Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2011

Profit, pas de soins. Le côté sombre des adoptions à l'étranger

Profit-not-care-the-ugly-side-of-overseas-adoptions.jpgRéglementation laxiste et demande sans fin des couples sans enfants de l'Ouest ont souvent créé un marché d'exploitation de bébés nés dans les pays en voie de développement.

Profit, not care: The ugly side of overseas adoptions

Lax regulation and an endless demand by childless couples in the West has created an often exploitative market in babies born in the developing world.

 

In rural Nepal, where the going rate for a healthy orphan is $5,000 (£3,000), some 600 children are missing. They were taken by agents who came to the villages promising that they would educate the children and give them a better life in the capital, sometimes for a steep fee. The children never returned.

Between 2001 and 2007, hundreds of Nepali children with living parents were falsely listed as orphans and adopted by high-paying Westerners thousands of miles away. One widow, according to the child protection charity Terre des Hommes, was unable to feed her seven children and sent them to an urban "child centre", where three were quickly adopted without her consent by rich Westerners. Another, Sunita, was told by sneering authorities that she would never see her child again. She doused herself in kerosene and struck a match.

Tens of thousands of babies, toddlers and young children are now adopted across international borders every year, according to Unicef. There has been a decline since 2004, but in 2009, the last year for which reliable figures are available, the top five adopting countries alone took in 24,839 children from overseas. Half of these, some 12,753, went to the US, with Italy taking 3,964, Spain and France around 3,000 each, and Canada 2,122. Britain, where very strict rules apply, has very few overseas adoptions.

The Nepali adoption industry is part of a broader child-trafficking trend which saw some "orphans" from the rural provinces of Humla and Jumla sold to circuses. Western prospective parents, however, are the preferred revenue stream. Adoption alone brought $2m per year into the country before 2007, when the programme was suspended pending an international inquiry which uncovered many cases of child abduction and improper financial gain.

Nepal is far from the only country where international conventions on the rights of children have been breached as unscrupulous middlemen trade toddlers like livestock to desperate Western couples. The process is simple: parents in Europe and America contact an adoption agency in the country of their choice, either privately or via a home agency. Money changes hands, and their papers and the papers of the child are checked, the latter being easy to falsify. More money changes hands, and the child goes home with new parents.

Many of these adoptions are legitimate, beneficial, and bring nothing but joy to the new parents and hope to the child. But there is another side. The possibilities for corruption and back-hand profit are immense, because the emotional stakes are so high. "When people want something so very much, like a baby, the amount of money they are prepared to throw at it can be limitless," said Andy Elvin of Children and Families Across Borders. "In some countries, those amounts of money on offer mean that people do things they wouldn't otherwise do, and that's the problem."

According to Terre des Hommes, there is now, in many cases, "an industry around adoption in which profit, rather than the best interests of the child, takes centre stage". The business is a seller's market, because there are far fewer orphans in need of adoption than Western prospective parents wishing to adopt. Although many children adopted in this way do enjoy loving, stable homes with their new families, the number of truly "adoptable children" in overseas orphanages is smaller than the number of prospective parents.

Even in the aftermath of wars and natural disasters, those without a single relative to provide proper care is insufficient to meet the current demand for exotic orphans. After the tsunami in Japan, many Westerners inquired as to when and how they would be able to adopt a tsunami orphan, only to be told that any child left parentless by the flood waters would be rehoused with extended family.

There is sometimes a distinct missionary element to this charity. Christian lobby groups exhort congregations to demonstrate their faith by adopting foreign orphans from countries that know neither Jesus nor Walmart. Networks exist to help individual ministries organise funds to pay the orphanages and middlemen who supply the babies. Last year, 10 Southern Baptists "obeyed God's calling" by smuggling 33 Haitian children – most solicited from living parents – across the Dominican border to await adoption by American believers. All 10 missionaries were jailed, but Christian adoption lobbies in the United States are putting increasing political pressure on organisations such as Unicef to ratify their agenda rather than raising ethical issues about the human rights of the children involved.

There are more mundane reasons why Western couples might wish to adopt overseas rather than be matched with one of the tens of thousands of children in need of adoption at home (many of whom do not match, in age or background, the ideal child some would-be parents want). One Ukrainian tourist website boasts that "Ukraine has very few restrictions" and adding that unlike many countries, which seek to eliminate unfairness with rigorous matching systems, "prospective parents have the chance to choose the child they wish to adopt". "Ukrainian children are typically family-oriented, caring, make attachments easily," enthuses the site, as if it were selling a new breed of house pet. "They look to their new parents with adoration."

Mr Elvin, of Children and Families Across Borders, said: "There is an almost inexhaustible demand for very young children to adopt. People looking to adopt are generally looking to adopt children under the age of three, and preferably under the age of one. That's your essential problem. In America, which is the biggest importer, if you like, there are 23,000 children in the foster system waiting for adoption, but most of them will be aged five to 16. There's a very rich, powerful and well-resourced inter-country adoption lobby in the United States."

The leading supplier of babies for adoption is China, which sent 5,078 children abroad in 2009. Russia sent 4, 039, and 4,564 came from Ethiopia, one of a range of countries which, through lax regulation, had a vogue as a ready source of babies. It used to be Vietnam, then Guatemala (at one point an estimated one in every 100 babies born there was sent for adoption to the US). Ethiopia, which, until recently, was sending 50 children a day out of the country, announced a clampdown in March. No one yet knows where the agencies and desperate parents will turn next.

