Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2009

Adoption Népal. Appel à témoignage de parents adoptifs.

Forum Espace Adoption.jpg[Via le forum d'Espace Adoption.]

 

 

A travers une étude, conduite en 2008, nous nous sommes rendus compte que de nombreux enfants népalais sont adoptés avec de faux papiers et/ou sans le consentement de leurs familles biologiques. Afin de sensibiliser les pays d'accueil, Terre des hommes - aide à l'enfance lance le tournage d'un documentaire pour dénoncer ces pratiques contraires au respect de l'enfant et à ses droits fondamentaux. Les parents adoptifs sont le plus souvent trompés par des responsables d'institutions sur la véritable situation de l'enfant qui, parfois, raconte par lui-même qu'il a une famille biologique dans son pays. Le tournage est presque finalisé au Népal. Il mêle enquêtes, preuves et témoignages de parents népalais dont l'enfant a "disparu".


Terre des hommes lance aujourd'hui un appel pour récolter des témoignages - mêmes anonymes - de parents français, suisses ou d'ailleurs..., ayant adopté leur enfant au Népal dans des circonstances incertaines.

 

Merci de prendre contact avec Marlène Hofstetter, responsable secteur adoption.
Tél. 058 611 06 05, email: mho@tdh.ch

 

 

Corruption in Nepal Child Adoption Business.
abc – an opinionated & politicaly incorect blog from nepal. 13/08/2009.


05/08/2008

Pour adopter, mieux vaut s'appeler Madonna que Corine Dupont.

TruongQuangSangAngelinaJolie.jpgEntre les adoptions rapides des stars et celles qui durent parfois plusieurs années pour les couples «normaux», il existe une inégalité de traitement qui dérange.


 

«Ces people voyagent pendant quinze jours et rentrent avec un enfant», observe Marlène Hofstetter, responsable du secteur adoption chez Terre des Hommes. «Je n’en pense pas beaucoup de bien. C’est frustrant par rapport aux parents qui doivent patienter pendant des années sur une liste d’attente.» Si l’adoption par Madonna d’un enfant au Malawi avait fait couler beaucoup d’encre (voir une "Petite lettre à un bébé du Malawi" du 18.10.2006), la dernière star en date à se lancer dans l’aventure, c’est Johnny Hallyday. Déjà parent d’une petite Jade, adoptée au Vietnam, le couple Hallyday ira bientôt chercher au Vietnam un second enfant, Joy.

Spécialiste des questions d’adoption, Marlène Hofstetter s’interroge. «Je suis sûr que les stars ont des passe-droits. Car tous les pays d’adoption ont des critères stricts d’adoption. Et l’âge en est un.» Devant l’adoption, tous ne seraient donc pas égaux. «Ce serait un peu choquant qu’ils aient droit à des traitements de faveur, estime Ricardo Graells, le président d'Adopte.ch, une association romande pour adoptés et parents adoptifs. Mais cela reste un épiphénomène. Ils ne sont pas nombreux, mais on en parle beaucoup».

Toujours moins d'enfants

 

Plus généralement, adopter devient plus difficile. Pour plusieurs raisons. « Il y a de moins en moins d’enfants adoptables, constate la spécialiste de TDH. D’une part parce que l’adoption nationale a pris de l’ampleur, d’autre part parce que les enfants sont davantage pris en charge par leur famille.» Pour un pays comme la Colombie, il faut ainsi compter trois à quatre ans d’attente. D’autres pays ont fixé des quotas pour les pays d'accueil. Les procédures pour adopter sont longues. Il faut tout d'abord obtenir une autorisation provisoire d'adopter au niveau cantonal. «Dans certains cantons, ça peut prendre trois mois. Mais à Genève, à cause du manque de personnel, ça peut prendre jusqu’à 18 mois», explique Ricardo Graells. Rien à voir à l’opération express lancée par Madonna au Malawi.

