Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2011

La mère stimule le langage. Le bébé naissant reconnait la voix de sa mère

La mere stimule langage 04.jpgUne étude canadienne sur la communication des bébés.
- Le nouveau-né entretient une relation privilégiée avec sa mère.
- Il réagit aussi davantage à sa voix.
- L'étude menée à Montréal montre pour la première fois comment un cerveau de quelques heures réagit à divers stimuli.

Les résultats des travaux menés à Montréal sur des bébés sont passionnants. «D'un point de vue comportemental, nous savions déjà qu'un bébé était plus réceptif à la voix de sa mère qu'une autre voix, explique Maude Beauchemin, une doctorante en neuropsychologie de l'équipe du Dr Maryse Lassonde, à l'hôpital Sainte-Justine. Ce que nous voulions savoir, c'est comment cette préférence se marque dans le cerveau. »

«Nous avons pu montrer qu'un nouveau-né qui entend la voix de sa maman interprète d'emblée ces sons comme une ébauche de communication, précise-t-elle. Par contre, quand une personne tierce prononce exactement le même son. il ne décode pas ce bruit avec la même partie de son cerveau. Pour lui, cet autre son n'est pas interprété comme un début de langage. »

Elle poursuit : sur nos images, obtenues au moyen d'un casque doté de 126 électrodes, nous observons clairement cette différence. Au cours de la demi-seconde qui suit l'émission du son par la mère, seule la partie gauche du cerveau de l'enfant réagit. La partie qui héberge le siège de l'apprentissage du langage. Quand c'est une infirmière qui parle ou une autre femme, le cerveau traite cette information dans son hémisphère droit, là où il traite habituellement la reconnaissance vocale plutôt que le langage, puis gauche, puis à nouveau droit. Il ne décode pas d'emblée ce qu'il entend, alors qu'avec sa mère, il semble savoir exactement qu'il est question d'une communication. »

Mieux encore, l'équipe a aussi pu confirmer que chez les nouveaux nés qui entendent la voix de leur mère, non seulement l'information est traitée comme une ébauche de langage ou d'apprentissage du langage mais elle suscite aussi un début de réponse. Sur les images, la partie centrale du cortex finit ainsi elle aussi par « s'allumer ». Or, il s'agit d'une zone motrice de la parole.

« Quand le bébé entend un "a" il a tendance à vouloir ouvrir la bouche pour en imiter la prononciation et quand il entend un "m" il serrera plutôt les lèvres, précise Maude Beauchemin. Cette étude apporte un nouvel éclairage sur l'origine du langage, conclut-elle. Elle pourrait nous en apprendre un jour davantage sur certains troubles. Et bien entendu, on pourrait aussi répéter l'expérience avec... la voix du père.


Seize bébés bardés de capteurs

126 életrodes ont capté les signaux de cerveaux tout juste nés. Elles montrent comment le bébé réagit préférentiellement à certaines voix.

Seize bébés âgés 8 à 27 heures ont participé à cette étude canadienne. L'équipe du Pr Lassonde a fixé des électrodes sur leur tête pendant leur sommeil. Elle les a ensuite soumis à la voix de leur mère. Celle-ci prononçait un son bref : la voyelle « A ». L'exercice a alors été répété avec d'autres voix, celle de l'infirmière qui a amené le bébé au laboratoire par exemple. Les sons n'ont pas été prononcés en direct aux bébés. Le tout a été fait sur la base d'enregistrements sonores préalables diffusés avec une même intensité (75 db).
« Sur les scintigrammes, nous remarquons clairement des réactions dans le lobe temporal gauche de l'enfant lorsqu'il entend sa mère, indique Maryse Lassonde. Quand c'est une autre personne qui parle, l'activation du cerveau se marque surtout dans le lobe temporal droit lequel est davantage associé à la reconnaissance vocale », précise-t-elle.

Source : Le Soir.



