Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2010

Des enfants de tribu des collines du Vietnam "volés" pour l'adoption

[Via Voices for Vietnam Adoption Integrity]

 

Vietnam's hill tribe children "stolen" for adoption (Feature)

 

 

Hanoi - High among the jagged limestone peaks that mark Vietnam's border with Laos, Cao Thi Thu squats on the stone floor of her family's hut and pleads, 'Please help bring my daughters home.'

 

It is more than three years since officials came to Thu's village and offered her the chance to send her daughters - Cao Thi Lan, 3, and Cao Thi Luong, 8 - to be educated in the provincial capital. Instead, they were sold for adoption overseas.

 

Clutching the only photographs she has of the girls - shots ironically taken at the children's home to send out to prospective adoptive parents abroad - the pain of separation from her daughters is as sharp today as it was on the day she last saw them.

 

'I am sad and I am very worried,' the 35-year-old said. 'I don't even know which country they are in. I don't know if they are together or apart. They should be with their families

 

here in Vietnam, not thousands of miles away with strangers.'

Lan and Luong were among 13 children taken away from Vietnam's smallest and least developed ethnic minority - the Ruc hill tribe - and then given to adoptive parents in Italy and the US months later in return for fees of around 10,000 US dollars per child.

 

A police investigation has been launched into complaints from the parents that their children were adopted without their permission but villagers fear it will be a whitewash and want foreign governments to intervene. Those pleas to diplomats have so far fallen on deaf ears.

 

It was in September 2006 when officials from Quang Bing province's capital Dong Hoi visited the tiny hill tribe, which numbers only 500 people.

 

They picked out 13 children aged 2 to 9 and offered to house and feed them at a children's social welfare centre in Dong Hoi and return them when their education and vocational training was complete, the families say they were told.

 

The parents - all poor farmers and most illiterate - agreed and were driven to Dong Hoi with their children where they signed consent forms placing them into the care of the local authority.

 

Four months later, in the Lunar New Year holiday in 2007, Thu went to visit her daughters. 'They looked well but they missed me very much. They said 'Mummy, please take us home',' she recalled.

 

'I couldn't bear to see them so sad so I decided to take them home. I took them by the hands and led them out of the children's home towards the bus stop - but the security guards stopped me and told me I couldn't take them away.

 

'The officials at the children's home said I had signed papers and had to leave them in their care. I was crying and very upset but I believed them and I went home alone.'

 

A year later - shortly before the 2008 Lunar New Year holiday - Thu travelled to Dong Hoi to visit her daughters again. When she arrived, she was told both girls had been adopted overseas.

 

'Those men lied to me,' said Thu, who has three other children. 'They said the children would return to the village when they finished school. But they sold them as if they were livestock.'

 

News of the children's fate spread quickly around the Ruc community villages as other parents discovered that their sons and daughters too had been sent overseas for adoption. Some were even handed photographs of their children with their new adoptive parents.

 

In the provincial capital Dong Hai, Le Thi Thu Ha, director of the children's home where the 13 children were taken, confirmed a police investigation had been launched into the circumstances in which the Ruc children were adopted overseas.

 

Ha - who recently replaced former director Nguyen Tien Ngu who handled the adoptions - insisted, 'All of the legal documents (for the adoptions) were in order. It was approved by the provincial ministry of justice and the provincial social welfare centre and it was done with the consent of the Ruc parents.

 

'The local police force started investigating the case a few months ago when the parents persisted with their complaints. We expect the investigation to be complete and the results announced in the first quarter of 2010.'

 

By the time the investigation is complete, the children will have been apart from their parents for more than four years. Despite appeals made to them nearly two years ago, neither the US nor the Italian embassies have taken up the parents' cause.

 

Anthropologist Peter Bille Larsen, who worked in the border area, alerted the embassies in early 2008 and is baffled by the inaction. He argues the children should be sent home however long it takes.

 

'I would want to see my children again even if they had been sent to the other end of the world,' he said, dismissing the idea that the youngsters were better off in relatively wealthy western families.

 

Asked why diplomats in Hanoi had apparently done nothing to help the families, Italy's charge d'affaires in Hanoi Cesare Bieller said that his embassy had no powers of investigation.

