Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2010

Les enfants adoptés en Ethiopie finalement abandonnés

Ils venaient d'Éthiopie. Très vite, leurs parents adoptifs s'étaient sentis dépassés. Jusqu'à l'abandon. Le couple était poursuivi, hier, à Nantes, pour soustraction à ses obligations légales.
Les mots du procureur de Nantes sonnent comme une gifle : « Ils resteront parents de ces enfants qu'ils le veulent ou non, jusqu'au bout de leur vie ». Mais ils ne veulent plus. La mère, enseignante en collège, le père, administrateur de société, refusent tout contact avec leurs deux garçons, aujourd'hui sur le banc des victimes.


Ils ont entre 12 et 13 ans. Abandonnés en Éthiopie, ils l'ont été une seconde fois par ce couple adoptif. « On a voulu créer un lien affectif, mais on a été submergés par les difficultés matérielles », explique posément la mère. Son mari : « La première semaine s'est bien passée puis les relations se sont dégradées. » Le couple décrit des enfants difficiles, violents, qui font pipi partout. « Une demi-heure avant d'aller au travail, fallait nettoyer. » La présidente s'étonne : « Vous avez voulu un enfant absolument. Cela n'a pas marché. Un peu comme dans une démarche de consommation, on rejette le produit pas conforme. »


« La moins pire des solutions ! »


Les parents ressassent leurs difficultés. « Très rapidement, on a demandé un soutien psychologique pour les enfants. » Mais la musique est différente à l'école, chez l'assistante sociale, la puéricultrice... L'institutrice s'inquiète d' « une absence de tendresse des parents, d'un mode éducatif rigide ». Malgré tout, l'adoption plénière est prononcée sans réserve.


En 2003, le couple donne naissance à une petite fille. La vie de famille se complique un peu plus. « Ils dégradaient tout à la maison. » Les deux garçons sont placés. Trois mois plus tard, les parents sollicitent leur abandon. Refus. « On était au bout du rouleau. On a donné pendant quatre ans, on n'a rien reçu. C'était la moins pire des solutions ! » Ils coupent donc les ponts. « On savait qu'ils ne grandiraient pas à la maison. Pourquoi recréer un lien artificiel ? »


Depuis, ils versent 400 € pour l'éducation des enfants mais n'exercent pas leur droit de visite. C'est pour cela qu'ils sont jugés. Les enfants les écoutent, sursautent, ravalent leur colère. Le plus grand veut dire quelques mots. S'il faisait pipi, c'était parce qu'il était enfermé dans sa chambre. Le procureur tonne : « Ils se sont soustraits à leurs obligations légales. C'est inadmissible. » Il requiert un an avec sursis.


« La loi n'est pas la morale », plaide Me Boog, l'avocat des parents, qui se place sur le terrain juridique. Selon lui, les parents ont rempli leurs obligations légales, c'est-à-dire l'autorité parentale et les frais d'entretien. C'est tout. Le reste ? « Sans doute pas moral », mais pas
« sanctionnable ». Relaxe, plaide-t-il. Le jugement est mis en délibéré au 29 mars.


Source: Ouest-France | 09 mars 2010

 

- Adoption éthiopienne tourne mal
Un couple d'Australiens a abandonné leurs enfants adoptés éthiopiens aux mains des autorités après avoir été incapable de surmonter le fait que ces enfants étaient plus âgés que ne prétendaient les officiels africains.
Les deux enfants, qui ne peuvent pas être identifiés pour des raisons juridiques, étaient âgés d'environ deux et quatre ans de plus que ce qui est indiqué sur leurs documents et ils ont été adoptés par une autre famille australienne. Les parents qui ont renoncé à l'adoption ont dit qu'ils n'avaient pas les compétences pour traiter des enfants plus âgés et lesdites autorités devraient avoir vérifié les âges. Les enfants leur ont aussi dit qu'ils avaient un frère (ou soeur) plus âgé - un fait non déclaré dans la documentation sur leurs origines.
Détails dans l'article en anglais Ethiopian adoption went awry dans The Australian | 10 mars 2010
Via Fabriquée en Corée.



- Royaume-Uni. Un enfant sur 15 ne réussit pas à créer des liens avec sa famille adoptive.
Le nombre d'enfants adoptés dont les nouvelles familles se décomposent ont doublé au cours des cinq dernières années, [...] Ils suggèrent que près d'un enfant sur 15 qui sont adoptés par les nouveaux parents ne parviennent [...]
Lire la suite

 

- Elle a abandonné son fils adoptif, qui ne "s'attachait pas". Pendant 18 mois, une mère a lutté pour se relier avant la renonciation de son enfant.
Lire la suite


- Un diplomate néerlandais accusé d'abandonner sa fille adoptée
L’opinion lui reproche d’avoir abandonné Jade, sa fille adoptive de 8 ans. Cette petite Sud-Coréenne a été adoptée à l’âge de 4 mois, alors que Meta Poeteray, la femme du diplomate, se croyait stérile. Après l’adoption, elle a mis deux garçons au [...]
Lire la suite


- Enfants adoptés, l'envers du décor
Ministère de la Santé se sont décidés à "quantifier" les échecs de l'adoption, ils n'imaginaient pas un tel résultat. [...] l'abandon." Franck se raccroche à l'association d'aide aux enfants adoptés qu'il veut fonder pour faire comprendre aux [...]
Lire la suite

27/01/2010

Quitter Haïti en catastrophe ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer

Via Osi Bouaké
Logo OSI bouake.jpg




Le point de vue de Bernard Golse, pédopsychiatre

Quitter Haïti... oui, mais comment ? (ou d’un tremblement de terre à l’autre)



Une fois de plus, hélas, l’amour risque de faire ses ravages, ou plutôt l’amour mal compris ! Quitter Haïti en catastrophe, ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer - dans toutes les acceptions du terme.


Quitter son pays, soudainement, quand celui-ci se trouve en plein désastre, ne va de soi – bien évidemment – pour personne. Quitter son pays en plein désastre pour être accueilli par sa future famille d’adoption, à l’autre bout du monde, pose encore davantage de problèmes, et ceci même en cas de « dossiers déjà finalisés », selon le terme que nous ressassent à l’envi les media dégoulinants de bons sentiments dont on sait à quel point ceux-ci peuvent se révéler à double tranchant !


Faire le voyage tout seul, transiter par des aéroports étranges et surtout inconnus, être empêché de s’exprimer authentiquement du fait d’une gangue de pseudo-bonté « politically correct », être accueilli entre deux portes par des parents angoissés, tout ceci ne peut que venir aggraver le fait central qui tient en ceci, que mal quitter son pays d’origine, ne prépare en rien à bien arriver dans son pays d’accueil.


Qui peut dire si ces enfants ne s’en voudront pas toute leur vie d’avoir abandonné leurs familles d’origine ou les adultes qui prenaient soin d’eux, dans des souffrances qui leur auront été, à eux évitées, mais au risque de se sentir coupables d’être rescapés et survivants ? Que l’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas, puisque, bien sûr, je me réjouis, comme tout un chacun, que ces adoptions aient pu, en dépit de tout, être menées à bien.


