malls, festivals and workplaces.

• Texas. Buoyed by the success of a coordinated TV, radio and billboard campaign that boosted adoptions by about 20% in 2007, the state plans to continue the effort on a smaller scale in 2008.

"We hope the results we saw last year were only the tip of the iceberg and that, with some more ads and the ripple effect, even more people will come forward," says Darrell Azar, spokesman for the Texas Department of Family and Protective Services. Azar says the state used a $300,000 federal bonus for increasing adoptions in 2005 to produce and air TV and radio ads that focused on older children. The theme: "Why Not Me?"

• Oklahoma. The state Department of Human Services started approving families for adoption at the same time they are licensed for foster care in August 2007. The fast-track adoption approval can cut time by reducing redundancies in the adoption process.

The state also has Internet listings, a traveling Heart Gallery and FutureWare parties.

FutureWare events are modeled on the Tupperware party concept, with adoptive parents inviting friends and co-workers to gatherings in their home, says Audrey Banks, an adoption representative for the state Department of Human Services. "It's a great way to get out … and spread the word about the need for families," Banks says.

The practice of placing photographs of troubled children on the Internet and in magazines has spurred some ethical debate, Zielewski says.

"Shopping children out like a Sears catalog gives the appearance of impropriety at the least," says Dawn Robertson, spokeswoman for Indiana-based Honk for Kids. The group says it is a family rights organization that monitors Indiana's Department of Child Services.

"There are people who think that (it) is exploitative," Zielewski says. "But there are others who argue it works. And in the end, that's what is important."

A two-year campaign aimed at encouraging foster parents to adopt boosted Indiana adoptions for 2006 and 2007 by about 15% and 39%, respectively over 2005, says Susan Tielking, spokeswoman for Indiana's child services department.

Foster parents were targeted because more than two-thirds of the children adopted in Indiana and the USA are by people who have been foster parents, Zielewski says.

Foster parents Roy and Shelly Higgins of Indianapolis are among those who adopted from the state system.

"We've gotten as much out of this as he has," Roy Higgins says of his 17-year-old son, Brandon Higgins, whom the family adopted in 2002. "There is such a great need and there are so many everyday people out there who would be a blessing for these children."

Higgins says Brandon, who was troubled, has made great progress and is preparing to go to college in the fall. Seeing him leave home will be difficult, Higgins says. "But even when he leaves, he'll always be my son, and I'll always be his dad."


Source : Tim Evans for USA TODAY 

 
 


Repères

 

• En France, l'affaire de L'Arche de Zoé a récemment relancé le débat sur l'adoption internationale, qui concerne la majorité des adoptions. Le sujet est épineux, qui met face à face riches et pauvres, Nord et Sud, Blancs et Noirs. "Aujourd'hui, certains indices montrent qu'un commerce est en train de se développer autour des enfants pauvres d'Afrique et d'Asie", écrivait alors l'intellectuel arabe Mohamed Al-Haddad dans les colonnes d'Al-Hayat, même si "les motivations [de l'adoption] ne sont pas toujours infâmes ; elles sont le plus souvent innocentes, voire philantropiques".

 

• La compassion est un sentiment dont se méfient beaucoup les associations qui œuvrent dans le secteur. Ainsi, après le tsunami de décembre 2004 en Asie , des dizaines de propositions d'adoption "humanitaire" ont afflué. Cet élan de générosité a été refroidi rapidement : les associations ont, au nom de la défense des enfants, privilégié le parrainage des enfants dans leur pays. Et le ministère de la Santé et de la Famille a, par crainte du trafic d'enfants, gelé toutes les demandes d'adoption dans les pays touchés.


 
 
Source : Courrier international