 

However, Bieller added, 'We acknowledge the importance of the task you are undertaking and we hope that your story will be received with the importance that it deserves.'

 

Read more

 

24/11/2009

Enfants à naître à vendre en Corée du Sud.

Unborn children for sale in S Korea.jpg


Unborn children for sale in South Korea


The illegal sale of children makes up more than half of all the cases of human trafficking around the world, according to recent estimates.

 

Traditionally it has involved the exploitation of children in poorer nations, but an Al Jazeera investigation has found that it is also happening in developed countries, such as South Korea.

 

For four months, Al Jazeera surfed community boards on popular Korean internet sites, and found an underground trade where pregnant women can sell their unborn children.

 

The few cases that have surfaced have alarmed the government so much that it is believed to have formed a special task force to bring human-trafficking laws up to date, Al Jazeera's Steve Chao says.

 

One of the challenges is how to give authorities the power to better police the murky world of the internet.

 

Twenty years ago the United Nations adopted the Convention of the Rights of the Child. The CRC or UNCRC, sets out the civil, political, economic, social and cultural rights of children.

 

As of December 2008, 193 signatories had ratified it, including every member of the UN except the US and Somalia.

 

The treaty restricts the involvement of children in military conflicts and prohibits the sale of children, child prostitution and child pornography.

 

The UNCRC has been used as a blueprint for child protection legislation around the world.

 

However, the treaty's promise to protect children has not always been kept.

 

Onus on government

Lisa Laumann, from the Save the Children charity, says it is up to both the government and the community to protect children.

 

"Intergovernmental organisations like the United Nations provide the framework around which governments can come together to agree on what good practice is and how governments should behave legally on behalf of their citizens," she told Al Jazeera.

 

"But it's up to the governments themselves to draft that legislation, develop the systems and institutions that guarantee those rights.

 

"There also has to be an effort made to help communities, families and children themselves, to understand what rights mean for them and how they can support them."

 

Source: Aljazeera.

 

L'article a été traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur son blog Fabriquée en Corée.

 

18/10/2009

Haïti : quand l'adoption internationale rime avec business.

Haïti est un des principaux « fournisseurs » d’enfants adoptables. Une filière quasi commerciale s’y est installée, basée sur la loi du marché plus que sur une logique d’aide à l’enfance. Beaucoup d’enfants adoptés ont encore leurs parents…


Sur le tarmac surchauffé de l’aéroport Toussaint Louverture à Port-au-Prince, pas un jour ne passe sans qu’un enfant d’Haïti n’embarque sur un vol international, accompagné de ses parents adoptifs ou d’un représentant d’un organisme d’adoption. Beaucoup partent vers l’Europe : Haïti est en effet devenu un gros «fournisseur » d’enfants adoptables : le premier pour la France, un des principaux pour la Belgique et la Suisse. Plus de 400 petits Haïtiens sont adoptés chaque année en France et une cinquantaine en Belgique. Dans ce pays, leur nombre est en baisse, « notamment à la suite d’une campagne qui dénonçait les mauvaises pratiques d’adoption en Haïti », explique Gerrit De Sloover, le vice-consul honoraire de Belgique en Haïti, consultant sur les questions liées à l’adoption internationale.
De 300 à 400 dans les années 1990, le nombre de dossiers d’adoption internationale d’enfants haïtiens déposés par an à Port-au-Prince, à l’Institut du bien-être social et de la recherche (IBESR) est aujourd’hui compris entre 1 000 et 1 500. Exactement 1 367 pour la période d’octobre 2007 à octobre 2008. Cette augmentation résulte du fait qu’Haïti est un des rares pays à n’avoir pas encore ratifié la Convention de La Haye de 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, qui fixe un cadre éthique clair et pose comme principe qu’un enfant n’est adoptable que lorsque aucune famille ne peut l’accueillir dans le pays même.


