Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2010

Irlande. Suspension de l'adoption internationale avec le Vietnam.

Department of Health and Children - Ireland.jpgLe gouvernement irlandais a décidé de suspendre sine die les négociations sur un nouvel accord bilatéral sur l'adoption internationale avec la République socialiste du Vietnam. Cela aura pour effet de suspendre l'adoption internationale du Vietnam, jusqu'à ce que l'approbation du projet de loi 2009 soit promulgué. L'Irlande et le Vietnam ont tous deux ratifié les dispositions de la Convention de La Haye.



Minister Barry Andrews, T.D. Announces Government Decision to Suspend Bilateral Intercountry Adoption Negotiations with Vietnam.


The Government has decided to suspend indefinitely negotiations on a new bilateral intercountry adoption agreement with the Socialist Republic of Vietnam.  This will have the effect of suspending intercountry adoption from Vietnam until such time as the Adoption Bill 2009 has been enacted and Ireland and Vietnam have both ratified the provisions of the Hague Convention.

 

The decision, which will cause bitter disappointment for the many families hoping to adopt from Vietnam, was taken in response to the serious findings and recommendations contained in the report on intercountry adoption commissioned by UNICEF and the Vietnamese Ministry of Justice and carried out by International Social Services (ISS).  An earlier report published last August by the Vietnamese Ministry of Labour, Invalids and Social Affairs (MOLISA) was also considered in making the decision.

 

The UNICEF/ISS report, which was accepted by the Vietnamese Government, “proposes that Vietnam suspends intercountry adoptions for the necessary period during the year 2010 that will enable it to ensure optimal implementation of the Hague Convention and to prepare for the entry into force of the new law on adoption in 2011”.  The Report also raises serious questions regarding adoption practices in Vietnam, including as follows:

 

(a) inter-country adoptions from Vietnam are essentially influenced by foreign demand, i.e. the availability of children who are “adoptable” abroad corresponds more to the existence of foreign prospective adopters than to the actual needs of “abandoned” and orphaned children;

(b) the circumstances under which babies become “adoptable” are invariably unclear and disturbing;

(c) the inter-country adoption  system is grounded in a remarkably unhealthy relationship between the mediating agencies and specific residential facilities; and

(d) Governments and central authorities of “receiving countries” collectively at least, and individually in many instances have not effectively committed themselves to applying the basic principles of the Hague Convention or the recommendations of the treaty’s practical operation, in their dealings with Vietnam.

 

Speaking this afternoon, the Minister for Children and Youth Affairs, Barry Andrews, T.D. said, “I am acutely aware of the disappointment that will be felt as a result of this announcement.  Most prospective adoptive parents that I have met in recent weeks have above all else asked for certainty and an end to the speculation about the Government’s intentions.  Though this is not the news many were hoping for, it will allow prospective adoptive parents to make future choices based on the fact that intercountry adoption with Vietnam will be suspended until Hague ratification is completed in both countries.”

 

The Minister added, “I am fully convinced of the Vietnamese Government’s commitment to improving child protection services.  They are well advanced in putting in place the legislative framework that supports safe and secure domestic and intercountry adoption.  Child protection practice is improving.  However, the latest expert opinion points to worrying practices today.  Of greatest concern is the question of whether the child is “adoptable”.  The issues of consent and the exchange of fees are critical in the adoption process.  These two fundamental features of adoption law must be addressed prior to any bilateral agreement.  I am confident that in the near future Vietnam will ratify the Hague Convention and at that time, I would hope and expect adoptions to resume.”

 

This decision comes at the end of a very difficult process for prospective parents.  The path to intercountry adoption is difficult and made more so in Ireland by the excessive waiting times.  I have pointed to provisions in the new Adoption Bill that will, I hope, provide potential to reduce the waiting lists by creating a new assessment process.  The nature of intercountry adoption is that countries “open” and “close”.  Both receiving and sending countries will at times suspend intercountry adoption arrangements.  It is very possible that by the time the person wishing to adopt from a certain country of origin gets a Declaration of Eligibility and Suitability that their designated country may have closed and they are then forced to look at other sending countries.”

