Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2012

40% des orphelins russes deviennent alcooliques et 10% finissent par se suicider

Les Américains ne pourront plus adopter d'enfants russes

La Douma (chambre basse du parlement russe) a adopté vendredi en troisième et dernière lecture une loi interdisant l'adoption d'enfants russes par des Américains et prévoyant de dresser une «liste noire» des étrangers indésirables en Russie.

 

Source: La Libre Belgique.

15:37 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, usa | |  del.icio.us

21/09/2010

Les enfants adoptés russes ne rapportent pas suffisamment d'argent et sont - pour cette raison - renvoyés.

30.000 geadopteerde Rusjes teruggebracht wegens geen kindergeld.jpgUn tiers des enfants russes adoptés depuis trois ans en Russie ont été renvoyés dans les orphelinats, avant tout en raison de la crise financière qui a retardé le versement d'allocations de l'Etat, a-t-on appris lundi auprès du Fonds russe de l'enfance.


"L'Etat a permis l'adoption de près de 90.000 enfants depuis les trois dernières années, mais 30.000 d'entre eux ont dû être renvoyés dans les orphelinats", a indiqué à l'AFP le chef de ce Fonds de bienfaisance Albert Likhanov.

"Avec la crise et l'appauvrissment des deniers publics, les allocations (de l'Etat pour les enfants adoptés) prennent du retard, ce qui a poussé les familles adoptives à renvoyer les enfants" dans les orphelinats, a-t-il expliqué.

En fonction des régions, les familles adoptives perçoivent chaque mois de 11.000 à 37.000 roubles (de 270 à 910 euros) par enfant.

"En fait, ces familles n'ont pas réalisé qu'elles ne devaient pas se fonder sur ces allocations en prenant la décision d'adopter un enfant, mais sur leur propre courage", a encore dit le responsable.

Par ailleurs, "les enfants des orphelinats ont souvent des problèmes d'éducation et de développement", a-t-il ajouté.

Le Fonds russe de l'enfance défend depuis la fin des années 1980 le programme d'"orphelinats de type familial", où les parents adoptifs, payés comme des salariés par l'Etat, se sentaient plus responsabilisés.

Ce programme a été suspendu en 1996.

Les orphelinats russes comptent aujourd'hui 700.000 enfants, soit plus qu'à la sortie de la Deuxième guerre mondiale, dénoncent les défenseurs des droits de l'enfant.

La majorité des enfants placés en institution sont "des orphelins sociaux", c'est-à-dire provenant de familles en détresse sociale et rejetés par leurs parents vivants.

Les adoptions par les familles russes représentent le double de celles des étrangers.

Début avril, Moscou a gelé les adoptions d'enfants russes par des familles américaines jusqu'à ce que les deux pays trouvent un accord à la suite du renvoi en Russie par avion d'un garçon russe dont la mère adoptive ne voulait plus.

Source : RTL, 20 septembre 2010.

09:40 Écrit par collectif a & a dans Abandon | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, rupture, échecs dans l'adoption | |  del.icio.us

26/08/2010

Les enfants ne sont pas des marchandises.

Pavel Astakhov Russie.jpgChildren are not commodity

 

In the wake of not so recent scandals over adopted children’s deaths and violence in the United States, France and Finland, Russian parliament set up a commission on children’s rights, headed by Pavel Astakhov, a top-class lawyer, and children’s rights ombudsman. In a recent interview he spoke about the commission’s activities.

 

Pavel Astakhov is a lawyer with a name whose opinion counts. As the head of this commission he insists that the number of foreign adoption agencies in Russia should be reduced. This statement came ahead of another round of negotiations on a bilateral child adoption agreement between Russia and the USA. The document should outline mechanisms to control living conditions of adopted Russian children in the United States and other countries.

 

“At present some Russian 700,000 children need the care of the state. So the issue of adoption legislation have gained a greater than ever importance. In the last several years we came to realize that we must remedy the situation with orphaned children. We also learnt that we have too few children – 26 million or so. This number in the United States, for one, is 72 million. Demographers say Russia is facing the problem of reduction of children’s population, so by 2025 their number can fall to 22 million or so. Compared with the United States again – that country can boast some 100 million children or more. To whom are we going to give the helm, and how strong and competitive will Russia be then,” asks Pavel Astakhov, ombudsman for the protection of children’s rights.