No matter how faithful, well-meaning or loving the prospective parents, there can be no doubt that parts of the international adoption industry can play fast and loose with the human rights of children. Those at risk are not only those who are traded, but those who remain. In some countries, international adoption is beginning to replace less profitable systems of child support.

The routine export of unwanted Korean babies to America, a 60-year tradition dating back to the Korean War, has directly prevented what a 1998 study called "alternatives for parentless or abandoned children". Most Korean "orphans" are, in fact, the children of unmarried or impoverished mothers. And while a system exists whereby those babies can simply be sent abroad, there is no reason for Korean culture to accommodate them. In other words, not only is there no global "orphan crisis", but the international adoption trade actively hinders the establishment of proper welfare provision in "sending" countries.

An international treaty designed to prevent babies from being directly traded has been only intermittently effective and, in some cases, seems to have given this well-intentioned traffic in human beings a stamp of authority. The 1993 Hague Convention on Intercountry Adoption requires its 81 signatory countries to provide regulatory bodies to oversee adoption but, despite these stipulations, abuses and child trafficking persist.

According to Unicef, "systemic weaknesses" in the Hague system facilitate "the sale and abduction of children, coercion or manipulation of birth parents, falsification of documents and bribery". A key weakness is the convention's failure to prevent signatory countries from adopting from non-signatory countries, so many adoptees to the US and Europe come from states with no obligation to oversee the process.

Even where trade is done with convention signatories, "the abuse, sale of or traffic in children" is only prevented indirectly. Although non-signatories are more poorly monitored, some of the worst reports come from countries, such as China, which have signed the convention. Nor does the treaty prevent financial gain in the transfer of children – only "improper" financial gain.

Organisations such as Unicef, the Red Cross, Terre des Hommes and Save the Children agree that adopting countries must take more responsibility to ensure that inter-country adoptions take place "with the best interests of the child as the primary consideration". The painful truth is that, as Terre des Hommes puts it, no adult or couple has "the right to a child", not even if they believe that by exercising that right they may be saving a foreign baby from poverty in "heathen" lands.

Across the world, there are thousands of parentless children needing adoption, and there is nothing remotely wrong with placing children with caring families. Unfortunately, the international adoption trade has become a murky trench of money-making and malpractice. Extant systems of oversight are rickety, but there is much that can and should be done to tighten up the provisions of The Hague convention to ensure that adoption does not become a byword for benevolent human trafficking.

Source : The Independent | 5 juin 2011

10:08 Écrit par collectif a & a dans Adoption internationale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : népal, terre des hommes, unicef | |  del.icio.us

26/05/2011

Reportage de l'UNICEF sur les dangers du trafic d'enfants en Haïti

haïti,unicefUne grande partie de la frontière entre Haïti et la République Dominicaine n’est pas surveillée. Le trafic d’enfants y est une réalité, exacerbée depuis le séisme de janvier 2010. Pour enrayer ce phénomène, des éducateurs soutenus par l’Unicef vont à la rencontre des familles, pour les alerter sur les dangers qu'il y a à confier leurs enfants à des étrangers : l’espoir d’une vie meilleure pour eux de l’autre côté n’est qu’un mirage… Reportage.

Source: unicef.fr | 25 mai 2001

 

07:54 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert, Trafic d'enfants | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haïti, unicef | |  del.icio.us

13/09/2010

Une nouvelle étude de l'UNICEF montre que les OMD pour les enfants peuvent être atteints plus rapidement si on se focalise sur les enfants les plus désavantagés

logo-unicef.jpgSelon une étude de l'UNICEF publiée le 7 septembre 2010, la communauté mondiale peut sauver des millions de vies en s'investissant d'abord auprès des enfants et des communautés les plus désavantagés. Une telle approche permettrait également de s'attaquer aux disparités grandissantes qui accompagnent les progrès dans la réalisation des OMD.

Ces nouvelles conclusions sont présentées dans deux publications : Narrowing the Gaps to Meet the Goals (Réduire les disparités pour atteindre les objectifs) et Progrès pour les enfants : atteindre les OMD avec équité, un recueil de données sous la signature de l'UNICEF.

Alors que de grands progrès sont en train d'être réalisés grâce aux efforts internationaux pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, il reste bien plus à faire au cours des cinq ans à venir. 

En comparant l'efficacité des différentes stratégies utilisées pour fournir des services de santé essentiels à ceux qui en ont le plus besoin, l'étude a constaté qu'en ciblant les enfants les plus pauvres et les plus défavorisés, on pourrait sauver davantage de vies pour chaque million de dollars É.-U. dépensé par rapport à l'approche actuelle.

« Nos conclusions remettent en question l'approche classique selon laquelle l'accent mis sur les enfants les plus pauvres et désavantagés n'est pas rentable » a dit Anthony Lake, le Directeur général de l'UNICEF. « Une stratégie axée sur l'égalité permettra non seulement une victoire morale - bonne en principe - mais également une victoire plus intéressante car bonne en pratique. »

Des experts extérieurs ont participé à l'étude en tant que consultants. Ils ont considéré que les résultats principaux étaient en même temps surprenants et significatifs. 

« Les résultats de l'étude de l'UNICEF m'incitent à penser que l'accent mis sur l'égalité pouvait être convaincant au niveau des moyens à utiliser comme au niveau des valeurs », a dit Lawrence Haddad, Directeur de l'Institute of Development Studies renommé, situé dans le Sussex en Angleterre, et auteur du blog intitulé Development Horizons (Horizons de développement). Il a fait partie du groupe de travail des experts extérieurs qui ont examiné la modélisation initiale de l'étude.