Business


Souvent portée par un vrai désir d’enfant du côté des parents, l’adoption internationale apparaît sur le terrain comme un véritable business. En 2005, la procédure pouvait coûter aux adoptants entre 5 000 et 6 500 $ US en moyenne, selon l’Unicef, y compris les frais d’avocats engagés par les crèches et ceux de procédure. Aujourd’hui, on approche des 10000 $ US. L’offre a toujours existé du côté haïtien, témoigne Geerit De Sloover, mais la demande a augmenté récemment. Les maisons d’enfants ont dès lors pullulé dans le pays. En 2008, 66 crèches étaient accréditées par l’IBESR (contre 47 en 2005), dont une majorité à Port-au-Prince. Mais leur contrôle par l’Institut est problématique, compte tenu du manque de moyens de l’institution et du manque de volonté de sa part. Aux dires du directeur adjoint de l’IBESR lui-même, M. Casseus, les crèches seraient beaucoup plus nombreuses que celles accréditées par l’Institut, « près de deux cents», lâche-t-il, sans en avoir l’air très certain.
Selon l’Unicef, « l’adoption internationale via des organisations privées qui n’ont pas reçu l’autorisation est malheureusement possible ». « Je connais des cas où des crèches non reconnues sous-traitent à des crèches accréditées», affirme Gerrit De Sloover. Car « parfois, certains n’ont pas assez d’enfants ‘en stock’, explique X. V., directrice depuis dix ans d’une crèche à Port-au-Prince. Ils vont donc en chercher ailleurs » pour répondre aux désirs des parents adoptifs. « J’ai reçu nombre de courriels de parents, toujours les mêmes : [nous avons l’autorisation d’adopter, nous cherchons un enfant, une fille]», poursuit-elle.


Contrôle de pure forme


Les petits qui présentent des «défauts » ne sont guère prisés : les plus âgés et les malades ont peu de chance d’être adoptés et certaines crèches tournées exclusivement vers l’adoption internationale ne les acceptent pas. De plus, la majorité des enfants adoptés en Haïti ont toujours des parents en vie, soit les deux, soit l’un d’eux, une tante, une grand-mère... à qui ils sont littéralement « achetés » pour être confiés aux adoptants. « Il semblerait que certaines crèches donnent de l’argent à la famille », reconnaît M. Casseus. Le plus fréquent est que des gens liés à la crèche recherchent activement des mères pauvres et leur proposent de mettre leurs petits en adoption. « Une fois les papiers signés, on va leur expliquer ce qu’est l’adoption. Ce n’est pas illégal, mais illégitime et abusif », explique Gerrit De Sloover, qui estime cependant que ces cas seraient moins nombreux qu’en Inde.
Parfois, l’initiative vient des parents. On a beaucoup parlé de vente d’enfants en Haïti. Le cas d’une maman ayant vendu les deux siens pour 500 gourdes (10 €) a fait du bruit. « Les parents, dans l’incapacité de s’occuper de leurs enfants, viennent les placer », explique X. V. L’absence de sécurité sociale, de garantie pour les vieux jours, le haut taux de mortalité infantile poussent les parents à avoir beaucoup d’enfants dans l’espoir que quelques-uns s’occuperont d’eux plus tard. Pour le directeur adjoint de l’IBESR, de nombreux parents sont conscients de ce qu’ils font lorsqu’ils placent leur enfant dans une crèche, et se bercent d’illusions en se disant qu’un jour celui-ci les fera voyager... La législation haïtienne, en effet, ne reconnaît pas l’adoption dite plénière qui implique une rupture des liens de filiation avec les parents biologiques. Elle entre ainsi en contradiction avec nombre de législations étrangères. Au moment de donner leur consentement, beaucoup de parents ne sont pas bien informés, et de plus, une majorité signent des documents qu’ils ne savent pas lire (Voir encadré « On a signé pour 18 ans »).