 


La Thaïlande a la cote


Depuis 2003, l’adoption d’enfants nés à l’étranger est régie par la Convention de La Haye. Elle vise à mieux protéger les enfants. Une septantaine d’Etats, dont la Suisse, sont signataires de cette Convention. Les démarches peuvent commencer dans le pays d’origine à travers un intermédiaire agréé par la Confédération. «Chaque pays dispose de sa propre législation, remarque le président d’Adopte. Certains pays demandent par exemple que les parents qui adoptent soient stériles.» Les critères à remplir sont multiples et compliqués. L’attente peut donc être plus ou moins longue, comme en Thaïlande, un pays très recherché par les familles suisses, devant l’Inde et la Colombie. En 2006, plus de 600 enfants ont été adoptés en Suisse, dont près de 300 en Suisse romande.

 

Source : 20min.ch. Didier Bender

 

Adoptieren geht leichter, wenn man Madonna heisst.

MadonnaDavid.jpgProminente können Kinder innert kurzer Zeit adoptieren, während «normale» Paare oft Jahre warten müssen. Diese Ungleichheit ist störend.


«Diese Leute machen zwei Wochen Ferien und kommen dann mit einem Kind zurück», sagt Marlène Hofstetter, die bei Terre des Hommes für Adoptionen verantwortlich ist. «Davon halte ich gar nichts. Es ist völlig ungerecht gegenüber den Menschen, die sich auf eine Warteliste setzen lassen und dann lange Geduld haben müssen.»

Entsprechend wirbelte Madonnas Adoption eines Kindes aus Malawi viel Staub auf. Ihr gleichtun möchte es nun der französische Sänger Johnny Hallyday, der bereits Vater eines in Vietnam adoptierten Mädchens namens Jade ist. Jetzt möchten er und seine Frau ein weiteres vietnamesisches Kind adoptieren, obwohl der Chansonnier schon über 60 Jahre alt ist.

Marlène Hofstetter findet das empörend: «Ich bin überzeugt, dass die Prominenten Sonderrechte geniessen, denn eigentlich haben alle Länder klare Kriterien für Adoptionen, darunter auch das Alter der Eltern.» Ricardo Graells, Präsident der Organisation Adopte.ch, schliesst sich ihr an: «Es wäre schockierend, wenn diesen Leuten eine Vorzugsbehandlung zuteil würde. Andererseits sind diese Fälle nicht sehr zahlreich, sie provozieren einfach immer Schlagzeilen».

Immer weniger Kinder

Adoptionen werden inzwischen aus verschiedenen Gründen zunehmend schwierig. «Es gibt immer weniger Kinder, die für Adoptionen in Frage kommen», stellt Marlène Hofstetter fest, «einerseits, weil die Adoption innerhalb der betreffenden Länder an Bedeutung gewonnen hat, andererseits, weil verwaiste Kinder meist von den Grossfamilien betreut werden.» Wenn man sich in einem Land wie Kolumbien für eine Adoption interessiert, muss man heute mit einer Wartezeit von drei bis vier Jahren rechnen. Andere Länder haben die jährlich zulässige Zahl von Adoptionen mittels Quoten begrenzt.

Das Prozedere ist sehr langwierig und extrem kompliziert, auch in der Schweiz. Zunächst muss man auf Kantonsebene eine provisorische Adoptionserlaubnis beantragen. «In gewissen Kantonen kann das drei Monate dauern, in Genf, wo akuter Personalmangel herrscht, sogar bis zu 18», erläutert Ricardo Graells. Kein Vergleich zu Madonnas Blitzadoption in Malawi…

Thailand sehr beliebt

Seit 2003 wird die Adoption von im Ausland geborenen Kindern durch das Haager Übereinkommen geregelt. 70 Staaten, darunter die Schweiz, haben es ratifiziert. Dennoch hat jedes Land nach wie vor seine eigene Gesetzgebung: «Gewisse Staaten verlangen zum Beispiel, dass adoptionswillige Eltern keine eigenen Kinder bekommen können», sagt Groells. Die Kriterien, die es in manchen Ländern zu erfüllen gilt, sind zahlreich und komplex. Vergleichsweise kurz sind die Wartezeiten in Thailand, dass sich deshalb bei schweizerischen Adoptionseltern in spe grosser Beliebtheit erfreut. Indien und Kolumbien liegen ebenfalls weit vorne. Im Jahr 2006 wurden in der Schweiz über 600 Kinder adoptiert, davon etwa 300 in der Westschweiz.