On trouve notamment parmi les principales conclusions de l'étude de l'UNICEF les éléments suivants :

- Une approche fondée sur l'égalité améliore le retour sur l'investissement, par rapport aux autres approches, évitant un grand nombre de décès d'enfants et de décès maternels ainsi que des épisodes de retard de croissance.

- Avec l'approche fondée sur l'égalité, un investissement d'un million de dollars É.-U., pour des actions destinées à diminuer la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans dans un pays à faible revenu et à mortalité élevée, empêcherait 60 pour cent de plus des décès empêchés avec l'approche actuelle.
- À cause du poids que constitue la maladie, la mauvaise santé et l'illétrisme sont concentrés chez les enfants des populations les plus pauvres ; par conséquent, la fourniture à ces enfants de services essentiels peut fortement accélérer les progrès vers la réalisation des OMD et réduire les disparités entre les pays.
Progrès pour les enfants : atteindre les OMD avec équité, le rapport signé par l'UNICEF sur la progression vers les OMD, donne des preuves de disparités, relatives à une panoplie d'indicateurs, notamment entre les pays en développement et les pays industriels, entre les quintiles les plus riches et les plus pauvres, entre les populations rurales et urbaines, et entre les garçons et les filles. Parmi ces données clés, on trouve notamment que :


- les enfants des 20 pour cent des ménages les plus pauvres du monde en développement ont un risque plus de deux fois plus élevé de mourir avant d'atteindre leur cinquième anniversaire que les enfants des 20 pour cent des ménages les plus riches.
- les enfants des quintiles les plus pauvres de leur société ont un risque plus de deux fois supérieur d'avoir une insuffisance pondérale et sont bien davantage exposés à un retard de croissance que les enfants des quintiles les plus riches.
- en dépit des énormes progrès réalisés au niveau de la parité entre filles et garçons dans l'éducation primaire, lors de la dernière décennie, les filles et les jeunes femmes demeurent considérablement désavantagées dans les régions en développement en ce qui concerne l'accès à l'éducation, en particulier dans le secondaire.
- Parmi les 884 millions de ceux qui n'ont pas accès à des sources d'eau potable améliorée, 84 pour cent vivent dans des zones rurales.



Ces rapports de l'UNICEF sont publiés conjointement avec un rapport de Save the Children, « A Fair Chance at Life : Why Equity Matters for Children » (Une chance pour la vie : pourquoi l'équité est importante pour les enfants) qui se focalise sur l'OMD 4, visant une réduction des deux tiers, entre 1990 et 2015, de la mortalité chez les moins de 5 ans. Le rapport de Save the Children examine la progression des disparités concernant la survie de l'enfant entre les pays riches et ceux qui sont moins bien lotis. Le rapport affirme que l'atteinte des communautés marginalisées constitue la clé de la réduction des inégalités et de la réalisation de l'OMD 4.
 
« La Déclaration du Millénaire a été conçue pour améliorer la vie des populations les plus défavorisées du monde », a déclaré M. Lake.  « Nous estimons que les conclusions de cette étude peuvent avoir un effet réel sur la façon d'appréhender dans le monde la poursuite des OMD et sur le développement humain en général - en nous aidant à améliorer la vie de millions d'enfants vulnérables. »

Source : Unicef.

 

14:39 Écrit par collectif a & a dans Etude - Recherche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : unicef | |  del.icio.us

26/05/2010

On vend des enfants pauvres pour des parents riches

Logo Fabriquee en Coree.jpg

- Il n'y aurait pas autant d'enfants dans les orphelinats s'il n'y avait pas autant de gens prêts à payer tant d'argent pour eux.
- Ceux qui paient trop cher et 20 000 € c'est trop, contribuent à soutenir un système corrompu.
- Il n'y a pas de meilleur endroit pour un enfant que celui où il est né.


De plus en plus tard: notre société a tendance à retarder le moment d'avoir des enfants. Viennent d'abord la carrière, les voyages, puis la difficulté à trouver sa moitié. "Et tout à coup, on a trente et quelques années et on réalise que ce n'est plus aussi facile, qu'il faut avoir recours à l'adoption si on veut être parent", a déclaré Rudi Tarneden, porte-parole de UNICEF-Allemagne.


Sur le chemin de la quarantaine, beaucoup ne veulent pas attendre 10 ans dans leur pays pour se voir attribué un mineur "en détresse", souvent un mineur dont les parents biologiques ont encore la garde et des droits sur lui. "En outre, poursuit Tarneden, les politiques de planification familiale, l'utilisation généralisée de moyens contraceptifs et les mesures sociales pour la protection des mères célibataires ont diminué, dans nos pays, le nombre d'enfants donnés à l'adoption."


L'étranger devient alors un raccourci attrayant emprunté par beaucoup. Là aussi, la demande dépasse l'offre, et pourtant, les agences internationales promettent des enfants en relativement peu de temps. Ceci dit, chercher ailleurs coûte presque toujours 10 000, 20 000 ou 30 000 €. Mais comment voulez-vous mettre un prix sur le désir de fonder une famille?