Limiter l’adoption individuelle…


Selon la législation haïtienne actuelle, l’IBESR n’a pas l’obligation de vérifier la véracité du consentement des familles avant qu’une décision d’adoption ne soit prise en justice. Seule la présence dans les dossiers des documents administratifs et judiciaires est vérifiée, ce qui vaut également pour les consulats qui interviennent avant le départ. «C’est un travail purement administratif à la fin du processus », rappelle Gerrit de Sloover. « Durant des années, les critères n’ont pas été appliqués. Aujourd’hui, la procédure est assez lente, car ils ont tendance à l’être plus strictement. On a commencé à demander plus de papiers pour l’adoption, ce qui a avant tout été source de plus de corruption », déclare X. V. De six mois à un an auparavant, le délai peut aujourd’hui atteindre deux ans et demi. « Une part importante est laissée à l’interprétation personnelle des juges et fonctionnaires dans la gestion des cas, explique Gerrit De Sloover. Le concept de ‘faciliter le dossier’ est assez élastique. » X. V. soupire : « Les crèches subissent tellement de pressions... Si vous ne payez pas, le dossier traîne des mois et des mois, et les parents adoptifs vous reprochent de ne pas être aussi rapide que d’autres crèches. Aucun responsable de crèche ne vous dira évidemment qu’il paie... »
Les ambassades aussi exercent des pressions sur les autorités haïtiennes, non pour augmenter les contrôles, mais pour accélérer les procédures. Un projet de loi correctif a été déposé au Parlement, mais il a peu de chances d’être adopté à court terme. Pourtant, la responsabilité relève aussi des pays adoptants. Certains, comme la France, acceptent les démarches faites individuellement par les futurs parents, qui s’adressent directement à une crèche haïtienne. 90 % des enfants “exportés” d’Haïti vers l’Hexagone suivent cette filière.
Ailleurs, l’adoption individuelle est limitée et les parents sont obligés de passer par des organismes d’adoption agréés (OAA), où la procédure est réputée plus longue. « Mais ce qu’il faut, c’est plus de contrôles sur place », explique une autre directrice de crèche. L’IBESR estime qu’il faut aussi « renforcer la procédure du consentement pour que les parents haïtiens soient bien conscients de ce qu’implique l’acte qu’ils posent ». Mais, paradoxe, le salaire du personnel de l’Institut est payé, pour partie, grâce aux recettes issues des dossiers d’adoption déposés : 5 000 gourdes (100 €) par dossier. Même incomplets ou problématiques, ceux-ci sont acceptés en nombre…


« On a signé pour 18 ans »


Kettelie Wesh vit à Soleil 17, à Port-au-Prince. En 2005, la violence ronge le quartier. Kettelie entend parler de femmes dans le quartier qui ont « placé » leur enfant en crèche pour l’adoption internationale. C’est ainsi qu’elle a rencontré le blanc (l’étranger) qu’elle montre sur une photo jaunie avec sa fille, Jenny. Il est pasteur, soutenu par un réseau d’Églises aux États-Unis pour gérer en Haïti une crèche orientée vers l’adoption internationale, mais qui aide aussi un peu les familles à s’occuper de leurs enfants. « Si j’avais pu, j’aurais placé tous mes enfants. » En octobre 2005, elle y amène la plus jeune, Jenny, 4 ans, qui a plus de chances d’être adoptée parce que c’est une fille, encore petite.
« Le Blanc nous a expliqué que même si l’enfant part, vous restez sa maman. Que vous serez toujours en communication avec lui, même si vous ne pouvez pas le voir et qu’à 18 ans, il reviendrait faire votre connaissance. Il ajoutait que quand les Blancs viendront prendre votre enfant en Haïti, ils auront la courtoisie de venir vous rencontrer et vous expliquer quelle va être la vie de l’enfant. Que vous aurez toujours de ses nouvelles .»
En octobre 2007, Jenny part pour les États-Unis. Kettelie reçoit quelques photos. Mais depuis un an et demi, plus aucune nouvelle. Le pasteur blanc est parti sans qu’elle le sache et son ancien chauffeur transformé à son tour en pasteur a repris les rênes de la crèche. « Quand nous venons demander des nouvelles de nos enfants et que nous faisons un esclandre devant sa porte, il nous envoie la police. J’ai déjà été arrêtée. »
Les enfants adoptés en Haïti ont, pour la plupart, des parents encore en vie, mais qui ne peuvent plus s’en occuper. Ceux-ci signent un consentement à l’adoption, sans souvent avoir conscience de ce que cela implique. « On a signé pour 18 ans, clame Lucienne Ophelia, dont la fille est partie pour l’Allemagne à l’âge de 5 ans. Elle est restée un an dans la crèche. J’allais la voir de temps en temps. J’ai reçu une photo dans les six premiers mois après son départ. Ensuite, plus rien : ni photo, ni nouvelles. Elle va avoir 16 ans. » Lucienne attend son retour, dans deux ans : « Dans mon quartier, tout le monde dit que j’ai vendu mon enfant ». « Nous avons voulu rechercher une vie meilleure pour notre enfant, mais nous n’avions jamais imaginé que nous allions le perdre », témoigne Kettelie.
Et quand, exceptionnellement, des photos arrivent, les crèches changent les enveloppes avant de les remettre aux parents, « pour qu’on ne retrouve pas la trace de l’enfant », souffle d’une voix éteinte Emilio Rafael, père de deux petits adoptés en France en 2001 et dont il est sans nouvelle depuis 2003.