 

“When any Government enters into a bilateral international adoption agreement, there is an expectation that the Government has satisfied itself that current policies and practice in the country of origin are robust.  A level of security and comfort is derived from the fact that a Government has signed up to such an agreement.  While accepting that an element of risk always attaches to intercountry adoption, the standard required to allow a Government enter into a bilateral agreement is high.  At this moment, there is sufficient evidence to caution against entering into such an agreement with Vietnam,” said the Minister.

 

The Government has committed to providing technical assistance to the Vietnamese authorities in the area of child welfare and protection to help prepare the way for ratification of the Hague Convention should the Vietnamese wish to avail of such an offer.

 

The Minister stated, “I am very conscious that people will be left asking where they should now turn in order to effect an adoption.  I have asked the Adoption Board to identify Hague countries that would be willing to enter into administrative arrangements with Ireland, which would facilitate intercountry adoption. I understand that the Adoption Board has made contact with a number of jurisdictions in the hope of establishing new arrangements to facilitate intercountry adoption. 

 

Furthermore, having met with the Adoption Board to discuss future arrangements for persons with Declarations of Eligibility and Suitability for Vietnam, the Board has agreed the following arrangements:

• all couples/individuals currently with a declaration of eligibility and suitability for Vietnam may select a new country to adopt from, subject to submitting the usual change of country report to the Adoption Board, but may also retain their current place on the HHAMA list for Vietnam, which is being maintained;
• in the event of Vietnam reopening, those on the Vietnamese waiting list, whose declarations have not been used in the meantime to effect an adoption in another country, will be in a position to proceed without delay and having regard to their position on the Vietnam list.
• all couples/individuals currently with a Declaration of Eligibility and Suitability for Vietnam but who have sought to change in recent months will be in a position to avail of the foregoing arrangements.

 

Couples/individuals wishing to change their country of origin are advised to contact their local social worker who will facilitate the change.  The HSE has indicated that the process will not involve the need to revert to the Local Adoption Committee.

 

“I am confident that Vietnam will ratify the Hague Convention in the near future.  It is significant that the Hague Conference has identified Vietnam for priority assistance this year.  In this regard, I hope and expect that Vietnam will reopen for intercountry adoption with Ireland in the not too distant future,” said the Minister.

 

The Minister concluded by saying, “I am very conscious of the position of the children who have been adopted into this country from Vietnam in recent years.  We all have a responsibility to these children and the status of their adoptions is not in question.  These adoptions have gone through a lengthy legal process and have been entered into the Register of Foreign Adoptions.  Any discussion on today’s announcement should take this into account.”  

 

Source : Office of the Minister for Children and Youth Affairs. Department of Health and Children | 14.01.2010.

 

- Link between Intercountry Adoption and Humanitarian Aid.
Extraits de "Adoption from Viet Nam. Findings and recommendations of an assessment". Service Social International (SSI). Novembre 2009.

 

 

08/01/2010

La conférence du Conseil de l'Europe se révèle comme un réseau de lobby pour l'adoption.

Logo-UAI-News.jpg

Conférence sur "Les défis dans les procédures d'adoption en Europe" du 30 novembre au 1 décembre 2009 à Strasbourg.

 

Planifiée comme conférence sur la discussion de l'intérêt pour les enfants (d'être adopté) et la position européenne sur cette question, la conférence en elle-même s'est vite révélée comme un lobby pro-adoption avec la volonté d'instaurer une loi européenne, un droit européen en vue d'accélérer les adoptions où, de nouveau les droits et les intérêts des parents (de naissance) et des Adoptés n'ont pas été pris en considération.


Joan Hansink, le représentant de United Adoptees International (UAI) a posé quelques questions, auxquelles le panel n'a pas apporté de réponses.


Le fait que le comité préparatoire de la conférence avait essayé de refuser l'accès de UAI à cette conférence montre la crainte réelle de l'interférence d'une position critique des Adoptés dans le débat international.