"Au cours des trente dernières années, on a observé une augmentation significative du nombre de familles des pays riches qui souhaitent adopter des enfants originaires d'autres pays. Dans le même temps, la carence de réglementation et de mécanismes de surveillance, en particulier dans les pays d'origine, ainsi que les opportunités de faire de gros profits qui existent dans le domaine des adoptions internationales, ont encouragé le développement d'une industrie de l'adoption, dans laquelle la priorité est donnée à des avantages matériels au détriment de l'intérêt supérieur des enfants. Parmi les abus rencontrés, on trouve l'enlèvement et la vente d'enfants, l'intimidation de parents et des pots de vin. UNICEF - 2007."


"Certains parents s'imaginent que leurs enfants vont étudier à l'étranger pendant un certain temps, et ils se rendent compte seulement plus tard qu'ils ont renoncé à tous les droits sur eux et qu'ils ne reviendront plus jamais. Il y a des mères qui passent par des temps difficiles et laissent leurs enfants aux soins de l'État dans des foyers d'accueil pour un temps déterminé, et quand elles reviennent ils ont disparu, ils ont été mis en adoption dans une famille vivant dans un autre pays", rapporte Roelie Post, directrice de l'organisation Against Child Trafficking. Les cas d'enfants enlevés, de parents biologiques trompés, de documents falsifiés, de paiements illégaux, de médecins et de juges corrompus remplissent les étagères des ONG.


On dénombre qu'une vingtaine d'États à travers le monde qui permettent à leurs enfants d'être adoptés par des couples qui vivent au-delà de leurs frontières. Le chiffre exact est inconnu car des plaintes obligent sans cesse à suspendre cette pratique dans certains pays, alors que la pression de la demande conduit d'autres pays à accepter delivrer leurs enfants à travers les frontières. Mais une chose est claire, affirme Tarneden, "La direction est toujours la même: les pauvres donnent et les riches reçoivent, et il est actuellement pratiquement impossible de savoir si la procédure était légale et si les droits de l'enfant ont été respectés".


"On peut douter que des pays comme l'Éthiopie, qui sont déjà dans de grandes difficultés pour lutter contre la corruption présente dans tous les domaines, soient en mesure de garantir que les adoptions ne soient entachées d'aucune irrégularité", souligne Bernd Wacker, ex-membre de Terre des Hommes-Allemagne et expert en matière d'adoption internationale. D'autre part, les autorités des pays d'accueil n'ont pas la capacité, ni les connaissances nécessaires, pour vérifier que tout s'est passé légalement à l'origine. En fait, cela ne les intéresse pas trop, "parce que, du moins c'est ce qui se passe ici et j'imagine que ce n'est pas différent ailleurs, les autorités pensent qu'après tout, les enfants sont mieux avec nous", dit Wacker.


Cependant les experts conviennent qu'il n'y a pas de meilleur endroit pour un enfant que celui où il est né. Un enfant ne devrait être envoyé à l'étranger que lorsque toutes les possibilités d'être accueilli dans son environnement naturel sont épuisées, c'est-à-dire lorsqu'il n'est pas possible de contribuer à ce que ses parents biologiques ou sa parenté prennent soin de lui et aussi qu'il n'y a pas de famille de son pays en mesure de l'adopter.


"Les gens sont très naïfs", remarque Tarneden. "Parfois, quand des catastrophes naturelles se produisent dans les pays du Tiers-Monde, ils nous appellent pour nous demander si nous ne pouvons pas les aider à adopter un enfant de cet endroit. Ils le font avec toute la bonne volonté du monde, mais ils n'ont aucune idée de ce qu'ils demandent; ils ne se sont même pas arrêtés cinq minutes pour réfléchir à ce que suppose enlever un petit, qui vient déjà de vivre un événement traumatique, de l'enlever de l'environnement qu'il connait pour l'emmener dans un autre pays où les gens parlent une autre langue, où ils ont une toute autre allure et des coutumes totalement différentes. Et non seulement ça, ils ne se sont pas arrêtés cinq minutes pour penser que l'enfant a très probablement une famille qui l'aime (un père, une mère, des frères dont il ne veut pas se séparer). Certaines personnes sont suffisamment naïves pour croire qu'un enfant ne peut être heureux que dans le bien-être matériel que peut offrir un pays développé".


"Je n'appellerais pas cela naïf, mais une vieille pensée coloniale", déclare Post, "c'est cette idée, que nous seuls pouvons aimer un enfant comme il le mérite, que nous seuls pouvons répondre correctement à ses besoins, et que ces parents pauvres du Tiers-Monde ne savent pas, comme nous le savons, ce qui est important pour un enfant."

 

"Les gens voient les enfants dans les orphelinats et ressentent une peine énorme. Je dis: s'il n'y avait pas autant d'adoptions internationales, il n'y aurait pas autant d'enfants dans les orphelinats. La plupart sont là parce que beaucoup de gens sont prêts à payer beaucoup d'argent pour eux ", révèle Post.

 

On estime qu'environ 90% des enfants destinés à l'adoption internationale ne sont pas des orphelins, mais ils se retrouvent dans ces refuges parce que leurs parents, du moins supposément, ne peuvent pas s'occuper d'eux. "D'où sortiraient autant d'enfants orphelins?", demande Post, "dans presqu'aucun de ces pays, il n'y avait pas eu de guerres, de catastrophes, ou de massacres. Même l'histoire des "orphelins du sida" est un mensonge: quand vous examinez un peu, ils ont toujours de la famille. Même Angelina Jolie et Madonna n'ont pas réussi à adopter de vrais orphelins... "

 

Les ONG ont constaté que quand un pays suspend les adoptions internationale pendant une longue période, le nombre d'enfants dans les orphelinats diminue. "Il y a beaucoup d'argent qui circule là-dedans, voilà le problème", dit Tarneden. Les couples du "Premier Monde" sont prêts à faire tout l'effort financier nécessaire pour l'enfant si désiré. "Mais tous ceux qui veulent adopter un enfant doivent être conscients du fait que le paiement des montants excessives (et 20 000 euros est une quantité démesurée) contribue à maintenir un système corrompu qui n'agit pas dans l'intérêt de l'enfant mais dans un but lucratif."