Je dis seulement que les circonstances exceptionnelles - et extraordinairement douloureuses - qui viennent de survenir, devraient nous amener, vis-à-vis de ces enfants en instance d’adoption, à laisser, paradoxalement ( ?), un petit peu plus de temps au temps afin qu’ils aient le temps de penser, de parler et d’écouter, urgence absolue, à mes yeux, avant même que de partir.


Tout enfant, quel que soit son âge, a le droit de comprendre ce qui arrive, ce qui lui arrive. Les mots, mais aussi les gestes de tous les jours, sont le vocabulaire d’un texte qui ne peut être compris dans l’instant, et qui a besoin de temps pour faire son chemin dans l’esprit de ces enfants gravement traumatisés.


Comment quitter son pays dévasté, comment quitter ceux qui ont veillé sur soi avant et pendant la catastrophe qui est venue redoubler la catastrophe première de l’abandon, sans savoir ce qu’il en est vraiment, et ce qu’il advient de ce pays et de ces personnes ? Les souvenirs futurs ne peuvent jamais être apaisés qu’en prenant le temps, maintenant, d’inscrire dans sa mémoire ce qui vient de se passer et à quoi on ne peut rien.


Vouloir absolument protéger les enfants de cette étape, ne traduit, à mon sens, que la peur des adultes des enfants qu’ils craignent eux-mêmes d’avoir été et dont ils se disent, souvent à tort, qu’ils n’auraient peut-être pas su vivre et supporter l’insupportable. Telle est cette peur tenace de l’enfant qu’on craint soi-même d’avoir été, qui nous empêche de renoncer à notre pouvoir sur les enfants, sous le prétexte fallacieux qu’ils n’auraient pas les ressources personnelles suffisantes pour faire face, pour faire face d’abord et toujours. Cet impossible renoncement à notre pouvoir sur les enfants ne fait, au fond, que traduire cette part d’agressivité et d’ambivalence foncière envers l’enfance qu’on prive si souvent d’actualiser ses compétences en proclamant sa vulnérabilité, et en se précipitant de vouloir toujours la protéger de tout danger externe, au risque d’intensifier, du même coup, les menaces et les insécurités internes. Il n’ y a jamais d’urgence à partir.


L’urgence est d’avoir le temps de voir, et de savoir… afin de savoir ensuite qu’on n’est pas coupable de ce qui a eu lieu, ni coupable de partir. Il me semble que si l’on parvient à envoyer plus de 15000 soldats pour maintenir un semblant d’ordre social, on aurait pu, peut-être, trouver quelques centaines de personnes aptes à parler aux enfants, à mettre des mots sur les images, et à offrir les gestes susceptibles de restaurer leur confiance dans la relation. Mais peut-être est-ce là trop demander … La précipitation, par essence, arrive toujours la première ! D’un tremblement de terre à l’autre, c’est toujours de la Terre-Mère dont il s’agit, c’est-à-dire des images parentales qu’il est, finalement, si difficile de quitter, si facile de perdre, mais aussi si délicat de construire ou d’édifier.


Bernard GOLSE
Pédopsychiatre-Psychanalyste / Chef du service de Pédopsychiatrie de l’Hôpital Necker-Enfants Malades (Paris) / Professeur de Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’Université René Descartes (Paris 5) / Inserm, U669, Paris, France / Université Paris-Sud et Université Paris Descartes, UMR-S0669, Paris, France / LPCP, EA 4056, Université Paris Descartes / CRPM, EA 3522, Université Paris Diderot / Membre du Conseil Supérieur de l’Adoption (CSA) / Ancien Président du Conseil National pour l’Accès aux Origines Personnelles (CNAOP) / Président de l’Association Pikler Loczy – France / Président de l’Association pour la Formation des Psychothérapeutes Psychanalytiques de l’Enfant et de l’Adolescent (AFPPEA).



Publié sur OSI Bouké 27.01.2010.

 

- Commentaires intéressants de Sandrine Dekens, psychologue spécialisée en ethnopsypsychiatrie
[“Agir dans la précipitation serait absolument catastrophique” - Blog Le Monde - Haïti après le séisme - 18 janvier 2010]


"Hervé Boéchat du SSI est quelqu’un de toujours très intéressant et pertinent. Pour avoir bien suivi l’affaire de l’arche de Zoé (et pris la parole à cette occasion), j’ai l’impression qu’il y a cette fois, davantage de prises de position de la part des professionnels du champ et également de la part de parents adoptants, que nous sommes de plus en plus nombreux à exprimer nos réserves face à l’adoption comme "compulsion" au sauvetage d’enfants."

"Je reviens sur l’article du SSI particulièrement censé et intéressant [L’adoption ne doit pas être une réponse émotionnelle à la catastrophe]
Boéchat y formule une inquiétude que je partage quant à l’état psychologique dans lequel seront les enfants haïtiens adoptés à leur arrivée en France. Ce sont des enfants en état de fort stress post-traumatique lié à la catastrophe et aux conditions de survie, qui vont se trouver propulsés dans un autre monde, alors que la plupart d’entre eux n’ont jamais approché physiquement une personne blanche. En tant que psychologue, je m’interroge sur leurs capacités psychiques à surmonter cette accumulation de traumatismes, et affirme qu’il est indispensable que ces enfants soient vus par des professionnels dès leur arrivée, qui les aideront à surmonter ces épreuves. Certains parents ne tarderont pas à s’en apercevoir car l’enfant traumatisé montrera qu’il va mal (plaintes et atteintes somatiques, cauchemars et terreurs nocturnes, problèmes cognitifs et affectifs, dépression, agitation etc.). D’autres ne manifesteront pas toujours de réaction au trauma, mais le traumatisme créé une fragilité psychique susceptible d’être violemment réactivée des années plus tard, au détour d’un événement qui peut paraitre anodin. Nous savons combien la capacité à dépasser un état post-traumatique et pour grande partie liée à l’inscription dans un groupe, un collectif social (cf Cyrulnik, Moro, Feldman, etc), qui donne sens aux événements, et où l’individu partage le même destin social que ses semblables. Les enfants haitiens traumatisés vont se retrouvés isolés, éloignés de leurs semblables, et donc privés de certaines capacités de récupération. Ils auront sans conteste, besoin de soins."


Source : OSI Bouaké. 21.01.2010.