Pour visionner les vidéos. Joan Hansink apparaît à la vidéo 2 et 6, au moment des questions et des réponses.


Films   1  |  2  |  3  |  4  |  5  |  6  |  7  .

   

Source: United Adoptees International - News.

27/11/2009

L'Europe veut plus d'adoptions. La baisse de l'offre d'enfants pour ceux-qui-veulent-devenir-parents mène à une nouvelle politique européenne.

United Adoptees International logo.jpg

Europe wants more adoptions.

Declining supply of children for want-to-be parents leads to a new European policy.


On the 30th of November and the 1st of December, the European Commission organizes the Conference: Challenges in Adoption Procedures in Europe: ‘Ensuring the Best Interests of the Child. This is a preparation for a new European Adoption Policy, which will have major implications for children in child protection, including foster children or children in children’s homes. These children could, with the new measure, easily qualify first for European and then international adoptions.


The foundation United Adoptees International (UAI) hopes that Vice President Joan Hansink can be present to stand up for the rights of children and parents. The UAI believes that children have the right to be raised by their parents and if not possible the right to social protection or alternative forms of care provided by the governments. Adoption is not the solution to a failing care system. The European Union guarantees its citizens the right for social protection. Does this not count for these children and their parents?


In practice, the new policy would mean that children in foster in no time would be available for adoption. For example, a Dutch child in foster care would after 18 months become adoptable for a couple from the Netherlands. If there would be no possibility, then the child could be adopted by a couple from Naples. As a last solution, the child can be adopted worldwide. Another consequence will be that under the new European Adoption Convention and the new policy no longer only children under 8 years can be adopted, but also up to 18 years. Parents get like this little chance to get their children back and to keep them, and it relieves governments of their obligation to provide alternative care for children who cannot be raised by their parents (Article 20c of the UN CRC). With the declining supply of children for want-to-be parents these adoptions are a solution. But this is not in the interest of children.


The European Union has asked Romania in 2000 no longer to export children, but apparently gets back to that decision. Also, the Council of Europe, with the European Adoption Convention, is working towards paving the way for adoptions by gays, lesbians, bisexuals and transsexuals. The strong adoption lobby is working through the European Commission and searches to legalise new adoption opportunities. There is little to no publicity about the conference and invitations were carefully picked, especially to prevent nasty dissonant voices. The UAI and its partners intercepted at the last moment the announcement for the upcoming European Commission and Council of Europe Conference in Strasbourg via its Finnish contacts. Participation by the UAI was initially not accepted and remains until today still uncertain.


Interestingly, the Dutch government accepted the European Convention and the new adoption policy apparently uncritically, without realizing that it will have consequences for the Dutch policy regarding (inter-country) adoption and its existing care system for children. It is remarkable that the Convention on the Dutch website is shown as a hammer piece, while the majority of the Members of Parliament, except the Christian Democrats, does not seem to be aware of the European Adoption Convention. The Convention as now formulated, will according to the UAI lead to an infringement of the UN Convention on the Rights of the Child (UNCRC). The UAI has in recent years pointed out the consequences of the upcoming Convention and policy to several MPs charged children’s rights.


The UAI is not convinced of the good intentions of the current compilers and the democratic process of all this and hopes to have the opportunity to be present in Strasbourg to demand attention to children and parents who as a vulnerable group do not have a voice in the debate.


For more information see : www.adoptionprocedure.net

And for the Adoption Lobby see this film.

Source: United Adoptees International News.

 

- Council of Europe and EC conference aimed at re-trafficking Romanian children again. By Brian Douglas (Director RCHF).

No one will ever forget the Romanian orphanages of the communist times as many thousands of children were left in the care of a communist regime that simply didn’t care for them. After Communism ended in late 1989, the orphanages remained open for the best part of the next decade.
It was therefore a blessing in the late 1990s when Romania along with the full backing of the EU took the bull by the horns and decided to end the misery of these children and to close the large old-style children’s home, while creating foster care, family-type homes etc. ... ...
Read more on All Children Have Rights.

