Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2011

Profit, pas de soins. Le côté sombre des adoptions à l'étranger

Profit-not-care-the-ugly-side-of-overseas-adoptions.jpgRéglementation laxiste et demande sans fin des couples sans enfants de l'Ouest ont souvent créé un marché d'exploitation de bébés nés dans les pays en voie de développement.

Profit, not care: The ugly side of overseas adoptions

Lax regulation and an endless demand by childless couples in the West has created an often exploitative market in babies born in the developing world.

 

In rural Nepal, where the going rate for a healthy orphan is $5,000 (£3,000), some 600 children are missing. They were taken by agents who came to the villages promising that they would educate the children and give them a better life in the capital, sometimes for a steep fee. The children never returned.

Between 2001 and 2007, hundreds of Nepali children with living parents were falsely listed as orphans and adopted by high-paying Westerners thousands of miles away. One widow, according to the child protection charity Terre des Hommes, was unable to feed her seven children and sent them to an urban "child centre", where three were quickly adopted without her consent by rich Westerners. Another, Sunita, was told by sneering authorities that she would never see her child again. She doused herself in kerosene and struck a match.

Tens of thousands of babies, toddlers and young children are now adopted across international borders every year, according to Unicef. There has been a decline since 2004, but in 2009, the last year for which reliable figures are available, the top five adopting countries alone took in 24,839 children from overseas. Half of these, some 12,753, went to the US, with Italy taking 3,964, Spain and France around 3,000 each, and Canada 2,122. Britain, where very strict rules apply, has very few overseas adoptions.

The Nepali adoption industry is part of a broader child-trafficking trend which saw some "orphans" from the rural provinces of Humla and Jumla sold to circuses. Western prospective parents, however, are the preferred revenue stream. Adoption alone brought $2m per year into the country before 2007, when the programme was suspended pending an international inquiry which uncovered many cases of child abduction and improper financial gain.

Nepal is far from the only country where international conventions on the rights of children have been breached as unscrupulous middlemen trade toddlers like livestock to desperate Western couples. The process is simple: parents in Europe and America contact an adoption agency in the country of their choice, either privately or via a home agency. Money changes hands, and their papers and the papers of the child are checked, the latter being easy to falsify. More money changes hands, and the child goes home with new parents.

Many of these adoptions are legitimate, beneficial, and bring nothing but joy to the new parents and hope to the child. But there is another side. The possibilities for corruption and back-hand profit are immense, because the emotional stakes are so high. "When people want something so very much, like a baby, the amount of money they are prepared to throw at it can be limitless," said Andy Elvin of Children and Families Across Borders. "In some countries, those amounts of money on offer mean that people do things they wouldn't otherwise do, and that's the problem."

According to Terre des Hommes, there is now, in many cases, "an industry around adoption in which profit, rather than the best interests of the child, takes centre stage". The business is a seller's market, because there are far fewer orphans in need of adoption than Western prospective parents wishing to adopt. Although many children adopted in this way do enjoy loving, stable homes with their new families, the number of truly "adoptable children" in overseas orphanages is smaller than the number of prospective parents.

Even in the aftermath of wars and natural disasters, those without a single relative to provide proper care is insufficient to meet the current demand for exotic orphans. After the tsunami in Japan, many Westerners inquired as to when and how they would be able to adopt a tsunami orphan, only to be told that any child left parentless by the flood waters would be rehoused with extended family.

There is sometimes a distinct missionary element to this charity. Christian lobby groups exhort congregations to demonstrate their faith by adopting foreign orphans from countries that know neither Jesus nor Walmart. Networks exist to help individual ministries organise funds to pay the orphanages and middlemen who supply the babies. Last year, 10 Southern Baptists "obeyed God's calling" by smuggling 33 Haitian children – most solicited from living parents – across the Dominican border to await adoption by American believers. All 10 missionaries were jailed, but Christian adoption lobbies in the United States are putting increasing political pressure on organisations such as Unicef to ratify their agenda rather than raising ethical issues about the human rights of the children involved.

There are more mundane reasons why Western couples might wish to adopt overseas rather than be matched with one of the tens of thousands of children in need of adoption at home (many of whom do not match, in age or background, the ideal child some would-be parents want). One Ukrainian tourist website boasts that "Ukraine has very few restrictions" and adding that unlike many countries, which seek to eliminate unfairness with rigorous matching systems, "prospective parents have the chance to choose the child they wish to adopt". "Ukrainian children are typically family-oriented, caring, make attachments easily," enthuses the site, as if it were selling a new breed of house pet. "They look to their new parents with adoration."