 

- Traumatisme et adoption, un regard clinique. Sandrine Dekens.
Les événements récents survenus en Haïti amènent aujourd’hui des enfants de ce pays à arriver en urgence en France pour y être adoptés. Cette succession d’épisodes bouleversants dans la vie d’un enfant conduit à un cumul de risques traumatiques, non équivalents entre eux, très fortement susceptibles de produire une importante blessure psychique, qui peut rester invisible et qui nécessite une prise en charge professionnelle sans délai. Après la publication du texte de Bernard Golse sur ce sujet (Lire son article du 25/01/10), j’ai souhaité lui emboiter le pas et revenir sur les conséquences cliniques d’un tel cumul.
La suite sur OSI Bouaké | 29 janvier 2010


Haiti Position Unicef 2010.jpg- Adoption et protection de l'enfance en Haïti : la position de l'Unicef

La protection des enfants d’Haïti est une priorité de l’Unicef. La situation à Port-au-Prince et dans les environs rend les enfants restés sans soutien parental ni familial particulièrement vulnérables.
Ce contexte favorise l’activité des trafiquants, ceux qui facilitent l’adoption illégale ou ceux qui essaient d’exploiter la situation et de contourner les standards nationaux et internationaux de façon à sortir pour leur seul profit les enfants du territoire haïtien.
Des informations sur de telles pratiques sont déjà en cours d’investigation.
Communiqué Unicef France | 28.01.2010

 

- Communiqué de SOS Villages d’Enfants quant à l’adoption internationale à la suite du tremblement de terre en Haïti
Lors d’une urgence catastrophique comme celle du tremblement de terre en Haïti, des images d’enfants blessés et vulnérables, affamés et traumatisés, éveillent de grandes émotions. Nombreux sont ceux qui réagissent et souhaitent donner instinctivement à ces enfants ce qu’ils ont perdu en apparence : la sécurité, l’amour et une famille aimante. Dans de telles circonstances, les demandes urgentes et les offres d’adoption sont nombreuses et compréhensibles.
SOS Villages d'Enfants International | 25/01/2010


- Tremblement de terre en Haïti :  Le cas de l'adoption internationale.

Position du Centre international de référence pour les droits de l’enfant privé de famille (SSI/CIR). 18 janvier 2010.

 

- Adoption is a last resort. L’adoption ne doit être que la dernière chance, le dernier recours.
Marlène Hofstetter, Terre des hommes
La priorité est la protection des enfants.

 

- Amnesty International sur Haïti : Les droits humains doivent être au coeur des efforts de reconstruction
...
Amnesty International a dressé une liste de points sur lesquels tous les acteurs concernés devront être particulièrement vigilants au cours de la phase de distribution de l'aide d'urgence et des premiers stades de la reconstruction :

Protection des enfants contre les violences, l'exploitation et la traite
Les enfants sont parmi les membres les plus vulnérables de la société et, lors d'une crise humanitaire, leur vulnérabilité augmente de façon significative en raison de la violence, des exactions, de la séparation des familles ou du handicap. La séparation des familles et la destruction des écoles et des villages ont laissé des milliers d'enfants privés de leur environnement protecteur. Sans lui, ils risquent de devenir la proie de réseaux de trafiquants et d'exploiteurs qui opéraient déjà en Haïti avant le tremblement de terre.
Des enfants séparés de leurs familles pourraient être considérés à tort comme orphelins et faire l'objet de procédures irrégulières d'adoption. Selon la Convention de La Haye sur les adoptions internationales, l'adoption internationale ne doit être envisagée qu'en dernier ressort, lorsque toutes les alternatives à l'intérieur du pays ont été épuisées et seulement après constat par les autorités compétentes de l'absence de parent ou de tuteur pour s'occuper des enfants. Le risque existait déjà avant le tremblement de terre mais il pourrait être amplifié maintenant, étant donné l'intérêt manifesté par les familles d'autres pays qui souhaitent répondre à la détresse des enfants orphelins d'Haïti en les adoptant. Les institutions haïtiennes n'étant pas en mesure dans la plupart des cas de déterminer si l'adoption est la solution la mieux adaptée et de veiller au respect des droits des enfants, des réseaux d'adoption illégaux pourraient se développer. Les autorités haïtiennes, avec le soutien de la MINUSTAH (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), doivent s'assurer que des mécanismes et des garanties appropriés sont mis en place pour empêcher que des enfants ne soient emmenés hors de leur pays sans passer par une procédure légale complète d'adoption internationale.
News Press | 28.01.2010

 

- Le Conseil des droits de l'homme débat de l'importance d'une approche fondée sur les droits de l'homme après le séisme en Haïti
...
M. DERMOT CARTY (Fonds des Nations Unies pour l'enfance - UNICEF) a fait remarquer que l'ampleur du séisme à Haïti a eu un impact extrêmement important sur les enfants haïtiens, dans un contexte où la réalisation des droits de l'enfant était déjà compliquée. Ces enfants font aujourd'hui face à des risques accrus de malnutrition et de maladie, ils sont vulnérables à la traite et à l'exploitation sexuelle. Le représentant de l'UNICEF a attiré l'attention sur la situation particulière d'enfants qui se retrouvent aujourd'hui sans parents, sans famille, des enfants qui sont plus que jamais vulnérables au trafic ou à l'adoption illégale. Avant le séisme, un nombre alarmant d'enfants étaient orphelins ou abandonnés, surtout pour des raisons économiques, a-t-il rappelé. Les enfants des rues, ainsi que ceux travaillant comme domestiques, étaient également nombreux. La vente et le trafic d'enfants faisaient malheureusement partie de la réalité. Avec le séisme, les préoccupations d'UNICEF pour tous ces enfants se sont accrues.

Le représentant de l'UNICEF a souligné l'importance de répondre rapidement à cette situation. Il faut enregistrer ces enfants et promouvoir la réunification avec leur famille. Il est impératif d'interdire que des enfants haïtiens soient sortis illégalement du pays. Cette préoccupation, déjà soulevée par l'UNICEF avant la catastrophe, est aujourd'hui plus forte que jamais. Il faut empêcher les séparations non nécessaires avec les familles. Il faut nourrir les enfants, les loger et leur offrir un soutien émotionnel. L'UNICEF s'engage dans ces efforts.
Source: United Nations Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR)
ReliefWeb | 27 Jan 2010


- L'adoption n'est pas de l'aide humanitaire. Opération "Baby Lift" à Haiti.
Via United Adoptees International - News.

05/12/2009

Une étude de Donaldson Adoption Institute dit que les questions d'identité durent toute une vie et recommande d'ouvrir les certificats de naissance.

Fabriquee en Coree.jpg


Via le blog de Kim Myung-Sook, deux articles traduit en français.



Les adoptés font face à la discrimination



Dans plusieurs états aux États-Unis, tout comme dans d'autres pays, les adoptés ont des certificats de naissance amendés (modifiés, avec les noms des parents adoptifs), et n'ont pas accès à leurs certificats de naissance originaux qui sont scellés par la loi.


L'étude, "Beyond Culture Camp: Promoting Positive Identity Formation in Adoption", s'est portée deux groupes d'adultes (les adoptés nés en Corée et les adoptés blancs), mais selon le directeur exécutif Adam Pertman, les résultats sont pertinents aux adoptés de toutes les races.


Aux États-Unis, il y a environ 6 à 8 millions de personnes qui ont été adoptées. Beaucoup disent maintenant à l'Institut Evan B. Donaldson, qu'ils étaient stigmatisés dans l'enfance et ont lutté avec leur identité et leur estime de soi jusqu'à l'âge adulte.