 

Astakhov says that every Russian child is worth his or her weight in gold. This country cannot afford losing 2,000 children’s lives in car crashes and another 2,000 or so in accidents at home as we had it last year. The problem is not much spoken about, but it must be focused on to find ways out, to speak on the issues of adoption. As things stand now, few orphans find new Russian families. Anything that helps to bring them into families is good, be it guardianship, patronage or adoption. We should offer incentives to adults who want to adopt a child but hesitate not knowing enough about the necessary procedures. As a matter of fact they are rather simple, given that just one precondition is there – the assistance of domestic guardianship bodies. Of course any psychologist would tell the parents adopting a child that they would have problems with him or her. But adults should be able to cope with children‘s problems, seeing their ultimate goal of raising full-fledged citizens with every right they are guaranteed by the state.

 

“This brings us to the theme of adoption by foreigners,” said Pavel Astakhov. “In the past 16 years Americans, for example, have been very active adopters. They took children from Vietnam, China, Ethiopia, and other countries. Many prefer Russian children and are ready to stay on long waiting lists, because they find them especially gifted and talented thanks to their roots. Americans have already adopted more than 60,000 Russian children. As a lawyer, I refuse to view this as a positive trend,” said Pavel Astakhov, “as we still have no relevant inter-governmental agreement, even though there’s no selling any commodity to the United States without a contract. Children are no commodities but we still allow taking them out without any contract or obligations. And now we have 17 children who died of parent cruelty there. And if it were not for the situation with Artyom Saveliev whom his new American “mummy” put on a plane as a sack of potatoes with a one-way ticket and a note “Take him back!” we still would not have addressed adoption legislation,” said Pavel Astakhov.

 

Now that this issue is being handled, and Russia’s stance on it is quite tough. Without such an agreement we would not let foreigners take children out of Russia. We do have a law that allows foreigners to adopt Russian children, but only if a child has not been adopted by Russian citizens. There are agencies here who try to circumvent this provision by hook or by crook to get their fat profits. This is another problem we have to solve. But, Pavel Astakhov adds, he is against business on children with no guarantees and regular reports about their well-being. We will sign relevant agreements with the United States, France, Germany, Finland and Spain similar to the only one we have with Italy. Ireland had recently announced it would not adopt Russian children any longer. This does not hurt us,” Pavel Astakhov said, adding that he is confident that it would not take too long before motherless Russian children would be adopted by Russian families.


Voir aussi la vidéo sur "The Voice of Russia".

 

Documents 'fudged' because of concerns about Russian response

E-mails between adoption workers involved with the case of a Russian boy who was sent back to his homeland alone by a former Shelbyville woman appear to indicate that reports about the placement of the child to Russian officials may have been "fudged."
Times Gazette. 22 août 2010.

08:13 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie | |  del.icio.us

16/04/2010

Un nouveau scandale d'adoption éclate concernant un garçon russe laissé aux Caraïbes.

New adoption scandal blows up over Russian boy left in Caribbean

Russian diplomats and special services are trying to return to Russia a 12-year-old boy who has been living for several years in the Dominican Republic, presumably after being abandoned by his Russian adoptive parents.

 

"Officers of Russian security agencies, along with Interior Ministry officials, are now charged with returning a 12-year-old Russian to his homeland," a high-ranking source in a Russian security service told RIA Novosti.

 

There is no official word on how the child, born in 1998, managed to find his way to the Caribbean nation some 9,000 km (5,500 miles) from his homeland. He was adopted in 2003 and has been in the Dominican Republic since 2005.

 

The security source said that according to unconfirmed reports "the boy was sold by a drug lord," and his adoptive parents are now in custody in Russia pending an investigation into cocaine trafficking.

 

"Unfortunately, the absence of direct diplomatic relations with the Dominican Republic hampers this process [of returning the boy to Russia]. However, several Russian representatives managed to talk with the boy," he added.