Mr Elvin, of Children and Families Across Borders, said: "There is an almost inexhaustible demand for very young children to adopt. People looking to adopt are generally looking to adopt children under the age of three, and preferably under the age of one. That's your essential problem. In America, which is the biggest importer, if you like, there are 23,000 children in the foster system waiting for adoption, but most of them will be aged five to 16. There's a very rich, powerful and well-resourced inter-country adoption lobby in the United States."

The leading supplier of babies for adoption is China, which sent 5,078 children abroad in 2009. Russia sent 4, 039, and 4,564 came from Ethiopia, one of a range of countries which, through lax regulation, had a vogue as a ready source of babies. It used to be Vietnam, then Guatemala (at one point an estimated one in every 100 babies born there was sent for adoption to the US). Ethiopia, which, until recently, was sending 50 children a day out of the country, announced a clampdown in March. No one yet knows where the agencies and desperate parents will turn next.

No matter how faithful, well-meaning or loving the prospective parents, there can be no doubt that parts of the international adoption industry can play fast and loose with the human rights of children. Those at risk are not only those who are traded, but those who remain. In some countries, international adoption is beginning to replace less profitable systems of child support.

The routine export of unwanted Korean babies to America, a 60-year tradition dating back to the Korean War, has directly prevented what a 1998 study called "alternatives for parentless or abandoned children". Most Korean "orphans" are, in fact, the children of unmarried or impoverished mothers. And while a system exists whereby those babies can simply be sent abroad, there is no reason for Korean culture to accommodate them. In other words, not only is there no global "orphan crisis", but the international adoption trade actively hinders the establishment of proper welfare provision in "sending" countries.

An international treaty designed to prevent babies from being directly traded has been only intermittently effective and, in some cases, seems to have given this well-intentioned traffic in human beings a stamp of authority. The 1993 Hague Convention on Intercountry Adoption requires its 81 signatory countries to provide regulatory bodies to oversee adoption but, despite these stipulations, abuses and child trafficking persist.

According to Unicef, "systemic weaknesses" in the Hague system facilitate "the sale and abduction of children, coercion or manipulation of birth parents, falsification of documents and bribery". A key weakness is the convention's failure to prevent signatory countries from adopting from non-signatory countries, so many adoptees to the US and Europe come from states with no obligation to oversee the process.

Even where trade is done with convention signatories, "the abuse, sale of or traffic in children" is only prevented indirectly. Although non-signatories are more poorly monitored, some of the worst reports come from countries, such as China, which have signed the convention. Nor does the treaty prevent financial gain in the transfer of children – only "improper" financial gain.

Organisations such as Unicef, the Red Cross, Terre des Hommes and Save the Children agree that adopting countries must take more responsibility to ensure that inter-country adoptions take place "with the best interests of the child as the primary consideration". The painful truth is that, as Terre des Hommes puts it, no adult or couple has "the right to a child", not even if they believe that by exercising that right they may be saving a foreign baby from poverty in "heathen" lands.

Across the world, there are thousands of parentless children needing adoption, and there is nothing remotely wrong with placing children with caring families. Unfortunately, the international adoption trade has become a murky trench of money-making and malpractice. Extant systems of oversight are rickety, but there is much that can and should be done to tighten up the provisions of The Hague convention to ensure that adoption does not become a byword for benevolent human trafficking.

Source : The Independent | 5 juin 2011

10:08 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : népal, terre des hommes, unicef | |  del.icio.us

05/02/2011

Népal : Que valent ces enfants?

NépalLe commerce des adoptions internationales représente une industrie de plusieurs millions de dollars, de plus en plus de familles occidentales adoptant des bébés venant des pays en développement. Le Népal ne semble pas vouloir échapper au phénomène.



