Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2009

Une étude suggère que les orphelinats ne sont pas aussi mauvais.

PLoS ONE A Comparison of the Wellbeing of Orphans and Abandoned Children Ages 6–12 in Institutional and Community-Based Care Settings in 5 Less Wealthy Nations.jpgStudy Suggests Orphanages Are Not So Bad




A new study challenges the widespread belief that orphans in poor countries fare best in family-style homes in the community and should be put into orphanages only as a last resort. On the contrary, the care at orphanages is often at least as good as that given by families who take in orphaned or abandoned children, the new research finds.


“We are seeing children thriving in institutions,”
said Dr. Kathryn Whetten, director of the Center for Health Policy at Duke University and the first author of the study on orphans in South Asia and Africa, which was published online on Thursday by the journal PLoS One. “Institutions are not so bad. Community life can be very hard.”


The findings mean that there is peril in blanket generalizations about what is best for orphans, because there are good and bad versions of both orphanages and family homes, Dr. Whetten said.


“There’s a big push now to say institutions are bad,” she said, adding that the pressure had come from influential groups like Unicef, and could force the closing of orphanages that are taking excellent care of orphaned and abandoned children.


A spokeswoman for Unicef said officials had not read the report and could not comment on it.


Some countries, like Malawi, have begun experimenting with programs in which extended families are paid to take in orphaned relatives. Advocates say the programs keep children with their own families and cost far less than orphanages.


The question of how best to care for orphans is urgent and becoming more so, because the numbers are huge and growing. Worldwide, an estimated 143 million children have lost at least one parent. In Africa, about 12 percent of all children are orphans. Many parents have died from AIDS and other infectious diseases, pregnancy complications and natural disasters.


The study was conducted in five countries in Asia and Africa: Cambodia, Ethiopia, India, Kenya and Tanzania. Researchers visited 83 institutions from May 2006 to February 2008; they studied 1,357 orphans ages 6 to 12 who were in institutions and 1,480 who lived in homes in the community. The orphanages had, on average, 63 children each; 28 percent had 20 or fewer children, and 17 percent had 100 or more. The researchers assessed the children’s health, behavior, physical growth, intellectual functioning and emotional state.


The children living in orphanages generally fared as well as those in the community, or even better, the researchers found.


Dr. Whetten said orphanages in Africa and Asia were very different from the barren asylums included in previous studies in Britain and Romania that found institutions harmful.


She provided a separate report that described some of the orphanages. One, in Battambang, Cambodia, had 252 children living in 27 traditional Khmer homes inside a “large, airy, well-maintained gated compound” with gardens, a basketball court, a playground and plenty of open space. The people caring for the children had been orphans themselves or were widows, and the orphanage tried to make sure each child had at least one “parent and sibling.”


As for the African and Asian orphanages, the report in PLoS says, “Many institutions grew out of the community to meet the need of caring for the new wave of orphans and are a part of the community in a way that institutions in other regions and perhaps of the past were not.”


The pressure to move children quickly out of orphanages could endanger them, Dr. Whetten said, by sending them back to abusive or neglectful families.


“We’re not saying kids should be in institutions,” she emphasized. “We’re saying they’re not necessarily a bad option. We need to look at it as a feasible option for communities that are overwhelmed.”



Source:  The New York Times. Denise Grady. 17.12.2009

 

- Orphanages Rival Foster Homes for Quality Child Care
Contrary to popular melodramas and musicals, orphanages in many countries seem to take care of abandoned children just as well as adoptive homes.
Scientific American.



- Study finds orphanages are viable options for some children
Science Blog.

 

- Orphanages Not So Bad, After All
Family Preservation Advocate

09:22 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : orphelins, orphelinat | |  del.icio.us

02/12/2009

Les orphelins de l'Agent Orange. Aaron Joel Santos.

Orphans of Agent Orange.jpgJe ne connaissais pas l’Agent Orange avant de visualiser les dégâts qu’il fait encore au Vietnam, plus de 30 ans après la fin de la guerre.

 

 

Certains enfants sont victimes des résidus de pesticides, encore présents dans les graisses animales et les sols des régions où il a été utilisé par l’armée US.

 

Aaron Joel Santos nous présente un orphelinat qui recueille les enfants atteints de troubles physiques dû à la présence de ce pesticide dans leur environnement. Cet orphelinat a été crée en 1998 par un vétéran américain de la guerre du Vietnam. Il accueille près de 120 enfants dans un complexe proche d’Hanoï.