 

"The boy's condition is excellent, I visit him quite often," Virginia Velasquez de Simo, Russia's honorary consul in the Dominican Republic, said in translated comments on Russia's Channel One.

 

Russia's ombudsman for children's rights Pavel Astakhov told RIA Novosti that he was ready to “personally” take the child to his home country. However, he said, Russia’s child protection services had not prepared the documents requested by the Dominican side.

 

“Regional child protection bodies have failed to prepare the necessary documents, which specify where he is being taken and in what conditions [he will live]. Without such papers the Dominican Republic has full authority to keep the child,” he said.

 

Vesti FM radio said the boy, identified as Diego Sollogub, was adopted from a southern Russian city of Kalach-on-Don. Later the adoptive family took the child to the Dominican Republic and returned to Russia, where they were detained by Russian police on suspicion of drug trafficking. After a while, a Dominican family caring for Diego took him to a local orphanage.

 

"In January 2009 they [the adoptive parents] were deprived of parental rights, the adoption was canceled and the boy received the status of a child without parental care. He is currently in an orphanage in the Dominican Republic and our vice consul in Venezuela keeps in touch with him," Astakhov said on Vesti FM.

 

Investigators said the adoptive parents did not transfer the boy to a Dominican family, but sold him for drugs. Channel One reported he was taken to an orphanage by local authorities shortly after they discovered that he was being beaten.

 

"The child was given in payment for drugs, which were smuggled from over there," said Yelena Kiselyova, a senior Federal Drug Control Service investigator.

 

The latest scandal over the adoption of a Russian child abroad comes as the Foreign Ministry announced that all adoptions of Russian children by U.S. parents had been halted until a bilateral agreement on the practice was signed.

 

The suspension was prompted by the case of a 7-year-old Russian boy who was put on a plane to Russia last week by his adoptive family in the United States.

 

Source: Ria Novosti | 15 avril 2010

 

15:36 Écrit par collectif a & a dans Abandon | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, enfant abandonné, enfant adopté | |  del.icio.us

10/04/2010

Adoption internationale en Russie. Retour à l'expéditeur

Russian Boy Artiom Savaliev.jpgLa Russie souhaite geler l'adoption d'enfants russes par des citoyens américains après qu'une famille du Tennessee eut renvoyé à Moscou par avion l'enfant qu'elle avait adopté.
Le petit Russe de 7 ans est arrivé à Moscou tout seul, avec une lettre qui aurait été écrite par sa mère adoptive.




Le jeune garçon de 7 ans, Artiom Saveliev, appelé Justin Artyom Hansen aux États-Unis, est arrivé dans la capitale russe, tout seul, avec une lettre qui aurait été écrite par sa mère adoptive, ont rapporté les médias russes. La missive est signée Torry Hansen.



L'enfant est mentalement instable. Il est violent et souffre de problèmes psychotiques sévères. L'orphelinat russe m'a menti et trompée. [...] Après avoir donné le meilleur de moi-même à cet enfant, je suis désolée de dire que pour la sécurité de ma famille, de mes amis et la mienne, je ne veux plus m'en occuper.

— Torry Hansen, mère adoptive américaine



Les autorités russes ont indiqué qu'un homme avait conduit le garçonnet au ministère de l'Éducation. Peu après son arrivée, l'enfant a été emmené à l'hôpital pour être examiné. Selon la Commission russe des droits des enfants, il a soutenu que sa mère adoptive était « méchante » et qu'elle « ne l'aimait pas ». Il avait été adopté à l'orphelinat de Partizansk, dans l'est de la Russie en septembre, selon diverses agences.



L'affaire, largement traitée dans les médias russes, a scandalisé la population et les autorités. « La façon dont il a été traité est immorale », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Serguëi Lavrov.



Les adoptions sur la glace


Le ministre Lavrov a précisé que son ministère prônait la suspension des adoptions par des Américains jusqu'à ce que les deux pays concluent un accord, qui établirait « les conditions sous lesquelles l'adoption peut avoir lieu » et « les engagements » des familles adoptives.



Washington a déjà refusé de négocier une entente en ce sens auparavant, mais cet événement est « la goutte qui fait déborder le vase », a ajouté le ministre Lavrov.