En 2007, les adoptions au Népal ont été confrontées à une grande pression et de sévères critiques de la part de médias nationaux et internationaux sur des allégations de corruption et d’enfants vendus. Le rapport “Adopter les droits d’un enfant”, signé par l’UNICEF et Terre des hommes, dévoilait au même moment des cas d’enfants et de bébés proposés à l’adoption sans le consentement de leurs parents. Comme conséquence, nombre de pays européens prohibaient alors les adoptions au Népal (Royaume-Uni, Danemark, France, Norvège, Espagne, Canada, Italie, Suisse et Allemagne).

En 2008, le Népal rouvrait pourtant les adoptions internationales et signait en 2009 la Convention de La Haye sur la Protection des enfants et la Coopération en matière d’adoption internationale. En décembre 2010, de nouvelles politiques étaient enfin introduites pour faciliter le processus des adoptions internationales. “Une équipe part en Italie en mars pour discuter des adoptions entre pays, tous les pays européens sont attendus à ce séminaire et seront certainement tous d’accord pour adopter des enfants du Népal”, déclaire Sher Jung Karki, sous-secrétaire du Ministère de la femme, des enfants et du bien-être social.

L’optimisme et la rapidité à oublier ce qu’il s’est passé sont surprenants. Si seulement une telle promptitude et un tel engagement étaient dévoués à trouver des solutions plus réelles que celles qui ont presque conduit le Népal à bloquer les adoptions… Ce qui est étrange, c’est qu’alors que le gouvernement voit les choses en grand pour encourager les adoptions internationales, peu a été fait pour faciliter les adoptions au niveau national, à travers le Népal.

“Le gouvernement se concentre plus sur les adoptions internationales. Il introduit de nouvelles lois et régulations et néglige complètement les adoptions nationales. Plusieurs éléments justifient de vouloir favoriser les adoptions internationales mais le ‘capital’ est le facteur principal, car des pays étrangers sont prêts à payer très cher pour adopter des enfants népalais. Même avec les nouvelles politiques, il y a toujours des failles pour les irrégularités”, dénonce une source dans le même Ministère.

Chose intéressante, il n’y a aucune donnée ou information sur les adoptions nationales au Ministère. “Nous félicitons les améliorations annoncées par le gouvernement mais elles ne portent que sur l’adoption internationale. Des solutions locales doivent être développées en priorité pour pouvoir répondre aux engagements internationaux du pays”, déclare Joseph Aguettant, délégué de Terre des hommes au Népal, précisant que ces solutions locales incluent le respect des liens de parenté, les familles d’accueil et les adoptions nationales. Récemment, Terre des hommes a été impliquée dans la promotion des adoptions nationales, en collaboration avec le Conseil du bien-être social, plusieurs administrations locales et différentes ONG. En plus de changer les mentalités, la tâche implique de décrypter les lois existantes, manquant de précision et devant être rapidement simplifiées.

Lorsqu’un pays néglige l’adoption nationale et se concentre seulement sur les adoptions internationales, les questions se soulèvent. Que peut être un “Nouveau Népal” où nos orphelins n’ont pas ni de place ni de droits alors qu’il s’agit de leur propre pays? Pour un pays sortant d’une guerre civile et sur la voie de la réconciliation, notre société n’est-elle pas ouverte à aider elle-même les orphelins? Est-ce que les orphelins du Népal ne valent-ils pas plus que ce qu’ils rapportent grâce aux échanges internationaux? Qu’en est-il exactement de l’engagement du gouvernement et des dispositions en faveur des orphelins dans ce pays?

Pour l’instant, ces engagements ne sont pas visibles. Les orphelins sont logés dans des foyers spéciaux jusqu’à ce qu’ils soient exportés vers des familles occidentales. Ces foyers ne reçoivent aucun soutien financier et sont très peu surveillés par le gouvernement. Plus de 198 de ces foyers sont loin de respecter les standards minimaux. “Les foyers qui ne répondent pas aux standards minimaux établis par le gouvernement devraient être fermés pour assurer les droits et l’intérêt supérieur de l’enfant”, dénonce Gauri Pradhan, membre de la Commission nationale des droits de l’homme au Népal.



Source : Terre des hommes | Darcissac, Marion | 02.02.2011

 

Nobody’s child
By Prakriti Pathak
The Himalayan Times | 30.01.2011

24/12/2010

Adoption en Haïti. «Ce que la France a fait est scandaleux»

Le Temps Monde ch.jpg

Terre des hommes dénonce le récent transfert en France de 300 enfants haïtiens. Entretien avec de la responsable adoption de Terre des hommes, Marlène Hofstetter

 



Terre des hommes, qui collabore avec huit institutions en Haïti, s’insurge contre le transfert d’urgence du 21 décembre, qui a vu 300 enfants remis à leurs parents adoptifs français. Explications de la responsable adoption de l’ONG suisse, Marlène Hofstetter.