 

- Dossier Europe. Défis dans les procédures d'adoption en Europe : garantir et préserver l'intérêt supérieur de l'enfant.
Source : United Adoptees International News.

08:33 Écrit par collectif a & a dans Colloque | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : europe, adoption, politique, droits de l'enfant | |  del.icio.us

03/09/2008

Népal. Etude sur les adoptions internationales.

Adopting-Nepal-TDH.jpgNon pas le profit mais les droits de l'enfant doivent guider les adoptions au Népal. C'est ce qu'affirme une étude majeure, publiée le 29.8.08 à Katmandou par l'Unicef et par Terre des hommes.


L'étude "Adopting the rights of the child: a study on intercountry adoption and its influence on child protection in Nepal" (60 pages) conclut que des adoptions internationales ne devraient pas être autorisées sans disposer des garanties aux différents niveaux. Seuls quatre enfants sur cent adoptés au Népal le sont par une famille népalaise. Et beaucoup d'enfants proposés à l'adoption ne sont pas orphelins mais ont été séparés de leurs familles.


Source : Terre des hommes.


ADOPTING the rights of the child
A study on intercountry adoption and its influence on child protection in Nepal


Published by Terre des hommes Foundation, Lausanne, together with UNICEF
August 2008



Kathmandu August 29, 2008
Child rights, not profit, must be at the centre of all adoptions in Nepal says a major study on adoption released today in Kathmandu by the United Nations Children’s Fund, UNICEF and Terre des hommes (Tdh).

 

The main conclusion of the 60-page report, ‘Adopting the rights of the child: a study on intercountry adoption and its influence on child protection in Nepal’, is that intercountry adoption should not be allowed to resume without appropriate safeguards being put in place at all levels.

 

Only four out of every 100 children adopted in Nepal are adopted by a Nepali family and many children put up for adoption are not orphaned in the true sense of the word but are separated from their families.

 

The study indicates that abuses such as the sale, abduction and trafficking of children is taking place in an under-regulated environment.   “An industry has grown up around adoption in which profit rather than the best interests of the child takes centre stage,” said UNICEF Nepal Representative, Ms. Gillian Mellsop. “Appropriate legal safeguards and a functioning alternative care to parental care can prevent abuse and allow intercountry adoption to continue for those who need it.”



According to the study, the standard of care and protection in many orphanages does not respect the rights of the child.  There are approximately 15,000 children in orphanages or children’s homes in Nepal, many of whose parents have died.  However, a significant number of admissions in these homes are a result of fraud, coercion and malpractice.  “The vast majority of children in institutional care don’t need to be there,” said Tdh Country Representative Joseph Aguettant. “They have family, including extended family, that may be able to provide care with proper support and some initial monitoring to ensure the child is safe. The first priority, therefore, should be to reunify 80% of the children in institutions with their families, not to re-open intercountry adoption.”  He added that such a de-institutionalization programme should go hand in hand with better monitoring of centres and improvement of living conditions for the children.

 

UNICEF and Tdh applauded the announcement that the Government of the Republic of Nepal will ratify the Hague Convention on Protection of Children and Cooperation in Respect of Intercountry Adoption (1993) but emphasised that ratification and enactment of domestic legislation should take place before intercountry adoption procedures are allowed to resume to help ensure the best interests of the child. It was observed that some progress is being made to regulate intercountry adoption such as the new conditions and procedures recently endorsed by the Ministry of Women, Children and Social Welfare, and the initiation of the registration process for adoption agencies.

 

The authors of the study intend its launch to act as a catalyst towards greater civil society debate on the subject of adoptions and child rights in Nepal and to encourage further deliberation among children’s homes that want to resume adoption procedures immediately and unconditionally and those who would prefer to wait until further guarantees are in place.

 

Bron: Better Care Network Netherlands.