Le porte-parole du département américain d'État, Philip Crowley, a admis que cette affaire était « troublante ». « Nous aimerions voir ces adoptions se poursuivre, mais nous comprenons les inquiétudes de la Russie, et nous continuerons à travailler avec la Russie pour résoudre ces problèmes », a déclaré M. Crowley.



Les autorités américaines ont assuré qu'elles collaboreraient avec leurs homologues russes et avec les agences d'adoption internationale pour mieux protéger les enfants adoptés.



Moscou a dit vérifier si des lois avaient été brisées. Un porte-parole du ministère russe de l'Éducation a en outre indiqué à l'agence RIA Novosti que le gouvernement avait suspendu la licence de l'agence américaine World Association for Children and Parents, qui avait aidé à l'adoption du garçon.



Le shérif du comté de Bedford, au Tennessee, a de son côté indiqué Torry Hansen fait par ailleurs l'objet d'une enquête.



Selon Associated Press, c'est la grand-mère adoptive, Nancy Hansen, qui a conduit le garçon à l'aéroport de Washington. Elle a nié qu'il ait été abandonné, disant qu'un agent de bord s'en était occupé jusqu'à son arrivée en Russie. La famille a en outre versé 200 $ à un homme en Russie pour qu'il vienne l'accueillir à l'aéroport.



Elle a affirmé que son petit-fils avait des problèmes de comportement, qu'il donnait des coups de pied et de poing et qu'il proférait des menaces.



La Russie a resserré son processus d'adoption après la mort d'enfants russes, tués par leurs parents adoptifs américains.

* En 2006, une femme de Virginie a été condamnée à une peine d'emprisonnement pour avoir battu à mort sa fillette de 2 ans, adoptée en Sibérie quelques mois plus tôt.
* Deux ans plus tard, une femme de l'Utah était condamnée à purger une peine d'emprisonnement de 15 ans pour avoir tué un enfant russe qu'elle gardait.
* Plus tôt cette année, un couple de Pennsylvanie a été accusé d'avoir tué le garçon russe de 7 ans qu'il avait adopté.



Quelques chiffres

- En 2009, 1586 enfants russes ont été adoptés par des Américains. (Source : National Council for Adoption)

- En tout, les Américains ont adopté plus de 60 000 enfants originaires de Russie. (National Council for Adoption)

- La Russie occupe le 3e rang des pays où des citoyens américains adoptent des enfants. (Département d'État américain)

- 740 000 enfants sont sans autorité parentale en Russie, c'est-à-dire orphelins ou confiés à des organismes par des parents qui ne veulent ou ne peuvent pas les élever (UNICEF)

- Le problème de l'alcoolisme foetal de plusieurs enfants russes, notamment ceux confiés en adoption, est un phénomène connu. En 2003, le pédiatre Jean-François Chicoine, l'infirmière Patricia germain et la travailleuse sociale Johanne Lemieux, spécialisée en adoption internationale, écrivaient dans le livre L'enfant adopté dans le monde en quinze chapitres et demi: « À titre de comparaison, on diagnostiquera environ 20 syndromes d'alcoolisation foetale aux États-Unis pour 10 000 naissances, et on en repérera en Russie, 1000 à 2000 pour 10 000 naissances. Pas surprenant avec de tels chiffres que s'y compliquent donc et l'avenir de leur progéniture et celui de plusieurs enfants qui y sont adoptés. »



Source: Radio Canada | 10 avril 2009



US Mother Returns Adopted Russian Boy like Pair of Shoes


A seven-year-old boy arrived at Moscow’s Domodedovo Airport on April 8 in the morning. The skinny boy had no luggage with him – he was only holding a letter in his hands.


“I am Artyom,” he only said.

He did not have any adults with him. He was wandering over the airport alone until customs officers paid attention to the exhausted child. The boy could not explain anything properly. He only handed them a letter. Employees of the airport were shocked when the letter was translated from English into Russian. Torry Hansen, a US citizen, wrote in the letter that she adopted the child on September 29, 2009. The woman wrote that she did not like the boy, he did not fit her, and she decided to return him like a pair of shoes. The woman sent the child back to Russia.

Custody officers picked the boy from the airport and took him to a police station in the Moscow center.