Source : 20min.ch .


- Madonna, Angelina Jolie et le marché de l’adoption
Stéphane Berne croque le gratin | On ne dira jamais assez combien les stars sont des personnes généreuses, toujours le cœur sur la main et la larme au coin de l’œil.

Et si le public ne l’avait pas compris, il est désormais convaincu par les unes des magazines qui fleurissent comme le muguet au printemps: non contentes de voler au secours de la planète menacée, de défendre des idées progressistes, les personnalités de la sphère people témoignent de leur profonde humanité en se lançant dans l’exaltante aventure de l’adoption. Jamais il n’a autant été question de bébés arrachés par des stars lumineuses à un destin obscur en Afrique ou en Asie!

Certes, il y a celles en mal d’enfant qui, comme la plupart des mères candidates à l’adoption, mais sur le devant de la scène et avec un petit coup de pouce politique ou médiatique, suivent la procédure légale: Laeticia Hallyday, Agnès Jaoui ou Valéria Bruni-Tedeschi… Mais que dire, en revanche, des adoptions à grand spectacle orchestrées par les reines de la communication hollywoodiennes? Leur statut de star les autorise-t-il à bafouer les lois de l’adoption, juste pour ramener devant les photographes un joli petit bambin préalablement choisi lors d’un casting à l’orphelinat avant de devenir la preuve vivante de leur générosité? Force est de reconnaître que les adoptions multiples d’Angelina Jolie, pourtant ambassadrice de bonne volonté auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, sont entachées d’irrégularités. L’intermédiaire qui lui permit en 2002 d’adopter Maddox Chivan au Cambodge, Lauryn Galinda, a été condamnée pour falsifications de dossiers d’enfants dérobés à leur famille à la naissance, sans parler de Zahara, adoptée en 2005 en Ethiopie, orpheline du sida mais réclamées par d’hypothétiques mères biologiques…

Mais celle qui bafoue ouvertement les règles de l’adoption auxquelles toutes les femmes doivent se soumettre, c’est Madonna, dont certains commencent à penser qu’elle «fait son marché au Malawi» d’où elle a ramené David Banda après avoir trouvé les arguments pour décider son père Yohane Banda de le lui laisser. Deux ans plus tard, la Madone a voulu récidiver, mais la justice du Malawi ne s’est pas laissé convaincre. Il faut dire que l’icône pop n’a pas fait dans la dentelle pour obtenir l’adoption de la petite Mercy James, 3?ans, que sa grand-mère et ses oncles ne veulent pas abandonner à la star.

Arrivée en jet privé, installée dans un palace de la capitale avec sa fille Lourdes, Madonna a voulu braver les lois de l’adoption, persuadée que son documentaire sur le Malawi en 2008 lui donnait tous les droits, d’autant qu’elle croyait s’être acheté un ticket d’entrée pour 2,3 millions d’euros en construisant un orphelinat. Passe encore que Madonna ne réside pas depuis dix-huit mois dans le pays, elle a délibérément bafoué la règle qui veut qu’une femme divorcée ne puisse pas adopter… en remplissant la procédure d’adoption juste avant d’annoncer son divorce d’avec Guy Ritchie. Une séparation qui n’est pas passée inaperçue, même pour les juges du Malawi! Certes, une star est une femme comme les autres et a bien le droit d’adopter. Sa célébrité n’implique pas qu’elle soit moins honnête. Mais le non-respect des règles et des lois ne peut qu’augmenter le désarroi et la frustration des familles anonymes qui n’arrivent pas à adopter. Pour jouer les héroïnes des temps modernes, encore faut-il ne pas tricher.

Source: Tribune de Genève. 14.04.2009.

- Malawi Adoption. Take that Madonna!