Source : Syfia.info | Maude Malengrez | 15 octobre 2009.

22/06/2009

Placer les enfants en institution au lieu de les confier aux soins d’une famille doit toujours être le dernier recours.

Children at an orhanage outside Lonrovia.jpg[Via IRIN news et Better Care Network Netherlands.]

 

West Africa: Protecting children from orphan-dealers.
West Afrika: kinderen moeten beschermd worden: Kinderhuizen zouden een laatste optie moeten zijn.



The recent rape of an eight-month-old boy in an orphanage in the Ghanaian capital Accra revealed conditions that child rights advocates say are rampant across West African orphanages. When the authorities investigated the incident they discovered 27 of the 32 children living in the home were not orphans.



The article from Irin 27-05-2009 concludes:

“The problem stems from…systemic failure, which encourages the proliferation of unlicensed and unmonitored orphanage,” Apiah said. “These problems will be there as long as we continue to lack a firm social safety net to support poor parents to raise their children.”



Supporting such safety nets – giving vulnerable families cash transfers, paying for children’s education or healthcare – can influence a family’s decision as to whether or not to keep their child, said UNICEF’s Theis.



“A range of solutions, from safety nets to foster care to community care, have been shown to work, and are much cheaper than putting children in orphanages,” he said. “Putting children into institutionalised care instead of a family setting must always be a last resort. “


Afrique de l’Ouest : Protéger les enfants des marchands d’orphelins.

[Traduit en français et publié sur OSI Bouaké.]


Accra, 28 mai 2009 (IRIN) - Le viol récent d’un petit garçon de huit mois dans un orphelinat d’Accra, capitale ghanéenne, a mis au jour les conditions de vie alarmantes qui prévalent à l’état endémique, selon les défenseurs des droits de l’enfant, dans les orphelinats d’Afrique de l’Ouest. Lorsque les autorités ont enquêté sur l’incident, elles ont découvert que 27 des 32 enfants du foyer n’étaient pas orphelins.



Selon une étude menée en janvier 2009 par le ministère de la Protection sociale (responsable du bien-être des enfants et de la supervision des orphelinats), pas moins de 90 pour cent des quelque 4 500 enfants des orphelinats du Ghana ne sont pas orphelins et 140 des 148 orphelinats du pays opèrent sans permis, selon Helena Obeng Asamoah, directrice adjointe du ministère.



« Nous sommes alarmés de voir à quel point les orphelinats ont violé les lois nationales sur la protection de l’enfance », a-t-elle expliqué à IRIN.



« Les orphelinats du Ghana sont devenus de véritables commerces, des entreprises extrêmement lucratives et rentables », a indiqué à IRIN Eric Okrah, spécialiste de la protection de l’enfance, qui exerce à Accra pour le compte du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).



« Dans ces orphelinats, l’appât du gain a fait passer au second plan le bien-être des enfants », a-t-il ajouté.



Au Ghana, le budget annuel d’un petit orphelinat peut s’élever à pas moins de 70 000 dollars, en fonction de sa taille ; la majeure partie de ces fonds est versée par des bailleurs internationaux et des organisations non-gouvernementales (ONG), et complétée par de modestes contributions de la part des sociétés locales, selon les recherches de Child Rights International (CRI), un organisme ghanéen à but non-lucratif.



Les bailleurs sont attirés par les orphelinats car ils semblent être une solution simple, selon Joachim Theis, directeur du service de protection de l’enfance en Afrique de l’Ouest, à l’UNICEF. « Vous avez un bâtiment, vous hébergez des enfants dedans, c’est facile de les compter. Et c’est facile de récolter des fonds pour eux. C’est un modèle utilisé depuis longtemps. Mais c’est un modèle qui ne va pas ».