 

"Si quelqu'un gagne de l'argent avec des adoptions, c'est de la traite d'enfants. Nous devons commencer à appeler les choses par leur nom", dit Post. "L'adoption ne devrait pas être régie, comme cela se fait aujourd'hui, par la loi de l'offre et de la demande", ajoute Tarneden, "Il ne s'agit pas de criminaliser les parents adoptifs (bien qu'ils devraient savoir que si le processus d'adoption s'opère avec des pratiques illégales, ils commettent également un délit). Il existe bien sûr des cas particuliers où l'adoption internationale est le meilleur intérêt pour l'enfant. Mais en regardant le fonctionnement global de cette pratique, je dois dire que, malheureusement, nous nous retrouvons devant une vente systématique d'enfants pauvres dans le seul but de satisfaire les désirs de couples riches".

 

"L'UNICEF estime que chaque année, au Guatemala, entre 1 000 et 1 500 bébés sont vendus à des couples américains ou européens. Avant de se rendre en Amérique Centrale pour chercher les enfants, les candidats à l'adoption peuvent consulter par l'Internet l'offre des "enfants disponibles" et choisir l'un d'eux. Alors que la mère biologique reçoit 30$ pour son enfant, les couples en déboursent entre 15.000 et 20.000. UNICEF, 2007."


"Le lobby des adoptions est très puissant. Ce sont des personnes très importantes et ayant de bonnes relations, des personnes qui bénéficient de soutien au plus haut niveau. Je n'ai aucune idée du pourquoi et du comment. Tout ce que je sais c'est que, malgré les plaintes, jamais il ne leur arrive quoi que ce soit, et ils ont toujours des personnalités politiques pour défendre leurs intérêts. Et quand la pression devient trop élevée et qu'un certain pays interdit les adoptions, ils passent au pays suivant. En fin de compte, vous rencontrez toujours les mêmes agences partout", indique Post.


"Il y avait des signes inquiétants de trafic d'enfants au Népal. Nous avons réussi, avec Terre des Hommes, à ce que le pays arrête temporairement les adoptions internationales", dit Tarneden. Dès cet été, le Guatemala pourrait à nouveau permettre l'envoi d'enfants à l'étranger, qui avait été arrêté en 2008. "Ce pays a apporté d'importants changements dans sa législation, ce qui ne veut pas dire que c'est maintenant un endroit sûr pour adopter. La sécurité à cent pour cent n'existe pas."

 

"Au début, je me disais en moi-même, «Roelie, tu as une imagination perverse». Mais avec le temps, j'ai appris que la réalité dépasse tout ce que je pouvais imaginer", conclue la militante, et le porte-parole d'UNICEF envoie un dernier message aux couples qui décident d'adopter en dehors de leur pays: "Ils doivent avoir en tête des choses très claires. Tout d'abord, que la famille avec des enfants adoptés est une famille très spéciale. Que les enfants peuvent être malades, qu'ils peuvent garder des souvenirs de leurs parents biologiques. Qu'il faut beaucoup de forces pour réussir et suffisamment de tolérance pour un jour les accompagner dans la recherche de leurs racines, un moment qui arrive presque toujours. Mais surtout, qu'ils doivent reconnaître que chaque enfant a le droit de connaître la vérité... et que si la vérité est «tu sais, un jour on a payé 20 000 euros pour t'avoir» c'est quelque chose qu'aucune famille ne peut supporter."


Convention de la Haye contre versus Convention des Nations Unies

Le 25 mai 1993, entrait en vigueur la Convention de La Haye pour la protection des enfants dans le domaine de l'adoption internationale. La signature de cet accord est souvent utilisée par les agences d'adoption afin de mesurer le sérieux des pays d'origine des enfants. "Pour nous, la Convention est importante car elle établit que l'intérêt de l'enfant est au-dessus de tout et que sa ratification traduit un positionnement politique", explique Rudi Tarneden porte-parole UNICEF-Allemagne, "mais ce document comporte de nombreuses lacunes et on ne peut pas dire qu'il assure la protection des enfants."


On reconnait majoritairement que le principal défaut de la Convention est qu'elle ne prévoit pas de mesures de contrôle: personne ne vérifie que ses principes soient respectés.


Ceci dit, Roelie Post, directrice de l'organisation Against Child Trafficking, va plus loin dans sa critique du texte: La Convention de La Haye agit uniquement pour protéger les parents adoptifs, elle leur accorde un cadre juridique, les tampons et les signatures dont ils ont besoin pour être sûr que personne ne sera capable d'agir légalement contre leur adoption. Il existe un document qui défend véritablement les intérêts de l'enfant : la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant. Celle-ci réglementait déjà l'adoption internationale et était entrée en vigueur en 1990, seulement trois ans avant la Convention de la Haye, de sorte qu'on se demande pourquoi d'autres lois ont été nécessaires. La réponse est simple: la Convention de La Haye est beaucoup moins stricte et beaucoup plus vague dans ses formulations (elle laisse plus de place à des interprétations différentes), et elle restreint beaucoup plus les droits des parents biologiques des enfants que la Convention des Nations Unies."