Le bébé naissant reconnait la voix de sa mère
Université de Montréal Nouvelles |  17.01.2011

14/08/2010

En Belgique-du-Nord, les nourrissons flamands peuvent aussi aller en internat.

baby internaat in vl.jpgUn "internat" pour bébé et enfants en bas âge ouvrira ses portes ce lundi à Waregem, rapporte le Standaard sur son site internet. Deux bébés y sont déjà inscrits. Ils passeront 4 nuits par semaine loin de leurs parents. Il reste encore 14 places vacantes. Avis aux parents submergés …

L'accueil de nuit des jeunes enfants n'est pas nouveau en Belgique, mais c'est la première fois qu'une crèche offre cette possibilité tout au long de la semaine. Les parents pourront y laisser leurs enfants du dimanche soir au vendredi soir, exactement comme avec un internat pour enfants et adolescents. "Deux enfants seront accueillis dès la semaine prochaine", indique Gretel Annemans, à l'origine de cette initiative. "Tous les deux resteront ici quatre nuits par semaine".

 

Car les grands-parents ne sont plus là pour aider...


Elle explique que "de nombreux parents peuvent beaucoup moins compter sur les grands-parents que par le passé", étant donné que ces derniers sont encore eux-mêmes souvent au travail. Il arrive aussi fréquemment que les grands-parents habitent trop loin. Il semblerait donc que certains parents préfèrent dormir sur leurs deux oreilles pour être en forme au travail plutôt que de s’occuper eux-mêmes de leur petit bébé, au risque de ne pas fermer l’œil de la nuit.
Cette crèche, baptisée Ennès, a demandé une attestation auprès de l'office flamande de l'enfance, Kind en Gezin, mais le document ne peut être délivré qu'après ouverture et visite d'inspecteurs. Pour l'accueil de nuit, des précautions particulières doivent être prises, notamment en matière de prévention des incendies.

 

Selon le professeur émérite Jean-Yves Hayez, de l’UCL : "L’enfant comprendra..."

 

“Il faut distinguer les parents qui placent leur enfant par nécessité et ceux qui le font par confort. Dans certaines situations (travail, déplacement), mieux vaut une structure stable, avec des professionnels. Il faut parler au nourrisson, lui expliquer. Même s’il ne comprend pas tout, il finira par comprendre.”
“ En revanche ”, poursuit le professeur, “ si les parents placent régulièrement l’enfant pour leur confort personnel, lors de mini-trips par exemple, il finira par comprendre. Avec le risque que, plus tard, il se referme sur lui-même et devienne égocentrique ”.
Il y a risque de développer des problèmes psycho-affectifs.

 

Source : RTL Info.

 

 

Ook baby's kunnen nu op 'internaat'

 

BRUSSEL - U wil uw baby laten overnachten op de kinderopvang, net zoals in een internaat? Geen probleem bij kinderopvang Ennès in Waregem, die maandag opent. 'Samen met de ouders voor hun kind zorgen', zo noemt de uitbaatster het zelf.
'Mogelijkheid tot internaatsformule, voltijds of deeltijds', staat er op de website van Ennès, een nieuw kinderopvanginitiatief in Waregem. Nachtopvang in kinderdagverblijven is op zich niet nieuw, maar het is voor het eerst dat een kinderverzorgster zich richt op nachtopvang voor een hele week. Ouders kunnen er hun baby's en peuters kwijt tussen zondagavond en vrijdagavond.
'Er komen volgende week al twee kindjes op internaat', vertelt initiatiefneemster Gretel Annemans (42). 'Allebei blijven ze hier vier nachten per week. Omdat ik de prijs afhankelijk maak van het inkomen van de ouders, kunnen ook gezinnen uit de lagere sociale klassen hier terecht.'