Le Temps: En quoi ce transfert n’est-il pas conforme?

Marlène Hofstetter: Tous les dossiers doivent être approuvés par le service social étatique IBESR, qui, comme tout le reste, ne fonctionne quasiment pas depuis le séisme [du 12 janvier 2010] et sans lequel un jugement d’adoption ne peut être rendu.

– Selon Paris, les dossiers ont été déposés avant le séisme.

– Les procédures doivent reconfirmer l’adaptabilité des enfants, ce qui n’a pas été le cas. Ce que la France vient de se permettre de faire est scandaleux.

– La France avait pourtant été accusée de ne pas agir?

– Je rappelle qu’elle a fait venir 700 enfants peu après le séisme. C’est ensuite que Bernard Kouchner [ndlr: ministre des Affaires étrangères remplacé par Michèle Alliot-Marie] a adopté la politique de l’attente. Comme les Etats-Unis, qui avaient mis en place un programme spécial d’évacuation, la France a été vivement critiquée lors de la Commission spéciale à La Haye en juin. Aux Etats-Unis, c’est le chaos complet, des enfants sont en institution, selon une enquête du New York Times parue en août.

– La situation n’autorise-t-elle pas une certaine souplesse?

– On confond humanitaire et adoption. C’est maintenant le choléra qui est mis en avant, alors qu’il n’y a pas d’urgence pour les enfants.

– Et ceux dont l’adoption était pendante et qui sont morts en Haïti?

– Ils seraient cinq sur un millier. Ils auraient pu mourir dans d’autres circonstances.

– Y a-t-il des adoptants suisses en attente d’un enfant haïtien?

– Pas à ma connaissance, mais la Suisse n’a pas officiellement interdit le dépôt de dossiers. Les couples peuvent donc déposer une demande directement auprès d’une crèche. C’est la preuve qu’il est absolument impossible de vérifier les dossiers. Le système était déjà largement corrompu avant. C’est bien pire aujourd’hui.



Source: Le Temps. Albertine Bourget. 24.12.2010

 

Repères


- L'adoption n'est pas de l'aide humanitaire. Opération "Baby Lift" à Haiti.
Via United Adoptees International - News. 19.01.2010


- L’adoption n’est pas une action humanitaire d’urgence
Chronique de l'Abrincate. Bernard Boeton. 17.02.2010


- L'adoption n'est pas une action humanitaire
Titulaire d’un doctorat d’études arabes et islamiques de l’université de la Sorbonne, Mohamed Al-Haddad est maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Tunis. Il est aussi chroniqueur à Tayyarat, le supplément politique du quotidien panarabe ­Al-Hayat, et est considéré comme l’un des meilleurs connaisseurs arabes de la vie politique française.
Courrier International.com 14.11.2007

22/12/2010

Haïti. Terre des hommes dénonce une procédure d’adoption illégale

Haiti_Terre des Hommes.jpgHaïti : Un enfant pour Noël?

Le 21 décembre 2010, deux avions français ont été affrétés pour transférer en urgence 318 enfants haïtiens et les remettre à des parents adoptifs. Cependant la majeure partie de ces enfants n’a pas eu de jugement d’adoption: ils ne peuvent légalement pas être adoptés, et surtout, leur situation familiale n’a pas été vérifiée par les autorités haïtiennes. Ces enfants ont peut-être encore leur famille et n’ont pas été préparés à quitter leur pays.



La France justifie l’urgence de ces transferts en prétextant que ces enfants risqueraient d’être contaminés par le choléra. Terre des hommes travaille auprès de 8 institutions (700 enfants) dans le département de Léogâne (zone du séisme) et n’y a pas détecté de cas de choléra depuis le début de l’épidémie. Les institutions accueillant des enfants (crèches, orphelinats) ont été les premières à bénéficier d’un matériel d’hygiène suffisant, comme mesure de prévention.