“The boy had a Russian passport with the US visa and a birth certificate. He also had a boarding ticket. He arrived on board a plane of United Airlines. The boarding ticket said that the child was not accompanied by adults,” Pavel Astakhov, the Kremlin’s commissioner for children’s rights said.

One may only guess how the boy managed to pass through customs in the USA and board the plane without adults. However, as soon as the boy found himself at the police station, officials of the US embassy showed up very quickly.

Russia Today: American parents send adopted boy back to Russia by himself

“They wanted to take the child away, and we had to take quite an effort to leave him here. US officials were trying to assure us that he was a US citizen, but the boy had the Russian passport with a visa. They said that it would be much better for the boy to go to the US embassy,” Astakhov said.

The boy was later hospitalized with exhaustion. Afterwards, he will be accommodated in a Moscow orphanage.

The saddest thing in this story is the fact that the adoption agency, which was in charge of the questions of Artyom’s living in the US foster family, said two weeks before that the boy was doing just fine. Photographs of the happy family and the happy boy were attached to the report, officials of the Russian ministry for education and science said.

The boy could hardly speak after he arrived in Moscow. The people who worked with him in Moscow said that he had so much sorrow and sadness in his eyes. Artyom said that he had not been eating anything for several days. He only had several sweets.

 

Source : Pravda.

 

UPDATES: Atryem/Artyom Savilliev and his Abandoner Torry Hansen
Family Preservation Advocate | 10 avril 2010

 

- La Russie bannit 113 agences d'adoption...
régions russes d'accepter les demandes d'adoption transmises par 113 organisations américaines non accréditées en Russie, [...] Les personnes ayant adopté un enfant en Russie doivent envoyer des rapports cinq, 11, 23 et 26 mois après l [...]
Lire la suite

 

- Les sénateurs de Russie appellent à suspendre...
suspendre l'adoption d'enfants russes par des [...] La Russie renforce les règles de l'adoption pour les Etats-Unis suite à l'acquitement de Harrison. [...] Suite à cet acquittement, la Russie a décidé de renforcer les règles d'adoption pour les [...]
Lire la suite


- L'adoption internationale se plie de plus en...
En Russie par exemple, il existe des « facilitateurs » qui font payer des honoraires parfois exorbitants pour mettre en relation une famille avec un [...] on est en train de créer un appel d'air et d'inciter les familles à l'abandon.
Lire la suite

 

 

 

16/07/2009

La Russie bannit 113 agences d'adoption américaines.

Le ministère russe de l'Enseignement et de la Science a interdit aux organes compétents des régions russes d'accepter les demandes d'adoption transmises par 113 organisations américaines non accréditées en Russie, a annoncé la porte-parole du ministère Alina Levistkaïa.

 

Selon le ministère, 16 enfants russes sont morts au cours des 17 dernières années dans le cadre d'adoptions par des étrangers.

 

"Aujourd'hui nous n'avons pas reçu les rapports concernant 376 enfants russes. Dans la liste (des parents ne satisfaisant par les engagements), on en trouve pas une seule organisation américaine accréditée en Russie. Il ressort que celles qui sont accréditées respectent leurs engagements, les autres 113 restantes, non", a-t-elle fait savoir.

 

Les personnes ayant adopté un enfant en Russie doivent envoyer des rapports cinq, 11, 23 et 26 mois après l'adoption, avec des informations concernant son développement, sa santé, ses conditions de vie et ses contacts avec son entourage.

 

Suite à une récente rencontre entre des représentants du ministère et la secrétaire d'Etat américaine adjointe Michele Bond, la partie américaine se serait engagée à lever les questions en suspens concernant ces organisations.

 

Les parties ont en outre convenu de signer un accord russo-américain sur l'adoption d'enfants russes, permettant de réglementer les obligations des parents adoptifs américains.

 

"Il serait bon qu'un tel document soit signé par l'Espagne, la France, la Finlande et l'Irlande", a déclaré la porte-parole du ministère.

 

Source: RIA Novosti. 15 juillet 2009.