 

Pour voir ce reportage photos, choisir la série “Orphans of Agent Orange” sur son portfolio. Rendez-vous aussi sur son blog “From Swerve of Shore”, qui contient plus de photos.

 


Source: Un oeil sur la photo.

 

 

01/12/2009

"Orphelins chinois" adoptés, pas vraiment orphelins?

poster chinois glorifiant la politique de l enfant unique.jpgUn certain nombre de parents adoptifs aux États-Unis, bouleversés par la série de reportages indiquant que leurs enfants pourraient avoir été volés à leur parents biologiques en Chine, vont en Chine pour mener leurs propres enquêtes.

Via le blog Fabriquée en Corée.


Adopted ‘Orphans’ Not Really Orphans?

Every year thousands of parents in the United States adopt babies from China. In the last five years more than 30 thousand children have been taken in by American parents. Now a series of newspaper reports suggests that some of those children were actually stolen from their birthparents in China.

Ruthann and Greg McGill hope that is not the case when it comes to their five and a half year old daughter Narissa whom they adopted from an orphanage in Southern China. They say they would have a very hard time giving her back. However they're pretty sure their adoption was legitimate because Narissa has health issues including facial paralysis, which could be expensive for Chinese parents to have treated.


Still the overall disturbing news is prompting many adoptive parents here in the US to conduct their own investigations IN China. Yes a number of families here in the US are so distraught over the thought that their adoption was fraudulent, they're now traveling to China to find the truth for themselves.

Jane Liedtke, founder of "Our Chinese Daughters Foundation" a non profit which offers programs and tours for families with Children from China, says China has actually done quite a bit to crack down on child trafficking over the years. Liedtke says they've shut down orphanages and thrown people responsible in prison.

She also adds that there is worry that too much negative attention around China and adoption could end up prompting China to clamp down on foreign adoptions. That says Liedtke could be harmful to the thousands of children and babies with birth defects or health issues, like Narissa, who are much more likely to be adopted by parents from the US and other countries around the world.

 

- Trafficking reports raise heart-wrenching questions for adoptive parents
Accounts of Chinese children being kidnapped, bartered and sold to orphanages have many adopters wondering about their children. Some may try to track down the birth parents -- but then what?
Los Angeles Times.

 

- China babies sold for adoption
Des dizaines de bébés-filles dans le sud de la Chine auraient été enlevés de leurs parents qui avaient enfreint les lois de la planification familiale et ensuite vendus pour l'adoption outre-mer.
BBC-News.

26/11/2009

Au moins quatre enfants sur cinq dans les orphelinats à travers le monde ont un parent en vie, affirme Save the Children, une importante organisation caritative.

Most orphans have a living parent, says charity.jpgMost 'orphans' have a living parent, says charity.

At least four out of five children in orphanages around the world have a living parent, a leading charity says.

In a report, Save the Children says some institutions coerce or trick poor parents to give up their children.
As a result, the report says, millions of children are put at risk through living in an institution, and face rape, trafficking and beatings. Poverty, not the death of a parent, is filling orphanages, the report says

Save the Children says resources should go into projects which support families so they can look after their children.
It also wants stricter monitoring of children's institutions.

The findings have been dismissed by officials who run orphanages.



'Unscrupulous'


Save the Children says about eight million children are known to be living in orphanages and similar institutions around the world, but the actual number could be much higher as many are not registered.

It says orphanages in some countries have become big business, with those who run them often receiving financial incentives from governments or well-meaning donors.

Report author Corinna Csaky writes: "It is a myth that children in orphanages have no parents. Most are there because their parents simply can't afford to feed, clothe and educate them."

It says parents who hand over their children may hope to give them a better education or believe they will be returned to them when they are older.

But few are aware they are giving up all legal rights to their child, the charity says, and often adoptive parents do not know the true background of the youngster.

The report says children have become "commodities" in a growing industry and that "unscrupulous institutions are known to recruit children in order to profit from international adoption and child trafficking," the report says.


Findings rejected


Spokeswoman Sarah Jacobs says the problem is a global one, but cases are especially high in parts of Africa and Eastern Europe.

Most recently, she says she has seen children living in "atrocious" conditions in Liberia, where the number of orphanages has multiplied tenfold in the past 10 years.