“Cette décision contredit totalement la prise de position du Bureau Permanent de La Haye et des organisations internationales qui déclaraient, lors de la première vague d’adoptions après le séisme, que l’adoption internationale n’est pas une solution d’urgence”, réprouve Marlène Hofstetter, responsable du service adoption à Tdh. “Tdh dénonce donc fermement l’évacuation en masse de ces enfants.”


Après avoir subi de fortes critiques par les pays partis à la Convention de la Haye lors de la Commission spéciale de juin 2010 sur les adoptions accélérées d’enfants haïtiens, la France avait pourtant décidé de mieux réguler ces adoptions et de respecter les procédures légales, dans l’intérêt de l’enfant. Pourtant, sous le prétexte de «sauver» des enfants de la maladie ou la mort, les autorités françaises cachent une action très égoïste. En effet, qu’en est-il des autres 200’000 à 300’000 enfants qui ne bénéficient pas de la même attention et qui continuent à vivre dans des institutions en Haïti?


Source : Terre des hommes. 22.12.2010

04/07/2010

Les Etats réunis à La Haye admettent l’existence de commerce d’enfants dans l’adoption internationale

La Commission Spéciale de La Haye, une sorte d’Assemblée Générale des Etats qui ont ratifié la Convention de la Haye sur l’adoption internationale, a pris fin après neuf jours de débats intenses et passionnants. Ces débats et les résolutions qui ont suivi auront certainement un impact important sur la protection des enfants privés de famille et servira, nous l’espérons, à améliorer les pratiques de l’adoption dans le futur. Pour la première fois dans l’histoire de la Convention en effet, les Etats ont admis l’existence d’enlèvements, de ventes et de trafics d’enfants dans le cadre de l’adoption internationale et ont ouvertement débattu à ce sujet – une opportunité historique créée par le Bureau Permanent mais aussi par des Etats qui sont à l’avant-garde de l’adoption éthique tels que l’Allemagne, l’Australie, la Belgique, le Canada. Ces Etats sont peu nombreux mais ils sont les premiers de la classe dans leurs déclarations et dans les faits.



Au cours des débats, Terre des hommes a défendu les droits des enfants et de leurs parents à La Haye en faisant les déclarations suivantes :

1. Le nombre des intermédiaires c’est-à-dire des agences accréditées pour l’adoption doit être nécessairement limité après avoir opéré une évaluation du nombre d’enfants adoptables et de leur profil dans chaque pays d’origine. Autoriser un nombre important d’intermédiaires crée une situation malsaine de compétition entre acteurs et de pression sur les pays d’origine pour obtenir des enfants. Tdh défend donc une responsabilité conjointe entre Etats pour que d’une part le pays d’accueil puisse prévoir une procédure d’autorisation des intermédiaires accrédités de travailler dans un pays donné, et que d’autre part le pays d’origine puisse aussi limiter le nombre d’intermédiaires. A noter que les Etats-Unis ne disposent pas de cette procédure et donc ne réglementent pas le nombre d’intermédiaires par pays. Cela crée une situation de demande excessive d’enfants, qui en pratique est la porte ouverte à toutes sortes de trafics.

2. Le principe selon lequel les adoptions ne donnent lieu à aucun profit indu doit être maintenu et élevé en une règle commune non-dérogeable. Si les avocats américains sont autorisés à s’occuper d’adoptions et à faire du profit, ce que nous regrettons, ils devraient être agréés et autorisés sur la base de la possibilité qui leur est faite de faire passer ces dossiers sous leur quota d’affaires “pro-bono”. Ils ne feraient payer que l’essentiel et ne feraient ainsi pas de profit.

3. Il existe une tendance pernicieuse à notre avis, qui est de considérer l’adoption internationale comme la seule alternative possible lorsque l’adoption nationale n’est pas envisageable. Cela est contraire au principe de subsidiarité ancré dans la Convention de La Haye qui prévoit le placement de l’enfant dans la famille élargie, dans une famille d’accueil, ou toute autre alternative appropriée avant l’adoption internationale. Ces alternatives sont tout simplement négligées ou dénigrées par certains acteurs de l’adoption internationale afin d’augmenter le nombre des enfants adoptables à l’étranger. Tdh dénonce ces pratiques qui ne servent qu’à répondre aux attentes des entreprises lucratives de l’adoption internationale et à satisfaire la demande croissante du « marché de l’adoption ». Nous considérons qu’il existe de très bonnes options dans les pays au-delà de l’adoption nationale et que ces pratiques endogènes d’accueil et de prise en charge communautaire doivent être renforcées.