 

Traduit par Greg. Article en espagnol "Se venden niños pobres para padres ricos", publié sur le site periodismohumano.com, le 21 mai 2010.
Article en anglais "Selling poor children to rich parents" sur Pound Pup Legacy et United Adoptees International News.

Publié par sur Fabriquée en Corée.

 

 

 

19/02/2010

Tinan, témoignage d’un enfant déraciné

Il n’a même pas 5 ans lorsqu’il débarque à Roissy. Parmi d’autres enfants haïtiens adoptés par des familles françaises. Nous sommes en 1984. Tinan ne comprend pas qui est cette femme blanche qui le serre dans ses bras, il ne sait pas dans quel pays il est, ce qu’il fait ici. Le petit garçon est complètement déboussolé, dépaysé. Mais il comprend vite qu’il ne reverra plus sa maman, restée en Haïti. L’histoire d’un enfant « déraciné », aujourd’hui devenu un adulte engagé.

tinan-temoignage-d-un-enfant-deracine-2010-02-18.jpg




Où viviez-vous avant votre départ pour la France ?


Ma mère m’avait placé dans une crèche. Ce n’était pas un établissement de départ pour l’adoption. C’était en fait un endroit dans lequel les parents plaçaient leurs enfants pour un temps avant de venir les récupérer. Ma mère n’avait pas les moyens de nous élever, mon frère et moi. Elle m’a donc placé dans cet établissement, le temps d’améliorer sa situation. Nous étions une quarantaine d’enfants à vivre dans ce centre.





Comment vous êtes-vous retrouvé dans cet avion pour la France ?


Je ne me souviens pas clairement de ce qu’il s’est passé. Je n’avais que 4 ans et demi lorsque j’ai débarqué sur le sol français ! Je ne me souviens pas qu’on m’ait dit qu’on allait en France mais de toute façon, ça n’aurait rien voulu dire pour moi.
Nous étions plusieurs enfants dans l’avion, mais je ne sais pas combien. Je me souviens de l’atmosphère pesante de ce voyage, je me suis rendu compte qu’il se passait quelque chose d’anormal.
Je voyais des choses que je n’avais jamais vues avant : d’abord ce gros appareil qui vole et une fois arrivé, toutes ces personnes blanches et ce froid… Je n’ai pas compris tout de suite ce qu’il se passait mais j’ai compris que je ne reverrai pas ma mère. J’étais dérouté par cette femme blanche, en larmes, qui s’est jetée à mes pieds à Roissy.


Vous savez aujourd’hui qui avait organisé ce départ?


Il est difficile d’avoir des pistes, de savoir qui a décidé ce départ, comment cela s’est exactement déroulé… Mais pour moi, l’essentiel n’est pas de retrouver aujourd’hui les responsables. L’essentiel, c’est surtout de mettre en garde : ce qui m’est arrivé à moi est également arrivé à au moins 40 autres enfants à l’époque…Et j’ai bien peur qu’aujourd’hui, ces pratiques ne soient plus courantes qu’on ne le pense.

On a tendance à minimiser le déracinement mais pour les enfants, c’est terrible. Le confort gagné dans un pays comme la France ne compense pas le déracinement subi par l’enfant ! Pour un enfant qui n’a plus de parent, c’est différent. Mais dans mon cas, certains adultes ont cru faire une bonne action alors que je n’avais pas été vraiment abandonné.


C’est un appel que vous lancez aujourd’hui ?


Oui, lors des procédures d’adoption, il faut faire attention aux risques de trafic d’enfants !  Des gens en Haïti profitent de l’argent donné par les familles d’accueil, il ne faut pas alimenter cela. Les Etats et les grandes organisations comme l’Unicef doivent contrôler ces procédures d’adoption. Des enfants touchés par ces trafics, il y en a forcément plein, il y a de l’argent qui circule et donc des détournements… Lorsqu’on adopte un enfant, il faut pouvoir vérifier toutes les étapes, sinon on alimente ce trafic.

Il y a des abus. Par exemple, dans mon cas, quelqu’un avait fait signer un papier d’abandon à ma mère biologique. Mais elle ne savait pas lire, elle ne savait pas ce qu’elle signait !


Comment avez-vous retrouvé votre mère et votre famille biologiques ?


En 2001, je cherchais depuis longtemps à retrouver la trace de ma famille biologique, j’avais mon nom d’origine et mon lieu de naissance pour cela. Le vrai problème était de pouvoir aller en Haïti sans connaître personne, ni la langue, et sachant que le niveau d’insécurité est très élevé…
Une amie, ici en France, communiquait par Internet avec un Haïtien. Elle nous a mis en contact… et ce garçon avait entendu parler de moi ! Un hasard total : il était ami avec mon cousin qui avait raconté mon histoire, celle du petit Manassé – c’est mon prénom Haïtien – disparu de la crèche.

Ma mère m’a appelé plusieurs jours plus tard. Quelle émotion de l’entendre… Ma cousine sur place a joué l’interprète au téléphone, ma mère parlant créole et moi uniquement le français…

En 2002, je suis retourné pour la première fois en Haïti : je pensais être accueilli comme une bête curieuse mais pour ma famille, je n’étais pas « l’Européen ». C’était comme si j’avais toujours été avec eux… Et j’ai retrouvé mon surnom, maintenant je me fais à nouveau appeler « Tinan ». C’est mon « non jwèt », comme on dit là-bas.