Après avoir mené des recherches sur les financements accordés à plusieurs orphelinats ghanéens, Bright Apiah de CRI a émis l’hypothèse qu’à peine 30 pour cent des subventions versées étaient effectivement consacrées à la garde des enfants.



Grace Amaboe, propriétaire de l’orphelinat Peace and Love, a néanmoins expliqué à IRIN que le profit n’était pas son but. « Je vais chercher ces enfants pour des raisons purement humanitaires. Il est absolument faux de suggérer que j’exploite ces pauvres enfants . J’aide simplement les parents de ces enfants et ne me suis jamais servie des enfants confiés à mes soins à des fins financières ».



Un problème régional



En Afrique de l’Ouest, selon M. Theis de l’UNICEF, des milliers d’enfants sont considérés à tort comme orphelins, mais les statistiques manquent à ce sujet et de nouvelles recherches doivent être menées pour cerner ce problème.



Sur les quelque 1 821 enfants placés en orphelinat, en Sierra Leone, seuls 256 ont perdu leurs deux parents, selon les conclusions de l’UNICEF et des organismes de protection de l’enfance.



L’on estime qu’un Libérien sur huit est un enfant ayant perdu un ou ses deux parents. Mais bon nombre des quelque 5 800 enfants placés en orphelinat ne seraient pas orphelins, selon les défenseurs des droits de l’enfant de la région.



Une question de pauvreté



Dans l’ensemble de la région, certains employés d’orphelinat ciblent les communautés rurales défavorisées et « exploitent la pauvreté et l’ignorance des parents » en leur promettant de l’argent et en proposant de financer l’éducation de leurs enfants, a expliqué M. Apiah de CRI.



Certains parents signent sans le savoir des documents stipulant qu’ils renoncent à leur droit de garde de l’enfant, selon Mme Asamoah, du ministère ghanéen de la Protection sociale ; un grand nombre de signataires sont illettrés.



Maame Serwah, 40 ans, a envoyé son fils de 10 ans à l’orphelinat Peace and Love car elle n’avait pas les moyens de l’élever. « J’avais même peine à me nourrir moi-même. Cela me faisait trop souffrir de le voir pleurer presque tout le temps. Je pense que l’orphelinat était un moyen de m’en sortir ».



Mais depuis qu’elle a eu connaissance des maltraitances subies par les orphelins, elle a fait appel au ministère de la Protection sociale pour retirer son fils de l’orphelinat. « Maintenant, j’ai besoin de mon fils. Je ferai tout ce qu’il faudra pour l’élever moi-même », a-t-elle déclaré à IRIN.



Dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, les familles confient traditionnellement leurs enfants aux bons soins de parents ou d’autres tuteurs, si cela peut leur permettre d’être mieux instruits ou d’avoir du travail, mais certains orphelinats exploitent cette tradition, selon M. Theis.
« Quand des parents signent le formulaire d’un orphelinat, ils n’ont pas dans l’idée de renoncer pour toujours à leurs enfants . L’idée de ne plus jamais revoir leur enfant est inconcevable ».



Une défaillance du système



Face à une prise de conscience croissante de ce problème, les gouvernements et les organismes de protection de l’enfance de certains pays s’efforcent d’améliorer la réglementation dans ce domaine.



La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a notamment formé un comité spécial sur l’adoption des enfants libériens, dont une des tâches consistera à se pencher sur les pratiques observées dans les orphelinats.



Avec l’aide d’organismes de protection de l’enfance tels que l’UNICEF, le ministère ghanéen de la Protection sociale élabore actuellement des directives sur les critères de désignation des orphelins et les conditions de vie dans les orphelinats, et promeut les programmes alternatifs d’aide aux orphelins.



Le ministère sierra-léonais de la Protection sociale, des Sexospécificités et de l’Enfance renforce également les normes relatives aux orphelinats et audite ces derniers à l’échelle nationale, une opération qui a abouti à la fermeture d’un grand nombre d’entre eux, selon l’UNICEF.