She cites cases of numerous children sharing a single bed, of 30 children sleeping in a flooded dormitory, and still others being forced to work in the orphanage instead of going to school.

But the head of an orphanage in the Liberian capital Monrovia has dismissed the group's findings.

"Save the Children have their own motives," Albert Wreh, president of the Love a Child Orphanage, told the BBC's Network Africa programme.

"We have a focus - we are Liberians, and we are taking care of Liberian children," he said.


'Inhumane treatment'

 

Mr Wreh strongly dismissed claims of child trafficking.

"We are totally, totally, against that," he said. "Most people come here from abroad and want to adopt, and we say no... It is better for our kids to be here and to know where they come from and to know where there will be going tomorrow."

In Kenya, the BBC's Will Ross says several institutions have sprung up to take in children who have been forced on to the streets by poverty, the effects of HIV/Aids, and last year's inter-tribal violence.

Our correspondent says there have been some complaints of inhumane treatment and the government admits the homes are not always well run.

 


Source: BBC.


L'article a été traduit en français par Kim Myung-Sook et publié sur son blog Fabriquée en Corée.
Voir aussi Le Figaro.


Repères


- Le problème en sauvant les "orphelins" du monde.
The problem with saving the world's 'orphans'. By E.J. Graff.

 

- Le mensonge que nous aimons.
The Lie We Love. By E. J. Graff.

24/07/2009

Etats-Unis. Comment un organisme d'adoption comme "DILLON INTERNATIONAL" abuse de l'adoption dans son propre intérêt.

Logo-UAI-NL.jpgUne culture fondée sur l'économie de marché ne garantit pas le respect de la meilleure norme éthique (ou convention).
Particulièrement lorsqu'il s'agit de lutter pour ses droits propres, ils revendiquent même les vies des autres afin de sécuriser leur meilleur intérêt, sans vouloir penser ou considérer les conséquences et la réalité derrière leurs motivations.
Evidemment les personnes adoptées travaillant dans ce domaine ne sont bien sûr pas consultées.


[Via United Adoptees International - News.]

 

How adoption agencies like Dillon International is abusing adoption for their interest

A culture which is based on a market driven economy is not secured for having the best ethical standards. Especially when it comes to fight for the rights of their own, they pass and even claim lives of others to secure their best interest not willing to think or consider the consequences and reality behind their motives. And evidently adoptees working in this field are of course not consulted.

 

Families for Orphans Act - Call To Action

Dear Friends and Families,

Anshula has recently come into an orphanage. She is four years old and alone. Where should she spend her childhood?
A) In an orphanage?
B) In temporary foster care?
C) In a permanent and loving family?

The answer should be obvious: a safe, permanent and loving family.

Unfortunately, the U.S. government and many aide organizations do not seem to agree. In fact, the U.S. sometimes spends millions of dollars, ensuring just the opposite. And while beloved organizations such as UNICEF keep millions of children alive, many believe it is better for children to live in temporary foster care than in a permanent family. The children of our world need your help to make a change. They need your help to live in a permanent family.

As a founding member of the Families For Orphans Coalition, the Joint Council for International Children's Services  is proud to announce that the first step in making this much-needed change is upon us. In a bi-partisan effort, landmark legislation was introduced into Congress, which will ensure that U.S. government programs, policies and funding are directed towards a singular goal: a permanent family for every child.

The Families For Orphans Act (Senate Bill 1458 and House Bill 3070), sponsored by Senators Mary Landrieu (D-LA) and James Inhofe (R-OK) along with Representatives Diana Watson (D-CA) and John Boozman (R-AR) demonstrates our collective commitment to the millions of children living outside of permanent parental care and proactively address a global gap in the most basic of human rights - the right to a permanent family.

While the introduction of the legislation is an important first step, there is much more to be done. Now we must ensure that the Families For Orphans Act becomes the law of the United States. To do this, your voice is needed! Speak for those to cannot speak for themselves by supporting the Families For Orphans Act and joining our Call To Action.

Source : Dillon International

 

 

10:43 Écrit par collectif a & a dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, adoption internationale, orphelins | |  del.icio.us

17/07/2009

Nous, on évite les adoptions. Les procédures sont beaucoup trop longues. Pendant ce temps, nous n'aidons pas les autres. En plus, adopter, c'est enlever l'enfant à sa communauté d'origine pour l'enraciner ailleurs. Ce n'est pas évident.