Beaucoup des 468 adultes interrogés affirment avoir souffert de discrimination. Plus d'adoptés blancs (35 pour cent) que coréens (21 pour cent) ont indiqué avoir été taquinés tout simplement parce qu'ils ont été adoptés.

Environ 86 pour cent ont dit qu'ils avaient pris des mesures pour retrouver leurs parents biologiques et que les retrouver était le seul facteur qui les avait aidés à acquérir une identité adoptive positive.

Pertman espère que cette étude aidera à promouvoir des lois, politiques et pratiques pour donner aux adoptés un meilleur accès à l'information sur leur naissance et pour contribuer à éliminer les stéréotypes afin d'améliorer leurs vies.

les adoptés ont dit ABCNews.com dit qu'elles étaient largement entravés par les lois des États qui garde le secret des certificats de naissance et les dossiers d'adoption ou les coûts pour embaucher des chercheurs. Certains ont également été rejetés par leurs parents biologiques.

Pour Joan Wheeler, une travailleuse sociale de 53 ans et auteure de , son combat pour l'identité a été si pénible qu'elle ne croit même pas à l'adoption, souhaite avoir été placée en famille d'accueil ou sous tutelle de sorte qu'elle aurait pu avoir accès à sa parenté de sang.

Aujourd'hui, les parents naturels accueillent souvent favorablement les contacts, mais avant les années 1970 et 1980, les adoptions fermées étaient la norme et les dossiers étaient scellés fermement à la naissance.

Maitenant, les experts considèrent que ces politiques sont archaïques, privant les adoptés, non seulement des dossiers médicaux vitaux, mais aussi de leur sentiment d'identité. Seul l'Alaska, le Kansas, le New Hampshire, le Maine, l'Oregon, l'Alabama, le Tennessee et le Delaware donnent accès à l'original des certificats de naissance.

Melinda Warshaw, musicienne et professeure d'art de Pound Ridge, NY, de 62 ans, est active dans la lutte pour l'ouverture des dossiers fermés dans son état. Auteure de "A Legitimate Life", elle dit que sans son certificat de naissance original, elle a l'impression qu'elle a une "fausse identité".

Marlou Russell, de Santa Monica, Californie, psychologue qui se spécialise dans l'adoption dit qu'il est naturel de vouloir connaître ses racines. Elle a été adoptée en 1950 et a reçu un certificat de naissance amendé nommant ses parents adoptifs en tant que parents de naissance. En 1991, elle a cherché et trouvé sa mère biologique, avec qui elle entretient une relation "positive".

De nombreux adoptés et parents adoptifs se sentent plus liés après une réunion avec la famille biologique, selon Russell.

Pour plus de détails, lire l'article original Adoptees Face Sting of Discrimination publié sur ABCNews.com, le 23 novembre 2009.


Source: Fabriquée en Corée.




Adoptés de la Corée et en quête d'identité


Aux adoptés qui se croient/ se sentent seuls. Lisez ceci.

L'étude de Evan B. Donaldson Adoption Institute sur les luttes des adoptés coréens par rapport à leurs identités.

Publié sur New YorK Times, le 8 novembre 2009.

Enfant, Kim Eun Mi Young détestait être différente.

Quand son père a amené des jouets à la maison, un disque et un livre d'images sur la Corée du Sud, le pays d'où elle a été adoptée en 1961, elle les a ignorés.

En grandissant en Géorgie, au Kansas et à Hawaï, dans une famille de militaire, elle sortait seulement adolescents de race blanche, même quand les garçons asiatiques étaient dans les parages.

"À aucun moment, je ne me suis considérée autre chose qu'une blanche", a dit Mme Young, 48 ans, qui habite à San Antonio. "Je n'avais aucun sens d'identité en tant que femme coréenne. Fréquenter un homme asiatique m'aurait forcé à accepter qui j'étais."

Ce n'est que dans sa trentaine qu'elle a commencé à explorer son héritage coréen. Une nuit, après une sortie pour fêter avec son mari de l'époque, elle dit qu'elle a craqué et s'est mise à pleurer de façon incontrôlable.

"Je me souviens d'être assise là à penser, où est ma mère? Pourquoi m'a-t-elle laissée? Pourquoi ne pouvait-elle pas se battre pour me garder", dit-elle. "Ça a été le commencement de mon voyage pour découvrir qui je suis."

Les expériences de Mme Young sont communes chez les enfants adoptés en provenance de la Corée, selon l'une des plus grandes études sur l'adoption transraciale, qui doivent être publiées lundi. Le rapport, qui met l'accent sur la première génération d'enfants adoptés en Corée du Sud, a révélé que 78 pour cent de ceux qui ont répondu s'étaient considérés de race blanche ou avaient voulu être des blancs quand ils étaient enfants. Soixante pour cent ont indiqué que leur identité raciale était devenue importante au moment où ils étaient à l'école moyenne, et, adultes, près de 61 pour cent ont dit qu'ils avaient été en Corée, tant pour en apprendre davantage sur la culture que pour trouver leurs parents biologiques.

Comme Mme Young, la plupart des adoptés coréens ont été élevés dans les quartiers à prédominance blanche et ont vu peu, sinon aucun, des gens qui leur ressemblaient. Le rapport indique également que les enfants étaient moqués et étaient victimes de discrimination raciale, souvent par des enseignants. Et seule une minorité des personnes interrogées ont déclaré s'être senti bien accueillis par les membres de leur propre groupe ethnique.

En conséquence, bon nombre d'entre eux ont eu du mal à venir à bout de leur identité raciale et ethnique.

Le rapport a été publié par le Evan B. Donaldson Adoption Institute, un groupe de politique et de recherche sur l'adoption à but non lucratif basé à New York. Depuis 1953, des parents aux États-Unis ont adopté plus d'un demi-million d'enfants venant d'autres pays, la grande majorité d'entre eux des orphelinats de l'Asie, L'Amérique du Sud et, plus récemment, l'Afrique. Pourtant, l'impact de ces adoptions sur l'identité n'a été étudié que de façon sporadique. Les auteurs de l'étude Donaldson Adoption Institute ont dit qu'ils espéraient que leur travail guidera les responsables politiques, les parents et les agences d'adoption pour aider la génération actuelle des enfants adoptés dans des pays d'Asie à former sainement leurs identités.

"Tellement de recherches sur l'adoption transraciale a été faite selon le point de vue des parents adoptifs ou des enfants adolescents", a dit Adam Pertman, directeur exécutif de l'institut. "Nous avons voulu pouvoir tirer parti de la connaissance et de l'expérience de vie d'un groupe d'individus qui peuvent fournir un aperçu de ce que nous devons faire mieux."

L'étude recommande plusieurs modifications dans les pratiques d'adoption qui sont importantes selon l'Institut, notamment un meilleur soutien pour les parents adoptifs et la reconnaissance que l'adoption grandit en importance pour leurs enfants à partir de l'âge de jeune adulte, et tout au long de l'âge adulte.