16/11/2007

«Les parents adoptifs sont un lobby puissant»

L'analyse de Marlène Hofstetter, responsable des adoptions pour la fondation Terre des hommes.


 
Le Temps: Hormis Haïti et le Guatemala, quels sont les trous noirs de l'adoption internationale?


 
Marlène Hofstetter: Le Népal, où le système est géré par les crèches qui envoient des rabatteurs dans les campagnes. La situation est devenue telle que le gouvernement a décidé de stopper toutes les adoptions au printemps dernier: 440 dossiers restent en suspens, entre la France, l'Espagne et l'Italie, et ces trois gouvernements font pression sur Katmandou pour régulariser la situation des enfants, sans demander d'enquête sur leur provenance. Le Cambodge, le Vietnam et la Russie sont d'autres pays où la situation est catastrophique. Ce sont tous des gouvernements qui n'ont pas ratifié la Convention de La Haye. En réalité, les problèmes surviennent lorsque les autorités n'interviennent pas dans la procédure. On ne vérifie pas l'adoptabilité des bébés alors que, dans la plupart des cas, ils proviennent de familles intactes.


 
- Vous évoquiez la pression des gouvernements occidentaux...


 
- Les parents adoptifs sont un lobby puissant et leurs pays ont le souci de leur procurer des gamins. La France, par exemple - comme la Suisse - autorise l'adoption privée, ce qui augmente les risques de dérives car il est alors très difficile de vérifier les procédures. L'Espagne et l'Italie, de leur côté, imposent une foule d'intermédiaires dans les pays, ce qui multiplie les dossiers de demande d'enfants. Et je ne vous parle même pas des Etats-Unis, qui n'ont pas ratifié la Convention de La Haye!  Les pays «fournisseurs» se retrouvent inondés de dossiers de parents alors qu'ils n'ont pas assez de bébés à proposer. C'est la porte ouverte à tous les abus.


 
- Qu'en est-il de la Suisse?


 
- La Suisse a une autorité centrale responsable de traiter avec les pays ayant ratifié la Convention de La Haye. On ne se soucie pas des autres alors que ce sont ceux qui posent problème! Tout le monde se renvoie la balle, de Berne aux cantons en passant par les ambassades. Cela dit, les ambassades sont dans l'embarras car elles interviennent en bout de course; le visa est la dernière étape de la procédure et il est difficile de le refuser quand les parents se présentent avec le bébé dans les bras. Il n'y a pas de lobby des adoptants en Suisse, ce qui n'empêche pas les autorités de vouloir couvrir la demande. 
 
__________________________________________________________________ 
Adoption ou trafic d'enfants?


 
Certains pays constituent de véritables trous noirs en matière d'adoption internationale. Cas d'école à Haïti et au Guatemala.


 
 
L'affaire Arche de Zoé
 a réveillé les consciences, alerté l'opinion sur les dérives possibles en matière humanitaire et en termes d'adoption internationale. Si l'ONG continue à défendre sa bonne foi et assure qu'elle entendait tirer 103 gamins de la misère, elle aura permis à la communauté internationale de se pencher sur la manière dont ces enfants sont «échangés» d'un pays à un autre. Des milliers sont adoptés chaque année, souvent au mépris total des lois nationales et des traités internationaux. Achetés à leurs parents, empruntés contre la promesse de les ramener bientôt, volés. Ce trafic est notamment généré par l'absence de l'Etat dans les procédures d'adoption.


 
 
Convention de La Haye


 
Signée le 29 mai 1993, la Convention de La Haye vise à prévenir les enlèvements, la vente et la traite d'enfants. Le texte instaure une coopération entre les Etats contractants et définit les critères de l'adoption internationale. L'enfant, ainsi, ne doit plus avoir ses parents et toutes les solutions de prise en charge à l'intérieur de son pays d'origine doivent avoir été étudiées. 76 Etats l'ont ratifiée. 
 

____________________________________________________________________
A Haïti, un système détenu par des crèches et des avocats sans scrupule
 
 
Neuf enfants adoptés sur dix ne sont pas orphelins.
 