 

- REPORT OF MISSION TO NEPAL 23-27 NOVEMBER 2009 : INTERCOUNTRY ADOPTION TECHNICAL ASSISTANCE PROGRAMME
HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW
 

- NÉPAL: Inquiétude grandissante face aux adoptions illégales

Depuis quatre ans, Nirmala Thapa, 35 ans, lutte pour récupérer ses trois enfants, qui vivent en Espagne depuis qu’ils ont été adoptés illégalement par l’intermédiaire d’un foyer népalais pour enfants.
IRIN Service français - nouvelles et analyses humanitaires.

 

- Adopter un enfant : à tout prix ?

"Terre des hommes" pointe les lacunes législatives des pays d'accueil. L'organisation fustige en particulier l'adoption privée. "Souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations de trafic d'enfants."

C'est l'histoire d'une Française, qui s'est directement adressée à un orphelinat à Katmandou pour adopter un petit Népalais. Moyennant 3 000 dollars, on lui a envoyé la photo de l'enfant promis. Sans même vérifier si elle avait obtenu l'agrément des autorités françaises. Sans même donner de garanties d'adoptabilité de l'enfant.

"Au Népal, ils sont spécialistes. On déclare un enfant trouvé, avec rapport de police, alors qu'il a toute sa famille. On lui vole son identité" , explique Marlène Hofstetter, responsable du dossier "Adoption internationale" à la Fondation "Terre des hommes".

L'organisation, qui vient de publier un rapport "pour une responsabilité éthique des pays d'accueil", fustige précisément l'adoption privée, telle qu'elle est encore pratiquée en France, en Espagne ou en Suisse - mais plus en Belgique, sans le recours à un organisme agréé d'adoption.

"Les pires abus"

Elle s'inquiète plus encore lorsque des parents partent à la recherche d'un gamin, sur Internet par exemple, dans des pays qui n'ont pas ratifié la Convention de La Haye réglementant l'adoption entre pays depuis 1993. "Des couples travaillent à l'étranger ou ont des contacts avec ces Etats, et nous n'avons pas voulu faire d'exclusion", justifie Wolfgang Meincke, responsable du placement des enfants au ministère allemand de la Famille. "Mais nous n'avions pas, en 2001, évalué les risques de l'adoption privée", reconnaît-il.

"Ce type de procédure est le lieu potentiel des pires abus de l'adoption internationale : sélection des enfants par les candidats adoptants, pressions sur les parents d'origine, corruption, faux documents, illégalités procédurales, enlèvements d'enfants", égrènent les auteurs du rapport intitulé "Adoption : à quel prix ?" et présenté hier à Bruxelles. Or, en France et en Suisse, deux tiers des adoptions internationales passent par cette filière. "Et souvent, les parents ne sont pas conscients qu'ils sont piégés dans des situations très complexes de trafic d'enfants", précise Marlène Hofstetter. Les lacunes législatives des pays d'accueil sont considérées comme des facteurs favorisant la corruption, la pression et l'illégalité.

"Par la pression sur les pays d'origine que représentent des centaines, voire des milliers d'adoptants individuels insistant auprès des mêmes autorités surchargées, l'adoption privée constitue en outre un frein essentiel au développement d'une adoption internationale centrée sur les enfants et non les adultes", remarque "Terre des hommes". "Notre but est de donner une famille à un enfant et non un enfant à une famille", se défend Richard Bos, secrétaire général de l'Autorité centrale en France, très critiquée par l'organisation.

L'un des problèmes fondamentaux, c'est que, contrairement aux idées reçues, la demande dépasse l'offre. En Belgique, citée en exemple par "Terre des hommes", on informe les parents que l'environnement international est fait de "possibilités décroissante et de concurrence croissante", indique Didier Dehou, directeur de l'Autorité centrale communautaire française. "Nous savons pertinemment que la demande croissante ne sera peut-être pas rencontrée."


Source : La Libre Belgique. 27/02/2008.

 

03/03/2008

Réflexions sur le devenir de l’adoption internationale. Jacqueline Rubellin-Devichi.

