Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2009

La Corée continue de nier accès aux adoptés coréens de l'étranger

TRACK COREE.jpg[Via le blog Fabriquée en Corée, publié par Kim Myung-Sook]

 

Traduit de l'article Korea Continues to Deny Overseas Adoptees Access publié dans Korea Times Opinion, le 17 juillet 2009, par Jennifer Kwon Dobbs et Jane Jeong Trenka.

 

Le ministère de la Santé, du Bien-être et de la Famille a ouvert un centre de service de renseignements central d'adoption mercredi afin de fournir des services post-adoption aux adoptés à la recherche de leur famille d'origine. Cependant, il y a un problème important que le ministère n'a pas tenu compte: l'accès des adoptés.

 

Ce centre est destiné à répondre à l'exigence d'une "autorité centrale" exigée par la Convention de La Haye sur l'adoption internationale. Cliquez sur le nouveau site Web de l'autorité centrale (www.kcare.or.kr), avec des images des adoptés dont leurs familles de naissance les cherchent et vous trouverez qu'il est entièrement en langue coréenne. Est-ce qu'un adopté de l'étranger dont la première langue est le français ou l'anglais peut le lire ou l'utiliser?

 

Depuis 1953, la Corée du Sud a envoyé plus de 160.000 enfants coréens à l'étranger, dans 14 pays occidentaux. C'est le plus vieux et le plus grand programme d'adoption au monde, malgré le miracle économique de la Corée du Sud.

 

La réunion avec les familles de naissance est l'une des principales raisons pour laquelle les adoptés retournent en Corée. De 1995 à 2005, le ministère a indiqué que 78.000 adoptées sont venus en Corée pour chercher leurs familles. Pourtant, seulement 2,7 pour cent ont été réunis. Qu'est-ce qui explique ce faible taux de réussite?

 

Mads Them Nielsen, ancien directeur de services post-adoption auGlobal Overseas Adoptees' Link (GOAL) de 2001 à 2003, a déclaré: "En une année, j'ai reçu environ 240 demandes, y compris les requêtes par email. J'ai réuni seulement 10 cas. Le principal problème est l'obtention d'informations de la part des agences."

 

Le manque d'accès pour les adoptés ne comprend pas seulement les dossiers et la traduction, mais aussi la représentation active des adoptés.

 

Bien que l'autorité centrale ait une représentation importante des agences d'adoption, un adopté de l'étranger qui vit à Séoul, qui était un candidat potentiel pour le conseil d'administration, a été abandonné sans explication.

 

Son remplaçant, Steven Morrison, est un adopté qui vit aux États-Unis qui est le chef de Mission to Promote Adoption in Korea (mission pour promouvoir l'adoption en Corée). En raison de son séjour à l'étranger, il ne peut pas assister régulièrement aux réunions ou événements de Séoul qui sont importants pour le processus de prise de décision du centre de service de renseignements.

 

Au niveau institutionnel, le ministère continue à voir les adoptés dans leur ensemble comme des enfants et à les discriminer à leur encontre comme des "orphelins" et des "étrangers" qui ne peuvent pas représenter leurs propres intérêts et qui ne devraient pas prendre de décisions à propos d'eux-mêmes.

 

Toutefois, les adoptés continuent de lutter pour faire entendre leur voix. La deuxième audience, tenue le 1er juillet, du ministère sur la révision des lois sur les adoptions domestiques et internationales de la Corée du Sud, parrainée par la Korean Women's Development Institute (KWDI), a marqué la première fois en 56 ans de l'adoption internationale de la Corée qu'une masse importante d'adoptés coréens de l'étranger ont été en mesure de communiquer directement leurs propres intérêts dans une instance gouvernementale. La KWDI a fourni des services professionnels de traduction simultanée.

 

Cette audition publique était à l'origine destinée à être la dernière avant que le ministère envoie les révisions proposées à l'Assemblée nationale de la loi sur l'adoption.

 

Toutefois, après avoir vu le nombre des adoptées et des supporters qui ont exprimé leurs opinions, Park Sook-ja, la directrice du ministère du bureau de la politique familiale, a annoncé qu'une autre audience publique pourrait être nécessaire pour examiner plus en détail les préoccupations des et des mères monoparentales.

 

Mais le ministère n'a pas publié d'informations sur une troisième audience publique. En revanche, elle a précipité l'ouverture du centre de service en ligne et sur place, sans consulter les adoptés de l'étranger et sans aucun égard pour les commentaires qu'ils ont donnés à la dernière audience publique.