La Corée du Sud a été le premier pays où les Américains ont adopté en grand nombre. De 1953 à 2007, environ 160 000 enfants sud-coréens ont été adoptés par des gens d'autres pays, la plupart d'entre eux aux États-Unis. Ils constituent le groupe le plus important des adoptés transraciaux aux États-Unis et, selon certaines estimations, 10 pour cent de la population coréenne du pays.

Le rapport dit que des changements importants ont eu lieu depuis que la première génération d'enfants adoptés ont été amenés aux États-Unis, du temps où on disait aux parents d'assimiler les enfants dans leurs familles sans égard à leur culture d'origine.

Pourtant, même les adoptés qui ont été exposés à leur culture et ont des parents qui discutent des questions de race et de discrimination disent qu'ils ont trouvé cela difficile en grandissant.

Heidi Weitzman, qui a été adoptée de la Corée à l'âge de 7 mois et qui a grandi dans les quartiers ethniquement mixtes de St. Paul, a déclaré que ses parents étaient en contact avec d'autres parents ayant des enfants coréens et lui ont même offert de l'envoyer à un "camp de la culture" où elle pouvait en apprendre davantage sur son héritage.

"Mais je haïssais ça", a déclaré Mme Weitzman, une thérapeute en santé mentale à Saint-Paul. "Je ne voulais pas faire quelque chose qui me faisait ressortir comme étant coréenne. En étant entourée de gens qui étaient blonds et brunets, je pensais que j'étais blanche." Ce n'est que lorsqu'elle a déménage à New York après le collège qu'elle a commencé à devenir confortable en tant que Coréenne.

"J'avais 21 ans avant de pouvoir me regarder dans le miroir et ne pas être surprise par ce que je voyais me rendant mon regard", dit-elle. "Le processus de découvrir qui je suis, a été un long processus, et je suis toujours là-dessus."

Le chemin de Mme Weitzman vers la découverte de soi, est assez typique des 179 adoptés coréens avec les deux parents de race blanche qui ont répondu à l'enquête Donaldson Adoption Institute. La plupart ont dit qu'ils ont commencé à se considérer davantage comme Coréens lorsqu'ils ont fréquenté le collège ou lorsqu'ils ont déménagé vers les quartiers ethniquement diverses à l'âge adulte.

Pour Joel Ballantyne, un professeur de secondaire à Fort Lauderdale, en Floride, qui a été adopté par des parents blancs en 1977, l'étude confirme beaucoup des sentiments que lui et d'autres adoptés ont tenté d'expliquer depuis des années.

"Cela donne la preuve que nous ne sommes pas fous ou simplement ingrats envers nos parents adoptifs, lorsque nous parlons de nos expériences", a déclaré M. Ballantyne, 35 ans, qui a été adopté à 3 ans et qui a grandi en Alabama, au Texas, et enfin, en Californie.

Jennifer Town, 33 ans, .est d'accord.

"Beaucoup d'adoptés ont des problèmes à parler de ces questions avec leurs familles adoptives", dit-elle. "Ils le prennent comme une sorte de rejet quand nous essayons juste de comprendre qui nous sommes."

Mme Towns, qui a été adoptée en 1979 et a grandi dans une petite ville du Minnesota, se souvient qu'au cours du collège, quand elle a annoncé qu'elle allait en Corée pour en savoir plus sur son passé, ses parents ont "flippé".

"Ils le considéraient comme un rejet", dit-elle. "Ma mère adoptive est vraiment fanatique de la généalogie, retraçant sa famille en Suède, et elle était fâchée après moi parce que je voulais savoir qui j'étais.

M Ballantyne a déclaré avoir reçu une réaction similaire quand il parlé à ses parents de ses plans de voyage en Corée.

L'étude de la Donaldson Adoption Institut conclut que ces voyages sont parmi les nombreux moyens dont les parents et les agences d'adoption pourraient aider les adoptés à traiter leur lutte avec l'identité et la race. Mais Mme Towns et M. Ballantyne ont dit tous les deux que tandis que voyager en Corée du Sud a été une expérience révélatrice à bien des égards, c'était également démoralisant.

Beaucoup de Coréens ne les considèrent pas comme de "vrais Coréens" parce qu'ils ne parlaient pas la langue ou ne semblaient pas comprendre la culture.

M. Ballantyne a trouvé sa grand-mère maternelle, mais quand il l'a rencontrée, elle l'a grondé pour ne pas avoir appris le coréen avant de venir.

Elle était celle qui m'avait mis en adoption", a-t-il dit. "Alors, cela a juste créé une tension entre nous. Même quand je partais, elle a continué à dire que j'avais besoin d'apprendre le Corée avant que je revienne."

Sonya Wilson, adoptée en 1976 par une famille blanche dans Clarissa, Minnesota, affirme que même si elle partage un grand nombre des expériences des personnes interrogées dans l'étude - elle a grandi en étant la seule Asiatique dans un village de 600 habitants - les changements de politique doivent s'intéresser à pourquoi les enfants sont mis en adoption, et devraient faire davantage pour aider les femmes célibataires en Corée du Sud pour garder leurs enfants. "Cette étude ne traite pas de ces questions", a dit Mme Wilson.

Mme Young a dit que l'étude était utile, mais que ça arrivait trop tard pour aider les gens comme elle.

"J'aurais aimé que quelqu'un ait fait quelque chose comme ça quand j'étais jeune", a-t-elle dit.

À LIRE!!! Rapport de plus de 100 pages: BEYOND CULTURE CAMP: PROMOTING HEALTHY IDENTITY FORMATION IN ADOPTION

Source: Fabriquée en Corée.

09:24 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : usa, enfants adoptés, corée, identité, origine | |  del.icio.us

01/12/2009

"Orphelins chinois" adoptés, pas vraiment orphelins?

poster chinois glorifiant la politique de l enfant unique.jpgUn certain nombre de parents adoptifs aux États-Unis, bouleversés par la série de reportages indiquant que leurs enfants pourraient avoir été volés à leur parents biologiques en Chine, vont en Chine pour mener leurs propres enquêtes.

Via le blog Fabriquée en Corée.


Adopted ‘Orphans’ Not Really Orphans?

Every year thousands of parents in the United States adopt babies from China. In the last five years more than 30 thousand children have been taken in by American parents. Now a series of newspaper reports suggests that some of those children were actually stolen from their birthparents in China.

Ruthann and Greg McGill hope that is not the case when it comes to their five and a half year old daughter Narissa whom they adopted from an orphanage in Southern China. They say they would have a very hard time giving her back. However they're pretty sure their adoption was legitimate because Narissa has health issues including facial paralysis, which could be expensive for Chinese parents to have treated.


Still the overall disturbing news is prompting many adoptive parents here in the US to conduct their own investigations IN China. Yes a number of families here in the US are so distraught over the thought that their adoption was fraudulent, they're now traveling to China to find the truth for themselves.