 

Repères

 

- Les sénateurs de Russie appellent à suspendre les adoptions d'enfants russes par des Américains.
Source : Ria Novosti. 18.12.2008

 

- L'adoption internationale se plie de plus en plus aux lois du « marché ». Cela peut mener à de nombreuses dérives. Des associations dénoncent l’emprise de l’argent sur l’adoption.
...
En Russie par exemple, il existe des « facilitateurs » qui font payer des honoraires parfois exorbitants pour mettre en relation une famille avec un orphelinat. Très souvent aussi, il faut verser une somme supplémentaire destinée à financer des projets humanitaires ou de protection de l'enfance dans le pays d'origine. Celle-ci peut être directement versée à l'autorité centrale du pays ou à l'organisme officiel qui a servi d'intermédiaire, une pratique qu'EFA (Enfance et familles d’adoption) considère comme « normale ».
...
Source: La Croix. 28.09.2008.

20/12/2008

Les sénateurs de Russie appellent à suspendre les adoptions d'enfants russes par des Américains.

Russie.jpgMOSCOU, 18.12.2008. Le comité pour la politique sociale du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a proposé jeudi de suspendre l'adoption d'enfants russes par des Américains, après l'affaire retentissante d'un garçon mort étouffé dans une voiture.

 

L'Américain Miles Harrison, accusé d'homicide involontaire pour avoir oublié son fils adoptif d'origine russe dans sa voiture où il est mort étouffé, avait été acquitté mercredi un tribunal de Virginie.

"Notre comité envisage de formuler des propositions en ce sens après l'acquittement par un tribunal américain d'un père responsable de la mort du garçon russe qu'il avait adopté", a déclaré à RIA Novosti la présidente du comité Valentina Petrenko.

Selon Mme Petrenko, les sénateurs adresseront leurs propositions au ministère de l'Enseignement, au ministère des Affaires étrangères et au Parquet général.

"Tant que le tribunal qui a prononcé le jugement d'acquittement ne renoncera pas à son verdict, je me battrai pour la suspension des relations avec les Etats-Unis dans le domaine de l'adoption d'enfants russes", a-t-elle souligné.

Selon la sénatrice, la législation russe en matière d'adoption vient d'être "sérieusement durcie", et elle ne nécessite pas d'amendements. "Le problème ne réside pas dans les lois russes, il s'agit du fonctionnement de la justice américaine dont le raisonnement dépasse toutes les valeurs morales", a-t-elle indiqué.

L'affaire du petit Chase, âgé de vingt et un mois, qui a ému l'opinion publique russe remonte au 8 juillet 2008. Le père adoptif Miles Harrison a oublié l'enfant dans son tout-terrain GMC Yukon garé devant son bureau à Herndon, en Virginie. Selon les experts, la température à l'intérieur du véhicule pouvait dépasser 50°C, ce qui a provoqué la mort du garçon.


Source: RIA Novosti.


-  La Russie renforce les règles de l'adoption pour les Etats-Unis suite à l'acquitement de Harrison.

Le 8 juillet 2008, Harrison était arrêté après que son fils adoptifs de 21 mois soit mort d'un coup de chaleur après avoir été laissé dans un véhicule en plein soleil pendant 9 heures devant son lieu de travail. Le 17 décembre 2008, Harrison a été acquitté de l'homicide involontaire de son fils Chase, né Dmitry Yakolev. (Voir détails et articles cités dans PPL). Suite à cet acquittement, la Russie a décidé de renforcer les règles d'adoption pour les Américains.

Publié par Kim Myung-Sook sur son blog Fabriquée en Corée.


- Les Russes se montrent plus froids envers les adoptions étrangères.

"Dans le passé, le seul moyen de sauver nos enfants était l'adoption étrangère, mais maintenant, le gouvernement fournit des fonds pour les familles qui autrement ne seraient pas en mesure de se permettre de prendre un enfant" Nadezhda Gertman, chef de la protection de l'enfance à Chelyabinsk.
Pour plus de détails, lire l'article d' Anne GarrelsRussian Attitudes Colder Toward Foreign Adoptions paru dans NPR, le 17 décembre 2008.

Publié par Kim Myung-Sook sur son blog Fabriquée en Corée.

12:27 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie | |  del.icio.us