HeurtsBonheurAdoption.jpg

Jacqueline Rubellin-Devichi Professeure émérite de l’Université de Lyon, Présidente de l’Association française de recherche en droit de la famille.
Concernant l’adoption internationale, elle a notamment publié “L’adoption à la fin du XXe siècle” in Le droit privé à la fin du XXe siècle, Études offertes à P. Catala, Litec 2001, p. 341 ; “L’adoption internationale et l’intérêt supérieur de l’enfant”, JCP 1999, G, I, 160, chron. Dr famille.



Résumé


Dans cet article, l’auteure explique que les dispositifs juridiques sur lesquels repose l’adoption internationale ont atteint un tel degré de complexité que toutes les velléités de réforme ont été jusqu’à présent vouées à l’échec. Après en avoir examiné les raisons, elle pointe du doigt la situation inique des enfants provenant de pays d’origine qui prohibent l’adoption et qui ne peuvent, malheureusement, au regard du droit français, être adoptés en France. À l’aide d’exemples, l’auteure souligne également que les professionnels du secteur ne sont pas toujours suffisamment outillés pour affronter l’enchevêtrement des textes en la matière. Toutefois, un espoir de remise en ordre pourrait venir des institutions internationales qui font valoir les droits de l’enfant.


Source : CAIRN.

19/11/2007

Affirmer un droit à l'adoption ?

L’affaire de l’arche de Zoé a ouvert à nouveau le débat sur l’adoption en général dans ses deux branches, nationale et transnationale. Droit à adopter contre droit de l’enfant à être ? Et comme tous débats où se trouvent des enfants, on est rapidement dans l’affectif, dans les excès et, bien sûr, dans la caricature. Les textes de Francois-Robert Zacot, « L'Occident, l'adulte et l'enfant »  et de Jacob Rogozinski, « Pour le droit à l'adoption »  parus dans « Le Monde » des 9 et 17  novembre 2007 n’évitent pas l’écueil. Chacun traite l’autre de méchant et joue des enfants pour culpabiliser son interlocuteur, on  n’a pas pour autant progresser. Bien évidemment dans le magma des invectives, il n’y a pas que des erreurs d’analyse. Essayons de retrouver un peu de raison comme il faut régulièrement le faire décennie après décennie.



1° Il est de fait que le désir d’enfant est une réalité dans ce monde, en France en particulier.
Cela n’a rien de blâmable. Généralement, on parvient à y répondre naturellement, parfois avec l’aide de la médecine. Le taux de natalité en France est l’un des plus élevés d’Europe. Et, il a plutôt cru ces derniers temps quand il chutait ailleurs. Personne ne sait pourquoi, mais ce n’est pas le sujet du jour. Reste que des personnes (entre 15 à 20 000 en France) qui n’ont pas pu l’être, souhaiteraient être parents;  d’autres veulent s’ouvrir à plus d’enfants qu’ils n’ont pu être parents. Rien de blâmable à cela.
On peut être stérile et équilibré. Il est aussi des gens qui pensent pouvoir aider un enfant laissé à lui même par les accidents de la vie – décès ou disparition de parents – et lui apporter ce qu’ils ont donné à leurs propres enfants.
Vouloir s’ouvrir à un enfant n’est pas nécessairement être un pédophile qui s’ignore ou un dangereux pervers. C’est une démarche généreuse car il ne suffit pas d’accueillir sur l’instant  on s’engage pour la vie. En d’autres termes, ne jetons pas l’anathème sur ceux qui forment un  projet d’adoption.