 
«Horizon de l'espoir», «Cœur de lumière», «Coin des cieux»... Port-au-Prince compte officiellement une cinquantaine de crèches. En réalité beaucoup plus. Toutes proposent des enfants à l'adoption internationale. Les hôtels chics plantés sur les hauteurs de la capitale regorgent de familles fraîchement constituées. Là, une Française essaie de dérider un minuscule gamin, à côté un couple cajole avec ostentation son nouvel enfant. Quelque 2500 petits Haïtiens quittent l'île chaque année, la moitié à destination de l'Hexagone. Neuf sur dix ne sont pas orphelins mais confiés aux pouponnières par leur famille, en attendant des jours meilleurs et dans l'espoir de recevoir régulièrement de l'argent grâce à ce bébé placé à l'étranger. «Les avocats ou les responsables de crèche font signer une décharge aux parents biologiques, par laquelle ils acceptent de donner l'enfant à l'adoption. Mais la plupart sont analphabètes et ne savent pas à quoi ils s'engagent», dénonce Marlène Hofstetter, responsable des adoptions pour la fondation Terre des hommes et auteure d'un rapport sur l'adoption en Haïti.


 
Si nombre de crèches œuvrent officiellement pour «tirer les gamins de la misère», d'autres affichent clairement la couleur. Leurs sites internet étalent photos de marmots et grille tarifaire; les futurs parents n'ont plus qu'à choisir. Certaines vont jusqu'à racoler dans les villages lorsque la demande ne correspond pas aux petits qu'elles ont «en magasin».


 
Terre des hommes a décidé d'agir activement pour endiguer le phénomène. La semaine dernière, Marlène Hofstetter était à Port-au-Prince afin de proposer un projet de loi destiné à lutter contre le trafic d'enfants. Le texte, rédigé en collaboration avec les autorités, vise notamment à replacer l'Etat au cœur de la procédure. Les crèches, ainsi, sont invitées à signaler aux services sociaux l'arrivée d'un nouvel enfant dans les 24 heures. L'administration se charge alors d'enquêter et de déterminer si le bébé est adoptable.


 
L'adoption plénière est en outre imposée; le bambin coupe les liens officiels avec son Etat et sa famille d'origine, mais bénéficie des mêmes droits qu'un enfant biologique dans son nouveau pays (nationalité, assurance sociale...). «Cela permet d'éviter que les crèches ne fassent miroiter un futur revenu aux parents biologiques», argue Marlène Hofstetter. La pauvreté n'est d'ailleurs plus considérée comme une raison suffisante d'abandonner un nourrisson. Les dossiers de demande d'enfants, enfin, doivent être adressés par des intermédiaires agréés et non plus par des particuliers.


 
«Les crèches ont évidemment tiqué car on leur enlève le pain de la bouche, note la responsable du secteur adoption de Terre des hommes. Une adoption internationale rapporte aujourd'hui 15000 à 20000 dollars, ce ne sera plus possible avec cette nouvelle loi.» Le texte doit encore être approuvé par le parlement haïtien. Dès que le tiers de députés actuellement manquant aura regagné l'hémicycle...
 

___________________________________________________________________
Des femmes enceintes pour vendre leurs bébés


 
Le Guatemala est le troisième pays au monde à fournir des enfants.


 
Des délais de procédure très courts, une juridiction inexistante et des bébés à la peau relativement claire, le Guatemala a tout pour attirer des Occidentaux pressés d'adopter. Près de 5000 enfants quittent la contrée chaque année, plaçant le pays au troisième rang des adoptions internationales derrière la Chine et la Russie, des Etats largement plus peuplés. L'offre, pourtant, est encore inférieure à la demande.