 

Twee slaapkamers

 

Annemans werkte voordien in de bijzondere jeugdzorg en merkte daar dat er veel vraag is naar nachtopvang voor baby's en peuters. 'Maar ik richt me uitdrukkelijk niet alleen op de bijzondere jeugdzorg: iedereen is hier welkom', zegt ze. 'Ouders kunnen veel minder dan vroeger rekenen op oma en opa die even bijspringen, want die zijn vaak zelf nog aan het werk. Ook wonen veel ouders niet meer zo dicht bij familieleden.'
Elk kind krijgt zijn eigen bedje, verdeeld over twee slaapkamers. 'Er is officieel plaats voor dertien kinderen, maar ik zal me beperken tot acht of negen kindjes in de dagopvang en vier of vijf kindjes in de nachtopvang.'
Rookdetector
Ennès heeft bij Kind & Gezin een aanvraag ingediend voor een attest van toezicht, maar dat kan pas toegekend worden als de opvang open is en er bezoek is geweest van inspecteurs. 'Kinderopvangcentra die nachtopvang aanbieden, moeten speciale maatregelen nemen voor de brandveiligheid', zegt woordvoerder Ronny Machiels. 'Er moeten rookdetectors hangen en er moeten voldoende nooduitgangen zijn. Centra met nachtopvang moeten ook een aparte slaapruimte hebben. De kinderen mogen dus niet in de leefruimte zelf slapen.'
Een internaat voor kleuters bestaat in Vlaanderen al enkele jaren, bijvoorbeeld in Mechelen. Maar nachtopvangplaatsen voor baby's en peuters waren totnogtoe gericht op occasionele opvang. Een van die 'kinderhotels' is Deborah Centre in Ravels. 'Wij liggen tegenover een feestzaal en krijgen vooral kinderen van ouders die daar naar een feestje gaan', zegt Dorothea Dekkers van Deborah Centre. 'Dat gebeurt vooral in het weekend en tijdens de vakanties. Maar zo vaak komt het niet voor, want er wonen hier ook veel grootouders in de buurt.'

 

Bron : Standaard.

 

 

Pas d'internat pour nourrissons en Belgique francophone

 

"Ce type d'institutions n'existe pas en Belgique francophone et aucun projet n'envisage pour l'instant d'en créer une", souligne Marie-Christine Mauroy, médecin coordonnateur de l'ONE.

 

L'internat pour nourrissons à Waregem choque la Ligue flamande des familles
Alors qu'un "internat" pour bébés et enfants en bas âge ouvrira ses portes lundi à Waregem, l'Office de la naissance et de l'enfance (ONE) a indiqué vendredi à l'agence Belga qu'aucune institution de ce genre n'existait en Belgiquefrancophone.

 

"Ce type d'institutions n'existe pas en Belgique francophone et aucun projet n'envisage pour l'instant d'en créer une", souligne Marie-Christine Mauroy, médecin coordonnateur de l'ONE.

 

"Priver un enfant en bas âge de ses parents pendant plusieurs jours pourrait le traumatiser", explique Marie-Christine Mauroy. En effet, il a été prouvé que l'enfant, qui n'établit pas un lien d'attachement dit "secure" avec un nombre réduit de personnes, pourrait éprouver, à l'avenir, des problèmes d'ordre psycho-affectif.
Cependant, Marie-Christine Mauroy préfère ne pas juger trop vite négativement l'internat flamand baptisé Ennès. "Tout peut très bien se passer si des mesures sont mises en place pour assurer la stabilité affective de l'enfant, par exemple, faire en sorte qu'un bébé soit toujours gardé par la même puéricultrice."

 

S'il n'y a aucun internat pour nourrissons en Belgique francophone, il existe, par contre, des crèches à horaires plus larges qui ouvrent très tôt le matin et ferment plus tard.
Il existe également des crèches qui fonctionnent 24h/24 comme la crèche "Les Bouts d'Choux" à Namur. Une crèche semblable est actuellement en construction près du centre hospitalier Peltzer-la-Tourelle à Verviers.

 

 

Internat pour bébés - Ils n'ont toujours rien compris !!!

08:21 Écrit par collectif a & a dans Communiqué | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : flandre, famille, bébé, internat | |  del.icio.us