Aide Internationale a l enfance AMIE.jpg

Québec. Orphelins du sida, enfants soldats, enfants de la rue. La région des Grands Lacs, en Afrique, compte un nombre aussi imposant que triste de ces jeunes aux vies bien mal parties. Mais avec l'appui de donateurs, dont certains Canadiens, le Congolais Athanase Rwamo tente de rescaper certaines d'entre elles.

 

«C'est une goutte d'eau dans l'océan, admet-il. Mais voir un enfant quitter la rue, se prendre en charge, se marier, travailler... Bref, en faire un homme responsable, c'est ça qui nous comble.»

 

Coordonnateur sous-régional de plusieurs associations d'aide à l'enfance au Burundi, au Rwanda et en République démocratique du Congo (RDC), Athanase Rwamo était de passage à Québec récemment lors d'un déjeuner-conférence organisé par l'organisme canadien L'Aide internationale à l'enfance (L'AMIE). Voilà maintenant tout près de 20 ans qu'il tente d'aider les jeunes grâce à divers programmes : formation professionnelle, écoute, hébergement, réunification familiale, activités lucratives et même assistance juridique.

 

Il faut dire que l'envergure des moyens est à l'image des besoins : vaste. Car les enfants des Grands Lacs vivent ? ou survivent ? dans une classe à part, affectés qu'ils sont par les pires fléaux imaginables, et ce, dans des proportions inégalées ailleurs dans le monde.

 

Pour commencer, le Burundi, le Rwanda et la RDC ont tous été durement frappés par la guerre, sinon par le génocide. En RDC seulement, où près de la moitié de la population a moins de 18 ans, 6,6 millions de personnes ont été tuées, et 3,4 autres millions déplacées depuis la fin des années 90. «Une situation qui fait beaucoup d'orphelins traumatisés», indique Rwamo. Au Burundi voisin, c'est 10 % de la population qui est orpheline.

 

Les traumatismes sont aussi le lot du million d'orphelins du sida que comptent les trois pays. «Comme ils ont assisté à la maladie de leurs parents, ils nous arrivent dans des conditions lamentables. Ces enfants doivent être détraumatisés», explique le Congolais.

 

Enfants soldats

Les 30 000 enfants soldats que l'on trouve en RDC seulement posent quant à eux un défi bien particulier à Athanase Rwamo et à son réseau d'aide. «Nous devons nous en occuper à part, car avec les substances toxiques qu'ils ont dans le corps, ils s'excitent vite, ils ne discutent jamais. Il a déjà fallu 40 policiers pour séparer d'anciens enfants soldats d'autres orphelins. Les esprits s'étaient échauffés, et ils s'étaient souvenu de l'emplacement d'une cache d'armes. Quelques minutes plus tard, ils revenaient avec des mitraillettes entre les mains. Ces jeunes doivent complètement réapprendre à vivre en communauté», explique-t-il.

 

De façon plus silencieuse, mais tout aussi ravageuse, l'extrême pauvreté vient elle aussi détruire les ménages et jeter les enfants à la rue. «Les parents partent à la recherche de revenus et, parfois, ne reviennent pas. C'est sauve-qui-peut! L'aîné se retrouve alors seul pour s'occuper des plus jeunes. Chez nous, les enfants ont des devoirs. Pas des droits», résume Rwamo.

 

Contre l'adoption

Devant le désir de parents occidentaux de tirer ces enfants de la misère grâce à l'adoption, le coordonnateur refuse pourtant de s'engager dans cette voie. Il ne s'agit pas, selon lui, d'une aide efficace, quoi qu'en pensent les Madonna, Angelina Jolie et Brad Pitt de ce monde.

«Nous, on évite les adoptions. Les procédures sont beaucoup trop longues. Pendant ce temps, nous n'aidons pas les autres. En plus, adopter, c'est enlever l'enfant à sa communauté d'origine pour l'enraciner ailleurs. Ce n'est pas évident», conclut-il.


Source : Les enfances volées d'Afrique. Jean-Frédéric Légaré. 12 juillet 2009.

 

14:08 Écrit par collectif a & a dans Opinion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : québec, athanase rwamo, orphelins, parrainage, sidaa | |  del.icio.us

22/06/2009

Placer les enfants en institution au lieu de les confier aux soins d’une famille doit toujours être le dernier recours.

Children at an orhanage outside Lonrovia.jpg[Via IRIN news et Better Care Network Netherlands.]