Jane Liedtke, founder of "Our Chinese Daughters Foundation" a non profit which offers programs and tours for families with Children from China, says China has actually done quite a bit to crack down on child trafficking over the years. Liedtke says they've shut down orphanages and thrown people responsible in prison.

She also adds that there is worry that too much negative attention around China and adoption could end up prompting China to clamp down on foreign adoptions. That says Liedtke could be harmful to the thousands of children and babies with birth defects or health issues, like Narissa, who are much more likely to be adopted by parents from the US and other countries around the world.

 

- Trafficking reports raise heart-wrenching questions for adoptive parents
Accounts of Chinese children being kidnapped, bartered and sold to orphanages have many adopters wondering about their children. Some may try to track down the birth parents -- but then what?
Los Angeles Times.

 

- China babies sold for adoption
Des dizaines de bébés-filles dans le sud de la Chine auraient été enlevés de leurs parents qui avaient enfreint les lois de la planification familiale et ensuite vendus pour l'adoption outre-mer.
BBC-News.

17/05/2008

Les enfants adoptés sont-ils plus fragiles que les autres ?

28876999.jpg

- The Mental Health of US Adolescents Adopted in Infancy.
Margaret A. Keyes, PhD; Anu Sharma, PhD; Irene J. Elkins, PhD; William G. Iacono, PhD; Matt McGue, PhD 
Archives Pediatrics & Adolescent Medicine.  Vol. 162 No. 5, May 2008 

 


 

Si la plupart vont bien, l'étude "The Mental Health of US Adolescents Adopted in Infancy" met en évidence un peu plus de troubles du comportement, d'anxiété et de dépression que chez les non-adoptés.

 

Il est parfois bien difficile d'être parent de nos jours, le nombre d'ouvrages publiés sur la question en témoigne. Mais que se passe-t-il lorsque l'on est parent adoptant ? Certes, une fois devenus adolescents, la plupart des bambins adoptés n'auront pas plus de difficultés psychologiques que les autres. Mais ce n'est pas toujours le cas selon une étude nord-américaine publiée cette semaine (le 5 mai) dans les Archives de médecine de l'enfant et de l'adolescent, du groupe du JAMA (Journal of the American Medical Association).


«Certains d'entre eux ont eu plus de contact avec des professionnels de santé mentale que les autres enfants», pointe l'équipe de Margaret Keyes, de l'université du Minnesota à Minneapolis. Celle-ci a suivi un groupe de 540 jeunes de 11 à 21 ans nés dans des familles «classiques» et les a comparés à 514 ados adoptés à l'étranger ainsi qu'à 178 autres nés sur le territoire des États-Unis. Elle a interrogé régulièrement parents et enfants pour détecter d'éventuelles difficultés : troubles du comportement, de l'attention avec hyperactivité (très à la mode outre-Atlantique), conduites d'opposition, anxiété voire dépression. L'objectif d'une telle étude était de mieux évaluer les éventuelles difficultés des enfants adoptés, afin de réfléchir à une stratégie de prévention.

«Au final, le fait d'avoir été adopté double l'éventualité d'avoir consulté un professionnel de la santé mentale, estiment ces chercheurs. Certes la grande majorité de ces adolescents vont bien au plan psychologique mais, parmi ceux qui vont mal, ceux issus de l'adoption nationale éprouveront plutôt des troubles du comportement, alors que ceux qui ont été recueillis à l'étranger souffriront plutôt d'anxiété de séparation et de dépression.»


«Je ne suis pas de ce monde »

Ces conclusions méritent cependant d'être nuancées. En effet, pour le Pr Marie-Rose Moro, chef de service de pédopsychiatrie à l'hôpital Avicenne de Bobigny, qui a passé en revue diverses autres grandes études de ce type, «comme un tel résultat n'est pas concordant avec celui d'autres études, il me semble indispensable de relativiser ces conclusions qui risquent d'inquiéter à tort bien des familles». «Une chose est sûre en revanche, poursuit-elle, les parents adoptants consultent plus les psys pour leurs enfants car ils sont probablement plus à l'écoute que les autres familles. Et chaque fois qu'une difficulté apparaît, ils se posent la question de savoir s'il n'existe pas une vulnérabilité psychologique particulière.»

Une opinion que ne partage pas le Pr Marcel Rufo, chef de service de pédopsychiatrie à l'hôpital Salvator de Marseille. «Je reçois beaucoup d'adolescents adoptés qui vont mal et souffrent de troubles de la socialisation. Dans mon service précédent, un sixième des jeunes hospitalisés étaient des jeunes adoptés vivant dans des milieux socioculturels élevés. Comme si le fait d'avoir été adopté par de telles familles était un facteur handicapant. Pourquoi ? Parce qu'à l'adolescence ils vont se dire : je ne suis pas de ce monde, je viens d'ailleurs.»

Ce spécialiste, qui a dirigé durant quelques années la maison des adolescents à Paris (maison de Solenn), interprète d'ailleurs la survenue de toxicomanies et d'addictions diverses ou de fugues chez ces jeunes comme une quête boulimique destinée à vérifier qu'ils sont tout de même aimés, envers et contre tout, par leurs parents adoptifs. D'autant qu'à cette période charnière, ils se posent avec une acuité particulière la question de leurs origines et celle de savoir pour quelles raisons ils ont été abandonnés. Avec peut-être encore plus d'acuité lorsqu'ils viennent de contrées lointaines.

Insistant sur les compétences précoces du tout-petit qui, en quittant son pays, perd aussi les bruits, les odeurs, le langage, bref tout un contexte sensoriel dans lequel il a baigné déjà in utero, dans le ventre de sa mère, Marie-Rose Moro estime «qu'il ne faut pas sous-estimer le traumatisme de cette séparation initiale avec la mère biologique, ni oublier de prendre en compte toute la période où le bébé aura été pris en charge dans un orphelinat ou une collectivité».


«Parents trop laxistes»

 

D'autant que peuvent se poser par la suite tous les problèmes liés à la différence (couleur de peau, texture des cheveux), susceptibles d'engendrer à l'école une stigmatisation de la part des autres, voire un sentiment douloureux d'exclusion. «Ils devront alors pouvoir dépasser cela dans leur construction identitaire, et les parents adoptants devront eux aussi se confronter à la question de la différence», analyse cette spécialiste qui a ouvert l'an dernier à Bobigny une consultation destinée justement à toutes ces problématiques de l'adoption. «Mais lorsqu'un adolescent va mal, on ne peut pas réduire ses difficultés au fait qu'il ait été adopté. C'est un peu court comme raisonnement», lance-t-elle. Une réflexion partagée aussi par Marcel Rufo. «Gare aux bons sentiments, met-il en garde. Les parents adoptants sont toujours trop bons, voire trop laxistes. Ils ont beaucoup de mal à savoir poser des limites.»