La Commission Spéciale de La Haye a décidé, sur une initiative des autorités australiennes, de créer un groupe de travail qui va s’occuper des abus, du trafic et des dysfonctionnements qui entachent les adoptions internationales. Terre des hommes a dors et déjà été invitée à participer à ce groupe. Espérons que cet outil supplémentaire va nous aider à défendre les intérêts supérieurs des enfants dans l’adoption.



Au terme de ces neuf jours de séance, Marlène Hofstetter, spécialiste pour les adoptions à Tdh, se sent soulagée. La position de Terre des hommes est de plus en plus reconnue et est fortement soutenue par les Etats cités plus haut. Marlène est aussi consciente du travail qui nous attend et de nos responsabilités : “Un travail important nous attend afin de pouvoir garantir à chaque enfant ses droits et sa dignité dans la procédure d’adoption le concernant. L’enfant n’a rien demandé, ce sont les adultes qui ont décidé pour lui, à eux de prendre leurs responsabilités”.



Source : Terre des Hommes | 2 juillet 2010

 

Documents related to 2010 Special Commission

 

 

10/06/2010

Haïti : mettre fin aux abus dans les adoptions internationales

Logo ReliefWeb.jpg
Source: Federation Terre des hommes (TDH)

Lausanne, le 10 juin 2010

 

 

Dans les orphelinats, sept enfants sur dix ont un parent vivant.

 

La loi doit empêcher les trafics d'enfants sous couvert d'adoption en Haïti, et les organismes de protection de l'enfance devront prendre part à la surveillance du bureau national des adoptions à créer. L'experte de Terre des hommes (Tdh) rentre d'une mission qui lui a permis de rencontrer des acteurs-clés, avant l'examen par le Sénat haïtien de la loi sur les adoptions. Tdh livre soins et protection à 30'000 enfants et proches, près de l'épicentre du tremblement de terre de janvier ainsi qu'au sud, où ont afflué quelque 50'000 déplacés.

 

« 70% des enfants qui se trouvent dans des institutions haïtiennes, souvent appelées crèches ou orphelinats, ont au moins un parent biologique vivant » évalue Marlène Hofstetter, cheffe du service adoption de Tdh à son retour de mission. En relation avec les agences internationales concernées, elle s'est efforcée de convaincre des sénateurs et d'autres responsables haïtiens de renforcer le projet de loi, pour mettre fin aux commerces d'enfants. Il faut inscrire dans la loi une évaluation sociale de la famille biologique, avant d'autoriser l'adoption. Suite au séisme et au chaos qui a suivi, près de 1800 enfants ont fait l'objet d'évacuations vers le Canada, les Etats-Unis, la France, les Pays-Bas ou la Suisse, sans que les procédures d'adoption soient clairement achevées. Marlène Hofstetter montre la plaie : « On dit trop rarement aux parents haïtiens que l'adoption internationale rompt les liens avec la famille biologique et rend illusoire un retour au pays de leur progéniture à l'âge adulte. »

Dans les orphelinats proches de l'épicentre du séisme, Tdh a documenté les cas de 438 enfants, afin de prévenir des disparitions, d'évaluer le niveau de prise en charge, de chercher d'éventuels liens familiaux, de connaître les causes de placement ou d'abandon et de définir le soutien à donner aux familles pour la reprise de leurs enfants.

 

Beaucoup de filles et garçons subissent des abus et sévices, à l'intérieur comme à l'extérieur de la famille. La catastrophe sismique a encore accru la fragilité des mineurs. Fondée sur l'expérience et des instruments éprouvés, Terre des hommes délivre en juin sur l'île deux séminaires de formation à des cadres d'organisations humanitaires suisses et étrangères, pour prévenir toutes formes d'abus et de violence sur des enfants. Dans les départements de l'Ouest et du Sud, Terre des hommes secourt les familles sinistrées dans quatre champs d'activités :

Près de 17'000 personnes ont déjà reçu un abri ou des biens de première nécessité (kits d'hy-giène, jerricans, ustensiles de cuisine, fourneaux économes en charbon, bâches ou moustiquaires).