Mais les gouvernements doivent également faire respecter la législation existante, a estimé M. Apiah. Notamment, en vertu de la loi ghanéenne sur les enfants de 1998, les orphelinats doivent présenter des rapports d’audit annuels au ministère de la Protection sociale pour pouvoir renouveler leurs permis, or la plupart des orphelinats ne se conforment pas à la règle, a-t-il expliqué.



« Le problème vient d’une défaillance du système, qui encourage la prolifération des orphelinats sans permis et non supervisés », a expliqué M. Apiah. « Ces problèmes subsisteront tant que nous n’aurons pas un filet de sécurité social solide pour aider les parents pauvres à élever leurs enfants ».



Soutenir ces filets de sécurité (en accordant des subventions aux familles vulnérables et en couvrant les frais de santé ou de scolarité des enfants) peut permettre d’inciter les familles à garder leur enfant plutôt qu’à s’en séparer, selon M. Theis de l’UNICEF.


« Il a été prouvé que tout un éventail de solutions fonctionnaient, des filets de sécurité à la garde communautaire, en passant par le placement en foyer d’accueil ; des solutions qui sont en outre beaucoup moins chères que le placement en orphelinat », a-t-il indiqué. « Placer les enfants en institution au lieu de les confier aux soins d’une famille doit toujours être le dernier recours ».

 

Repères

- Les orphelins et l'adoption internationale

06/12/2008

Le commerce d'enfants via l'Internet est un fléau inacceptable.

commerce enfants internet.jpgComme  United Adoptees International et le professeur émérite René Hoksbergen, suite aux affaires des bébés Donna et Jayden, on peut se demander, comment il est encore possible que chaque jour des enfants soient vendus par internet comme des produits de base, des biens de consommation. Que des gens sont toujours prêts à tout faire pour obtenir un enfant au mépris de toutes règles légales. L'obsession de vouloir un enfant à tout prix semble rendre les gens aveugles à réfléchir sur les conséquences de leurs actes pour l'enfant actuel. Comment est-il possible que nous pouvons encore accepter de telles pratiques.



NEDERLAND. Je vraagt je af hoe het mogelijk is dat nog steeds kinderen op internet worden aangeboden. Dat mensen alles in het werk stellen om een kind te krijgen en daarbij alle wettelijke regels totaal negeren. Dat de obsessieve kinderwens kennelijk blind maakt voor de consequenties voor het kind. Hoe kunnen wij deze koop- en verkooppraktijk van een kind op internet nog steeds toelaten?

Een kind dat, uit welk buitenland ook, hier onrechtmatig terecht is gekomen, dient op de kortst mogelijke termijn te worden terug gebracht. Het gesleep met een kind van het ene gezin naar het andere moet zo veel mogelijk worden voorkomen . Bij Baby J. kan de Belgische kinderbescherming onderzoeken of het kind weer terug kan worden gebracht naar zijn eigen ouders. En op welke wijze dit gezin gesteund moet worden.

Het wordt hoog tijd dat er in Europees verband een algeheel verbod komt van kinderhandel via internet of welke media ook. En dat er duidelijke sancties komen op het niet naleven daarvan...



Source: Trouw - door emeritus hoogleraar adoptie, dr. R.A.C. Hoksbergen

 

-  Benelux : de 10 000 à 15 000 euros pour un bébé sur le Web
L'affaire du bébé Jayden cédé contre argent via internet. L'escroquerie d'une mère porteuse met au jour un marché clandestin de nourrissons sur Internet entre la Belgique et les Pays-Bas. Cheveux tirés, lunettes d'écaille et mine sévère, Sonia R. fait plus que son âge. Une trentaine d'années, déjà mère de cinq enfants, elle rêvait apparemment de liposuccion et de chirurgie esthétique. C'est pour cela qu'il y a quelques mois, elle a vendu à une amie les jumeaux qu'elle a mis au monde. Montant de la transaction : 10 000 euros. Voilà, en tout cas, ce qu'a raconté Marc P., 48 ans, son ancien compagnon, aux policiers de Gand qui l'interrogeaient.
...

C'est sur Internet, dans des forums, des chats ou sur des sites aux noms évocateurs (comme 9maand.com, "9mois.com"), que se rencontrent parents en mal d'enfants et mères porteuses, ou couples "vendeurs". Des centaines de messages y sont truffés de faux espoirs et de vrais désespoirs, de récits d'arnaques et de vaines promesses.