Votre mère biologique vous a reparlé de votre disparition ?


Oui, elle m’a raconté que lorsqu’elle était venue me chercher à la crèche, il n’y avait plus personne. Ni enfants, ni personnel. Un choc. Toutes les rumeurs couraient sur nous : nous avions été tués, victimes d’un trafic d’organes, adoptés… Mais ma mère ne s’est apparemment jamais dit que j’étais perdu. Sa foi l’a aidée à tenir. Et elle a partagé sa douleur avec les autres mamans dont les enfants ont disparu.


Quel adulte êtes-vous aujourd’hui, toujours déraciné ?


Aujourd’hui, j’ai toujours l’impression de n’appartenir à rien, d’être perdu entre deux mondes. Il me manque des repères. C’est déstabilisant. Mais j’essaie de me raccrocher à des choses concrètes. Je veux par exemple aider d’autres Haïtiens qui ont été déracinés comme moi à retrouver leurs familles biologiques s’ils en éprouvent le besoin.




* Plus d’informations sur Tinan sur son site : www.tinan.fr

* La position de l'Unicef sur l'adoption et la protection des mineurs


Source: UNICEF | 18.02.2010

22/01/2010

Haïti. Adoption: une quinzaine d'enfants ont "disparu" d'hôpitaux (Unicef)

Haitian orphans who are about to be transported to France for adoption are seen at a French military field hospital.jpgUne quinzaine d'enfants ont disparu d'hôpitaux après le séisme qui a frappé Haïti, a annoncé vendredi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), qui prévient que les réseaux de traite des enfants en lien avec "le marché de l'adoption" s'activent après les catastrophes.

 

"Nous avons pour l'instant des informations sur, disons, à peu près 15 enfants ayant disparu d'hôpitaux et cela avec des personnes qui ne sont pas de leur famille", a indiqué Jean-Luc Legrand, conseiller régional de l'Unicef, lors d'un point de presse à Genève.

"La situation de la traite des enfants en Haïti existait déjà avant la catastrophe et malheureusement, les réseaux de traite ont des liens avec le marché de l'adoption internationale", a-t-il expliqué.

"Nous avions déjà fait cette expérience lors du tsunami : ces réseaux s'activent immédiatement lors d'une catastrophe et utilisent la faiblesse de l'Etat, la faiblesse de la coordination des acteurs sur le terrain pour enlever des enfants et les faire sortir du pays", a ajouté M. Legrand.

Le Point. Tribune de Genève. Le Soir. 22.01.2010.

 

Children missing from Haiti hospitals: UNICEF

 

GENEVA -- Children have gone missing from hospitals in Haiti since the devastating earthquake struck, raising fears of trafficking for adoption abroad, the UN Children's Fund (UNICEF) said Friday.

"We have documented let's say around 15 cases of children disappearing from hospitals and not with their own family at the time," said UNICEF adviser Jean Luc Legrand.

"UNICEF has been working in Haiti for many years and we knew the problem with the trade of children in Haiti which existed already beforehand, and unfortunately many of these trade networks have links with the international adoption ‘market'," Mr. Legrand explained.

The agency underlined that it had warned countries during the past week not to step up adoptions from Haiti in the immediate wake of the quake.

Several are fast-tracking adoption procedures already under way, including Belgium, Canada, France, Germany, the Netherlands, Spain and the United States.

Mr. Legrand said the situation was similar to the aftermath of the tsunami in Asia five years ago.

Trafficking networks were springing into action immediately after the disaster and taking advantage of the weakness of local authorities and relief coordination "to kidnap children and get them out of the country," Mr. Legrand told journalists.

Rupert Colville, a spokesman for the office of the UN High Commissioner for Human Rights, said that child enslavement and trafficking in Haiti was "an existing problem and could easily emerge as a serious issue over the coming weeks and months."

The UN mission in Haiti has stepped up surveillance of roads, UNICEF officials said.

Mr. Legrand said there was separate but only anecdotal evidence of people taking children by road to the neighbouring Dominican Republic and planes loading children before they left the airport.

"We have seen over the last years many children being taken out of the country without any legal procedure. This is going on, this is happening now, and we are starting to have the first evidence of that, this is unquestionable," he claimed.

He was unable to give details on the 15 missing children or their condition, or clearly connect the anecdotal observations in Haiti's chaos with trafficking.

The cases were documented by social workers and by partner non-governmental organisations working for UNICEF in hospitals.

National Post Canada. 22.01.2010.

 

- Orphelins haïtiens : priorité à la protection des enfants plutôt qu'à leur adoption
| 21.10.10
| 21.01.10
| 22.01.10

 

- Haïti:  'Adoption Not the Best Choice for Quake Orphans'
Thirty-three children from Haiti arrived in France to adoptive parents Friday evening, as charities and international organisations differed on whether adoptions should be speeded up or halted while the search for relatives continues.
IPS | 23.01.2010.

 

- Haiti earthquake: charities warn against rush to speed adoptions
Children's charities have voiced fears for the safety of thousands of orphans after Western nations began speeding up adoption procedures in the wake of the Haiti earthquake.
Telegraph.co.uk | 22.01.2010


- Débat sur l'adoption des orphelins en Haïti
Article traduit en français par Kim Myung-Sook publié sur Fabriquée en Corée



- Haïti, adoption, la vieille histoire se répète
Plusieurs articles traduits en français par Kim Myung-Sook sur Fabriquée en Corée

16/01/2010

Adoption d’un orphelin après une catastrophe: les leçons du tsunami

Enfants blessés, couverts de poussière, les yeux vitreux… L’élan de générosité devant une telle catastrophe étant ce qu’il est, de nombreuses personnes se disent aujourd’hui prêtes à adopter un enfant haïtien à qui le tremblement de terre aura volé sa famille.