Plus de 4'500 personnes bénéficient d'un accès à l'eau potable et gèrent leur réseau d'eau par des comités communautaires ; 500 latrines sont déjà construites, 400 personnes formées à l'hygiène.

Près de 9'000 enfants et mères ont fait l'objet d'un examen nutritionnel, dont les deux-tiers étaient des enfants de moins de cinq ans ; 300 enfants sévèrement dénutris ont été traités ou référés.

2'000 jeunes entre 6 et 12 ans ont pu être enregistrés et prennent part à des activités d'expression et de mouvement visant leur développement psycho-affectif, dans huit centres communautaires ; 145 enfants disposent d'un suivi individuel de protection, en concertation avec d'autres organisations spécialisées.

 

Renseignements: Marlène Hofstetter, experte en adoption internationale, 058 611 06 05 ou 078 716 77 34
David Dandres, responsable des opérations en Haïti, 058 611 06 19


Source : ReliefWeb. 10 Jun 2010.

23/01/2010

"Adoption is a last resort" L'adoption est le dernier recours. La priorité, sur place, est donnée au regroupement familial, retrouver un oncle, une tante, des cousins.

adoption is a last resort.JPGFlying planeloads of newly orphaned children out of Haiti is “reprehensible”, an adoption expert tells swissinfo.ch.

"L'adoption ne doit être que la dernière chance"


Marlène Hofstetter, head of international adoption at Lausanne-based organisation Terre des Hommes – Child Relief, warns of the dangers of rushing adoption procedures and says Swiss regulations are unsatisfactory.



The 7.0-magnitude earthquake that struck Haiti on January 12 may have killed 200,000 people, with aid agencies estimating that tens of thousands of children had been orphaned.



Even before the quake, Haiti - one of the world’s poorest countries - had 380,000 orphans, according to the United Nations Children’s Fund (Unicef).



Some children lost their parents in previous disasters, including tropical storms and hurricanes that hit in 2004, 2005 and 2008.



Others were abandoned amid the Caribbean nation’s long-running political strife, which has led thousands to seek asylum in the United States – without their children – or by parents who were simply too poor to care for them.



swissinfo.ch: Is the adoption of Haitian children now going to boom?



Marlène Hofstetter: People are making enquiries into how they can adopt a child from Haiti – especially from countries where adoptions from Haiti had already been made.



swissinfo.ch: Wouldn’t it be a good thing for Haitian orphans to be able to escape poverty, homelessness and violence and come to a Swiss family?



M.H.: First of all you have to clarify that they are in fact orphans and don’t have other family members – uncles, aunts and so on – who could look after them.

You also have to check what condition the children are in. If they’re traumatised, it’s not necessarily advisable to whisk them out of the country and place them with a new family.



swissinfo.ch: On Thursday a Dutch adoption agency flew more than 100 children out of Haiti to start new lives in the Netherlands.



M.H.: I find it reprehensible when planes full of children fly out of Haiti. From what I’ve heard, only 55 of these children have been involved in an adoption proceeding. For some of the others, adoptive families haven’t even been proposed.



swissinfo.ch: Belgium wants to facilitate the adoption of Haitian children for families who had begun proceedings before the earthquake. Switzerland is also prepared to speed up adoption processes already in motion. Is that a good idea?



M.H.: It always depends on what you mean by speed up. In any case the situation of every individual child must be thoroughly examined – including now, after the earthquake.



There must be cooperation with the Haitian authorities. We can’t go about things like the Dutch, simply removing children from Haiti. The authorities must approve every adoption, so that children have the necessary papers for their adoption.



swissinfo.ch: The French foreign minister has warned rash adoptions could lead to accusations of “abduction”.



M.H.: In France there is talk of more than 1,000 children being involved in adoption processes – and it’s clear that such a number can’t leave Haiti all at once. The French authorities have also explicitly stated that they want to work with the Haitian authorities. The process will thus last a while.



French families wanting to adopt are certainly exerting a lot of pressure on the government to enable the children to leave Haiti. Paris initially said that for the time being all adoptions had been stopped – they’ve now changed their stance a bit.



swissinfo.ch: Haitian children are as a rule black. Does this create problems in Switzerland?



M.H.: I don’t think so. When they grow up it’s another story. It’s obviously not written on their forehead that they’re adopted and Swiss.