Le Monde. Jean-Pierre Stroobants. 6/12/2008.

 

- The Baby Business. L'enfant, un nouveau produit ?
Dans un dossier sur " l'essor du bébé-business ", Courrier International enquête sur la commercialisation des enfants et les marchés florissant de la fertilité et de l'adoption.
Lire la suite.

25/11/2008

Des bébés bulgares abandonnés à des familles grecques dès la naissance.

bulgarie.jpgReportage STARA ZAGORA (Bulgarie).



En cette matinée automnale, les abords du Centre des Samaritains de Stara Zagora sont jonchés de feuilles rousses et brunes. Certaines se sontégarées par paquets dans les petits jardions qui ornent les studios blancs mis à disposition des pensionnaires par le centre social. Bref, un peu de couleur dans la vie douloureuse de ses jeunes femmes. Parfois encore mineures, elles ont déjà eu plusieurs grossesses. Dont certaines se sont terminées par la vente du mourrisson à sa naissance.



"Nous sommes un centre social pour mamans et bébés, relate Diana Dimova, la directrice. Souvent, les mères qui arrivent chez nous ont été victimes de trafic ou de violences, y compris sexuelles. Nous sommes donc là pour aider la maman, mais aussi prévenir un éventuel abandon du bébé. Il faut savoir que la mère elle-même doit souvent être considérée comme un enfant car il est fréquent qu'elle ait entre 14 et 18 ans."
"C'est tout à fait normal dans la population rom, relaie Tsvetelina Bonova, de l'UNICEF SOFIA. Les jeunes filles ont des enfants très jeunes. Leur culture à ce sujet est très différente de la nôtre."



Reste que parfois, cet enfant est de trop pour des jeunes filles qui ne parviennent plus à subvenir aux besoins de leur famille. Certains ont dès lors vite compris. Et dernièrement, aux Samaritains, "une jeune fille devait accoucher, relate Diana. Un homme étranger, un Grec, s'est présenté et a dit que l'enfant était de lui. La jeune fille et sa famille lui avaient en fait vendu le bébé."



Ce genre de situation est bien connu, constate Hristo Monov, adjoint directeur de l'Agence de la protection de l'enfant. "Nous savons que de nombreuses jeunes filles roms ont vendu leur bébé à des couples grecs. Ces gens ne savent pas avoir d'enfant et ont envie de contourner les procédures longues de l'adoption. Ils sont mis en contact avec des jeunes filles roms enceintes. Juqu'à la fin de la grossesse, l'homme et la jeune fille se font passer pouyr un couple. Et, le jour de la naissance, l'homme déclare la naissance du bébé dont il devient officiellement le père. Il rétribue alors la jeune femme et retourne vivre ne Grèce avec son épouse."



Seul moyen de contrer cet hoorible commerce ? Un test de paternité. "C'est difficile, embraie Hristo Monov. Une fois que le père est rentré en Grèce, la Bulgarie ne peut plus rien faire. D'autant que la famille qui a vendu le bébé ne va pas déposer plainte. Dans son esprit, elle a agi pour le bien de l'enfant tout en gagnant de l'argent pour ceux déjà nés."



Une philosophie qui ne date pas d'aujourd'hui mais contre laquelle l'Unicef, le gouvernement bulgare et nombre d'associationbs veulent lutter. "Nous sommes cinq centres à travers le pays, poctue Diana. L'un de nos objectifs est de prévenir les abandons et les ventes de bébés. Lorsque nous recueillons une jeune fille enceinte, nous lui apprenons comment être mère, comment créer un lien avec un enfant. Bref, nous tentons de lui inculquer la notion de famille. Mais ce n'est pas aisé car les filles ont souvent du mal à échapper au futur père qui parfois les menace." Heureusement des victoires viennent égayer le tableau. "Dernièrement nous avons eu trois réussites. Trois filles qui ont accouché et réussi à garder leur bébé. Elles représentent l'espoir.", sourit Diana.



Infos et dons : UNICEF.


Retrouvez toutes les photos du reportage de Pierre-Yves Thienpont dans un portfolio sur lesoir.be