 

Le ministère envisage pour le centre, d'emmener la Corée du Sud en conformité avec la Convention de La Haye sur l'adoption internationale.

 

Conformément à la convention, il doit tenir les registres des adoptés et les aider dans leurs recherches des familles de naissance. Il devrait également servir en tant que organisme de surveillance des agences. Toutefois, le centre est inscrit comme une entité privée, et non un organisme gouvernemental avec un contrôle suffisant.

 

Les fonctions et les problèmes du centre sont les mêmes que l'ancien centre de renseignements d'adoption GAIPS (Global Information and Post Adoption Services Center).

 

En fait, il est situé dans l'ancien bureau de GAIPS - ils ont encore à changer le signe à la porte. GAIPS n'a pas réussi à établir une relation de travail avec les adoptés de l'étranger parce qu'il n'était pas disposé à fournir l'accès linguistique.

 

Malgré de son apparence de faire des améliorations, le gouvernement sud-coréen continue de refuser un accès authentique et les services à la communauté d'adoption. Cinquante-six ans de l'histoire d'adoption, les adoptés attendent toujours.

 

Jennifer Kwon Dobbs, professeure d'anglais à St. Olaf College dans le Minnesota, est l'auteure du livre Paper Pavilion. Jane Jeong Trenka est l'auteur de The Language of Blood, Fugitive Visions et co-rédactrice en chef de Outsiders Within: Writing on Transracial Adoption. Elles sont membres de TRACK- Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea (Vérité et Réconciliation pour la communauté d'adoption de la Corée), un groupe militant pour la transparence dans les pratiques d'adoptions du passé et du présent pour améliorer la vie des familles et des adoptés coréens.

* * *

 

Le 15 juillet 2009 à Séoul, TRACK a effectué une action artistique appelée "A Game of Living Ghost", à l'extérieur de la cérémonie d'inauguration de la nouvelle autorité centrale de la Corée du Sud, KCARE.

 

South Korea's new central adoption authority

 

TRACK = Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea (Vérité et Réconciliation pour la communauté d'adoption de la Corée) et nous croyons que tous les adoptés et leurs familles doivent faire partie du processus démocratique de la révision des lois de la Corée du Sud. Ces modifications sont notamment celles de créer et de réglementer l'autorité centrale.

 

Message sur la vidéo:


Nous, les adoptés coréens de l'étranger et nos familles, sommes des gens invisibles que le ministère de la Santé, du Bien-être et de la Famille ignore alors qu'il prétend représenter nos meilleurs intérêts. Parce que le ministère ne nous a pas inclus dans le processus de recherche, de développement et d'administration de l'autorité centrale, il a fait de nous des fantômes vivants. 

Aujourd'hui, nous donnons cette représentation en face de la cérémonie de l'inauguration de l'autorité centrale pour montrer comment le ministère omet de nous reconnaître en tant que des humains avec un droit moral de parler pour nous-mêmes.
Sur chaque masque, nous avons écrit nos numéros de dossiers d'adoption. Ces numéros sont les noms que la Corée du Sud nous a donnés pour nous envoyer à l'étranger pour l'adoption.

Déformés et oubliés, nous nous sommes tournés vers un mauvais usage des cérémonies que les Coréens connaissent bien. Vivants, mais socialement morts, il n'y a pas de place pour nous, pas de reconnaissance formelle ou de souvenir.
Nous avons fait du noble et de la mariée, deux personnages immortels de la communauté de masques de danse, des caractères sans parure de joie qui jouent inhabilement à Go-Stop à leurs propres funérailles.

Comme les fragments de l'histoire de la Corée d'après-guerre, nous sommes plus de 1.600.000 de fantômes vivants: les adoptés, nos parents et nos grands-parents.

Nos spectres continueront de hanter la Corée du Sud jusqu'à ce que nous soyons reconnus comme des êtres humains.

08:30 Écrit par collectif a & a dans Origine - Identité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : corée, la voix des adoptés, track | |  del.icio.us

27/08/2008

Les adoptés exhortent le gouvernement sud-coréen à enquêter sur la vérité de l'adoption outre-mer.

Adoptees urge S. Korean gov't to inquire into truth of overseas adoption.


L'article a été traduit et publié en français par Kim Myung-Sook, sur son blog Fabriquée en Corée.

 

Jeudi, des dizaines d'adoptés coréens envoyés à l'étranger pour l'adoption ont exhorté le gouvernement sud-coréen à faire une enquête officielle sur le programme d'adoption internationale de la Corée du Sud, a indiqué Yonhap News Agency.