2° Il est de fait que la France a de moins en moins d’enfants délaissés ou abandonnés. Il y en avait 150 000 en 1900 et désormais un peu moins de 3 300 pour une population qui au passage à plus que doublé en un siècle et pour environ 450 000 enfants suivis par l’ASE (Aide Sociale à l'Enfance). On doit s’en réjouir.
C’est le fruit d’au moins trois phénomènes : les enfants sont aujourd’hui plus désirés grâce notamment à la maîtrise de la contraception; les aides sociales faites aux foyers monoparentaux sont meilleures et enfin le statut des mères célibataires n’est plus ce qu’il était il y a encore 40 ans. On n’est plus montrée du doigt et tout simplement l’action sociale vise à éviter la rupture parent-enfants.
Inéluctablement, le nombre des pupilles de l'Etat  tend à diminuer : 40 000 en 1960, 20 000 en 1980 et quelques centaines de nouveau chaque année soit par remise aux fins d’adoption, soit par déclaration judicaire d’abandon.Régulièrement, certains pointent du doigt que des enfants qui auraient du faire l’objet d’une déclaration judiciaire d’abandon n’en ont pas profité. Ils y voient là une source non exploitée d’enfants adoptables négligeant que ces enfants sont souvent âgés quand les choses se cristallisent et alors guère adoptables pour ne pas correspondre aux enfants que recherchent les candidats à l’adoption.
Ce n’est donc pas pour rien que les candidats français et plus largement européens se tournent vers l’adoption transnationale. On imagine des millions et des millions d’enfants orphelins – comme Jacob Rogozinski – attendant des orphelinats qu’on vienne les chercher.
De fait, ces enfants existent ; on le voit régulièrement dans les reportages télévisés. Sont-ils pour autant sans famille et adoptable ? On se souvient de l’appel précipité de sœur Emmanuelle pour l’adoption des enfants du tsunami  voici deux hivers quand on ne savait rien du sort de leur famille.

Que ne dirait-on pas  si des étrangers visitaient nos foyers de l’enfance pour y adopter. Il est de fait que les Etats ont des politiques restrictives répugnant à voir consacrer leur incapacité  prendre en charge leurs enfants.

Rares sont les pays comme la Corée du Sud qui affirment que les enfants coréens adoptés à l’étranger sont les fantassins de la conquête du monde par le Pays du Matin calme. Indéniablement on peut améliorer le dispositif d’adoption transnationale en offrant à chacun les garanties qu’il est en droit de recevoir : l’enfant dès lors qu’il est réellement adoptable c’est-à-dire sans famille ,sur ses conditions d’accueil dans le pays hôte, les pays concernés qu’il n’y a pas eu de trafic d’enfants, etc.