 
«Tout est bon pour trouver des bébés, note Claudia Rivera Meza, directrice au Guatemala de l'ONG Casa Alianza. Deux cent trente bébés ont été volés entre janvier et juin de cette année. Les avocats font également paraître des annonces dans les journaux du type: «Vous êtes jeune, enceinte, désespérée. Nous allons vous aider.» Ils s'en prennent à des femmes vulnérables et leur offrent 500 ou 1000 dollars contre un petit, ce qui permet de subvenir aux besoins de la famille pendant presque une année.» Les avocats, eux, toucheront entre 20000 et 30000 dollars par enfant. «A l'extrême, certaines tombent enceintes à la chaîne et vendent les nourrissons, c'est devenu leur moyen de subsistance, déplore Claudia Rivera Meza. Elles n'attendent même pas le terme de la grossesse pour accoucher mais demandent des césariennes à sept mois, histoire de ne pas perdre de temps sur le prochain enfant.» On les appelle les «vientres alquilados», les ventres loués.
 


La très grande majorité de ces bambins sont adoptés par des familles américaines. En 2006, 4750 petits Guatémaltèques ont été accueillis aux Etats-Unis, 24 en Grande-Bretagne, 17 en Israël, 9 en Italie et 6 en Espagne. La Suisse a interdit les adoptions dans ce pays. 97% des procédures sont réalisées par les avocats, sans contrôle des autorités. Il suffit qu'une femme se présente avec un nourrisson et signe un papier pour que les formalités soient lancées. «On ne sait pas si elle est vraiment la mère, on ne cherche pas à connaître ses motivations et on ne propose surtout pas de délai de réflexion», argue la directrice de Casa Alianza.


 
Le Guatemala a ratifié la Convention de La Haye le mois dernier. Le texte, paraphé en 1993, vise à «prévenir l'enlèvement, la vente ou la traite d'enfants». Il stipule notamment que l'adoption internationale doit être envisagée en dernier recours, si aucune solution n'a pu être trouvée dans le pays d'origine. «Les autorités doivent maintenant mettre les lois nationales à niveau, mais cela traîne car il y a beaucoup d'intérêts en jeu, souligne encore Claudia Rivera Meza. Certains sénateurs possèdent des agences d'adoption et l'administration est complètement corrompue.» La Convention devrait entrer en vigueur en avril. En attendant, les adoptions internationales redoublent: en ce moment 38 enfants quittent chaque jour le Guatemala pour les Etats-Unis.


 
___________________________________________________________________ 
Adoption: un enfant pour des parents
 
 
Acte fort de L'Arche de Zoé : enlever 103 enfants au Tchad, dont seulement quelques orphelins, pour les faire accueillir par des familles françaises. Si l'ONG clame son innocence et sa bonne foi humanitaire, le monde entier s'est ému de méthodes si cavalières. En permanence, pourtant, des enfants sont pris à leur famille, ou vendus, pour être mis sur le marché de l'adoption internationale. A un bout de la chaîne, des parents indigents à qui des crèches et des avocats véreux font miroiter la perspective d'un revenu régulier; à l'autre bout, des parents plus riches et parfois prêts à tout pour obtenir un enfant. Entre les deux, des gouvernements tantôt inexistants, tantôt indolents, tantôt complices.


 
L'adoption a changé de visage. Conçue pour améliorer le quotidien des orphelins, elle s'est répandue lors de la Première Guerre mondiale. Le nombre d'enfants abandonnés a largement diminué avec la démocratisation de la contraception. Les familles désireuses d'accueillir un petit se sont tournées vers l'étranger, dans un but humanitaire affiché. Les ONG ont contribué à sensibiliser l'Occident au sort des enfants vivant dans des zones déshéritées ou en conflit.
 
Aujourd'hui, le nombre de «petits malheureux» disponibles pour l'adoption internationale ne cesse de diminuer. Les familles d'accueil, pourtant, sont de plus en plus nombreuses; l'enfant est devenu un droit, au même titre que le logement ou la dignité. Et l'on est passé de la recherche de parents pour un bébé à la quête d'un bébé pour des parents. Certains, ainsi, cautionnent - sans forcément s'en rendre compte - les méthodes d'avocats et d'«orphelinats» sans scrupule qui vendent les bambins comme d'autres les diamants et les armes. Toujours sous le couvert de l'humanitaire.

 

Source : Le Temps