 

West Africa: Protecting children from orphan-dealers.
West Afrika: kinderen moeten beschermd worden: Kinderhuizen zouden een laatste optie moeten zijn.



The recent rape of an eight-month-old boy in an orphanage in the Ghanaian capital Accra revealed conditions that child rights advocates say are rampant across West African orphanages. When the authorities investigated the incident they discovered 27 of the 32 children living in the home were not orphans.



The article from Irin 27-05-2009 concludes:

“The problem stems from…systemic failure, which encourages the proliferation of unlicensed and unmonitored orphanage,” Apiah said. “These problems will be there as long as we continue to lack a firm social safety net to support poor parents to raise their children.”



Supporting such safety nets – giving vulnerable families cash transfers, paying for children’s education or healthcare – can influence a family’s decision as to whether or not to keep their child, said UNICEF’s Theis.



“A range of solutions, from safety nets to foster care to community care, have been shown to work, and are much cheaper than putting children in orphanages,” he said. “Putting children into institutionalised care instead of a family setting must always be a last resort. “


Afrique de l’Ouest : Protéger les enfants des marchands d’orphelins.

[Traduit en français et publié sur OSI Bouaké.]


Accra, 28 mai 2009 (IRIN) - Le viol récent d’un petit garçon de huit mois dans un orphelinat d’Accra, capitale ghanéenne, a mis au jour les conditions de vie alarmantes qui prévalent à l’état endémique, selon les défenseurs des droits de l’enfant, dans les orphelinats d’Afrique de l’Ouest. Lorsque les autorités ont enquêté sur l’incident, elles ont découvert que 27 des 32 enfants du foyer n’étaient pas orphelins.



Selon une étude menée en janvier 2009 par le ministère de la Protection sociale (responsable du bien-être des enfants et de la supervision des orphelinats), pas moins de 90 pour cent des quelque 4 500 enfants des orphelinats du Ghana ne sont pas orphelins et 140 des 148 orphelinats du pays opèrent sans permis, selon Helena Obeng Asamoah, directrice adjointe du ministère.



« Nous sommes alarmés de voir à quel point les orphelinats ont violé les lois nationales sur la protection de l’enfance », a-t-elle expliqué à IRIN.



« Les orphelinats du Ghana sont devenus de véritables commerces, des entreprises extrêmement lucratives et rentables », a indiqué à IRIN Eric Okrah, spécialiste de la protection de l’enfance, qui exerce à Accra pour le compte du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).



« Dans ces orphelinats, l’appât du gain a fait passer au second plan le bien-être des enfants », a-t-il ajouté.



Au Ghana, le budget annuel d’un petit orphelinat peut s’élever à pas moins de 70 000 dollars, en fonction de sa taille ; la majeure partie de ces fonds est versée par des bailleurs internationaux et des organisations non-gouvernementales (ONG), et complétée par de modestes contributions de la part des sociétés locales, selon les recherches de Child Rights International (CRI), un organisme ghanéen à but non-lucratif.



Les bailleurs sont attirés par les orphelinats car ils semblent être une solution simple, selon Joachim Theis, directeur du service de protection de l’enfance en Afrique de l’Ouest, à l’UNICEF. « Vous avez un bâtiment, vous hébergez des enfants dedans, c’est facile de les compter. Et c’est facile de récolter des fonds pour eux. C’est un modèle utilisé depuis longtemps. Mais c’est un modèle qui ne va pas ».



Après avoir mené des recherches sur les financements accordés à plusieurs orphelinats ghanéens, Bright Apiah de CRI a émis l’hypothèse qu’à peine 30 pour cent des subventions versées étaient effectivement consacrées à la garde des enfants.



Grace Amaboe, propriétaire de l’orphelinat Peace and Love, a néanmoins expliqué à IRIN que le profit n’était pas son but. « Je vais chercher ces enfants pour des raisons purement humanitaires. Il est absolument faux de suggérer que j’exploite ces pauvres enfants . J’aide simplement les parents de ces enfants et ne me suis jamais servie des enfants confiés à mes soins à des fins financières ».



Un problème régional



En Afrique de l’Ouest, selon M. Theis de l’UNICEF, des milliers d’enfants sont considérés à tort comme orphelins, mais les statistiques manquent à ce sujet et de nouvelles recherches doivent être menées pour cerner ce problème.