3° Une idée doit être combattue : il y aurait beaucoup d’échecs de l’adoption. C’est inexact. Non pas qu’il n’y en ait pas. Les professionnels de l’enfance ont tous des exemples à citer mais le tribunal pour enfants étant un beau lieu d’observation des rejets, je peux affirmer que nous ne croulons pas – et fort heureusement - sous ces situations.
Certainement parce que les personnes qui adoptent ont fait un long cheminement sur eux-mêmes, qu’elles y ont été aidées par l’ASE ou les Œuvres de l’adoption. Bref, ce que l’on qualifie parcours du combattant pour marquer qu’on n’a pas accès à un enfant facilement, n’est pas nécessairement négatif pour lutter contre les échecs.
Reste que l’on a bien fait de prévoir – réforme Mattei de 1996 sauf erreur - qu’il pouvait y avoir une nouvelle adoption quand une première tentative avait échoué.
Dans l’adoption il est vrai que généralement chacun y trouve son compte, l’adoptant comme l’adopté. Là encore rien de choquant, Ces rappels fait peut-on affirmer un droit à l’adoption ?
 Un droit pour qui ? Un droit pour l’enfant ou un droit pour l’adulte qui veut s’ouvrir à l’autre ? Qui dit droit dit qu’il y a une institution – l’Etat – qui s’organise pour gager la reconnaissance de ce droit.
On voit la difficulté de l’exercice. On peut garantir à l’enfant sans famille que l’on fera l’effort de lui rechercher une famille d’accueil susceptible de devenir la sienne par l’adoption. On aura parfois des difficultés à trouver cette famille.
Il est encore des enfants de France qui ne sont pas adoptés car tenus pour trop âgés, porteurs de handicaps, de couleur de peau ou en fratrie. Faut-il même rappeler qu’il a fallu attendre 1984 pour que la loi vienne dire que tous les enfants étaient adoptables même s’ils étaient porteurs de handicap : jusque-là seuls les enfants en bonne santé étaient adoptables.
Bref, l’Etat peut s’engager vis-à-vis de l’enfant à une démarche pour ne pas se contenter d’un accueil en foyer ou même en famille, pas à un résultat. De même,peut-on reconnaître à certaines personnes le droit de demander à adopter en les agréant, mais comment leur garantir qu’il y aura un enfant à leur « servir à l’adoption» pour reprendre l’expression d’un certain  temps. On n’est pas dans le domaine dans lequel on peut offrir un droit opposable.
M. Rogozinski méconnaît le sujet quand il ricane sur les orientations avancées par Mme Rama Yade, notre secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme. Pourtant elle n’innove pas; son discours est celui que tiennent des responsables politiques réellement responsables depuis 20 ou 30 ans : si l’on a réellement l’intérêt de l’enfant en tête – et pas celui des adultes qui s’en repaissent- il faut promouvoir le parrainage et les alternatives à l’adoption.
Il faut aider sur place des politiques qui permettent aux parents d’élever leurs enfants comme on l’a fait  pendant un siècle et demi – et le développement économique est la première condition à réunir. Si des enfants doivent être aidés, ce peut être par le parrainage, et très subsidiairement, par l’adoption quand les conditions en sont réunies.
Reste que le parrainage touche ses limites car les parrains attendent plus que ce qu’on leur demande. L’adoption ne peut pas être à soi seule une politique de protection de l’enfance. Pour certains enfants, elle peut être la réponse adaptée car elle permet d’offrir un univers familial juridiquement conforté – elle crée une filiation nouvelle - à un enfant qui en manque.

L’adoption est une démarche dans une stratégie globale. Doit-on rappeler que l’adoption des enfants n’est légale que depuis 1923 c’est-à-dire après la Premier Guerre Mondiale quand il fallut se préoccuper des enfants de ceux qui étaient tombés à Verdun ou sur d’autres champs de bataille. Jusque-là seuls les adultes étaient adoptables pour prolonger un nom ou garantir le maintien d’une fortune.Mais là encore, une question peut être un test éclairant : faut-il recourir autant qu’on veut le faire à l’adoption plénière qui efface l’histoire de l’enfant et le répute né dans sa famille d’adoption. Il faut un lien pérenne, mais pourquoi effacer l’histoire ? Chacun d’entre nous est un mille-feuilles : pourquoi vouloir nier l’origine de l’enfant et son passé.

Si on recourrait plus à l’adoption simple qui crée un lien de filiation sans pour autant effacer le lien précédent, on admettrait réellement l’enfant pour lui-même, et non pas pour remplacer l’enfant qu’on n’a pas pu avoir par ailleurs. Peut-être serait-on moins soupçonnés par des parents ou des Etats de vouloir s’approprier un enfant.

Pour être respecté dans ses désirs, il faut sans doute commencer par respecter l’autre dans ce qu’il ressent. Une dernière chose est sûre : l’adoption n’est pas qu’une démarche privée. Certes, pour certains, il y a un mystère de l’adoption : comment faire sien un enfant qu’on n‘a pas conçu ? C’est en tous cas l’histoire d’une rencontre qui souvent se déroule bien mais peut aussi mal se  terminer.  
Elle suppose des précautions prises pour l’enfant, pour sa famille naturelle mais aussi pour la famille d’accueil. Elle engage la responsabilité de la puissance publique. Elle peut aussi participer de la politique étrangère d’un Etat. Il est donc bien difficile, si on veut bien y regarder de près d’affirmer un droit à l’adoption. Si on ne l’a pas fait jusqu’ici ce n’est pas par hasard. Sur ce sujet, comme sur bien d’autres méfions-nous des discours incantatoires.



Source : Les droits des enfants vu par un juge des enfants, Jean-Pierre Rosenczveig