 

"La question d'adoption et son histoire n'ont jamais été complètement traités au niveau national par le gouvernement de la Corée (du Sud)" a dit Truth and Reconciliation for the Adoption Community of Korea (TRACK - Vérité et réconciliation pour la communauté d'adoption de la Corée) dans une déclaration. "L'objectif principal de l'enquête nationale est de faire le premier pas décisif dans le processus de documentation de l'histoire pleine et complète de l'adoption internationale de la Corée du Sud"

 

La première assemblée générale de TRACK a eu lieu le jeudi au centre-ville de Séoul, avec quelques 50 participants, y compris les adoptés coréens d'outre-mer et ses partisans.

 

L'organisation basée à Séoul a été lancée en 2007, visant à pousser le gouvernement sud-coréen à mettre en place une commission indépendante de vérité et de réconciliation chargée d'étudier les 50 ans d'histoire de l'adoption internationale de la Corée du Sud.

 

Avec le parrainage d'une ONG sud-coréenne et les conseillers des universités locales et la South Korean Truth and Reconciliation Commission (Commission Sud-Coréenne de Vérité et Réconciliation), TRACK a été lancée principalement par des adoptés coréens résidant en Corée du Sud.

 

TRACK espère qu'en révélant les problèmes dans le programme d'adoption coréen, les droits des enfants coréens et les familles seront mieux préservés dans l'avenir, selon les agents.

 

"Une telle enquête permettrait de rectifier et de réconcilier le passé pour répondre à un brillant avenir collectif. Ça serait un symbole de la dignité humaine et de la justice civile, et un acte de compassion humaine pour des milliers et des milliers de familles divisées et brisées sur la péninsule coréenne", indique le rapport.

 

Au début de cette année, elle a réussi à apporter six cas d'adoptions internationales douteuses datant des années 1970 aux années 1980 devant la Commission anti-corruption et droits civils de la Corée du Sud (Anti-Corruption and Civil Rights Commision of South Korea), ont dit les fonctionnaires.

 

Sur les six cas, quatre demandes concernaient des Coréens adoptés qui ont déclaré avoir été envoyés à l'étranger pour adoption sans le consentement de leurs mères, ce qu'ils ont découvert après avoir été réunis avec leurs familles coréennes à l'âge adulte.

 

Toutefois, dans le même rapport, la mère et le père de deux enfants ont fait valoir qu'ils n'avaient pas abandonné leurs enfants, mais l'agence d'adoption Holt a réitéré sa position que les enfants avaient été abandonnés.

 

Selon le ministère sud-coréen de la santé et du bien-être, 161 202 enfants ont été envoyés à l'étranger pour adoption à la fin de la guerre de la Corée en 1953 à 2006. L'année dernière, le nombre d'enfants sud-coréen adoptés à l'échelle nationale a dépassé les adoptions outre-mer pour la première fois depuis la fin des années 1960. La Corée du Sud a envoyé 1388 enfants, 52,3 pour cent du total de 2652, à l'étranger en 2007.

ygkim@yna.co.kr

01/03/2008

La voix des adoptés (France)

En avril 2005, Elsa et Céline - adoptées françaises d'origine péruvienne ayant un parcours similaire - créaient l'association "La Voix des Adoptés".

Voici l'adresse du site officiel :
http://www.lavoixdesadoptes.com/

"Parce que les adoptés doivent s'exprimer !"

761541295.jpg

Echanges, rencontre, partage, écoute, conseils entre adoptés, avec les parents adoptifs.
Parler de son expérience et de sa vision de l'adoption, savoir écouter celle des autres.
Se rapprocher de ses origines : s'y préparer ? Comment ? Pourquoi ?

Adopté, parent adoptif, famille, ami adopté ...
Ensemble construisons l'adoption de demain.

 

D'autres associations actives en Europe:

- United Adoptees International News

The UAI wants to initiate a worldwide dialogue whereby adoption, the position of adoptees and children rights are the center point of developing social, political and cultural policies. The UAI wants to participate, and if necessary, enforce influence on the (adoption) society where the rights and lives of adoptees and children are endangered.


- United Adoptees International

De UAI Nederland is een organisatie die actief is op het gebied van (interlandelijk) adoptie. Zij participeert in vraagstukken die het maatschappelijke, politieke en culturele hart raken met betrekking tot adoptie. Haar beleid kenmerkt zich door drie pijlers: Bewustzijnswording, Ontwikkeling en Verandering van het adoptieveld in al haar facetten, met name daar waar de rechten en belangen van kinderen en geadopteerden in het gedrang komen.