Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2010

Mâles en péril. Le krach du sperme.

Le krach du sperme et autres menaces Pierre Duterte.jpgEn 50 ans, la population mâle européenne a vu son taux de fertilité diminuer de moitié. À ce rythme-là, en 2060, le taux de spermatozoïdes ne sera plus que le quart de ce qu'il était en 1950. Le nombre de cancers du testicule et de malformations congénitales de l'appareil reproducteur masculin ne cesse de croître. Pourquoi ?

Le Krach du sperme met à jour les causes de ce constat alarmant en expliquant les résultats des recherches scientifiques modernes. Au banc des accusés, des molécules mises sur le marché - PCB, DDT, bisphénols, phtalates, pesticides - semblent être à l'origine de cette baisse de la fertilité chez les hommes. L'ouvrage s'interroge sur d'autres pathologies que pourraient créer ces produits : obésité, troubles du comportement, cancers chez les moins de 15 ans...;

Toutefois, des solutions existent, qui passent par une prise de conscience collective de ce problème et une volonté de mettre en oeuvre de vrais changements de comportements.

 


Depuis les années 1990, un nombre de scientifiques sans cesse croissant enquêtent sur des anomalies médicales de plus en plus alarmantes. La première est une chute spectaculaire du nombre de spermatozoïdes dans les populations occidentales : plus de 50% en vingt ans. La deuxième est un accroissement de 400% des cancers du testicule chez les jeunes. La troisième, une augmentation vertigineuse des obésités, variant selon les régions (un tiers de la population en France). La quatrième un accroissement de 1% par an des cancers de l'enfant. La cinquième, une augmentation de 373% en vingt ans des cas d'autisme et de troubles mentaux tels que l'hyperactivité.

 

Et il y en a d'autres.

 

Des centaines d'études ont confirmé et précisé les soupçons des scientifiques au cours des années : les causes de ces pathologies sont les plastiques. Du biberon au supermarché, des parfums aux produits cosmétiques, des bouteilles de liquides alimentaires aux revêtements de sols, nous en absorbons sans cesse. Ils sont partout, dans l'air, dans l'eau le sol. Leur nocivité procède de ce qu'ils contiennent de fausses hormones féminines, perturbateurs endocriniens selon leur nom scientifique.

 

Alors a commencé une campagne de déni et même de désinformation.

 

Le Dr Pierre Duterte et Gerald Messadié dévoilent dans ces pages rigoureusement documentées, des faits au moins aussi graves pour l'avenir des humains que le réchauffement de la planète. La situation a été publiquement dénoncée au Conseil de l'Europe, mystérieusement, l'opinion publique n'en est pas informée ou ne l'est que partiellement, comme dans l' « affaire des biberons ».

 

Les auteurs n'appartiennent à aucun parti. L'un médecin, l'autre journaliste scientifique, ils sont de longue date rompus à la recherche de l'information scientifique de haut niveau et à son analyse.

 

- La fertilité masculine menacée

Féminisation de la nature d’un côté, diminution du nombre de spermatozoïdes chez l’homme de l’autre. Dans « Mâles en péril », le documentaire qu'ils ont réalisé, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade livrent une enquête édifiante sur ces phénomènes inquiétants. Une véritable investigation scientifique qui met au jour de bien troublantes questions…
Sur ARTE. Edité le 28 octobre 2008.

 

- Accepter sa stérilité

Via le blog Biosphère.

11:42 Écrit par collectif a & a dans Livre - Revue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stérilité, infertilité | |  del.icio.us

17/09/2009

Ces femmes qui risquent leur vie pour devenir mères.

Femmes d ailleurs.jpg

 

[Via Femmes d'ailleurs. Le blog de Anne Collet.]


Sammy Lee, un des spécialistes du traitement de la stérilité les plus reconnus au Royaume uni a décidé de mettre en garde les femmes contre les dangers potentiels de la fécondation in Vitro (FIV). Certaines d'entre elles vendraient tout ce qu'elles possèdent afin de financer leur traitement contre la stérilité tout en sachant que leur vie est en danger,  explique le professeur Lee qui participe le 18 septembre à l'université de Londres, à une conférence sur le thème "La Maternité au XXIème siècle".


"J'ai traité des femmes cancéreuses qui refusaient de soigner leur cancer tant qu'elles n'étaient pas enceintes ou n'avaient pas accouché. Certaines meurent de leur cancer mais s'en vont heureuses, en sachant que d'une certaine manière leur vie continue", a-t-il expliqué au quotidien britannique The Guardian. L'énergie incroyable dépensée par certains jeunes couples est un cercle vicieux car les avancées de la science sont telles qu'elles leur donnent un espoir sans limite. Or, Estime le professeur Lee, il faudrait refuser de suivre ces personnes dans leur combat contre la stérilité d'autant plus que le traitement a très peu de chances de donner un résultat. Mais si vous dites à ces femmes que vous n'allez rien faire, elles iront directement voir un autre praticien.


Ces femmes sont souvent des personnes sérieuses, des cadres qui connaissent les dangers du traitement mais qui sont prêtes à prendre les risques les plus fous pour avoir un enfant. Au Royaume uni, la stérilité concerne un couple sur sept, soit environ 3,5 millions de personnes. Chaque année, 44 000 femmes entreprennent un traitement et 11 000 bébés naissent grâce à la fécondation in vitro.

16:05 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stérilité, fiv, sammy lee, anne collet | |  del.icio.us