Sur les quelque 1 821 enfants placés en orphelinat, en Sierra Leone, seuls 256 ont perdu leurs deux parents, selon les conclusions de l’UNICEF et des organismes de protection de l’enfance.



L’on estime qu’un Libérien sur huit est un enfant ayant perdu un ou ses deux parents. Mais bon nombre des quelque 5 800 enfants placés en orphelinat ne seraient pas orphelins, selon les défenseurs des droits de l’enfant de la région.



Une question de pauvreté



Dans l’ensemble de la région, certains employés d’orphelinat ciblent les communautés rurales défavorisées et « exploitent la pauvreté et l’ignorance des parents » en leur promettant de l’argent et en proposant de financer l’éducation de leurs enfants, a expliqué M. Apiah de CRI.



Certains parents signent sans le savoir des documents stipulant qu’ils renoncent à leur droit de garde de l’enfant, selon Mme Asamoah, du ministère ghanéen de la Protection sociale ; un grand nombre de signataires sont illettrés.



Maame Serwah, 40 ans, a envoyé son fils de 10 ans à l’orphelinat Peace and Love car elle n’avait pas les moyens de l’élever. « J’avais même peine à me nourrir moi-même. Cela me faisait trop souffrir de le voir pleurer presque tout le temps. Je pense que l’orphelinat était un moyen de m’en sortir ».



Mais depuis qu’elle a eu connaissance des maltraitances subies par les orphelins, elle a fait appel au ministère de la Protection sociale pour retirer son fils de l’orphelinat. « Maintenant, j’ai besoin de mon fils. Je ferai tout ce qu’il faudra pour l’élever moi-même », a-t-elle déclaré à IRIN.



Dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, les familles confient traditionnellement leurs enfants aux bons soins de parents ou d’autres tuteurs, si cela peut leur permettre d’être mieux instruits ou d’avoir du travail, mais certains orphelinats exploitent cette tradition, selon M. Theis.
« Quand des parents signent le formulaire d’un orphelinat, ils n’ont pas dans l’idée de renoncer pour toujours à leurs enfants . L’idée de ne plus jamais revoir leur enfant est inconcevable ».



Une défaillance du système



Face à une prise de conscience croissante de ce problème, les gouvernements et les organismes de protection de l’enfance de certains pays s’efforcent d’améliorer la réglementation dans ce domaine.



La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a notamment formé un comité spécial sur l’adoption des enfants libériens, dont une des tâches consistera à se pencher sur les pratiques observées dans les orphelinats.



Avec l’aide d’organismes de protection de l’enfance tels que l’UNICEF, le ministère ghanéen de la Protection sociale élabore actuellement des directives sur les critères de désignation des orphelins et les conditions de vie dans les orphelinats, et promeut les programmes alternatifs d’aide aux orphelins.



Le ministère sierra-léonais de la Protection sociale, des Sexospécificités et de l’Enfance renforce également les normes relatives aux orphelinats et audite ces derniers à l’échelle nationale, une opération qui a abouti à la fermeture d’un grand nombre d’entre eux, selon l’UNICEF.



Mais les gouvernements doivent également faire respecter la législation existante, a estimé M. Apiah. Notamment, en vertu de la loi ghanéenne sur les enfants de 1998, les orphelinats doivent présenter des rapports d’audit annuels au ministère de la Protection sociale pour pouvoir renouveler leurs permis, or la plupart des orphelinats ne se conforment pas à la règle, a-t-il expliqué.



« Le problème vient d’une défaillance du système, qui encourage la prolifération des orphelinats sans permis et non supervisés », a expliqué M. Apiah. « Ces problèmes subsisteront tant que nous n’aurons pas un filet de sécurité social solide pour aider les parents pauvres à élever leurs enfants ».



Soutenir ces filets de sécurité (en accordant des subventions aux familles vulnérables et en couvrant les frais de santé ou de scolarité des enfants) peut permettre d’inciter les familles à garder leur enfant plutôt qu’à s’en séparer, selon M. Theis de l’UNICEF.


« Il a été prouvé que tout un éventail de solutions fonctionnaient, des filets de sécurité à la garde communautaire, en passant par le placement en foyer d’accueil ; des solutions qui sont en outre beaucoup moins chères que le placement en orphelinat », a-t-il indiqué. « Placer les enfants en institution au lieu de les confier aux soins d’une famille doit toujours être le dernier recours ».

 

Repères

- Les orphelins et l'adoption internationale