Of course they’ll have to reckon with xenophobic comments, but that comes from the fact that they are different, which can apply to any child whether they’re from Nepal, India or Thailand. It needn’t necessarily be a question of skin colour. But sure, anyone who looks different will encounter racism, be they adopted, an immigrant or an asylum seeker.



swissinfo.ch: In that case should we not refrain from adopting children with different colour skin or from other cultures?



M.H.: Adoption is a good solution and should in principle be employed to protect a child when there really is no other solution in his or her country – when the only alternative is growing up in an orphanage. In that case international adoption is a good solution, but only as a last resort.



You also have to bear in mind the age of the child and whether he or she is traumatised. It’s not advisable to remove traumatised children from their homeland and bring them to “well-ordered” Switzerland, where no one can imagine what they have gone through.



swissinfo.ch: Are Swiss requirements sufficient for potential adoptive parents?



M.H.: No. In many European countries parents have to attend preparatory courses, which can last several months, where it is explained in detail what adoption is and what they can expect to face.



That’s not the case in Switzerland. Yes, there’s a bit or preparation during the clarification process carried out by the cantons, but this varies greatly. Detailed preparation isn’t really carried out here.



Jean-Michel Berthoud, swissinfo.ch (Adapted from German by Thomas Stephens)


swissinfo.ch | 23.01.2010

 

- Séisme Haïti. Le point sur l'adoption avec La Voix de l'enfant.
Martine Brousse. Directrice de La Voix de l'Enfant.
aufeminin.com 25.01.2010

 

- Haïti : l’adoption, une question publique et pas seulement privée
Trouver le ton juste s’agissant du sort à réserver aux enfants orphelins d’Haïti n’est pas chose aisée. Il semble que les pouvoirs publics y parviennent. On s’en réjouira.
Bien évidemment chacun a été littéralement sidéré par l’ampleur du drame supporté par une grande partie du peuple haïtien qui n’avait pas besoin de cela pour avoir déjà eu son lot de catastrophes en tous genres dans le passé venues en rajouter aux accidents politiques qui ont fait de ce pays une des zones les plus pauvres du monde. Comment ne pas être sensible au sort des enfants de Port au Prince, mais aussi des villes plus éloignées de la capitale quand tant d’orphelinats ont été frappés, et tout simplement quand tant d’enfants qui ont survécus après la formidable secousse sont désormais orphelins. Il faut s’en préoccuper.
Pour autant l’adoption est-elle la réponse adaptée ? Même si on peut y aspirer pour ne pas se prendre la tête, il est impossible de répondre par un simple mot à cette délicate question.
L’adoption n’est qu’une réponse parmi d’autres, elle a sa place pour les enfants sans parents ; elle n’est pas LA réponse.
Lire la suite sur "Les droits des enfants vus par un juge des enfants", le blog de Jean-Pierre ROSENCZVEIG. 24.01.2010.

 

- Haïti. Pour un progrès durable
La réponse à la situation en Haïti développée par Women’s Health & Justice Initiative (WHJI) et INCITE! Women of Color Against Violence. Elles posent la question: "Comment pouvons-nous soutenir intentionnellement la viabilité à long terme et l'autodétermination du peuple haïtien?"  [Outlandish Adoption doesn't help]
Donner à Haïti du secours et lui permettre un progrès durable ne se fera pas en «important» ses enfants et ses forces vives. Mais en y exportant de la logistique, du capital et ce qui sera bientôt tout aussi essentiel: des emplois. [Mario Roy, La Presse]
Via Fabriquée en Corée. 24.01.2010

 

- The Dangerous Desire to Adopt Haitian Babies.
I'm a foster care adoptive parent. I can't speak for all of us, since we're a diverse bunch. Some of us have also adopted internationally and support international adoption strongly. Others despise the institution, and are angry about what the perceived hypocrisy of parents who walk past the foster kids in their own cities and states so that they can adopt from a far-away country. I'm somewhere in the middle, but definitely leaning more towards the anti side, especially after this week.
Upside-down Adoption | 23.01.2010

 

- La meilleure place pour les enfants d'Haïti est dans leurs familles et pas dans un autre pays.
Children are best left with their families.
The Sydney Morning Herald. 21 janvier 2010.

 

- Il y a 5 ans : Les orphelins du tsunami.
Témoignages. 11 janvier 2005