Rappelons qu'en France, en 2006, près de 4 000 enfants ont été adoptés, dont près des trois quarts avaient été recueillis à l'étranger. Mais le nombre de familles en mal d'enfant et munies d'un agrément est particulièrement élevé. Plus de 30 000.

 

Source : Le Figaro.

 

+ Featured news - University of Minesota 

 

-> Adoptees More Likely to be Troubled
Memo to Angelina Jolie and Brad Pitt: the next decade may prove to be a difficult one. ... Yet researchers at the University of Minnesota have found that a small minority of those kids — about 14 percent — are diagnosed with a behavioral disorder or have contact with a mental health professional as adolescents, or about twice the odds that non-adopted teens face.
TIME

 
-> Adopted Children at Slightly Higher Mental Health Risk
A small proportion of adopted American teens appear to be at heightened risk for different emotional and behavioral problems than their non-adopted counterparts. ... "Most adoptees are doing fine," said Margaret Keyes, lead author of the study and research psychologist at the Minnesota Center for Twin and Family Research at the University of Minnesota in Minneapolis.
U.S. News and World Report
 

-> Adopted Teens Face Higher Risk for ADHD
People have wondered for a long time whether children who were adopted in infancy are at increased risk for psychological problems. ... "These are kids who argue with their parents, who refuse to follow through on chores, maybe argue with their teachers, blame other people for their own mistakes," says Margaret Keyes, a University of Minnesota research psychologist who led the study.
National Public Radio
 

-> Study: Adolescents adopted as infants are more likely to have psychiatric disorders
Adolescents who were adopted as infants are significantly more likely to have a psychiatric disorder as those who were not adopted, a study released Monday has found. ... For example, about 7 in 100 adolescents studied who were not adopted met the criteria for attention deficit-hyperactivity disorder, which is about half the number for adopted adolescents, said lead study author Margaret Keyes, of the University of Minnesota.
Chicago Tribune

 

-> Disorders are more likely in adopted teenagers
Adolescents adopted as infants are twice as likely to have behavioral disorders as those who are not adopted, according to research published Monday that is the deepest analysis yet of the larger mental health burden carried by some adopted children. ... Researcher Margaret Keyes, a University of Minnesota psychologist, stressed that adoptive parents or those thinking about adopting shouldn't be alarmed by her study, because rates of emotional problems are relatively low among all adolescents studied, but were higher among adopted kids.
Star Tribune

 

-> Study finds adopted teens are more likely to have psychiatric disorder
Adolescents who were adopted as infants are twice as likely to have a psychiatric disorder as teens who were not adopted, a new study released Monday has found. ... About seven in 100 adolescents studied who were not adopted met the criteria for a diagnosis of attention deficit-hyperactivity disorder, said lead study author Margaret Keyes, of the University of Minnesota.
Kansas City Star

 

-> Adopted adolescents more likely to have ADHD, study finds
Adolescents who were adopted as infants are significantly more likely to have a psychiatric disorder as those who were not adopted, a study released Monday has found. ... For example, about 7 in 100 adolescents studied who were not adopted met the criteria for attention deficit-hyperactivity disorder, which is about half the number for adopted adolescents, said lead study author Margaret Keyes, of the University of Minnesota.
Youngstown Vindicator

 

+ Troubles du comportement chez les enfants adoptés  [Premiers entretiens internationaux sur l'adoption - Montpellier 2003]

 

Plusieurs études plus ou moins récentes, émanant de divers pays anglo-saxons essentiellement, tendent à démontrer que la population des enfants adoptés recourt plus souvent aux aides de type psychologique, voire psychiatrique, présente plus de troubles du comportement, plus de diagnostics psychiatriques graves que la population générale leur correspondant (sexe, âge, même milieu de vie).


1. Brodzinsky, D, Long-term Outcomes in Adoption,  The Future of Children, vol.3, 1, 1993.

 

Aux USA, 2 % de la population des moins de 18 ans est adoptée, mais 5 % des enfants qui sont suivi dans les centres de santé mentale sont adoptés, 10 à 15 % des enfants qui sont placés dans des maisons pour enfants ou des institutions psychiatriques sont adoptés, 6,7 % des enfants qui suivent un enseignement spécial pour problèmes neurologiques, 5,4 % des enfants qui suivent un enseignement spécial pour problèmes sensoriels et 7,2 % des enfants qui suivent un enseignement spécial pour problèmes affectifs sont adoptés.

 

Le professeur Brodsinsky (New Jersey, Etats-Unis) et d'autres ont mené des enquêtes auprès de parents d'enfants adoptés et non adoptés du même âge et vivant dans des milieux semblables à l'aide du CBCL (Child Behavior Checklist, de Achenbach). Chez les enfants de 6 à 12 ans, les parents signalent des difficultés de communication chez 20 % des garçons adoptés contre 4.6 % des garçons non adoptés et de l'hyperactivité chez 8,2 % des garçons adoptés contre 0 % des garçons non adoptés. Chez les filles, ils signalent 13,9 % de troubles dépressifs contre 3 % dans la population générale, 13,9 % d'hyperactivité et 10,8 % d'agressivité alors que les parents des autres enfants évalués n'en signalent pas.
Chez les adolescents entre 12 et 17 ans, adoptés bébés, il relève 2,5 fois plus de consultations psychologiques et psychiatriques que dans la population générale.

 

Même si ces chiffres tiennent compte du fait que les parents adoptifs sont peut-être plus vite inquiets et consultent plus rapidement, ce n'est pas suffisant pour rendre compte de la différence.

 

2. Verhulst, F, et al : Problem Behavior in International Adoptees. Jama Acad Child Adolesc. Psychiatry, 29:1, 1990.

 

Le professeur Verhulst (Rotterdam, Pays-Bas) a étudié les enfants adoptés à l'international aux Pays-Bas. Il a comparé 2.148 enfants adoptés âgés de 10 à 15 ans par rapport à la population générale des enfants du même âge vivant aux Pays-Bas, à l'aide du CBCL, questionnaire posé aux parents.

 

Chez les garçons adoptés, il a trouvé 2 fois plus de problèmes de comportement (hyperactivité, délinquance) que chez les garçons non adoptés du même âge. Chez les garçons et les filles, il a observé moins de compétences sociales et scolaires, plus de participation dans les activités non sportives et un peu plus de performances dans les activités sportives et non sportives que chez des enfants appariés de la population générale.
Il constate aussi que plus l'enfant est adopté âgé, plus il aura de problèmes de comportement affectif et de difficultés scolaires.
Les problèmes les plus fréquemment observés sont :
- chez les garçons : délinquance (vol, vandalisme, mensonges, tricherie, absentéisme scolaire …) et non-communication (timidité,
refus de parler, isolement, tristesse, dépression, regard vide …)
- chez les filles : cruauté (destruction de ses biens personnels et de ceux des autres, cruauté envers les animaux, envers les autres enfants ;
agressivité …), dépression (retrait, timidité, refus de parler, dépression, lenteur …) et tendances schizoïdes (hallucinations auditives, regard vide, idées étranges, rêveries éveillées, comportement étrange …)

 

Pour approfondir l'enquête, le professeur Verhulst a réalisé des interviews de 132 adoptés de 14 ans et de leurs parents en les comparant à des enfants du même âge non adoptés. Les parents remplissaient le CBCL (Achenbach) et les adolescents le YSR (Achenbach). Ces questionnaires étaient ensuite revus par 3 psychiatres indépendamment pour poser d'éventuels diagnostics psychiatriques.
Il a retrouvé 22 % de troubles psychiatriques chez les filles et 36 % chez les garçons adoptés, soit une moyenne de 28 % par rapport à une population générale qui se situe suivant diverses études entre 17 et 21 %. Ces troubles sont essentiellement des troubles des conduites :
comportement antisocial (surtout chez les garçons), mauvaises relations avec les parents surtout et avec les pairs et problèmes affectifs (chez les filles surtout).