Mais les organismes d’aide à l’enfance, dont l’UNICEF, servent une mise en garde: déraciner un enfant orphelin à la suite d’une catastrophe n’est pas nécessairement une bonne idée.



«On ne peut tenir pour acquis que ces enfants n’ont plus aucun proche ni parent vivant, écrit l’UNICEF sur son site internet. Même si leurs père et mère sont décédés, il se peut qu’ils soient en mesure de trouver des proches encore en vie, ainsi qu’une communauté et un foyer où ils pourront retourner à la fin du conflit. Ces enfants ne devraient donc pas être pris en considération pour l’adoption internationale et la priorité devrait être donnée à la recherche de leur famille. C’est une position que partagent l’UNICEF, le HCR, la Confédération internationale de la Croix Rouge et des ONG internationales telles que l’Alliance Save the Children.»



À la suite du tsunami de 2004 en Asie, l’UNICEF avait dit craindre le commerce d’enfants orphelins, qui peuvent être «victimes de réseaux de prostitution, de travail forcé ou d’adoption au prix fort», selon un article publié en 2005 sur Radio France Internationale. «Il est facile de dire: c’est mon petit neveu», y disait Marc Vergara, porte-parole de l’organisme à Genève. «Les mineurs isolés, surtout les jeunes filles, peuvent être poussés vers la prostitution par besoin de survivre et parce qu’ils n’ont rien d’autre à offrir.»



L’insularité d’Haïti préservera peut-être les orphelins du trafic d’enfants. N’empêche: les organismes humanitaires sont d’avis que les orphelins devraient rester dans leur pays et être recueillis d’abord par la famille élargie, la communauté ou leur village.



Toujours dans l’article de RFI, Christiane Sébenne, de l’Association Enfance et Famille d’adoption (EFA) préconisait le parrainage : «Il ne faut pas confondre adoption et humanitaire. La première urgence c’est secourir ces enfants, envoyer de l’argent, des vivres, reconstruire des lieux de vie pour que ce enfants puissent rester dans leur environnement».


Source: Le Devoir.

 

- Séisme à Haïti : Protection et secours aux enfants séparés de leurs parents et de leur "famille. Mise en garde.
À la suite du tremblement de terre qui a fortement secoué Haïti en fin d’après-midi, le 12 janvier, les personnes préoccupées par le sort des enfants qui se retrouvent séparés de leurs parents et de leur famille peuvent en savoir plus sur les mesures prévues par la communauté internationale en de telles circonstances sur notre page "Protection des enfants lors de conflits armés ou de catastrophes naturelles".
Le Secrétariat à l’adoption internationale rappelle qu’il adhère aux lignes directrices établies par la communauté internationale quant à l’aide devant être fournie aux enfants en cas de catastrophe naturelle. Ces règles prévoient, notamment, qu’avant de penser à la solution qu’est l’adoption internationale, il faut tout mettre en œuvre pour retrouver les familles des enfants qui en ont été séparés. L’expérience démontre, qu’après une catastrophe naturelle, il se passe des mois, sinon une année ou deux, avant que la situation de chaque enfant soit parfaitement clarifiée. Bon nombre d’entre eux retrouvent leurs parents ou, encore, sont pris en charge par leur famille élargie ou leur communauté.
Secrétariat à l'adoption internationale. Québec. 13.01.2010.

 

- Child Trafficking Major Concern After Quake
Thousands Of Children Left Without Parents
By Mike Paluska, CBS Atlanta Reporter. January 14, 2010.

 

- Québec. L'adoption suspendue.
Tous les dossiers d'adoption d'enfants haïtiens sont sur la glace. Aucune nouvelle demande n'est acceptée pour l'instant, et le gouvernement du Québec n'envisage pas d'accélérer le processus permettant à des parents d'ici d'accueillir un orphelin du tremblement de terre.
Cyberpresse.ca | 16 janvier 2010.

 

- Haïti. Tremblement de terre

Le terrible séisme qui a frappé ce mardi 12 janvier la ville de Port-au-Prince et les images de dévastation ne laissent personne indifférent

La Direction de l'Adoption - ACC rappelle qu'elle adhère strictement aux recommandations des principales organisations internationales (UNICEF, Service social international, Comité international de la Croix-Rouge, Save the Children, Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés,...) quant à l'aide devant être fournie aux enfants en cas de catastrophe naturelle. Ces règles prévoient notamment qu'avant de penser à l'adoption internationale, il faut tout mettre en oeuvre pour retrouver les familles des enfants qui en ont été  séparés. L'expérience a démontré qu'après une catastrophe naturelle plusieurs mois sont nécessaires aux services sociaux et aux autorités compétentes locales pour clarifier la situation de chaque enfant, et que la plupart de ces enfants retrouvent leurs parents ou sont pris en charge par d'autres membres de leur famille.

A l'exception des demandes actuellement encadrées par les organismes agréés autorisés à collaborer avec Haïti, aucune nouvelle demande d'adoption d'un enfant haïtien ne sera donc prise en considération.

www.adoptions.be 15.01.10

11:47 Écrit par collectif a & a dans Avis d'expert | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : haïti, adoption internationale, unicef, efa | |  del.icio.us