 

Trois ans après, il a revu la population d'adoptés qu'il avait étudiée. Ces jeunes avaient maintenant entre 13 et 18 ans. Il a constaté une augmentation globale des problèmes. Parmi ceux qui présentaient des difficultés lors de la première enquête, 51 % en présentaient encore,
43 % présentaient une amélioration légère et 6 % une amélioration évidente. Parmi ceux qui n'avaient pas de difficultés particulières lors de la première enquête, 77 % n'en présentaient toujours pas et 10 % présentaient des difficultés importantes.
Globalement, les parents signalaient des problèmes chez 29 % des garçons et 17 % des filles (moins de 10 % dans la population générale). 22 % des garçons reconnaissaient avoir des difficultés ainsi que 18 % des filles.
20 % des adolescents adoptés présentaient un comportement délinquant contre 2 % dans la population normale et 8,5 % des filles contre 1,3 %.

 


3. Benson, P et al : New Study Identifies Strengths of Adoptive families. Search Institute, 1994.

 

Le Search Institute (Etats-Unis) a mené une enquête en 1992-93 auprès de 715 familles de 4 états ayant adopté entre 1974 et 80 un enfant de moins de 15 mois né aux Etats-Unis. Lors de l'enquête, ces enfants ont entre 12 et 18 ans. Ils ont été comparés à des adolescents du même
âge non adoptés et à leurs frères et soeurs biologiques.
Ils n'ont relevé que peu de problèmes d'identité, 54 % de ces adolescents étaient bien attachés aux 2 parents, 30 % à un parent et 16 % n'étaient pas attachés.
Ils ont remarqué que les familles adoptives étaient plus stables que la moyenne des familles des mêmes états (11 % de divorces contre une moyenne de 28 %) et que 75 % des enfants n'avaient pas de problème de santé mentale.
D'après eux, ces excellents résultats sont dus :
- à l'adoption précoce (avant 15 mois)
- au soutien en post adoption assuré par les organismes d'adoption et par divers autres organismes bénévoles ou d'état
- à l'attachement très fort entre les parents et l'enfant et entre l'enfant et les parents
- à une bonne qualité d'ajustement de l'adopté à sa famille
- à une éducation efficace
- à une approche positive des questions propres aux familles adoptives
- à la gestion efficace par les parents de ce qui peut menacer le bienêtre du jeune adopté.

 

Ces résultats peuvent aussi se lire à l'envers : 25 % des jeunes évalués présentent des problèmes de santé mentale et 16 % des troubles de l'attachement importants, ce qui rejoint les études précédentes. De plus dans cette étude, on a sélectionné les situations où l'adoption
pose le moins de problèmes : enfants adoptés très jeunes, en interne, ce qui signifie pour la plupart peu ou pas de négligence ou de maltraitance, et aucun problème culturel.

 

4. Hjern, A et al : Suicide, psychiatric illness, and social maladjustment in intercountry adoptees in Sweden : a cohort study. Lancet, 2002, 360:443-448. 

 

Cette étude scandinave concerne 11.320 adultes vivant en Suède, adoptés à l'étranger nés entre 1971 et 1979. Ils ont été comparés à leurs frères et soeurs nés en Suède, à 4.000 immigrants et à 853.419 Suédois de la même tranche d'âge.

 

On observe par rapport à la fratrie biologique et aux autres Suédois 3 à 4 x plus de tentatives de suicide et de décès par suicide, 3 à 4 fois plus d'admissions en milieu psychiatrique, 2 à 3 fois plus de toxicomanie, d'alcoolisme et d'actes criminels chez ces jeunes adultes adoptés.

On retrouve des chiffres semblables en ce qui concerne les troubles mentaux et l'inadaptation sociale dans la population immigrante.

 

5. Hallet, F : Enquête PETALES, 2002

 

Dans une enquête réalisée auprès des parents de l'asbl PETALES en Belgique, F. Hallet a analysé les réponses à un questionnaire de 37 familles, comptant de 1 à 9 enfants de 8 à 38 ans, soit 116 enfants dont 49 étaient considérés par leurs parents comme présentant des troubles de l'attachement, soit 42 % (mais cela ne reflète pas nécessairement la population générale, puisque ne viennent dans l'association que des parents en difficulté; cependant ceux-ci ont souvent d'autres enfants adoptés ou non qui ne posent pas de problème).

 

Parmi ces enfants, 39 sont ou ont été adolescents : on observe chez eux 62 % de toxicomanie occasionnelle ou régulière, 25 % de consommation régulière de boissons alcoolisées, 46 % de relations sexuelles précoces régulières ou occasionnelles, dont 13 % relèveraient de la prostitution, 33 % de conduites délinquantes (vols, agression, conduite automobile sans permis, armes en poche …)

 

Sur l'ensemble des enfants, 80 % ont consulté un psychiatre ou un psychologue et 29 % ont été hospitalisés dans un service de psychiatrie. 40 % sont suivi par les services d'aide à la jeunesse et 35 % ont rencontré le juge de la jeunesse, 12 % ont séjourné en Institutions Publiques de la Protection de la Jeunesse (IPPJ) et 24 % vivent ou ont vécu en Institut Médico-Pédagogique (IMP).

 

+ Une étude française abandonnée, non-publiée.

 

x % des enfants adoptés finissent par être replacés en institution.  Direction générale à l'action sociale (DGAS) et le Ministère de la Santé. 2004.

 

 * * *

+ Hypothèse


L'on pourrait aussi retourner la question du titre aux parents et formuler l'hypothèse suivante : "Les parents adoptifs & adoptants sont plus fragiles que les autres (parents)."

Sur base d'études et de recherches, ce serait intéressant de voir si :
- les parents adoptifs & adoptants ont plus de contact avec des professionnels de la santé mentale (consultation pour eux-mêmes et non pour leurs enfants) que les autres parents;
- les parents adoptifs & adoptants présentent plus de difficultés psychologiques que les autres;
- les études et les recherches mettent en évidence pour les parents des troubles du comportement, troubles de socialisation, troubles d'attachement, d'anxiété et de dépression, etc ...